Retour sur les attentes apocalyptiques de 2012

mont-cite-lumiere" A l’approche de 2012, on a vu se multiplier la publication d’ouvrages relatifs à cette année : “Apocalypse 2012” (Lawrence Joseph, éditions Michel Lafon, 2007) ; “2012 : le rendez-vous” (Sylvie Simon, éditions Alphée, 2009) ; “2012 : le retour du Féminin” (Christine R. Page, éditions Alphée, 2009), etc. La liste serait longue. Et, bien sûr, divers reportages télévisés ont été consacrés au sujet, notamment en 2011-2012 (sur TF1 une émission du magazine “Enquêtes et révélations”, sur Direct 8, etc.).

De très nombreuses communications reçues en channeling ont mentionné la date de 2012 comme importante dans l’histoire de l’humanité. Néanmoins, l’origine de l’intérêt porté à cette date (dans les milieux du Nouvel Âge) remonte aux Mayas.

Le calendrier sacré des Mayas est le « Tzolkin ». Selon Patrick Drouot, ce calendrier, qui raconte l’histoire de l’humanité sur une période de 5000 ans, débute en 3100 avant J.-C. pour finir en 2012. Cette période de 5000 ans est divisée en périodes appelées « Baktuns ». Chaque « Baktun » est désigné par un glyphe et un nom.

calendrier-mayaLe Baktun correspondant au cinquième siècle avant J.-C. – époque du Bouddha – s’appellerait « Baktun de l’Enseignement Sacré ».

Le Baktun couvrant le début de notre ère et l’avènement du Christ serait le « Baktun de Celui qui a été oint ».

Le Baktun concernant les onzième et douzième siècles serait celui des « Guerres saintes ».

Au neuvième siècle, période de la disparition de la civilisation maya, on trouverait le « Baktun du Départ » (symbolisé par Pacal-Votan), le glyphe correspondant signifiant, selon José d’Argüelles, « Celui qui vient des étoiles ».

Le dernier Baktun, qui correspondrait à 2012, s’appellerait « Baktun de la transformation de la matière ».

« Il est dit que le corps de lumière des humains fusionnera avec le corps de lumière de la Terre Mère. »

Baktun1  Baktun2

 Divers ouvrages et articles se sont focalisés sur le calendrier maya, en mettant l’accent sur cette date de 2012 présentée comme étant la fin dudit calendrier. Parmi les livres, citons notamment celui de Barbara Hand Clow : “Le code maya” (éditions Alphée, 2007), et celui de Lawrence Joseph : “Apocalypse 2012” (éditions Michel Lafon, 2007).

livre-Le-code-mayaBarbara Hand Clow a développé les théories de Carl Johan Calleman, de José Argüelles et de John Major Jenkins. C’est une femme chamane indigène Cherokee par le biais de son grand-père Hand. Elle a été reconnue comme guérisseuse chamane dans la lignée de la tradition maya. Voici ce que note, à son propos, Fanchon Pradalier-Roy :

« Elle a passé les idées de Calleman au crible de ses propres explorations. Elle a fait un travail de méditation active pendant lequel elle explique recevoir des guidances de grands Esprits. Son grand-père lui avait révélé dans sa jeunesse qu’elle était enfant des Pléiades et qu’elle recevait des informations de leur part. Barbara ose dire qu’elle est fille des Pléiades et qu’elle est inspirée par les Pléiadiens, dont la conscience cosmique aide à guider la Terre. »

Avant “Le code maya”, Barbara Hand Clow avait déjà écrit deux ouvrages majeurs, “Catastrophobia”, qui étudie les mémoires des catastrophes, et “L’agenda pléiadien”, qui traite de la méditation active et des neuf dimensions de la conscience…

L’année 2012 était perçue non pas comme la fin du monde, mais comme la fin d’un monde. En 2012 se terminait la « grande année sacrée » de 5125 ans qui a débuté en 3113 avant notre ère. (2)

Lawrence-Joseph-Apocalypse-2012Certains auteurs, se basant sur le calendrier maya, ont prophétisé à tort, pour l’année 2012, des catastrophes planétaires. Le livre de Lawrence Joseph se situe dans cette mouvance. Louis Benhedi, qui animait l’émission “Les aventuriers de l’étrange” sur Sud Radio, a parlé d’oiseaux de mauvais augure qui nous annonçaient une apocalypse en 2012, cette annonce de mauvaises nouvelles n’ayant que pour objectif, disait-il, de faire vendre du papier. Il a dit, avec raison, qu’il n’y a pas d’apocalypse maya en 2012 et qu’il ne s’agit là que de foutaises. Dans son émission du 15 décembre 2007 (rediffusée le 26 janvier 2008), il avait interviewé le docteur Antoon Leon Vollemaere, un spécialiste de la civilisation maya qui affirme que la date de fin 2012, censée correspondre à la fin du calendrier maya, constitue une erreur grossière. On utilise, dit ce spécialiste, une corrélation erronée depuis 1905, le calendrier maya s’achevant en réalité le 12 décembre 1546 (à l’époque des conquistadores). Le « point O », sur lequel se fondent ceux qui mettent en exergue la date de 2012, est, nous dit-on, un « deuxième point O » que les Mayas avaient déjà fait 1000 ans auparavant. Ceux qui se réfèrent à 2012 n’auraient pas tenu compte de ces 1000 ans. La fin du calendrier maya aurait donc eu lieu il y a longtemps. Antoon Leon Vollemaere est l’auteur du livre : “Apocalypse maya 2012 : foutaise ou science ?” (éditions Louise Courteau, 2010).

 

1. Pas de catastrophes planétaires en 2012 :

Si certaines sources se sont contentées de parler de « changement d’énergie » associé à 2012, d’autres par contre ont associé cette date au scénario des « tribulations ».

Selon ces dernières sources, évacuation, basculement des pôles et Ascension, qui seraient connectés, étaient censés se produire en 2012 ou autour de cette date. Voici quelques sources qui ont fait état de ce scénario :

David-wilcockDans un message censé émaner d’Ashtar Sheran et canalisé par David Wilcock le 12 décembre 2002, on lisait que l’évacuation devrait avoir lieu à la fin de l’année 2012, un renversement des pôles devant se produire avant l’Ascension. Avant le renversement des pôles, il devait y avoir l’évacuation (celle-ci consistant en un embarquement de masse dans des vaisseaux spatiaux). Les vaisseaux devaient arriver dans le ciel pour permettre à ceux qui étaient prêts d’embarquer.

« Le moment venu, il sera important que votre décision soit prise assez rapidement car vous aurez peu de temps. Il vous faudra accepter de vous avancer sous nos rayons et d’embarquer, sans la possibilité de rien emmener avec vous. (…)

Vous devrez être prêts à partir ou bien vous resterez derrière pour vivre les changements de la Terre physique qui risquent d’être plus que traumatisants.

