Un Forum et quatre Congrès sur la présence extraterrestre et l’ufologie

 

600710_430306506990668_747809189_nRobert Dean

 

 

 

 

 

 

Je présente ici un Forum et quatre Congrès qui ont eu lieu en 2007, 2010, 2011, 2012 et février 2016, les quatre premières parties ayant fait l’objet, dans mon précédent site, de quatre textes différents.

 

Voici un texte de l’ufologue Gildas Bourdais à propos de la conférence de Curitiba (Brésil), à laquelle il a assisté en septembre 2007.

Ce texte peut être reproduit sous réserve d’en indiquer la source :

Le blog ufologique de Gildas Bourdais (http://bourdais.blogspot.com).

Alain Moreau

Compte-rendu de Gildas Bourdais :

J’ai eu la chance d’être invité au Brésil comme conférencier à la conférence annuelle de Curitiba, du 15 au 19 septembre, en remplacement de Jacques Patenet qui était invité mais n’a pu s’y rendre. J’y ai parlé, comme je l’ai déjà fait plusieurs fois cette année (en Italie, à Saint-Marin, et aux Etats-Unis, à Roswell puis à Washington) de la relance de l’ufologie officielle en France. J’ai été également invité à parler de Roswell, en remplacement de Stanton Friedman, lui aussi indisponible. Incidemment c’était ainsi la troisième fois cette année que je “remplaçais” Jacques Patenet, mais j’ai bien précisé chaque fois que c’était en tant qu’auteur indépendant. Toutefois, Yves Sillard avait approuvé mon texte.

Curitiba est une belle ville de plus d’un million d’habitants, proche de la côte atlantique, à mi-chemin entre Rio de Janeiro et Buenos Aires, mais cette conférence était loin d’avoir l’importance et l’impact médiatiques de celle qui s’était tenue quelques jours plus tôt à Washington D. C., le 12 septembre, au “National Press Club”. Cependant, cette conférence, intitulée bravement “Second Forum Mondial d’Ufologie”, a été une belle réunion de participants de plusieurs pays d’Amérique du Sud – Brésil, Uruguay, Chili, Pérou, auxquels se sont joints des conférenciers américains et européens. Le projet des organisateurs était de faire le point sur les études “officielles”, ou proches de services officiels, dans ces différents pays, et l’on peut dire qu’ils ont bien atteint cet objectif. L’assistance était assez nombreuse, avec 300 à 400 participants selon les jours, et il convient de souligner l’ambiance cordiale et positive qui a prévalu, aussi bien entre les intervenants et les organisateurs que de la part du public. Je n’ai pas pu suivre tous les exposés, ne comprenant pas le portugais, mais un peu l’espagnol, suffisamment pour en retenir essentiellement ceci : l’ufologie se porte assez bien dans ces pays d’Amérique du Sud. Cela est dû, me semble-t-il, à une forte présence des ovnis dans ces pays, notamment ces dernières années.

Citons d’abord parmi les orateurs brésiliens :

Le Dr Carlos Alexandre Wuenche et le Dr Ronaldo Rogério de Freitas Mourão, deux astrophysiciens qui ont parlé de la recherche de la vie extraterrestre.

Le Dr Ricardo Varela, informaticien, qui a parlé des erreurs d’interprétation en ufologie.

Rafael Cury, organisateur de la conférence avec Marco Antonio Petit et Ademar José (“A.-J.”) Gevaerd, qui ont présenté des aspects importants de l’ufologie au Brésil.

Pour les autres pays, ce sont principalement :

Le général Ricardo Bermudez et le professeur Ricardo Fuenzalida, pour le Chili.

Le colonel Ariel Sanchez pour l’Uruguay.

Le Dr Anthony Choi pour le Pérou.

Le Dr Richard Haines pour les Etats-Unis.

Nick Pope pour la Grande-Bretagne, et moi pour la France.

Tous ces intervenants ont fait des exposés solides sur l’ufologie dans leurs pays, en l’illustrant de cas souvent très intéressants, dont je vais essayer de donner quelques exemples. Mentionnons, d’emblée, le témoignage de Nick Pope et du Dr Anthony Choi, qui venaient de faire partie du panel de Washington et qui en ont fait un compte-rendu très apprécié.

Le Dr Richard Haines, un ancien responsable à la NASA du service des “facteurs humains dans l’espace” (Space Human factors Office), est aujourd’hui responsable scientifique du NARCAP (National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena), groupe privé d’étude des observations aériennes, et tout spécialement des questions de sécurité. Sa plus récente étude est celle de l’observation supposée d’un ovni au-dessus de l’aéroport O’Hare à Chicago, le 7 novembre 2006, qui avait eu un certain retentissement médiatique. L’étude complète, de 150 pages, est publiée sur le site du NARCAP, et il vient de la résumer dans la revue IUR (“International UFO Reporter”, Vol. 31, No 3). Il n’en a pas parlé à Curitiba, mais il a en revanche évoqué toute une série de cas remarquables, dont certains sont connus mais d’autres beaucoup moins, dans différents pays. Parmi les cas les plus impressionnants, citons celui d’un pilote civil mexicain, Carlos Antonio de los Santos Montiel, confronté à trois petits ovnis en forme de soucoupes, le 3 mai 1975, qui vinrent se placer autour de son avion Piper PA-24 et le mirent en difficulté. Ce cas est exposé également sur le site web du NARCAP :

http://www.narcap.org/

L’opinion globale du NARCAP est, à l’instar du rapport “Condign” britannique que Richard Haines a cité, que les ovnis ne semblent pas menacer les avions. Ils recommandent aux pilotes de garder leur sang froid, mais reconnaissent cependant qu’il leur faut parfois faire des manœuvres brutales d’évitement, dans les cas de “near miss”, c’est-à-dire de collision évitée de peu. Richard Haines a d’ailleurs cité, pour finir, un cas d’accident qui semble bien dû à une collision avec un ovni, aux Etats-Unis. Le 23 octobre 2002, un petit avion de transport de courrier Cessna 208B Grand Caravan s’est écrasé près de Mobile, dans l’Alabama, après que le pilote ait signalé par radio la proximité d’un ovni, l’obligeant à dévier de sa route. On a retrouvé l’avion coupé en deux, avec des traces de matériau non identifié, alors qu’il était tombé dans un marécage qui ne pouvait produire un tel effet. Ainsi, pour Richard Haines et le NARCAP, la question de la sécurité aérienne, lors de rencontres avec des ovnis, reste bien posée, et ils font une série de recommandations à ce sujet, à commencer par l’établissement d’une norme internationale de rapport d’incident aérien.

Le professeur Rodriguo Fuenzalida, du Chili, président de l’AION, groupe d’investigations ufologiques, a présenté de nombreux documents photographiques et vidéo montrant une variété d’ovnis, depuis des formes classiques jusqu’a des apparitions étranges, presque fantomatiques, que n’ont pas remarqué les témoins mais qui apparaissent sur les photos. Il a aussi évoqué des cas d’interaction entre ovnis et témoins. Une vidéo des plus remarquables montre un ovni, de forme rectangulaire, qui semble s’enfoncer graduellement dans l’eau, non loin d’un rivage. On voit que, bien qu’il soit sociologue de profession, Rodrigo Fuenzalida ne craint pas d’étudier les cas les plus étranges et n’est pas du tout sur la ligne, prudente et ambiguë, d’un Pierre Lagrange en France. Il m’a dit d’ailleurs qu’il avait bien apprécié ma présentation de l’ufologie française dont je n’ai pas caché les difficultés.

Le général Ricardo Bermudez, également du Chili, a créé en 1998 l’organisme officiel, à la fois militaire et civil, chargé d’enquêter sur les ovnis, appelé le CEFAA (Comite de Estudios de Phenomenos Aeros Anomalos). Son opinion sur les ovnis est on ne peut plus claire : “Personne au monde ne peut nier l’existence des ovnis.” A mon avis, avec une telle déclaration, il n’est pas près d’être invité sur une de nos “grandes” chaînes de télévision nationales. Il a exposé, notamment, un cas de rencontre aérienne avec un ovni, et a fait écouter l’enregistrement du dialogue du pilote avec la tour de contrôle. Il a signalé, d’autre part, de nombreuses observations d’ovnis dans le désert d’Atacama, au nord du Chili.

Le général Bermudez s’est félicité des contacts qu’il avait pu nouer avec d’autres pays, notamment avec l’Uruguay, et la France à l’époque du SEPRA. Il se souvient bien de Jean-Jacques Velasco qui avait fait une visite au Chili, et il m’a recommandé de lui transmettre ses salutations (ce que j’ai fait volontiers).

Le colonel Ariel Sanchez était le représentant de la commission d’enquête officielle de l’Uruguay, le CRIDOVNI, qui est l’une des plus anciennes en activité puisqu’elle a été créée en 1979 au sein de la force aérienne. Un organisme civil, non gouvernemental, le CRIFAT, a également vu le jour en 2001. Incidemment, l’Uruguay travaille avec l’Argentine, mais ce pays n’est pas aussi organisé pour l’étude des ovnis, ce qui explique son absence à la conférence. Pour le Pérou, le Dr Anthony Choi, avocat, a participé à la création du groupe OIFAA au sein de la force aérienne péruvienne. On peut y souligner la bonne coopération entre civils et militaires, comme au Chili. Anthony Choi a fait lui aussi un exposé intéressant, richement illustré. Il semble s’intéresser particulièrement à des cas de contacts à “haute étrangeté”.