Comprenez que tous se verront offrir la possibilité d’embarquer, mais il est possible que bien peu fassent ce choix parce qu’ils seront paralysés par la peur. (…) » (Texte qui était disponible sur le site www.erenouvelle.com)

alain_moreauEvidemment, l’année 2012 s’est achevée sans que de tels événements ne se soient réalisés. D’ailleurs, des annonces analogues ont déjà montré l’inanité de ce genre de prophéties. Voici par exemple ce qu’on pouvait lire sur Internet, à propos de messages censés émaner du même Ashtar (ces messages ayant été canalisés en 2003) :

evacuation-planetaire-ascensionashtar2Il y évoquait une phase de destruction de la planète, laquelle était censée se terminer en 2012. Avant cette date, il devait y avoir des guerres (civiles, entre peuples) et des génocides, ainsi que des catastrophes naturelles. Cette source évoquait les trois vagues d’Ascension qui avaient été mentionnées au début des années 1990 (Eric Klein, etc.), la « date ultime » (sic) étant fin 2012. Le 20 mai 2003, la première vague était présentée comme étant imminente (« d’ici quelques mois »). Pour que cette vague puisse avoir lieu, il fallait un minimum de 144.000 personnes. Cette première vague était censée durer environ un an. Le but de ceux qui auraient bénéficié de cette Ascension aurait été l’apprentissage de ce qu’il y aurait eu à faire après 2012 : diriger les opérations afin que la planète retrouve sa beauté.

La deuxième vague était censée débuter quelques mois après la première. Même chose pour la troisième. Tout ceci devait se produire avant 2012, avant l’évacuation.

L’humanité devait arriver à ascensionner par elle-même, mais elle a, nous disait-on, été freinée par les « forces de l’ombre ». Une aide extérieure aurait été par conséquent nécessaire.

La base du processus d’Ascension est l’amour. Ce dernier est la clé, la première marche de l’ascension vers le Royaume de Dieu. La planète ascensionnera lorsque le nombre de ses habitants « ayant acquis une maturité d’amour » sera plus important que les individus « restés dans l’ombre ». La date prévue était, selon cette source, 2009, une prévision absurde et qui ne s’est évidemment pas vérifiée.

alain_moreauLa fin 2012 devait être l’entrée de la planète dans la cinquième Dimension, ce qui ne s’est évidemment pas vérifié. Cette source précisait cependant que très peu d’êtres humains ascensionneraient avec leur corps physique (et choisiraient donc de disparaître de la Terre). Par contre, et au fur et à mesure que le taux vibratoire de la planète va augmenter, des dons psychiques vont se développer : dédoublement (ou sortie hors du corps), etc.

Il devait y avoir plusieurs vagues (d’Ascension), certains êtres étant transférés à bord de vaisseaux. Ces êtres, cependant, devaient être minoritaires. Le processus devait être le même que celui que vit l’âme après la mort : analyse, en présence du guide, de la vie de la personne, évaluation des points sombres qui doivent être épurés.

desertA la fin 2012 (la date donnée étant le 21 décembre 2012), la Terre était censée avoir un « air de désolation » (à cause de la présence de polluants, d’énergies négatives), mais l’humanité aurait dû être sauvée à bord de vaisseaux par une évacuation de très brève durée. La planète devait « mourir » pour mieux « renaître », et la durée entre le moment où la Terre devait « mourir » et celui où elle devait « renaître » aurait dû être de quelques secondes en temps terrestre. La Terre aurait alors repris sa vitalité, mais beaucoup de choses auraient dû, selon cette source, changer, comme l’axe des pôles. Les gens ne se seraient pas aperçus, pour la plupart, de l’évacuation. (!) Beaucoup de gens, cependant, auraient dû voir les vaisseaux plusieurs semaines avant celle-ci. La Terre aurait donc été évacuée, nettoyée de ses ondes négatives (sic), « purifiée, transformée en nouveau-né du point de vue énergétique principalement ». Pendant quelques secondes, l’air n’aurait plus été respirable sur Terre, et les êtres humains (ainsi que les animaux) auraient été évacués… L’énergie terrestre (oxygène, etc.) aurait été remplacée par de « l’énergie pure » (sic). Les végétaux, eux, auraient été anéantis. Pendant quelques secondes, il y aurait alors eu une nouvelle énergie, laquelle aurait transformé l’énergie négative existante en une « énergie pure et divine »…

Très peu de temps terrestre se serait écoulé entre l’Ascension et le retour sur Terre, à l’exception d’un petit nombre d’individus devant rester dans les vaisseaux afin d’aider la Terre à devenir un paradis. Le temps de l’initiation aurait varié de quelques jours à plusieurs mois, mais le temps passé « là-haut » aurait été réduit « à quelques fractions de seconde » afin que les gens sur Terre ne puissent s’apercevoir d’une absence…

Les gens se seraient nourris, pendant un certain temps, de grains secs, de riz, de provisions. Cela aurait pris quelques mois pour que l’on puisse à nouveau trouver tous les végétaux nécessaires à l’alimentation.

Comment la Terre était-elle censée être après 2012 ? Nous devions vivre une période magnifique, les Terriens vivant dans le respect de l’autre et de la planète. Il aurait cependant fallu plusieurs centaines d’années pour que tout redevienne exactement comme dans le Royaume de Dieu. Ce qui devaitêtre un peu plus lent à faire changer, c’est le cœur des humains. Mais on nous assurait que, dès 2013, les relations humaines allaient être différentes de ce qu’elles étaient au moment de la réception du “message” …

nouvelle-terre3 nouvelle-terre2 nouvelle-terre1

alain_moreauTout cela ne s’est évidemment pas vérifié, le processus d’Ascension (avec, ici, son cortège de catastrophes planétaires) n’étant pas sérieusement envisageable pour notre époque. Et, bien sûr, l’année 2012 est passée sans que cet événement ne se soit produit !

Selon cette source, après 2012 il devait y avoir :

1. Un système économique remodelé, la nouvelle économie étant alors basée sur l’amour, le respect et la justice.

2. La présence, sur Terre, de certains frères et sœurs galactiques.

Si la nouvelle économie basée sur l’amour, le respect et la justice, n’est guère concevable pour notre siècle, le contact officiel avec des visiteurs de l’espace est par contre envisageable pour l’actuel vingt-et-unième siècle…

On lit, dans un message de Matthew Ward daté du 2 août 2012, cette déclaration :

« Dans un récent message, nous avons déclaré que le Conseil a jugé opportun d’attendre la fin de l’année pour que les équipages atterrissent en grand nombre et que les membres de notre famille universelle vivant parmi vous puissent s’identifier. Nous avons également souligné que rien n’a été gravé dans la pierre, de sorte que les retrouvailles pourraient se produire plus tôt, et le potentiel est tel que cela se produira. »

alain_moreauMalheureusement, rien de tel ne s’est produit à la date donnée…

 

 

Dans un message daté du 4 janvier 2012, Matthew Ward a déclaré qu’à « la fin de cette année 2012 magique » (sic), la Terre « sera au seuil de la quatrième densité, où rien des basses vibrations de l’obscurité ne pourra y pénétrer ». Il a annoncé des changements monumentaux devant arriver l’un après l’autre et donnant peu de répit aux personnes pour les assimiler et pour s’y adapter. C’est, disait-il, la destinée de la Terre de quitter la 3D. Il ajoutait qu’aucun être doté d’un esprit et d’un cœur ténébreux ne demeurerait sur la planète ! Selon cette source, les âmes – peut-être des milliards – n’ayant pas de penchant obscur allaient également quitter, au cours des mois suivants, le plan physique… Il ne devait pas y avoir d’exode en masse, mais plutôt, au cours de l’année, le décès d’un plus grand nombre de personnes que d’habitude. Toute l’obscurité de la planète « aura disparu d’ici un an : les gens qui demeureront alors encore sur Terre seront baignés de Lumière, unifiés dans la paix et le respect mutuel, et la vie se déroulera en harmonie avec la Nature » ! Jusqu’en novembre 2012, prétendait cette source, tant de choses auront eu lieu partout dans le monde, que le scénario politique actuel aux États-Unis sera aussi insignifiant qu’un grain de poussière dans une tornade et que l’économie mondiale aura été stabilisée ! Dans un message daté du premier février 2012, la même source déclarait qu’il n’y aura pas de guerre nucléaire, pas de terrorisme comme les attentats du 11 septembre 2001, pas de pandémies, et pas de corps céleste entrant en collision avec la Terre, ni de changement cataclysmique sur les terres et les mers qui rendrait la planète inhabitable. Dans un message daté du premier avril 2012, Matthew Ward précise que, dans les messages précédents, « nous avons dit qu’il n’y aura pas de différence marquée » entre les derniers jours de décembre 2012 et les premiers jours de janvier 2013.