Tous ces représentants, officiels ou officieux, de ces pays d’Amérique du Sud, visiblement actifs et concernés par cette présence des ovnis, ont aussi en commun de souhaiter le développement d’une véritable coopération internationale, qui existe déjà entre eux, mais qu’ils souhaitent voir s’étendre au monde entier, en particulier en Europe et aux Etats-Unis. Ils ont ainsi regretté que le GEIPAN n’ait pu être présent à cette réunion.

Je termine ce compte-rendu rapide avec Nick Pope, qui a de nouveau fait son exposé classique sur l’ufologie en Grande-Bretagne et sur ses enquêtes pendant trois ans au Ministère de l’Air britannique (MOD). Il a confirmé avec force l’affaire de Rendlesham, qui venait également d’être exposée à la réunion de Washington par deux des principaux témoins, le colonel Halt et le sergent Jim Penniston. Au sujet de Penniston, soulignons qu’il a bien redit, à Washington, avoir observé l’ovni de très près au sol, pendant une demi-heure, jusqu’à le toucher, alors que des sceptiques continuent à citer une première déclaration faite par le canal militaire, dans laquelle il disait s’en être approché à environ 50 mètres. Nick Pope a redit, il y a juste quelques jours sur la liste “UFO Updates”, que ce premier témoignage de Penniston avait été sciemment minoré.

Nick a aussi présenté de nouveau, à Curitiba, la fameuse journée du 31 mars 1993, avec une vague d’observations d’ovnis en forme de triangles, notamment sur la base de Cosford. Je lui ai signalé en privé que certains l’avaient vu, à une émission tournée en Allemagne, où il semblait dire que, tout compte fait, il s’agissait sans doute d’avions secrets. Pas du tout, m’a-t-il assuré. C’est un mauvais tour qu’on lui a joué en Allemagne, en extrayant habilement d’un long entretien un passage où il pouvait donner l’impression d’avoir dit cela ! Avis aux amateurs qui rêvent de “passer à la télé”…”

Gildas Bourdais (2007)

 

En juin 2010 a eu lieu à Madrid une rencontre internationale sur les contacts extraterrestres. Elle était donc essentiellement axée sur les témoignages de contactés.

Les contactés, note Jean-Bernard Cabanès, sont des messagers qui ont été choisis pour transmettre, pour avertir, pour guider et conseiller.

« Les intervenants qui vinrent témoigner dans l’immense amphithéâtre de l’hôtel Auditorium dans la banlieue de Madrid devant près de 900 personnes, avaient tous le même message au cœur : ‘Apprenez à vous aimer, préparez-vous à une transformation de conscience essentielle afin d’ouvrir sur Terre une ère de paix et d’harmonie ; cessez de détruire la nature car vous vous détruisez vous-mêmes, abandonnez l’esprit d’agressivité et de violence, et détruisez les armements meurtriers qui menacent la vie même.’ » (J.-B. Cabanès) (1)

 

1. Isabel de la Fuente :

isabelIsabel de la Fuente, conseillère en « communication transpersonnelle », a développé une discipline qu’elle a appelé « technique Shamka » de rééquilibrage et de liaison énergétiques.

Ses facultés lui ont permis d’avoir des contacts répétés avec des entités guides. Elle dit avoir des contacts avec des Vénusiens installés sur Terre, depuis des millénaires, dans des bases secrètes. Des Vénusiens qui ont aussi délégué le Bolivien Luis Fernando Mostajo comme l’un de leurs porte-parole auprès de l’espèce humaine.

Isabel dit connaître l’emplacement des bases « infraterrestres », l’une d’elles se trouvant en Espagne.

« Infraterrestres » et Vénusiens sont-ils les mêmes ? Cela n’est pas précisé.

« Néanmoins, ils ont la même fonction de guides et de protecteurs de l’humanité depuis son origine. Ils auraient probablement effectué des expériences génétiques sur l’espèce humaine primitive afin d’en améliorer la qualité, non sans commettre quelques erreurs… » (J.-B. Cabanès)

Isabel de la Fuente est connue en Espagne comme un guide spirituel travaillant principalement en channeling.

Son site : www.isabeldelafuente.ning.com (2)

 

2. Anne Givaudan :

Anne-audio_01Anne Givaudan est l’auteure, depuis le début des années 1980, de nombreux ouvrages (les premiers en collaboration avec Daniel Meurois, jusqu’en 1995). Son site (et celui d’Antoine Achram) : www.sois.fr

En 2000, elle a publié « Alliance », le récit de ses contacts, lors de sorties hors du corps, avec des entités extraterrestres, essentiellement des Vénusiens (notamment le couple « Djarwa » et « Sumalta », deux pseudonymes). En 2001,une suite est parue, « Walk-in », le récit d’une « transmigrée », celui de la Terrienne Marie qui a, dans le cadre d’un « partenariat », cédé son corps à la Vénusienne « Aloha ».

« A Madrid, elle a glissé quelques mots sur l’inspiratrice et le moteur interne de son enseignement initiatique. Cela s’est passé il y a près de 40 années, la jeune Anne reçut la visite d’une entité résidant sur un plan subtil, une Vénusienne. D’ordinaire, nos guides extraterrestres viennent sur Terre sur ce plan de vie. Parfois, ils choisissent de s’incarner dans un fœtus humain et arrivent par les voies naturelles d’une naissance. Dans ce cas, il en fut autrement. L’entité lui demanda la permission de venir habiter son corps adulte afin d’effectuer une mission spécifique.

Anne Givaudan nous conta combien les débuts de cette cohabitation furent difficiles avant que s’harmonisent les deux consciences en un seul corps. Il lui fallut accepter son hôte et apprendre à collaborer avec elle, voire à lui laisser toute la place avec toute l’humilité requise. Il y a quelques années, elle écrivit le récit de cette aventure dans le livre ‘Walk-in’, sans toutefois préciser qu’il s’agissait d’elle… Maintenant nous en savons un peu plus. » (3)

Donc, le récit de la transmigration de « Walk-in » concerne l’histoire personnelle d’Anne Givaudan. Cette révélation ne m’a pas surpris car, à vrai dire, j’en étais venu à cette conclusion lorsque j’avais relu « Walk-in » pour la rédaction d’un chapitre destiné à un futur ouvrage. Voici les éléments qui m’avaient conduit à la conclusion que le récit « Walk-in » était la retranscription du propre vécu de l’auteure de l’ouvrage :

L’héroïne terrienne du récit se prénomme Marie. Or, Myriam (Marie) était le prénom de l’incarnation d’Anne Givaudan il y a deux mille ans, en Palestine à l’époque de Jésus. Voir à ce sujet : « De mémoire d’essénien » (éditions Arista, 1984), « Chemins de ce temps-là » (éditions Arista, 1989).

Voici ce qu’on lit à la page 78 de “Walk-in” :

« – Tu oublies, Aloha, que dans le même temps un autre être se prépare à une action analogue à la tienne. Vous serez ensemble le temps qu’il faudra à certaines réalisations, et votre force en sera décuplée. »

Quand j’ai lu ce passage, j’ai « compris » qu’il s’agissait d’une référence implicite à Daniel Meurois. (Anne Givaudan et Daniel Meurois ont vécu ensemble jusqu’à la moitié des années 1990.)

Voici une scène, qui se passe sur Vénus, extraite du récit de « Walk-in » (p. 81-83) :

D’un large geste de la main, paume ouverte, l’instructeur balaya à distance le mur arrondi, et la pièce montra une scène remontant à l’époque du pharaon Akhenaton. Aloha était alors une prêtresse, une thérapeute, une princesse. On voyait la cour intérieure d’un palais au milieu du désert, et une femme belle, petite, aux vêtements tissés dans de fines soies brodées de fils d’or et à la coiffe carrée entourée d’un diadème fait de tresses noires. Cette femme, qui s’adressait à un petit groupe de personnes, c’était Aloha. Elle pensait pouvoir tenir tête à ceux qui étaient opposés à Akhenaton, mais elle échoua et entraîna dans sa perte les personnes qui lui avaient fait confiance… (A noter que Daniel Meurois a publié, en 1998, le récit de son incarnation à l’époque du pharaon Akhenaton : « La demeure du Rayonnant », aux éditions Le Perséa, maintenant les éditions Le Passe-Monde.)

Et puis, les contacts particuliers d’Anne Givaudan avec des entités vénusiennes étaient compatibles avec une éventuelle origine vénusienne de la narratrice (de même que l’âme du contacté américain George Adamski était, d’après Benjamin Creme, d’origine vénusienne).

J’avais eu la confirmation de mon « intuition » en lisant un autre livre d’Anne Givaudan. Voici un passage extrait de ce livre, « Nos mémoires : des prisons ou des ailes » (éditions S.O.I.S., 2008, p. 145) :

« Je suis Myriam, l’Essénienne, je suis l’Egyptienne proche d’Akhenaton, qui, dans son orgueil, pensait changer l’Histoire, je suis Anne aujourd’hui, mais je ne suis pas que cela. »

Nous retrouvons donc ici Myriam (Marie), ainsi que l’incarnation d’Aloha incarnée sur Terre en tant qu’Egyptienne proche d’Akhenaton. Cette mention de Myriam et de l’Egyptienne proche d’Akhenaton m’a confirmé le lien entre Marie/Aloha et Anne Givaudan, car cela m’a rappelé le passage, relatif à l’Egyptienne, du livre… Et puis il y a donc eu la confirmation « officielle » dans le numéro d’octobre/novembre 2010 de « Sacrée planète ».

(Notons, au passage, que l’une des incarnations de Marie, dans le récit, est identifiée à Diane de Poitiers, un personnage historique bien connu – c’était la favorite du roi de France Henri II, un fils de François 1er -, auquel Stéphane Bern a consacré un documentaire, dans une émission, datée du 11 août 2010, de son magazine historique « Secrets d’Histoire » – sur France 2. Voici le passage concerné extrait de « Walk-in », page 30 :

« ‘Tu as donc été une femme très aimée, très connue, au caractère fort et aux connaissances nombreuses dans les domaines de l’esprit et plus spécifiquement de l’alchimie’, continue-t-il en s’adressant à la partenaire d’Aloha. ‘Tu ne t’en souviens pas aujourd’hui car tu viens tout juste de reprendre un corps pour une nouvelle vie, mais tu as été Diane de Poitiers. Tu as connu la transmutation des corps, la transformation de la matière, et les diverses facettes de la spiritualité n’avaient plus de secrets pour toi.’ »)

 

3. Robert Dean :

600710_430306506990668_747809189_nRobert Dean n’est pas un contacté, mais un vétéran de l’US Army ayant travaillé dans les services spéciaux de l’armée américaine chargés des nombreuses apparitions d’OVNIs dans les années 1960, en relation avec l’OTAN.

Il put prendre connaissance de dossiers relatifs à « une menace de guerre avec des extraterrestres qui inquiétait les gouvernements en place à l’époque, aussi bien aux USA qu’en Europe ».

Il révéla qu’à chacune de ses interventions publiques aux Etats-Unis, « un bien étrange couple venait ensuite lui poser quelques questions sur ce qu’il savait : un couple de type nordique à la voix inhabituelle et au regard de feu »…

« Dean, en réponse à une question du public, nous précisa que l’on peut reconnaître un visiteur ‘alien’ au fait qu’il vous regarde dans les yeux avec une intensité saisissante, comme s’il voyait à travers vous. Il ajouta qu’il était persuadé que, dans cette salle madrilène, un ou plusieurs auditeurs ‘aliens’ étaient là pour entendre ce qui se disait sur eux… » (J.-B. Cabanès)

Robert Dean affirma qu’une rencontre officielle, suivie d’un traité, avait eu lieu en 1954 dans une base de l’armée américaine en Floride, entre une délégation « alien » et le gouvernement américain.

« Le traité stipulait que nous ne devions en aucun cas continuer les expériences nucléaires en cours. Une nouvelle rencontre sur le sujet eut lieu en 1972. Comme ces essais nucléaires se poursuivaient, nos visiteurs mirent la planète en quarantaine, surveillant les capsules spatiales américaines et russes, et interdisant tout retour sur la Lune tant que les grandes puissances feraient preuve de cet esprit belliqueux qui caractérise l’espèce humaine. » (J.-B. Cabanès)

Robert Dean présenta des clichés issus des archives de la NASA et sur lesquels on voit des objets circulaires accompagnant les vols Apollo et Soyouz. Des photos révèleraient aussi des structures géométriques dans des cratères lunaires et à la surface de Mars. (4)

 

4. Maurizio Cavallo :

554682_369696746429095_225714928_nMaurizio Cavallo a raconté que ses « contacts » ont débuté à l’âge de 7 ans. Ce n’est que plus tard, « en relaxation alpha », qu’il se souvint de cette expérience « qui fut traumatisante et profondément transformatrice ».

Il eut de nombreux contacts avec ses visiteurs et il eut plusieurs fois, dit-il, l’occasion de voyager sur leur vaisseau. Il aurait même été invité à visiter leur planète, la planète Clarion.

Les paysages fantastiques des peintures de Maurizio Cavallo sont-ils ceux de la planète Clarion ? Il a fondé le Centre de recherche philosophique Clarion. (5)

41CZYl8sYhL._SX331_BO1,204,203,200_On ne dispose (en français en tout cas) d’aucune relation détaillée des « voyages extraterrestres » allégués de Maurizio Cavallo. On aimerait par exemple savoir ce qu’il a « vu » sur cette planète « Clarion » !

 

 

 

 

 

 

 

5. Luis Fernando Mostajo :

En 1977, Luis Fernando Mostajo fut contacté, par télépathie, par des entités vénusiennes résidant sur notre planète depuis des millénaires. Elles lui demandèrent d’être l’un de leurs porte-parole auprès des humains.

La base centrale se trouverait sous le lac Titicaca, en Bolivie, sur les hauts plateaux andins, à proximité de l’antique cité de Tiahuanaco, où l’on peut trouver, au sein de ses ruines, un calendrier de pierre vénusien…

« La civilisation solaire de cette antique cité andine aurait été influencée par les guides vénusiens. Sous le lac se trouverait le conseil des Anciens, avec lequel Mostajo a pu avoir des contacts répétés, dont le rôle millénaire est d’aider l’humanité à évoluer. Depuis l’invasion chinoise du Tibet, la cité secrète de Shamballa se serait déplacée sous le lac bolivien, avec son collège de sages antiques, de rishis et d’âmes illuminées. C’est ainsi que les Aînés vénusiens collaborent avec la Cité des Sages pour veiller sur notre destinée et conduire l’humanité vers plus d’harmonie. La planète Vénus elle-même, que les astronomes qualifient d’inhabitable à cause de sa température trop élevée, renfermerait une civilisation souterraine évoluée, ayant des colonies enfouies sous le sol de notre planète. » (J.-B. Cabanès)

Luis Fernando Mostajo organise des séminaires d’éveil et de préparation psychique aux contacts avec les Aînés vénusiens. (6)

On pourra s’étonner que Shamballa, une contrée « éthérique » localisée au niveau du désert de Gobi (voyez le témoignage de Daniel Meurois et d’Anne Givaudan dans « Le voyage à Shamballa », éditions Arista, 1986), ait été transférée en Bolivie. Il est vrai que certaines sources présentent Shamballa comme une contrée physique. Elle l’a certes été dans un lointain passé, mais cette « cité » a, depuis, été transférée à un autre niveau dimensionnel que le niveau physique. A moins, bien sûr, de reconnaître l’existence de deux « Shamballa » !

Y a-t-il une civilisation dans le sous-sol de la planète Vénus ? Selon certaines sources, la planète Vénus a été habitée (comme la planète Mars) dans un lointain passé, et il n’est donc pas impossible que certains « rescapés de la surface » aient élu domicile dans le monde souterrain. Néanmoins, il convient de rappeler que la civilisation vénusienne est avant tout de nature « éthérique » et qu’elle réside donc sur un autre niveau dimensionnel de sa planète que le niveau physique/dense de celle-ci. Les Vénusiens ne possèdent donc pas de corps physique. Mais il n’est pas impossible que des « rescapés » de l’ancienne civilisation de la surface aient élu domicile à l’intérieur de la planète. (De même, selon certaines sources – visions de « remote viewers », etc. -, il existerait, dans le sous-sol martien, des rescapés de la civilisation qui s’était épanouie à la surface de la planète Mars. Cette planète est cependant, comme Vénus, essentiellement habitée au niveau « éthérique ».)

 

6. Patricia Cori :

992994_10151643881389116_654265378_nLa channel américaine Patricia Cori est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont « Le Haut Conseil de Sirius » publié en 2007 aux éditions Ariane.

51n7viI8n6LElle dit recevoir des communications mentales d’êtres originaires d’une planète du système stellaire de Sirius. Lors du Congrès, elle a évoqué l’urgence de la protection de notre milieu naturel, « s’attardant longuement sur le sort funeste des baleines et des dauphins ». (7)

61vBuYJIFtLSes sites : www.patriciacori.com et www.sirianrevelations.net

419T+Ey27+L._SX264_BO1,204,203,200_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7. Crânes de cristal, « crop circles » et « Star Child » :

arton426-9177fPatrice Marty a évoqué l’énigme des crânes de cristal. Certains médiums affirment pouvoir lire dans leur mémoire, ces crânes ayant « engrammé », depuis des temps immémoriaux, d’anciens événements.

Certains d’entre eux sont-ils d’origine extraterrestre ou atlante ?

Patrice Marty était venu avec plusieurs crânes de cristal ou de pierre dure. Son crâne de cristal personnel est moderne.

« Les crânes de cristal attirent les dauphins qui viennent poser leur rostre sur leur poli, alors qu’habituellement les dauphins apprivoisés ne viennent voir que les objets qu’ils connaissent et avec lesquels ils ont l’habitude de jouer.

Il est en contact avec certains chamanes mayas au Mexique et au Guatemala, ainsi qu’avec des initiés des cultures andines ; il participe souvent à des cérémonies et des rituels autour de certains crânes possédés par les chamanes, dans le sanctuaire de certaines pyramides.