« S’il vous plaît, ne vous attendez pas à voir toutes les merveilles de l’Âge d’Or se produire à la fin de l’année ! » (M. Ward)

Il n’y aura pas, ajouta-t-il, « d’exode en masse » en décembre 2012. (Ces messages de Matthew Ward sont disponibles, en langue française, sur le site : http ://galacticchannelings.com)

Pourquoi alors Matthew Ward nous parlait-il de milliards d’individus devant quitter la planète ? Il s’agit là manifestement d’une allusion à la fantastique Ascension planétaire que diverses sources canalisées ont prophétisé (à tort) pour notre époque ! Parmi les allégations relatives à ce prétendu changement de Dimension, citons celles-ci (lisibles sur un autre site Web) :

« Les dernières heures avant le changement de Dimension proprement dit sont un moment très particulier où la quatrième Dimension se met à déborder dans la troisième. Il se produit alors des manifestations étranges ; chacun se met à percevoir des couleurs et des formes auxquelles il n’était pas habitué. Parfois, les nez s’allongent, parfois les cheveux changent de couleur ; certains visages semblent irradier une merveilleuse lumière, tandis que d’autres commencent à se fractaliser ou à être affligés de rictus d’une incroyable laideur. » (Olivier de Rouvroy)

Le jour où ce genre de phénomènes commencerait à se produire à grande échelle, on pourrait dire que nous aurions quitté la troisième Dimension terrestre pour de bon !

Habituellement, quand ces manifestations insolites surviennent, ce serait le signe que l’axe de la planète est en train de changer, mais nous n’en serions pas conscients parce que nous serions littéralement propulsés dans un autre espace-temps.

Le tout premier signe d’un changement de Dimension planétaire serait un abaissement très prononcé du champ magnétique de la planète. La modification brutale de la grille magnétique et le basculement des pôles s’accompagneraient d’une perte de densité énergétique et d’une baisse accélérée de la résonance de Schumann, c’est-à-dire de la fréquence terrestre, avant le passage au point zéro et l’apparition de la nouvelle Dimension. Notre troisième Dimension actuelle disparaitrait alors…

Certains objets synthétiques, selon leur degré de stabilité, se désintégreraient ou fondraient littéralement sous nos yeux au cours du changement de Dimension. Ainsi, la plupart des moyens de transport que nous utilisons actuellement (voitures, avions, locomotives, cargos, etc.), constitués de plastique et d’autres matériaux composites très instables, non seulement ne fonctionneraient plus, mais seraient sans doute désintégrés en un temps très court ! La plupart des immeubles modernes, construits en béton, deviendraient eux aussi dangereux à habiter. Le mieux serait d’être dans la nature au moment du changement de Dimension.

alain_moreauTout cela est surréaliste et n’a, bien sûr, aucune chance de se produire à notre époque.

 

 

olivier-rouvoyOlivier de Rouvroy notait qu’un chargé de communication d’une équipe d’« héliosismologues » (des chercheurs étudiant l’activité sismique solaire) de la NASA répétait inlassablement aux journalistes que les craintes que l’on pouvait avoir à propos de 2012 lui semblaient totalement irrationnelles et injustifiées, ce scientifique prétendant en outre que ce type de pensée ne peut trouver écho qu’auprès d’individus perturbés, fragilisés par l’idéologie New Age et ses « litanies channelisées ».

« Il ajoute que ces personnes sont endoctrinées et plongées sournoisement dans un état de prostration qui les incite à attendre passivement la Parousie christique et la fin des temps, que ce sont les responsables de mouvements sectaires qui ont imaginé une succession d’événements apocalyptiques accompagnés de changements planétaires. D’après lui, ce sont des charlatans avides de pouvoir qui présentent ces événements comme foudroyants et ne laissant aucune marge de manœuvre à ceux qui ne seraient pas prêts ou qui n’auraient pas suffisamment travaillé sur eux-mêmes pour vivre cette transformation, ce saut quantique vers une Dimension supérieure, dans le seul but de les manipuler. » (Olivier de Rouvroy)

Néanmoins, si les charlatans existent (business oblige), il y a aussi de la crédulité. La période dite de la fin des temps, associée à notre époque, peut par ailleurs être envisagée sur le mode d’une transition douce entre deux ères. Tous les « canaux », en effet, ne prédisent pas ce type de catastrophes. Une source canalisée par Monique Mathieu, par exemple, a dit que tout ce qui se disait à propos de l’année 2012 était l’objet de très grandes manipulations, et notamment celle de la peur. Elle ajouta qu’il se dira beaucoup d’aberrations sur la date du 21 décembre 2012, qu’il ne fallait pas croire que ce sera le jour de l’apocalypse et que ce sera quelque chose de terrifiant, et qu’il fallait essayer d’avoir du discernement au sujet de tout ce que l’on pourrait entendre.

 

2. Pas de planète X en 2012 :

L’un des scénarios censés amener l’apocalypse fait intervenir une planète errante s’approchant trop près de l’orbite terrestre.

On trouve, sur le site : ww.ovnis-usa.com, la traduction d’un texte qui a été publié, début janvier 2008, sur le site du Projet Camelot. (http://projectcamelot.org/norway.html)

L’auteur de ce texte, un homme politique norvégien, disait que nous allions connaître de grandes difficultés entre 2008 et 2012. La planète X, disait-il, se rapproche. Il savait qu’il devrait, d’ici 2012, rejoindre la région de Mosjoen, où se trouve une installation militaire enterrée.

Le membre d’un forum a fait ce commentaire pertinent :

« La Planète X, c’est une belle histoire ! Zecharia Sitchin est le premier à avoir lancé cette idée d’une planète supplémentaire en se basant sur ses interprétations d’anciens textes sumériens. La planète Nibiru aurait une révolution de 3.600 ans autour du Soleil et serait habitée par les Annunakis, une race de dieux bibliques…

Le problème, bien sûr, c’est qu’il n’est pas facile de cacher une planète. Si une planète devait se montrer en 2012, elle serait déjà visible. Et on ne peut contrôler des millions d’astronomes amateurs.

Ah… Mais on nous dit qu’elle est cachée derrière le Soleil !

C’est une idée intéressante, cependant la Terre elle-même tourne autour du Soleil. Pour que la Planète X demeure invisible en permanence, il faudrait qu’elle ait la même orbite que la Terre, mais en se maintenant derrière le Soleil.

En mai 2003, il devait déjà se produire un évènement en rapport avec la Planète X, selon le groupe Zetatalk. Rien ne s’est passé. J’avais suivi l’affaire attentivement.

Je reste très ouvert à cette idée de 2012… Mais je ne crois pas qu’une planète va surgir dans les parages de la Terre et lui faire par exemple quitter son orbite. Cela devrait être évident aujourd’hui… Parce que… ce n’est pas facile de dissimuler une planète. (Mais j’y pense… ça doit être une planète sombre !)