Une question pertinente du public nous éclaira sur l’échéance 2012 : ‘Que disent les chamanes mayas à propos de 2012 ?’ Il nous rassura : ‘Il existe des centaines de calendriers mayas et aztèques, et un seul signale cette date… Les chamanes ne prédisent rien de spécial pour le 21 décembre 2012, mais affirment que depuis déjà plus de 10 ans les énergies de la Terre sont en transformation et que cela durera encore une dizaine d’années’. »

(Voir : www.savoirperdu.com) (8)

Selon Rafael Lopez Guerrero, certains « crop circles » seraient des codes mathématiques en relation avec la transformation de notre ADN et l’équation d’Euler… (9)

« Star Child » est le nom donné à un crâne découvert au Mexique. Ce serait un crâne extraterrestre. Le squelette fut trouvé avec celui d’un congénère. Cette découverte a été faite par une jeune Américaine, vers 1930, au fond d’une mine abandonnée à Copper Canon. Après une inondation, seuls les crânes avaient subsisté, et ceux-ci restèrent la propriété de la personne qui les avaient découverts, jusqu’à la mort de celle-ci. En 1998, ils furent remis à Ray et Helena Young, lesquels les confièrent, pour un examen approfondi, à Lloyd Pye. Ce dernier a réalisé des examens scientifiques sur l’un des crânes, le « Starchild skull ».

« Tout semble indiquer que sa forme ne résulte pas de la déformation clinique d’un crâne terrestre due à une maladie ou à une sorte de nanisme. L’analyse ADN elle-même ne correspond pas à celle d’un crâne de notre espèce : il s’agirait du crâne d’un extraterrestre qui finit sa carrière d’explorateur au fond d’une grotte mexicaine aux côtés de son compagnon de voyage ou de sa compagne d’infortune. » (J.-B. Cabanès) (10)

 

Références :

1. Jean-Bernard Cabanès, « Sacrée planète », n° 42, octobre/novembre 2010, p. 47.

2. Ibid., p. 48.

3. Ibid., p. 48.

4. Ibid., p. 49.

5. Ibid., p. 50.

6. Ibid., p. 50.

7. Ibid., p. 51.

8. Ibid., p. 51.

9. Ibid., p. 52.

10. Ibid., p. 52.

 

Le cinquième Forum annuel sur la compétitivité économique “Global Competitiveness” s’est tenu à Riyad, en Arabie Saoudite, du 23 au 26 janvier 2011. Le nombre de participants était limité à 800 dirigeants d’entreprises, pour une contribution de 5.000 dollars.

Parmi les colloques organisés dans ce cadre, avec 125 orateurs au total, celui intitulé “Contact : Learning from Outer Space” fut animé par le docteur Jacques Vallée, Nick Pope, le docteur Michio Kaku, Stanton Friedman et le docteur Zaghloul El-Naggar.

Les organisateurs présentaient ainsi le colloque sur le ”Contact” :

« Nous sommes largement conditionnés par des contraintes psychologiques et socio-culturelles qui modèlent notre vision de l’univers, de telle sorte que nous sommes enclins à découvrir surtout ce que nous recherchons, et nous risquons de passer à côté de perspectives intéressantes. »

Nick Pope estime que la recherche de la vie extraterrestre dans l’espace pourrait avoir des retombées extrêmement profitables dans l’industrie, et pas seulement celle du divertissement.

Stanton Friedman expose sa conviction que la Terre est visitée par des intelligences extraterrestres, et explique les raisons pour lesquelles ces êtres ne prendraient pas la peine d’établir un contact avec une civilisation si peu évoluée. Il invite les chercheurs à réfléchir hors des sentiers battus.

Le physicien Michio Kaku partage sa fameuse vision sur la recherche des traces de Civilisations de type I, II et III…

« Mais nous sommes au stade zéro ; nous ne serons une Civilisation de Type I que d’ici environ un siècle. »

L’informaticien Jacques Vallée, alors un partenaire de sociétés d’investissement dans les nouvelles technologies, a rapidement exposé deux cas d’OVNIs remarquables (celui du Colonel Giraud à bord d’un Mirage IV au-dessus de Dijon en 1977, puis celui d’Orly en février 1956) pour montrer que l’étude scientifique du phénomène peut bénéficier à l’innovation, même s’il ne s’est pas dit encore prêt à engager les entreprises de la Silicon Valley dans cette voie.

Le docteur Zaghloul El-Naggar, scientifique égyptien membre du Conseil suprême des affaires islamiques, a cité plusieurs versets du Coran pour démontrer l’actualité du sujet. (1)

Voici en quels termes ce forum a été présenté dans le numéro de mars/avril 2011 de « Nexus » (la date donnée du forum, du 22 au 25 janvier, étant différente de celle donnée ci-dessus par www.ovnis-usa.com : du 23 au 26 janvier) :

« C’est une première mondiale : le Global Competitiveness Forum, tenu à Riyad en Arabie Saoudite du 22 au 25 janvier, a laissé une place d’honneur à la question de la vie extraterrestre. Pendant une heure et quart, lors d’une session plénière tenue le premier jour, devant un millier de représentants des mondes politique, financier et industriel, cinq personnalités connues pour leurs travaux en matière d’ufologie ont décliné le thème central ‘Contact : Ce que l’espace peut nous apprendre’ (Contact : Learning from Outer Space).

‘Les soucoupes volantes sont une réalité’, a d’emblée assené le physicien Stanton Friedman, donnant ainsi la couleur générale des interventions.

De son côté, l’ancien membre du ministère de la Défense britannique, Nick Pope, a développé la question des implications économiques qu’aurait la mise en place de relations avec une civilisation extraterrestre. Elles bouleverseraient les rapports internationaux, notamment la géopolitique des ressources énergétiques.

Le physicien de la théorie des cordes, Michio Kaku, a abordé la question sous un angle très large qui lui est cher : le rapport que l’on entretient avec l’espace se définit en fonction de la maîtrise que l’on en a, qu’il gradue de 0 (nous) à 3 (maîtrise de systèmes galactiques). Les enjeux sociétaux, politiques et économiques sont donc inconcevables, mais le destin de l’Homme est bien d’accéder au degré supérieur de maîtrise de son univers.

Pour Zoaghloul El-Naggar, le philosophe sunnite spécialiste du Coran, la question de la vie extraterrestre ne doit pas éluder celle, fondamentale, du bien-être de l’humanité. Aussi, d’un point de vue éthique, il est plus urgent d’aborder les problèmes de la faim dans le monde et des guerres que d’investir dans une recherche sur des sociétés extraterrestres face auxquelles nous sommes démunis.

Enfin, l’astronome et informaticien Jacques Vallée a pris le contre-pied du philosophe pour souligner que, certes, le monde n’était pas encore prêt à investir dans ces recherches, mais qu’il fallait y penser sérieusement.

Quel effet cette conférence aura-t-elle sur les puissants du monde représentés à Riyad ? Il est trop tôt pour le dire. Quoi qu’il en soit, le simple fait qu’elle se soit tenue est plus qu’un épiphénomène exotique au milieu de présentations magistrales sur les questions de développement, d’investissement, d’énergie ou de santé qui ont animé ces journées de réflexion. » (2)

Dans le numéro suivant de « Nexus », celui de mai/juin 2011, on trouve l’interview de deux intervenants au Forum : Nick Pope et Jacques Vallée.

Nick Pope précise que ce Forum est comparable au Forum économique mondial de Davos, des chercheurs du SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) étant déjà intervenus à Davos (en 2010). On l’a convié à ce forum parce qu’il a fait des recherches sur les OVNIs pour le compte du ministère de la Défense britannique (MoD), mais aussi à cause du rôle qu’il a joué dans la déclassification et la publication des dossiers du MoD concernant les OVNIs. Une autre raison est qu’il intervient dans les médias pour les questions spatiales, y compris l’astrobiologie. Dans sa conférence, il a présenté un aperçu des recherches sur la vie extraterrestre en comparant ces travaux à une nouvelle course à l’espace.

« Les ufologues, les astrobiologistes, les scientifiques de la NASA et du SETI recherchent cette vie en différents lieux et avec des méthodes différentes. J’ai dit que, comme dans toute course, le vainqueur sera celui qui, dans sa recherche, aura fait preuve d’innovation et d’esprit de compétition – le thème central du Forum. J’ai aussi évoqué les possibilités financières qui pourraient apparaître avec la découverte d’une vie extraterrestre (par exemple dans le domaine de la biotechnologie) et j’ai suggéré que le monde des affaires y réfléchisse. » (N. Pope)

Jacques Vallée a été invité au Forum en tant qu’investisseur impliqué dans les nouvelles technologies et aussi en tant que chercheur intéressé par les implications de la recherche sur les PAN. (3)

 

Références :

1. www.ovnis-usa.com

2. « Nexus », n° 73, mars-avril 2011, p. 88.

3. « Nexus », n° 74, mai-juin 2011, p. 94-99.

 

Un congrès d’ufologie s’est tenu à Phoenix (Arizona) du 22 au 26 février 2012. Il a été organisé par le magazine OpenMinds.

Le business n’était pas absent. Alejandro Rojas, le patron d’OpenMinds Production, organise ainsi en parallèle de ce type de congrès, les UFO Awards, cérémonie de remise de récompenses « où un alien gracile remplace la statuette de l’Oscar ». Le film de Denis Roger Denocla sur le dossier Ummo était en compétition dans la catégorie du meilleur court-métrage documentaire ! (Pourtant, l’affaire Ummo n’est qu’une imposture… Voyez, sur le présent site, les textes consacrés à ce sujet, notamment celui de Gildas Bourdais.) C’est le long métrage documentaire It could happen tomorrow qui a remporté deux prix. On y voit Nick Pope, Stephen Bassett, Peter RobbinsColin Andrews a reçu un prix pour l’ensemble de son travail sur les crop circles… (Son étude des “cercles” britanniques de 2000 à 2002 l’a amené à conclure que 80% d’entre eux étaient d’origine humaine.)

Stephen Bassett, fondateur du Paradigm Research Group, a incité les participants à signer la Disclosure Petition II, pour obliger l’Administration Obama à s’expliquer sur l’initiative Rockefeller entreprise sous Clinton. Cette Initiative, qui a duré de mars 1993 à octobre 1996, a été un effort de la part du milliardaire Laurance Rockefeller pour convaincre le président Clinton de rendre publics tous les dossiers OVNIs que le gouvernement avait en sa possession, sauf ceux qui compromettaient la sécurité nationale, et d’accorder l’amnistie aux membres des services de renseignement militaire qui voudraient transmettre des preuves ou des informations sur les événements. Stephen Bassett a interpellé, sur le site de la Maison Blanche, ceux qui savaient mais n’ont jamais parlé publiquement de cette initiative, notamment le président Bill Clinton, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, John Podesta, le secrétaire à la Défense Leon Panetta, le vice-président Al Gore et le gouverneur Bill Richardson.

Le congrès a commémoré l’observation fameuse de mars 1997 au-dessus de Phoenix. Le 13 mars 1997, des lumières étaient apparues au-dessus de cette ville et avaient formé un alignement laissant deviner, comme support, une structure gigantesque. Cela s’apparentait à une aile delta géante en forme de V, celle-ci étant passée silencieusement au-dessus de témoins. Plusieurs caméscopes filmèrent la scène. Les lumières s’allumèrent une à une, restèrent visibles cinq minutes, puis elles s’éteignirent progressivement. Dans les heures qui suivirent, la mairie reçut plus de 700 appels. Le lendemain, l’armée expliqua qu’il s’agissait de fusées éclairantes se consumant en retombant et éclairant leur propre fumée, ce qui ne correspondait aucunement à l’observation. Il n’y eut pas d’enquête officielle et Emma Barwood, adjointe au maire de Phoenix, perdit son poste après avoir manifesté sa stupéfaction. Quelques mois après, une conférence de presse fut organisée par le gouverneur d’Arizona, Fife Symington (également un ancien pilote de l’Air Force). Celui-ci, qui était accompagné d’un extraterrestre de carnaval, tourna en dérision l’observation des centaines de témoins. Une fois ses fonctions quittées, Fife Symington avoua avoir lui-même observé l’objet, « certainement pas fait de main d’homme ». Il s’agissait à l’époque, ajouta-t-il, de ne pas affoler la population. (Déclaration faite lors de la conférence du National Press Club de Washington D. C., en 2001.)

Le général chilien Ricardo Bermudez a exposé le cas, survenu le 24 juin 2010, de trois avions, un militaire et deux civils, ayant, à l’approche de Santiago, croisé la route d’objets lumineux très rapides. Le général Bermudez a dirigé le comité d’étude des phénomènes aériens inexpliqués, lequel dépend de l’agence de l’aviation civile chilienne.

 

1. Steven Greer :

197591_194569177243350_3094062_nLe 9 mai 2001, Steven Greer a réuni au National Press Club de Washinton D. C., devant des journalistes accrédités, plus de vingt témoins issus des rangs de l’armée, d’agences de renseignement, de gouvernements et de milieux industriels et scientifiques, ceci afin d’établir la réalité du phénomène OVNIs. Parmi eux, il y avait John Callahan (retraité de la FAA), Charles Brown (retraité de l’Air Force), Michael Smith (contrôleur radar), Enrique Kolbeck (contrôleur aérien), Graham Bethune (retraité de la Navy)… Plusieurs d’entre eux avaient des habilitations « top secret ». Cette réunion fut l’acte fondateur du Disclosure Project. Un document de 500 pages fut remis à la presse, au gouvernement et aux scientifiques. La conclusion : le phénomène OVNIs est réel et traduit une présence extraterrestre…

En novembre 2007, le réalisateur de documentaires James Fox fit venir au National Press Club plusieurs témoins pilotes (dont les Français Jean-Charles Duboc et Jack Krine), ainsi que Claude Poher, Wilfried de Brouwer, Nick Pope, Charles HaltJames Fox a réuni ces témoignages dans son film : « I know what I saw » (« Je sais ce que j’ai vu »).

Dans sa conférence au congrès de Phoenix, Steven Greer a dit que l’activité au sein du CSETI (Center for the Study of Extraterrestrial Intelligence) et du Disclosure Project s’apprêtait à franchir « un saut quantique » en 2012, des centaines de témoins s’étant manifestés depuis 2001… Il a annoncé que son groupe allait s’intéresser plus particulièrement aux aspects liés à l’énergie et aux systèmes de propulsion. Il a raconté comment il avait, sous l’administration Clinton, « briefé » le directeur de la CIA. Le directeur lui a expliqué qu’il voulait être briefé parce qu’il n’avait aucune information sur le sujet alors qu’il en avait fait la demande officielle par sa chaîne de commandement. On avait répondu au directeur qu’il n’y avait pas de projets spéciaux. Le directeur révéla à Steven Greer que l’entourage du Président des Etats-Unis n’hésitait pas à mentir à ce dernier sur les dossiers les plus sensibles. Steven Greer réalisa que la révélation ne viendrait jamais des autorités fédérales, lesquelles seraient obligées de reconnaître qu’elles ont, au mieux, caché des informations au public, et, au pire, qu’elle sont été elles-mêmes ignorantes de dossiers traités par des agences occultes. Steven Greer a déclaré qu’aucun Président ou sénateur ne voudra admettre qu’il existe un gouvernement parallèle, secret, avec son propre agenda, qui a menti au Président et a eu « des activités criminelles ». C’est ce que lui a confié, dit Steven Greer, son interlocuteur à la CIA.

Le Projet Divulgation veut révéler la présence extraterrestre mais aussi la raison du secret. Steven Greer et ses collaborateurs s’intéressent à la « conscience transdimensionnelle » : ils établissent des contacts lors de méditations en pleine nature. Ces « rencontres du cinquième type » sont des expériences de méditation et de vision à distance visant à établir un contact bilatéral avec des intelligences extraterrestres qui peuvent être des manifestations lumineuses, physiques, voire « psychiques ». Steven Greer dit avoir eu des milliers de ces contacts.

« Nous avons une vidéo où nous faisions une méditation et nous avons vu des objets venant de la montagne, puis un vaisseau de lumière s’élever devant nous. Puis, à une vitesse incroyable, il nous a survolés, s’est dématérialisé, ‘rematérialisé’, puis est parti comme une spirale avant de disparaître dans le ciel. Nous étions trente personnes et tout le monde était effaré. Il faut que nous diffusions ces images. » (S. Greer)

Certaines manifestations filmées seraient « transdimensionnelles », comme un être spirituel se manifestant à travers un champ électromagnétique. Un participant aux groupes de méditation de Steven Greer a déclaré, à propos de sessions qui se sont produites en Californie, France et Angleterre, en novembre 2009 et juillet 2010, que les détecteurs électromagnétiques se sont mis en alerte pendant des heures. Il a aussi évoqué « des séquences de sons, comme une mélodie », entendues en France puis émises à nouveau en présence d’un crop circle anglais, le détecteur étant éteint. Des formes sont visibles sur des photos, des lampes de voitures se sont allumées toutes seules, et une explosion de lumière a été observée au milieu du Joshua Tree National Park (Californie).

 

2. Stephen Bassett :

12592222_10155006426222524_3882565177716133325_nLa première « Disclosure Petition » de Stephen Bassett a reçu une réponse officielle de la Maison Blanche dans la rubrique « We the people » (nous le peuple). Il avait demandé à l’Administration Obama d’admettre la présence extraterrestre et de révéler les informations sur ce sujet. A Phoenix, il a expliqué que le nombre des signatures recueillies a permis d’obtenir une réponse et une position officielle de la Maison Blanche. La réponse, on s’en doute, était négative. La pétition numéro 2 a alors été mise en ligne pour que le gouvernement réponde à des questions précises, mais cette pétition n’a pas recueilli un nombre suffisant de signatures pour déclencher une procédure de réponse de la Maison Blanche. Stephen Bassett a lancé une troisième pétition à propos des incidents impliquant des objets volants ayant désactivé des armes nucléaires…

 

3. Autres intervenants :

L’hypnothérapeute Yvonne Smith a parlé des sessions qu’elle mène avec les « enlévés ». Elle a conduit des sessions chaque matin pendant la durée du congrès, avec des dizaines de personnes.

Clifford Clift a expliqué pourquoi il avait démissionné de la direction du MUFON (Mutual UFO Network).

Peter Robbins a rendu hommage à son ami Budd Hopkins, artiste et pionnier de l’étude des enlèvements.

Le sociologue italien Roberto Pinotti a expliqué que la loi sur la liberté d’information (FOIA, Freedom of Information Act) avait permis de diffuser des documents « qui mentionnent des équipements étranges, probablement issus d’études » de rétro-ingénierie.