Les nombreux rapports de bases souterraines ne peuvent être ignorés. Et je suis d’accord avec ceux qui pensent qu’elles existent, de même que des scénarios catastrophiques ont été envisagés.

Mais ce ne sera pas à cause de la Planète X. »

En avril 2010, dans une émission de TF1 animée par Sébastien Cauet, un « pro 2012 » a été opposé à un journaliste scientifique (auteur d’un ouvrage à propos de 2012) niant toute validité au lien « apocalypse/2012 ». A un moment donné, alors que le « pro 2012 » mentionnait la planète Nibiru, l’animatrice Christine Bravo a dit à son voisin journaliste de dire de quoi il s’agissait. Le journaliste a affirmé que Nibiru, ou Marduk, était en fait la planète Jupiter.

On notera aussi que le journaliste a évoqué le suicide collectif, en 1997, des membres d’une secte américaine, ceux-ci ayant pensé rejoindre, « en corps astral », un vaisseau arrivant dans le sillage de la comète Hale-Bopp, le but étant de rejoindre « les grands Frères de l’espace ». Il ne faut pas jouer, a-t-il dit, « avec ce genre de délire et de phobie » (en relation avec 2012). Mais Nibiru ou Marduk correspondait-elle réellement, comme le prétend notamment ce journaliste scientifique, à la planète Jupiter ?

Un auteur, V. M. Rabolù, a annoncé la venue d’une planète nommée Hercolubus, laquelle correspond manifestement à Nibiru.

Nancy Lieder avait, quant à elle, annoncé, pour le 30 mai 2003, la collision de la Planète X avec la Terre. Comme d’habitude, et chaque fois qu’une date est donnée, cela ne s’est évidemment pas vérifié. De même, dans un message canalisé le 7 août 2002 par Silace, Amane (censé être un membre de l’Agartha) avait annoncé, pour 2003, le retour de la planète Nibiru… Une autre prédiction fantaisiste de cette nature (que l’on trouvait sur le site www.erenouvelle.com) a été faite à Henry Perret par une entité qui a prétendu être la Vierge :

« Nibiru est actuellement à 200 millions de kilomètres de la Terre ; elle est encore derrière le Soleil et doit passer prochainement au-dessus de la planète Mercure puis pénétrer dans votre zone orbitale. »

Dans ce message, Nibiru est comparée à une planète-vaisseau, l’allure et la trajectoire de celle-ci étant dirigées selon la volonté d’Êtres conscients.

« Nibiru sera bientôt visible par tout le monde. Dans la deuxième moitié de l’année 2005, elle devrait être observable jour et nuit à l’œil nu. Elle prendra la forme d’une étoile lumineuse et enverra dans votre atmosphère de la poussière rouge qui colorera la surface des eaux.

Je suis Marie qui t’aime et te protège. »

Une planète aussi proche de nous aurait évidemment été détectée par les astronomes. Et puis, bien sûr, Nibiru n’est pas apparue en 2005 (pas plus qu’en 2003).

Dans un texte rédigé le 27 janvier 2002 (et qui était lisible sur Internet), la channel Jelaila Starr écrivait que le basculement des pôles ne se produira que lorsque la planète Nibiru frôlera notre planète. Les individus qui « transmuteront vers la 5 D », écrivait-elle, ne vivront pas ce basculement. Selon elle, un certain nombre d’habitants d’une planète peuvent, « par le truchement de l’intention, créer une nouvelle réalité/dimension/version de leur planète et muter (ascensionner) vers elle ». Au moment du message, Nibiru était censée se trouver tout juste au-delà de Pluton. Le basculement des pôles, écrivit-elle, ne sera pas aussi sérieux que prédit… Mais il va de soi qu’une planète « tout juste au-delà de Pluton » en 2002 aurait été depuis aperçue par les astronomes !

alain_moreauDivers prophètes ont ainsi annoncé, sans succès, le retour de Nibiru. Nous n’avons eu, en la matière, que des prophéties fantaisistes, comme c’est toujours le cas, d’ailleurs, lorsque des dates sont données.

Cette planète n’apparaîtra-t-elle donc jamais ? Dans un message reçu en channeling, Ashtar a évoqué Nibiru, qualifiée de petite planète ou de gros astéroïde, ce qui ne correspond pas, à vrai dire, à la description de Jelaila Starr qui, elle, parle de planète un peu plus de trois fois la taille de la Terre… Selon Ashtar, cette planète modifiera nos climats, nos saisons, son passage le plus proche de notre planète étant prévu pour 2012. Ashtar, qui précise que Nibiru est habitée à l’intérieur, a ajouté qu’il est possible qu’elle ne fasse pratiquement pas de dégâts sur notre planète. (3) Mais Nibiru est restée invisible en 2012 !

En outre, l’entité Soria (canalisée par Régine Fauze) a déclaré (dans un livre publié en 2005) que la « douzième planète » entrerait « bientôt » dans notre champ visuel. (4) Mais, en 2015, on « attend » toujours l’apparition de cette fameuse planète régulièrement annoncée mais jamais présente…

Zecharia-SitchinPour que Nibiru puisse apparaître un jour, il faut d’abord, bien sûr, que cette planète existe. C’est Zecharia Sitchin qui a « inventé » Nibiru en croyant déceler la mention de cette planète sur des tablettes sumériennes. Anton Parks, qui s’intéresse aussi aux tablettes sumériennes (voir, outre ses “Chroniques du Girku” en plusieurs tomes, son livre : “Eden”, paru aux éditions Nouvelle Terre en 2011), réfute la mention d’une telle planète errante sur les tablettes concernées. Par contre, divers channels (influencés par Zecharia Sitchin ?), dont je viens de donner quelques noms, mentionnent l’existence de Nibiru. Mais il n’y a toujours pas trace de la présence, en 2015, de cette fameuse planète… (“Passons” sur les idiots qui disent que la NASA nous cache cette planète.)

nibiruUne autre source, Orionis, a fait allusion à cette planète, mais sous un nom différent : Erkobulus, le message canalisé correspondant, daté du 8 août 2008, se trouvant sur le site www.autresdimensions.com. Orionis, qui se présente comme étant le Maître et Régent de notre système solaire, s’identifie à Melchizedek. Ayant dépassé depuis longtemps « les portes de l’incarnation », il est, dit-il, « venu » à diverses reprises par le processus du « walk-in », son dernier « walk-in conscient » remontant « au guidage et à la radiance de l’entité qui a été appelée Bença Deunov ». Il évoque, pour l’humanité, la fin de cycle actuelle, laquelle est censée correspondre « à l’initialisation d’un processus de changement dimensionnel »…

Selon cette source, la civilisation de l’Atlantide a été créée il y a 52 000 ans avec la venue « d’un vaisseau de Lumière appelé autrefois Yerushalaïm » et que l’on appelle aujourd’hui « Merkabah ou vaisseau de Lumière, ou vaisseau ascensionnel ».

« La venue de ce vaisseau de Lumière est accompagnée par la venue dans votre ciel (et de manière visible très prochainement) d’une planète particulière appelée dans les écritures très anciennes sumériennes Erkobulus. Cette planète est le signe, est le marqueur que les changements arrivent à leur terme. (…) Le passage d’un état dimensionnel à un autre état dimensionnel (prévu pour ceux qui le souhaiteront et le pourront) s’accompagnera d’une mise en protection en des endroits précis de la planète afin de vivre, dans les meilleures conditions, cette période de transition qui durera 132 jours. » (Orionis)

Le compte à rebours final est censé avoir été enclenché, selon cette source, à partir du 15 août 2008.