Trois « contactés » ont témoigné : Steve Pierce, John Goulette et Travis Walton. Ce dernier a raconté ce qui lui était arrivé en novembre 1975, alors qu’il se trouvait avec un groupe de bûcherons dans la montagne d’Arizona. Au sommet d’une colline, ils virent ce que l’un des témoins qualifia de « lumière magnifique ». En s’approchant de celle-ci, ils s’aperçurent qu’elle venait d’au-dessus d’eux. En voulant fuir, Travis Walton fut frappé par un « rayon » et il perdit connaissance. Les autres témoins, après s’être dirigés vers leur camion, revinrent sur les lieux. Ils constatèrent alors la disparition de leur compagnon. Ce dernier ne fut retrouvé que cinq jours plus tard, avec seulement quelques bribes de souvenirs de ce qui lui était arrivé.

Une semaine après, Travis Walton put revivre les événements vécus pendant son absence, grâce à une séance d’hypnose conduite par le docteur James Harder (de l’université de Berkeley). A bord d’un vaisseau, il s’était trouvé en présence de deux races d’aliens et avait été soigné pour un choc électrique violent. Lors des examens pratiqués par la suite, les médecins n’ont pas observé d’anomalie, à part des ondes cérébrales synchronisées et une trace de piqûre au coude. Travis Walton dit qu’il sait ce qu’il a vu, que ce n’était pas un hélicoptère ou Jupiter, comme il l’entend dire parfois. (1)

 

Référence :

1. Jocelin Morisson, « Congrès international d’ufologie d’Arizona. Phoenix maintient le contact », in « Nexus », n° 80, mai-juin 2012, p. 92-96.

 

V. Congrès international d’ufologie en Arizona, février 2016 :

Du 17 au 21 février 2016, un Congrès international d’ufologie a eu lieu en Arizona. Voici la liste des intervenants : Lee Speigel, Jacques F. Vallee, Merrill Cook, David Hatcher Childress, Douglas Trumbull, Marc Dantonio, David M. Jacobs, Emily Trim, Luigi Vendittelli, Dr. Claude Swanson, Chase Kloetzke, Nick Redfern, Ron Westrum, John Greenewald Jr., Barbara Lamb, Reuben Langdon, Jeremy Kenyon Lockyer Corbell, Nick Pope, Chris Rutkowski, Paul Davids, Samuel J. Maranto, Robert Powell, Joe Lewels, Alejandro Rojas, Yvonne Smith, Ben Hansen.

Lee-SpeigelLe thème de la conférence de Lee Speigel (LeeSpeigel.com), ce dernier ayant notamment produit et écrit, en 1975, un documentaire pour CBS Inc. : “UFOs : The Credibility Factor”, était : « UFOs And Science : Bringing Together Clarity And Credibility – Not Ridicule ». Lee Speigel et Jacques Vallée ont développé, dans ce Congrès, l’idée que le phénomène OVNIs a été présent dans l’histoire de l’humanité bien avant l’ère moderne.

 

 

 

 

 

Jacques Vallée a commencé à s’intéresser aux OVNIs dans les années 1960. Jacques-Vallee

 

 

 

 

 

 

Merrill-CookMerrill Cook a été l’un des membres du panel du Citizen Hearing on Disclosure.

 

 

 

 

 

 

 

David-ChildressDavid Hatcher Childress (né en France en 1957) est l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels : « Lost Cities and Ancient Mysteries of South America » ; « Lost Cities of Ancient Lemuria & the Pacific » ; « Lost Cities of North and Central America » ; « Lost Cities of Atlantis, Ancient Europe & the Mediterranean » ; « The Mystery of the Crystal Skulls » Il s’est aussi intéressé à l’énergie libre, à l’anti-gravité et aux OVNIs. Ses livres sur ces derniers sujets comprennent les titres suivants : « The Anti-Gravity Handbook » ; « Anti-Gravity & the World Grid » ; « Anti-Gravity and the Unified Field » ; « Extraterrestrial Archeology » ; « A Hitchhikers Guide To Armageddon » ; « The Free-Energy Device Handbook » ; « Man-Made UFOs » ; « The Time Travel Handbook » ; « Atlantis & the Power System of the Gods » ; « Pirates and the Lost Templar Fleet » ; “The Mystery of the Olmecs” ; « Ark of God »David Childress a participé à diverses émissions télévisées, dont « Sightings and Encounters » (Fox-TV) et « The Conspiracy Zone », à des émissions de Discovery Channel, de The Sci-Fi Channel, de The History Channel, de The Travel Channel, ainsi que dans la série documentaire « Ancient Aliens » (diffusée en France, sous le titre « Alien Theory », sur RMC Découverte), consacrée à la théorie des « anciens astronautes ». En France, les éditions La Huppe ont publié, en 1984, l’un de ses livres : « Les technologies des dieux ». Il est aussi apparu dans l’émission canadienne « Weird of What ? ». Il a un magazine, « World Explorer »... Son site Web est : AdventuresUnlimitedPress.com Il a, lors du Congrès de février 2016, abordé le thème : « Ancient Aliens and Megalithic Construction ».

Douglas-TrumbullDouglas Trumbull (DouglasTrumbull.com) est un cinéaste spécialiste des effets spéciaux. Il a contribué aux effets photographiques spéciaux de : « 2001, l’Odyssée de l’Espace », « Rencontres Rapprochées du Troisième Type », « Blade Runner », etc. Il s’est aussi intéressé aux OVNIs. Il est à l’origine du Projet UFOTOG et il travaillé en partenariat avec Marc Dantonio, ce dernier étant un Analyste Photo et Vidéo du MUFON (organisme américain de recherche sur les OVNIs, dont des dossiers sont évoqués dans la série documentaire diffusée en France sur la chaîne Numéro 23 : « Hangar 1 », première saison en 2015, deuxième saison en 2016). L’objectif est de développer un dispositif permettant de scanner le ciel à la recherche d’OVNIs et d’obtenir des données scientifiques grâce à l’utilisation de divers instruments. Marc-DantonioMarc Dantonio, qui est diplômé en astronomie, est apparu dans de nombreux programmes télévisés sur CNN, Discovery, SciFy, History, National Geographic, etc. Titre de la conférence, en février 2016, de Marc Dantonio et de Douglas Trumbull : « Light Years To Earth ». Ils ont, à cette occasion, fait une revue des dernières découvertes relatives aux exoplanètes, cette quête constituant une motivation pour la recherche de signes, sur notre planète, de la présence d’une civilisation extraterrestre. Ils ont aussi présenté leur système UFOTOG II, lequel est destiné à détecter ces signes d’une présence étrangère.

 

David-JacobsDavid Jacobs, un professeur d’Histoire (Université Temple, Philadelphie) à la retraite, est aussi un ufologue spécialisé dans l’étude des « abductions » ou « enlèvements extraterrestres ». C’est en 1965 qu’il s’est intéressé à la recherche ufologique. En 1973, il a achevé sa thèse doctorale sur la controverse relative aux OVNIs en Amérique. De 1977 à 2011, il a enseigné, à l’Université Temple, le seul cours universitaire existant aux Etats-Unis sur les OVNIs et les « abductions » : « UFOs and American Society ». Depuis le début des années 1980, il s’est spécialisé dans le phénomène des « abductions », et il a étudié, depuis, plus de 1150 « abductions » impliquant 150 individus. Il a publié cinq livres sur les OVNIs et les « abductions », le dernier étant (au moment du Congrès), « Walking Among Us ». Depuis 1972, il a publié des centaines d’articles. Il est aussi intervenu dans des émissions télévisées et de radio, et il a fait des interviews sur Internet. (Site Web : UFOAbduction.com) Sa conférence au Congrès de février 2016 était : « Understanding the Abduction Phenomenon ». Il a, au cours de celle-ci, défendu l’idée que le phénomène d’« abduction » relève d’un programme ayant un but précis et impliquant certains « aliens »

 

Emily-Trim-BEmily Trim était écolière à l’école primaire Ariel près de la ville de Ruwa au Zimbabwe, lorsque, le 16 septembre 1994, de nombreux écoliers ont déclaré avoir vu un vaisseau atterrir près de l’école, d’étranges êtres étant sortis de l’engin et ayant interagi avec eux. Cet incident est devenu célèbre à la suite de sa couverture par la BBC, laquelle interviewa les enfants peu après l’événement. John Mack, psychiatre à Harvard, se rendit à l’école afin d’interviewer les enfants et d’enregistrer leurs témoignages. Emily Trim, qui fut l’un de ces enfants, déclare que cet incident continue aujourd’hui à l’affecter. Elle dit qu’elle s’est trouvée près des êtres et qu’elle croit qu’on lui a donné des messages. Elle a commencé à peindre et à dessiner de belles images qu’elle perçoit comme une manifestation des messages reçus. Lors du Congrès de février 2016, où elle a montré ses peintures et dessins, elle a fait une conférence : « E.T. Contacts and the Ariel School Incident ». Avec son ami Luigi Vendittelli (DroneVU.com), un chercheur en OVNIs et « abductions », elle a évoqué ses expériences et parlé de la façon dont les messages reçus se manifestent à ce jour. C’était la première fois qu’Emily partageait son expérience en présence d’un auditoire américain. Luigi Vendittelli est propriétaire d’une compagnie de marketing et de promotion à Montréal au Québec, et il a aussi fondé une compagnie qui fournit un système d’imagerie pour drone, Drone VU. Il a aussi étudié, pendant des décennies, les OVNIs dans le secteur de Montréal, et il a étudié les cas allégués de contact alien, plusieurs de ces cas lui étant parus crédibles.

Claude-SwansonLe Docteur Claude Swanson (SynchronizedUniverse.com) a fait ses études de physique au MIT et à l’Université de Princeton. Sa thèse de doctorat à Princeton a été faite au « Gravity Group », dans le domaine de l’astronomie et de la cosmologie expérimentales… Claude Swanson s’est aussi intéressé à la « physique non conventionnelle », qui comprend des phénomènes tels que la perception extrasensorielle, la psychokinèse, les expériences hors du corps, la vision à distance, l’énergie de guérison à longue distance (« long distance energy healing »), le Qi Gong. Il a écrit ces deux livres : « The Synchronized Universe : New Science of the Paranormal » ; « Life Force : The Scientific Basis ». Au Congrès de février 2016, le thème de sa conférence était : « What the Science of the Torsion Field Can Teach Us About UFOs ». L’ufologie a toujours été confrontée à une grande difficulté puisqu’elle concerne des objets qui ne semblent pas obéir aux lois de la physique. Ainsi, le physicien Richard Feynman a dit, dans une vidéo diffusée sur YouTube, qu’il ne croyait pas aux OVNIs car ceux-ci lévitent, ce qui ne cadre pas avec la théorie de la gravité d’Einstein. Mais une nouvelle force inconnue de Feynman, appelée « torsion », fut découverte dans les années 1950 en Russie. Un programme de recherches sur plusieurs décennies confirma qu’il s’agissait d’une réelle force et que celle-ci devait être inclue dans la physique moderne. Cette force peut rendre compte de nombreuses énigmes défiant la science moderne, ce qui inclut la lévitation des OVNIs, les phénomènes paranormaux et le voyage à une vitesse dépassant celle de la lumière. Le livre de Claude Swanson : « Life Force – The Scientific Basis », donne des preuves de l’existence de cette force. Dans sa conférence au Congrès de février 2016, l’auteur a expliqué comment cette force pouvait rendre compte de nombreux phénomènes énigmatiques associés aux OVNIs. Ces phénomènes ne relèvent pas de la magie, mais font partie intégrante d’une nouvelle science.

Chase-KloetzkeChase Kloetzke est une employée à la retraite du Département de la Défense… Elle a étudié les OVNIs depuis 1994 et elle a rejoint, en 1996, le MUFON. Elle est notamment l’auteure de l’ouvrage suivant (avec Richard Dolan) : « The Field Manual For Professional Applications, Strategies and Methods For UFO, Paranormal & Unknown Biological Investigations ». Titre de sa conférence lors du Congrès de février 2016 : « On the Cusp : Meeting the Burden of Proof ».

 

 

 

 

Nick-RedfernLa conférence de Nick Redfern (NickRedfernFortean.blogspot.com) concernait les « hommes en noir » : « Men in Black : History and Mystery ». Qui sont ces curieux individus qui ont terrifié certains témoins d’OVNIs ? Lors de sa conférence, Nick Redfern a décrit certains cas classiques, il a montré des photos de MIB et il a présenté les diverses théories avancées pour expliquer la nature de ces Men in Black : agents du gouvernement, militaires, voyageurs du futur, aliens, hybrides humains-aliens.

 

 

 

 

Ron-WestrumRon Westrum, professeur émérite de sociologie à l’Eastern Michigan University, est un spécialiste de la sociologie de la science et de la technologie… Il a été consultant pour la NASA, pour le National Research Council et pour le MUFON (Mutual UFO Network). Titre de sa conférence au Congrès de février 2016 : « Hidden Events ».

 

 

 

 

 

John-GreenwaldJohn Greenewald Jr. (TheBlackVault.com) a utilisé la Loi sur la Liberté d’Information (FOIA) pour accéder à des dossiers de la CIA, du FBI, du Pentagone, etc. Il a accumulé un grand nombre de documents à propos des OVNIs, de l’assassinat de John Kennedy, des armes nucléaires, chimiques et biologiques, des avions top secret. Les archives Internet de John Greenewald, connues sous le nom de « The Black Vault », totalisent près de 1 million et demi de pages. Il est apparu dans des émissions télévisées sur History Channel, Discovery Channel, The Learning Channel, sur la FOX, sur NBC, sur la BBC, sur NTV (Russie)… Il a notamment été cité dans « Los Angeles Times », « Los Angeles Daily News » et « Baltimore Sun ». Sans oublier des émissions de radio (sur Coast to Coast AM, etc.). C’est à l’âge de 21 ans que John Greenewald a publié, en 2002, son premier livre : « Beyond UFO Secrecy », lequel a été de nouveau publié en janvier 2008. La conférence de John Greenewald au Congrès de février 2016 avait pour intitulé : « Inside The Black Vault : A 2 Decade Journey into the Declassified World of Government Secrecy ».

 

Lamb-BarbaraBarbara Lamb (BarbaraLambMFT.com) est une psychothérapeute/hypnothérapeute et une thérapeute en régressions résidant en Californie. Elle a fait « régresser » dans le temps au moins 1700 personnes associées à 2600 rencontres extraterrestres. S’intéressant au phénomène de l’hybridation humains-extraterrestres, elle connaît personnellement une douzaine de personnes qui ont un ADN extraterrestre et qui ont des contacts avec les êtres qui les ont créées, ces individus étant considérés comme étant des hybrides humains-extraterrestres. Barbara Lamb est la co-auteure des trois livres suivants : « Crop Circles Revealed », « Alien Experiences » et « Meet The Hybrids ». Sa conférence pour le Congrès de février 2016 avait pour intitulé : « Meet the Hybrids ». Barbara a fait de la thérapie par régression de mémoire depuis 1984, et depuis 1991 elle s’est spécialisée dans la régression de mémoire de certaines personnes afin de recueillir leurs souvenirs de rencontres avec des êtres extraterrestres. Elle a identifié, chez certains des « régressés », des êtres hybrides qui possèdent une portion significative d’ADN extraterrestre, ce qui les différencie de nous. Ces individus servent l’humanité tout en résidant parmi nous. Dans sa conférence, Barbara Lamb a présenté les témoignages fournis par quelques-uns de ces hybrides ainsi que les descriptions visuelles des êtres qui les ont créés…

Reuben-LangdonReuben Langdon (ReubenLangdon.com) est un acteur, un cascadeur et un producteur américain de films… Il a notamment travaillé pour « The Adventures of Tintin » (de Steven Spielberg et Peter Jackson) et « Avatar » (de James Cameron). En avril et mai 2013, il a produit « The Citizens Hearing on Disclosure » (CitizenHearing.org), un événement au cours duquel 40 témoins originaires de 10 pays témoignèrent, en présence de 6 anciens membres du Congrès américain, de la présence extraterrestre. Titre de la conférence lors du Congrès de février 2016 : « Best Footage from the Citizen Hearing on Disclosure ». Reuben Langdon et son partenaire Jeremy Corbell ont présenté les meilleures séquences vidéo du Citizen Hearing on Disclosure, et Jeremy Corbell a évoqué son travail d’investigation sur l’affaire Bob Lazar.

 

 

Jeremy-Corbell-picture-e1407531987747Jeremy Kenyon Lockyer Corbell (ExtraordinaryBeliefs.com) est un cinéaste produisant des films d’investigation. Sa recherche l’a amené dans les domaines de la nanotechnologie, de l’exploration aérospatiale avancée, des systèmes de propulsion « exotique », et il s’est intéressé au cas de John Lear. Il s’est aussi intéressé aux implants aliens et il a recueilli les confessions, sur leur lit de mort, d’anciens officiels du gouvernement et de la CIA qui déclaraient révéler la vérité sur les OVNIs… Il a investigué le cas de Bob Lazar. Voici les films évoqués :

1) « Lazar : Cosmic Whistleblower »www.AlienPropulsion.com En 1989, Robert Lazar révéla au public l’existence, sur la base secrète appelée S-4 (près de la célèbre Zone 51), d’un vaisseau alien conçu par rétro-ingénierie

2) « Nano Man : Utility Fog » www.iAMnanoMAN.com Ce film traite d’une présumée nanotechnologie extraterrestre trouvée sur le site d’atterrissage d’un OVNI.

3) « Immaculate Deception » www.ImmaculateDeception.com C’est le cas John Lear qui est ici abordé.

4) « Patient Seventeen » www.PatientSeventeen.com Ce film est consacré à Roger Leir, lequel était spécialisé dans la recherche d’implants de nature extraterrestre.

5) « Truth Embargo »www.TruthEmbargoMovie.com

6) « The Anonymous Interview » www.TheAnonymousInterview.com Il s’agit du témoignage controversé d’un ex-agent allégué de la CIA qui affirme avoir été exposé, pendant sa carrière militaire, à des réalités et technologies de nature extraterrestre. Sa confession « sur le lit de mort » (proche de la mort) – « deathbed confession » – a été enregistrée sous la forme d’un témoignage officiel dans le cadre du Citizens Hearing on Disclosure au National Press Club de Washington.