« Tout sera achevé avant la fin de votre année 2012. Il n’est plus temps maintenant de penser, même si cela a été vrai, qu’il fallait un nombre suffisant d’être humains éveillés pour accéder à cette nouvelle Dimension. Cela était le cas avant que la planète Erkobulus pénètre votre système solaire. Cette planète géante (de loin supérieure à la taille de la plus grande des planètes du système solaire) accompagne sa venue de modifications d’orbites des planètes, de modifications importantes des masses planétaires et de la répartition de ce que vous appelez continents. » (Orionis)

Selon Orionis, ceux que l’on appelle les Frères de l’espace ou les extraterrestres « se manifesteront en nombre de plus en plus important à partir du moment où Erkobulus sera visible à l’œil ». Dans ce message daté d’août 2008, on lisait que cette planète allait apparaître « entre maintenant et, au plus tard, dans un an ». Mais, un an plus tard, elle n’était toujours pas là, et, depuis, toujours rien !

La Terre était censée trembler pendant huit heures, ce qui aurait entraîné le renversement des pôles.

« Plus rien ne subsistera de ce que vous connaissez à l’heure actuelle, excepté vous-même. » (?)

Cette source a aussi mentionné une « période de confrontation » de trente mois, cette période devant précéder une période de « trois jours d’obscurité ». L’Ascension est ainsi évoquée : une âme qui a choisi la Lumière passera en cinquième Dimension, avec ou sans le corps. « Simplement nous avons besoin d’un ensemencement maximal d’âmes » avec leur corps en cinquième Dimension, déclare Orionis, « de manière à assurer une procréation suffisante et un repeuplement plus rapide ». Le passage en cinquième Dimension avec le corps ne se fait pas avec le même corps physique, parce qu’en cinquième Dimension disparaissent « les tares physiques, les maladies et les anomalies ».

Erkobulus, qui est censée faire partie de notre système solaire, « parcourt une orbite beaucoup plus elliptique qui se situe sur le plan sagittal et donc se trouve en permanence derrière le Soleil ». Orionis, qui prétend que les chercheurs connaissent cette planète, répond ainsi à la question de savoir pourquoi son existence est occultée : « Imaginez le monde dans lequel vous vivez au moment où vous apercevez dans votre ciel, chaque jour, un astre qui grossit de jour en jour et qui s’approche de vous. »

Cette prétendue planète Erkobulus correspond manifestement à la présumée planète Nibiru dont Zecharia Sitchin (décédé en 2011) avait cru « lire » la mention sur des tablettes sumériennes et à laquelle de nombreux auteurs, dont des channels, se sont ensuite référés. Mais Erkobulus – pas plus que Nibiru (deux noms différents pour une même planète à l’existence contestée) – ne s’est pas encore manifestée, et, soyons-en assurés, on va l’attendre encore longtemps, que celle-ci existe ou pas. Pendant ce temps, les annonces du « retour imminent » de Nibiru continuent, comme en témoigne cette déclaration d’une source de Monique Mathieu (http://ducielalaterre.org) :

« Nous aimerions vous parler très rapidement de la planète que vous appelez Nibiru. Elle sera visible par les astronomes amateurs d’ici quelque temps, mais pas très, très longtemps. Ce sera le signal des grands bouleversements.

Cette planète faisant partie du système solaire, mais très éloignée de votre Terre, contient une vie à l’intérieur d’elle. Elle a toujours eu pour mission d’annoncer les grands changements de civilisation. Cependant, c’est sa dernière mission, parce que votre système solaire va beaucoup changer, c’est-à-dire que le positionnement des planètes va changer.

Vous direz : mais si le positionnement des planètes change, ce sera terrible pour la Terre et pour toutes les planètes du système solaire !

Nous répondrons ceci : il y a des protections qui seront mises par toutes les légions d’anges (dont nous vous avons parlé récemment) qui viendront aussi pour créer autour de la Terre comme une bulle de protection afin que les influences planétaires ou les changements de position ne détruisent pas totalement les sphères et la vie sur ces sphères. »

Curieusement, cette mention de l’approche de Nibiru fait écho à la déclaration de « l’informateur des Black Programs », ainsi que je l’appelle, qui a fait ses « révélations » dans la revue “Top secret” : dans le numéro d’août/septembre 2012, il déclare que la planète Nibiru se trouve actuellement dans notre système solaire et que celle-ci est peuplée à l’intérieur. Il n’y a aucune vie à sa surface, la teneur en soufre rendant impossible la vie humaine. Il prétend que Nibiru est visible avec des appareils très puissants tels que le VLT au Chili, et que le grand observatoire du Vatican est informé de sa présence « et a pu la constater par une observation qui est encore à ce jour hautement confidentielle ». Le Vatican, prétend-il, a peur de Nibiru, cette planète entraînant, dans son sillage, une très longue queue de soufre qui est censée anéantir une grande partie de tout ce qui se trouvera sur son chemin. Pour moi, ceci n’est pas crédible car, si la planète Nibiru était présente dans le système solaire, elle aurait été détectée par les astronomes…

Il y a deux autres points communs entre les deux sources (celle de Monique Mathieu et « l’informateur » dans “Top secret”). Le premier concerne cette déclaration de la source de Monique Mathieu :

« Nous précisons encore ceci : la vie existe sur toutes les sphères de votre système solaire, qu’elle soit en surface ou à l’intérieur ! Ceux que vous appelez savants ont fait des approximations en disant : telle planète est formée de gaz, telle autre est impropre à la vie, etc. Ce sont réellement des approximations. »

De même, « l’informateur » de “Top secret” affirme que la planète Vénus est, comme toutes les autres planètes, habitée dessus et dedans. Il fait cette déclaration :

« Si certaines agences vous racontent que la température empêche toute existence, sachez que c’est un mensonge parfaitement couvert par toutes les instances concernées. »

On sait pourtant qu’à l’exception de la Terre, les autres planètes du système solaire ne sont pas vivables à leur surface : Vénus a une température de près de 500° avec une très forte teneur en gaz carbonique, et des planètes géantes comme Jupiter et Saturne ont une atmosphère irrespirable (sans oublier des températures au froid extrême)… Par contre, l’habitabilité interne est envisageable. (On connaît, pour la Terre, les notions d’Agartha et de Terre creuse. De tels mondes souterrains existent aussi à l’intérieur d’autres planètes…)

En outre, selon la source de Monique Mathieu, on nous a caché que depuis des milliers d’années vivent sur Terre plusieurs sortes d’« extra-terrestres ». Il y a « des peuples et des villes gigantesques sous la mer qui a été très peu explorée ». Or, l’informateur des Black Programs a fait cette déclaration (dans le numéro d’août/septembre 2012 de “Top secret”) :

« Si vous supprimiez subitement toute l’eau des océans, vous seriez extrêmement surpris de découvrir des villes entières peuplées d’êtres que vous ne connaissez pas, et possédant, à de grandes profondeurs, d’immenses vaisseaux de très grande taille et de nombreux autres de taille plus petite. »

Ces « coïncidences » sont curieuses, certes… (Je précise que les trois points évoqués se trouvent dans le même texte de Monique Mathieu – rubrique « Transition » du site http://ducielalaterre.org et dans la même interview de « l’informateur ».) On notera cependant que le texte (« Approche de Nibiru ») de Monique Mathieu, qui n’est pas daté, se trouve entre les dates (correspondant à deux autres textes) du 3 août et du 7 septembre 2012. Or, le numéro de “Top secret” auquel je me réfère ci-dessus est paru début août 2012… Cela signifie-t-il que Monique Mathieu a eu connaissance du texte de « l’informateur » et qu’elle s’en est « inspirée » ? Une autre source canalisée (le « Seigneur Shiva ») évoque Nibiru, le canal étant Rosanna Narducci :

« La Source, qui avait pris forme humaine en Bhagavan Sri Sathya Saï Baba (lequel a quitté son corps physique récemment), a permis à celui-ci d’entrer en Mahasamadhi. Son corps spirituel pourra ainsi irradier une lumière dorée tout autour de la Terre et protéger celle-ci – en particulier lors du passage de Nibiru, dont l’orbite atteindra son point culminant par rapport à votre planète le 23 novembre prochain (ce qui coïncide avec l’ancienne date d’anniversaire de Sathya Saï Baba). L’impact du rapprochement de Nibiru peut affecter négativement divers éléments de la Terre. C’est pourquoi Bhagavan Sri Sathya Saï Baba est entré en Mahasamadhi dans le but de modifier l’orbite de Nibiru – Herkobulus et de réduire ainsi son impact et les conséquences de son entrée dans l’elliptique de ce système solaire. » (5)

Un individu capable, de “l’autre côté du voile”, de modifier une orbite planétaire… J’ai aussi l’impression que certains, s’ils “canalisent”, lisent aussi…

 

3. Les J-Rods et 2012 :

En 2002, Bill Ryan a pris connaissance du témoignage vidéo de Dan Burisch interrogé par Bill Hamilton et que la journaliste d’investigation Linda Howe avait analysé sur son site Web Earthfiles. En mai 2006, Bill Hamilton a présenté Dan Burisch à Bill Ryan et Kerry Cassidy (du Projet Camelot), puis Dan Burisch a accordé à ces derniers une interview à Las Vegas. Ils ont été convaincus qu’il ne s’agissait ni d’un menteur ni d’un mythomane.

Dans les années 1990, Dan Burisch aurait travaillé à lAire 51 et aurait collaboré, en tant que microbiologiste, avec un présumé extraterrestre, capturé vivant, dans une « bulle stérile ». Cet être, qui souffrait d’une détérioration du système nerveux, s’appelait Chi’el’ah et appartenait à une espèce appelée J-Rod, une espèce particulière de Gris. Une amitié naquit entre Dan Burisch et le J-Rod, mais un jour, au cours d’un événement particulier, le second sauta sur le premier, le faisant tomber à la renverse. A cet instant, le J-Rod « chargea » télépathiquement l’esprit du microbiologiste avec une vaste quantité de données. D’après les informations ainsi transmises, lesquelles auraient été ensuite complétées par des membres de Majestic (pour lesquels Dan Burisch a dit travailler), les J-Rods étaient en fait des Terriens venant de notre futur ! Ils auraient fait un voyage temporel de 52 000 ans pour nous avertir d’une catastrophe supposée survenir vers 2012 ! Ils essayeraient d’assister le gouvernement américain « afin de changer notre future ligne temporelle » d’une situation appelée T2 vers une ligne T1, T2 étant la ligne de temps au cours de laquelle une grande catastrophe provoquerait la disparition de 94 % de l’humanité. T1 est « un territoire tout à fait neuf » (sic).

Un autre individu est connu sous le pseudonyme d’Henry Deacon. Celui-ci a aussi fait référence au voyage temporel et à une technologie de portes des étoiles (deux notions présentes dans les propos de Dan Burisch – mais aussi dans la série “Stargate SG-1”, diffusée en France sur NRJ-12 !). Henry Deacon ne connaissait pas Dan Burisch. Ayant visionné les vidéos de ce dernier, il écrivit, trois semaines après, que Dan Burisch disait toute la vérité à propos des lignes de temps et de tout le reste. (6)

Je précise que Majestic (ou MJ 12) serait une haute autorité « occulte » composée de « sages » et de spécialistes chargés de régler la problématique OVNIs et de gérer la politique du secret sur ce sujet.

Les « informateurs » Dan Burisch et Henry Deacon sont-ils sérieux ? En l’absence de catastrophe « vers 2012 », on peut, je pense, répondre à cette question… C’est d’ailleurs le problème de tous ces « informateurs » (car il y a bien d’autres cas) qui font des « révélations » fracassantes, mais qui ne peuvent évidemment pas apporter la preuve de leurs dires. Passons sur cette absurdité : des Terriens qui, dans 52 000 ans, ressembleront à des Gris !

 

4. Autres spéculations :

Jim Sparks, victime de nombreuses « abductions » vécues en toute conscience, a dit que ses ravisseurs lui avaient montré des images très réalistes d’un avenir au cours duquel survivraient très peu d’humains. Quant à Dan Sherman, auteur de “Above Black”, il s’est présenté comme un télépathe entraîné par les militaires américains en vue « d’un avenir au cours duquel toutes les communications électromagnétiques seraient rendues inopérantes ».

Selon d’autres sources, nous devions faire face à des problèmes majeurs qui devaient démarrer en 2009 pour culminer en 2012. (7)

Edna G. Frankel a présenté 2012 « comme une balise pour de nouveaux départs ». Elle a écrit que notre corps et tout ce qui l’entoure (routes, édifices, etc.) seraient encore là. Cela s’est évidemment vérifié, mais pourquoi a-t-elle écrit juste avant que, « sur le plan sensoriel » que nous atteindrons, ce sera la fin du temps que nous connaissons et la fin de la vie dans la troisième dimension telle que nous la connaissons ? (8) Certaines personnes n’avaient décidément pas une idée très claire de ce que serait 2012 !

Certains auteurs ont cru déceler, dans le message transmis par certains “crop circles” ou agroglyphes, des références à l’année 2012. Ces formations géométriques réalisées dans des champs de céréales sont l’objet, depuis quelques décennies, d’un âpre débat entre ceux qui les attribuent à des « fabricants de cercles » purement humains et ceux qui voient, dans leur réalisation, l’intervention d’une intelligence non-humaine… Les grands médias mettent généralement en avant, bien sûr, l’origine purement humaine, cette analyse étant du reste partagée par de nombreux ufologues. Ce sont deux Britanniques (Doug Bower et Dave Chorley) qui auraient été à l’origine du « phénomène », des émules ayant ensuite pris la relève en Angleterre comme ailleurs dans le monde. Cette explication est fréquemment avancée dans les milieux sceptiques. Par exemple, lors d’une émission (“L’objet du scandale”) consacrée au thème OVNIs et diffusée sur France 2 le 22 février 2009, on a vu un petit reportage dans lequel le commentateur expliquait de la sorte le « mystère ». La séquence s’est achevée par la diffusion d’une scène filmée, présentée comme étant truquée, qui montre le déplacement de boules lumineuses. Il existe néanmoins des vidéos non truquées (voyez les DVD de l’équipe du Col de Vence) qui montrent la réalité de boules lumineuses associées à certains crop circles. On peut penser (voyez mes textes sur les crop circles dans la rubrique “Enigmes”) qu’un phénomène authentique de base (d’origine extraterrestre multidimensionnelle) a été ensuite « parasité » par des faussaires et artistes du paysage. Diverses sources « extraordinaires » (canalisées ou non) font du reste état de l’origine « non-terrestre » de certaines agroglyphes

Des auteurs ont cru déceler, dans certaines formations, la référence à 2012 :

Le numéro 1 de la revue “Stargate magazine”, paru en décembre 2003, comporte un article d’Alessandro Turatto, de Fabio Saccomani et de Vincenzo Pinelli, à propos de l’étude de deux agroglyphes apparus en août 2002 dans le Wiltshire (Grande-Bretagne) : Beckhampton (26 août) et Crooked Soley (deux jours après). (9)

Durant l’été 2004, un crop circle est apparu en une nuit dans un champ du Wiltshire (Angleterre). Aussi grand qu’un terrain de football, cet agroglyphe, le plus complexe que le spécialiste Steve Alexander ait vu, fait directement référence au calendrier maya. (10) On trouvait, sur le site www.erenouvelle.com, un texte relatif à cet agroglyphe.