Titre de la conférence au Congrès de février 2016 : « The CIA, Off-World NanoTechnology and Bob Lazar Update ». Jeremy Kenyon Lockyer Corbell a évoqué les mises à jour de son travail d’investigation. Puis il a présenté, avec Reuben Langdon, certains des meilleurs extraits des enregistrements vidéo du Citizen Hearing on Disclosure.

Nick-PopeNick Pope (NickPope.net) a étudié les OVNIs pour le gouvernement britannique. Le sujet de sa conférence lors du Congrès de février 2016 était : « Disclosure : Who, What, Where, When and Why ? ».

 

 

 

 

 

 

Chris-RutkowskiChris Rutkowski (Ufology Research) est un auteur scientifique canadien diplômé en astronomie et en éducation. Il a été le président de la Winnipeg Science Fiction Society et du Winnipeg Centre of the Royal Astronomical Society of Canada. Depuis la moitié des années 1970, il a étudié des rapports sur les OVNIs et a écrit huit livres sur les OVNIs et thèmes associés, parmi lesquels : « Unnatural History » (1993), « Abductions and Aliens » (1999), « A World of UFOs » (2008), « I Saw It Too ! » (2009) et « The Big Book of UFOs » (2010). Il est apparu dans de nombreux programmes télévisés et radiodiffusés, incluant « Unsolved Mysteries », « UFO Hunters », « Sightings », « Eye2thesky », « The Paracast », « Close Encounters » (de Discovery) et « The Unexplained ». Le thème de la conférence au Congrès de février 2016 concernait les OVNIs au Canada. Dans les années 1950, l’ingénieur canadien Wilbert B. Smith avait appris que l’existence des soucoupes volantes est le sujet le plus hautement classifié au sein du gouvernement des Etats-Unis, à un niveau même plus élevé que celui de la bombe-H. Depuis, les chercheurs ont documenté plus de 25 000 dossiers canadiens sur les OVNIs, et de nombreuses études scientifiques sur le phénomène ont été publiées. D’importants cas d’OVNIs qui n’ont pas été publiquement présentés avant le Congrès en Arizona de février 2016 ont été évoqués lors de celui-ci.

Paul-DavidsPaul Davids a été le producteur exécutif et le co-auteur du film « Roswell » (1994), qui a été nominé pour le Golden Globe du Best Television Motion Picture. Il a fourni de la documentation sur Roswell à Bill Clinton en 1996 et 2008. Son intérêt personnel pour les OVNIs a été initié par son observation diurne en 1987, avec ses deux enfants, d’un objet discoïdal, cette observation ayant fait l’objet d’une étude du CUFOS. Son film le plus récent, à la date du Congrès, était « Marilyn Monroe Declassified », lequel allait être montré à l’Open Minds 2016 International UFO Congress, ce film fournissant la preuve que la CIA était conciente du fait que l’actrice avait une connaissance non autorisée d’une information OVNI classifiée, ce qui fut l’une des nombreuses causes de sa chute. Le thème de la conférence de Paul Davids était, lors du Congrès, « The CIA, UFOs and Marilyn Monroe ». Il s’intéresse, dans ce film, à la carrière de James Angleton (qui a travaillé à la CIA) et à la surveillance, par la CIA et le FBI, des femmes connues pour avoir été les maîtresses de John Kennedy, celles-ci comprenant Marilyn Monroe, Mary Pinchot Meyer et Judith Campbell Exner, une surveillance qui a aussi concerné d’autres femmes d’Hollywood dont les activités inquiétaient le FBI et la CIA : Dorothy Kilgallen (qui s’intéressait beaucoup aux OVNIs) et Jean Seberg. Quelles ont été les conséquences des liens tissés, dans les années 1950 et 1960, avec l’information hautement classifiée de la CIA ? Comment la connaissance sur les OVNIs glanée par John Kennedy a-t-elle mis Marilyn Monroe en danger ? Qu’est-ce qui permet d’étayer cela ?

sam-marantoSamuel J. Maranto s’est intéressé aux observations de Tinley Park en 2004 et à celle de l’aéroport O’Hare de Chicago en 2006, ces cas ayant été traités dans de nombreux programmés télévisés à travers le monde, parmi lesquels on peut citer les deux documentaires d’« UFO Hunters » sur History Channel : « Invasion Illinois & Aliens at the Airpor ». L’émission de Dateline NBC : « 10 Best UFO Encounters », a notamment traité des témoignages relatifs au cas de Tinley Park. Samuel Maranto, représentant du MUFON pour l’Etat de l’Illinois, a fait, lors du Congrès de février 2016, une conférence ainsi intitulée : « When the Evidence Speaks… Mass Sightings in the Heartland ».

 

 

 

Robert-PowellRobert Powell (ExploreSCU.org), qui est chimiste de formation, a travaillé dans l’industrie des semiconducteurs de 1978 à 2006. Il a oeuvré dans le domaine de la nanotechnologie… Depuis 2007, il a été Directeur de Recherche au MUFON et il est l’un des deux auteurs du rapport détaillé radar/témoin à propos des Lumières de Stephenville (Stephenville Lights). Il est aussi membre de la Society for Scientific Exploration et de la National Space Society. Il est actif en matière de requêtes FOIA envers diverses organisations gouvernementales afin d’obtenir de l’information sur des cas historiques, et il est le co-auteur d’un livre publié en juillet 2012 : « UFOs and Government : A Historical Inquiry ». Sa conférence au Congrès de février 2016 a eu pour thème : « A Detailed Analysis of an Unidentified Anomalous Phenomenon Captured in a Homeland Security IR Video ». Le 25 avril 2013, un objet inconnu vola à basse altitude en face de la piste de l’aéroport Rafael Hernandez à Aguadilla, Puerto Rico, provoquant le départ différé d’un avion commercial. L’objet a été capté par une vidéo infrarouge. L’objet de la conférence était l’analyse de cette vidéo, des déclarations testimoniales et des données radar.

 

Joe-LewelsJoe Lewels est l’auteur des deux livres suivants : « The God Hypothesis : Extraterrestrial Life and Its Implications for Science and Religion », « Rulers of the Earth : Secrets of the Sons of God ». Ils documentent ses années de recherche à propos des OVNIs et du phénomène des « abductions ». Il a passé un doctorat en journalisme et en communication de masse (Université du Missouri) et il est aussi un hypnothérapeurte. Il a été président des départements de journalisme et de communication de masse à l’Université du Texas à El Paso, durant la période 1972-1982. Il a été un contributeur régulier du « MUFON Journal »... Le thème de sa conférence au Congrès de février 2016 était : « Forbidden Science : UFOs and Religion ».

 

 

 

Alejandro-Rojas1Alejandro Rojas (OpenMinds.tv) est le Directeur des Opérations pour Open Minds Production, le présentateur d’Open Minds UFO Radio, l’éditeur et l’auteur contributeur d’OpenMinds.tv, et l’animateur de l’International UFO Congress. Il est aussi blogueur à « The Huffington Post ». Il a été, pendant des années, un porte-parole officiel du Mutual UFO NetworkIl est régulièrement apparu sur Coast to Coast AM et on l’a vu sur Travel Channel, Syfy, National Geographic, and E !. Le sujet de sa conférence au Congrès de février 2016 était : « Strange Alien Encounters ».

 

 

 

 

Yvonne-SmithYvonne Smith (CEROInternational.com), qui s’est intéressée aux victimes du Syndrome Post Traumatique, a obtenu en 1990, de la part du California Hypnosis Motivation Institute, son certificat d’hypnothérapeute, cet Institut constituant la seule institution d’accréditation de ce type aux Etats-Unis. En tant que praticienne, elle a constaté que de nombreux patients faisaient état d’un scénario d’« abduction alien » et d’autres expériences de rencontre rapprochée. Aussi, en 1991 elle a fondé le CERO (Close Encounter Research Organization, plus tard renommé Close Encounter Resource Organization), lequel a mis en place des rencontres de groupes de soutien au cours desquelles des patients présentant le Syndrome Post Traumatique peuvent partager leurs pensées et leurs sentiments à propos de leurs expériences inhabituelles et des difficultés qu’ils rencontrent. En janvier 2012, le CERO a célébré son vingtième anniversaire avec une présentation privée de « Fire in the Sky », en présence de Travis Walton et de Steve Pierce, ce dernier ayant été, environ 35 ans auparavant, un témoin de l’enlèvement de Travis Walton. Dans le cadre de sa contribution au Congrès de février 2016, Yvonne Smith a conduit des séances et animé un comité d’Abduction (Abduction Panel).

 

Ben-Hansen-Night-VisionBen Hansen (BenHansen.com, Night Vision Optics) a été diplômé de l’Université de l’Utah (en sociologie, en criminologie…). Il a participé au magazine télévisé de Syfy : « Fact or Faked : Paranormal Files ». On a aussi vu Ben Hansen dans la série de documentaires sur les OVNIs : « UFOs Declassified ». Egalement présent sur le « Canada History channel » et sur le « Yesterday channel » au Royaume-Uni, il devait apparaître sur le « Smithsonian channel » aux Etats-Unis. Il y apparaît en tant que chercheur en OVNIs et commentateur. Il est souvent sollicité afin d’analyser les photos et les vidéos pour le « Huffington Post Weird News ». (Source : www.ufocongress.com)

 

 

 

 Alain Moreau

 

Share This:

Les commentaires sont fermés.