Le numéro 61 (mars/avril 2009) de “Nexus” contient un article évoquant notamment trois dates censées être « gravées dans les blés », dans l’agroglyphe apparu le 23 juin 2008 à Secklendorf en Allemagne. Ces dates sont : le 6 juin 2012, le 21 décembre 2012 et le 28 mars 2013. (11)

Quelle que soit la validité ou non de ces analyses, le problème réside dans le fait de savoir si les crop circles sur lesquels celles-ci portent sont « authentiques » ou sont le fait d’humains. En l’absence d’éléments permettant d’évaluer ce point fondamental, il ne sert à rien d’évoquer le présumé rapprochement « 2012/certains crop circles ». C’est la raison pour laquelle je ne développe pas ici ces analyses.

Dans “Le livre de Vie”, Michael Sharp distingue le temps physique et le temps spirituel. A l’extérieur de l’univers physique, écrit-il, nous ne vivons pas l’expérience de l’espace et du temps, le temps étant inexistant à l’extérieur du cylindre espace-temps. Selon Michael Sharp, les Mayas ne pouvaient pas voir plus loin que 2012 car après 2012 « il n’y avait plus de temps ».

« Ce n’était pas parce que l’univers prenait fin, mais parce que le monde dans lequel ils existaient, c’est-à-dire l’ancien monde avec les vieilles énergies, cessait d’exister. Ils ne pouvaient pas voir plus loin que 2012 parce qu’en 2012 le train de notre création sautait littéralement sur une autre voie cosmique et se déplaçait complètement sur une ligne de temps qui est différente.

Ce grand bond possible que les Mayas ont prédit était en fait la date originale de l’Ascension et de la grande prise de conscience ou éveil. » (M. Sharp)

Michael Sharp évoque, comme je le fais moi-même, la notion de probabilités des futurs alternatifs (et celle de prophétie probabiliste). Il parle aussi de prophétie visionnaire. Il s’agit, dans ce dernier cas, de « se placer dans la perspective de l’Esprit » :

« Tout ce que nous devons faire, c’est de nous relier ou de nous reconnecter avec cette partie de notre Soi qui peut voir le cylindre de l’extérieur. En agissant ainsi, nous sommes en mesure de recevoir une image ou vision globale de ce qui se passe, partout et à tout moment, dans le cylindre espace-temps. » (M. Sharp)

Nostradamus était venu à un moment « où les énergies du cylindre tournaient en spirale dans le chaos (ce qui veut dire que nous ne réalisions pas nos intentions d’Ascension), et la fin des temps était devenue une mixture et un désastre naturel hors contrôle ».

« La guerre, la maladie et la mort faisaient penser à l’Atlantide, et ce chaos était le symptôme d’une tentative échouée d’Ascension. » (M. Sharp)

Nous avons pu « modifier le futur » et ainsi recréer « les conditions de l’Ascension ».

Selon Michael Sharp, au moment même où Nostradamus « est venu nous avertir, un appel universel fut lancé, demandant une intervention sur cette Terre ». Cet appel a « été accueilli par toutes les Semences d’Etoiles qui sont venues dans le but de fournir une assistance logistique », et les interventions des Semences d’étoiles ont aidé, selon cet auteur, « à créer les conditions nécessaires pour l’Ascension et l’éveil de cette planète ». (12)

 

5. Une critique rationnelle :

A l’approche de l’échéance 2012, les grands médias ont commencé à évoquer les prophéties associées à cette année-là. Ainsi, à l’occasion de la sortie, en novembre 2009, du film américain “2012”, il y a eu, sur la chaîne télévisée France 4, le 10 novembre 2009, une émission consacrée aux craintes apocalyptiques liées à cette année. Certains scientifiques ont réagi, un article sur le sujet ayant par ailleurs été publié dans le numéro de novembre 2009 de la revue “Science et vie”. Tout cela pour montrer, bien sûr, qu’il n’allait pas y avoir de fin du monde le 21 décembre 2012 et que toute cette agitation autour de cette date ne reposait sur rien de sérieux. Ces critiques, qui correspondaient à ce que je pensais de « l’effervescence 2012 », sont évoquées ci-dessous.

La campagne de promotion du film “2012”, sorti début novembre 2009, a contribué à focaliser l’attention sur les prédictions tirées du fameux calendrier maya. On lisait, dans le “Los Angeles Times”, que plusieurs scientifiques avaient décidé de se mobiliser afin de rassurer une partie de l’opinion publique.

David Morrison, un scientifique de la NASA animant le site Web Ask an Astrobiologist, a précisé que deux adolescents lui ont écrit qu’ils préféraient se suicider plutôt que de voir la fin du monde… Il a essayé de leur démontrer que leurs craintes étaient sans fondement. Son article, titré : “Apocalypse 2012, la planète Nibiru et la cosmophobie”, remonte à la source de cette « hystérie ».

E. C. Krupp, le directeur de l’Observatoire Griffith de Los Angeles, rassurait en disant que le monde n’allait pas disparaître le 21 décembre 2012.

David Morrison pensait que cette agitation résultait d’un amalgame entre différentes tendances. Il y avait la rumeur, persistante sur Internet, selon laquelle une planète nommée Nibiru ou planète X pourrait percuter la Terre. Il y avait aussi le fait que le calendrier maya s’arrête en 2012, ce qui permettait de supposer que les Mayas savaient quelque chose que nous ignorions. Et il faut également tenir compte du fait que les mouvements apocalyptiques se sont emparés de la date de 2012 pour alimenter leur discours sur la fin du monde.

David Morrison – à la tête de l’Institut des sciences de la Lune au Ames Research Center (en Californie du nord) – a créé le terme « cosmophobie » (la peur du cosmos) pour évoquer ce phénomène. Parmi les craintes exprimées, il y avait une éruption solaire gigantesque qui risquait d’atteindre la Terre, ainsi qu’une catastrophe qui aurait pu se produire par une sorte d’alignement de notre planète avec le centre de la galaxie.

Pour Rosemary Joyce, professeur d’anthropologie à l’Université de Berkeley en Californie, les Mayas n’ont jamais rien prédit. La date de 2012 est approximativement celle qui marque un changement de calendrier. C’est tout au plus le début d’un nouveau cycle :

« Certains auteurs ont essayé d’interpréter la mythologie maya selon laquelle la Terre a traversé différentes phases depuis la création, qui se sont toutes terminées par un désastre. Mais ils n’ont pas prédit la fin du monde. »

David Morisson explique que les astronomes devraient avoir depuis longtemps identifié une planète censée se diriger vers la Terre. Même s’il le souhaitait, note-t-il, le gouvernement ne pourrait cacher la vérité à propos de Nibiru. Il ajoute que les photos de la planète X publiées sur Internet ne sont absolument pas crédibles. (13)

On trouve, dans le numéro de novembre 2009 de “Science et vie”, un article, signé Philippe Testard-Vaillant, titré : “2012. Pourquoi la fin du monde n’aura pas lieu”. Voici ce qu’on lit en introduction :

« L’apocalypse est pour le 21 décembre 2012 : voilà ce que prédirait un calendrier maya ! Or, certains évoquent des phénomènes astronomiques exceptionnels devant culminer à cette date… Bonne nouvelle toutefois : il s’agit d’un pur délire dénué de fondement scientifique. Mise au point. »

Que lisait-on sur divers sites Internet ? Rien moins que la fin du monde était imminente et qu’elle adviendrait, très précisément, le 21 décembre 2012. A cette date, une planète devait débouler dans le système solaire et y semer un chaos détruisant la Terre. De gigantesques éruptions solaires étaient aussi évoquées, celles-ci devant déclencher des séismes et des éruptions volcaniques. On mentionnait aussi un alignement parfait de Mars, Vénus, Jupiter et consorts, lequel était censé être à l’origine de forces d’attraction fatales à notre planète…

Philippe Testard-Vaillant notait que la fameuse prédiction maya n’avait, en réalité, aucune consistance. Certes, ajoutait-t-il, les Mayas, comme d’autres peuples anciens, étaient rivés à une conception cyclique du temps, et 2012 correspond, dans leur calendrier, à la fin d’un cycle commencé le 4 Ahau 8 Cumku (11 août 3113 avant J.-C.).

Jean-Michel Hoppan, du Centre d’études des langues indigènes d’Amérique, précise que ce cycle devait durer 5125 ans et s’achever le 4 Ahau 3 Kankin (21 décembre 2012).

« Cette date, toutefois, n’apparaît que dans une seule et incomplète inscription maya datant de la seconde moitié du VIIe siècle, sur le monument 6 du site archéologique de Tortuguero, dans l’Etat de Tabasco, au Mexique. Le long texte de cette stèle s’achève par une référence à la date du 4 Ahau 3 Kankin, mais juste pour signaler qu’interviendra alors une divinité appelée Bolonyocte. Rien d’autre. Surtout, la fin d’un cycle, dans l’esprit des Mayas, ne signifiait nullement la fin DU monde, mais la fin D’UN monde, le début d’une nouvelle ère dédiée, comme les précédentes, à des entités mythiques. Cela leur permettait en quelque sorte de remettre les compteurs temporels à zéro. » (J.-M. Hoppan)

Philippe Testard-Vaillant écrit que, de toute évidence, les scénaristes du film “2012” ont entendu parler du congrès annuel de l’Union géophysique américaine qui s’est tenu en 2006 à San Francisco. Fabrice Mottez, chercheur au Laboratoire Univers et Théories et coauteur (avec Didier Jamet) de : “2012, scénarios pour une fin du monde” (éditions Belin, 2009), note que les articles scientifiques parus peu après cette réunion prédisaient en effet que le prochain cycle solaire serait d’une intensité exceptionnelle, qu’il débuterait dès 2009 et culminerait en 2012. Sauf que, écrivait Philippe Testard-Vaillant dans son article, « depuis 2007 le Soleil est d’un calme jamais vu depuis un siècle, et aujourd’hui les experts ne se risquent plus à aucun pronostic ». (Il y a cependant eu, en 2013, une importante activité solaire.)

A supposer que l’activité solaire s’emballe, que se passerait-il sur la planète ? Le rapport publié début 2009 par l’Académie des sciences nord-américaine sur les conséquences possibles d’une éruption solaire massive ne fait état d’aucune relation de cause à effet entre ce phénomène et l’activité sismique de la Terre. Au pire, « un violent orage magnétique pourrait endommager la plupart des transformateurs des réseaux électriques mondiaux et priver pendant quelques semaines d’électricité une partie de l’humanité »…

Selon un autre scénario, c’est la planète Nibiru (que l’on trouverait mentionnée dans le récit mésopotamien de la création : l’Enuma Elish) qui devait semer, en 2012, terreur et désolation sur Terre après avoir pénétré dans notre système solaire (après un périple de 3600 ans).

« Il se peut que les confins du système solaire hébergent des corps célestes situés très au-delà de l’orbite de Neptune. Mais si l’un d’eux, comme la prétendue Nibiru, s’aventurait dans les parages du Soleil tous les trois millénaire et demi, les orbites des planètes géantes gazeuses (Jupiter, Saturne…) conserveraient la trace de telles rencontres sous la forme de perturbations de leurs paramètres, inexplicables autrement. Or, rien de tel n’a jamais été constaté. » (F. Mottez)

Plusieurs autres terribles menaces ont souvent été brandies pour l’année 2012 :

Fin décembre 2012, l’alignement de toutes les planètes du système solaire était censé provoquer des séismes et des éruptions volcaniques d’une extrême virulence.

« Mais voilà : les calculs astronomiques montrent que, le 21 décembre, seules Mercure et Vénus seront alignées avec le Soleil. » (P. Testard-Vaillant)

Voici ce que note par ailleurs Fabrice Mottez :

« De tels alignements se produisent à intervalles très réguliers et sont absolument sans danger, sachant que l’effet de la gravité diminue avec le carré de la distance. Même en imaginant qu’un alignement planétaire quasi-parfait ait lieu ce jour-là, cela n’aurait aucune influence sur la course ou l’état de notre planète. »

L’alignement du Soleil et de la Terre avec le centre de notre galaxie, qui était censé se produire (pour la première fois depuis 26 000 ans) le 21 décembre 2012, était aussi réputé générer séismes et volcans.

« Cet alignement avec le plan de la galaxie a lieu non pas tous les 26 000 ans, mais tous les ans à des dates variables. Autant dire qu’on le saurait si cela constituait un risque. » (F. Mottez)

La Terre pouvait-elle se retrouver à la date fatidique au centre de la Voie Lactée et être engloutie par l’énorme « trou noir » qui s’y trouve ?

« Nous ne sommes qu’à 8 minutes-lumière du Soleil et à… 26 000 années-lumière du centre de la galaxie. Le mouvement du système solaire dans la galaxie est connu et ne correspond en rien à une chute vers son centre. Une telle chute, totalement irréaliste, ne pourrait d’ailleurs s’achever avant 26 000 ans que si le système solaire voyageait à la vitesse de la lumière ! » (F. Mottez)

Que penser alors de l’inversion du champ magnétique terrestre, laquelle nous aurait privé de l’effet protecteur de ce dernier (les flux de particules nocives que le Soleil projette en permanence étant déviés) ?

« Que la position des pôles magnétiques puisse permuter, et le pôle Nord magnétique se retrouver, par exemple, au niveau de l’Antarctique, comme c’était le cas il y a 780 000 ans, les scientifiques en sont convaincus. La Terre, tout au long de son histoire, a perdu régulièrement le nord. Mais nul ne peut prédire quand surviendra la prochaine inversion : le phénomène n’a pas de rythme propre et aucun modèle ne peut anticiper le prochain changement. » (P. Testard-Vaillant)

Fabrice Mottez note qu’aucune des grandes crises que les espèces ont eu à traverser au cours des âges n’a jamais semblé imputable aux inversions du champ.

« Sur les 330 derniers millions d’années, le champ magnétique de notre planète s’est inversé plus de 400 fois. Que l’on sache, la vie sur notre planète n’a pas connu 400 crises biologiques. » (F. Mottez) (14)

 

6. 2012, la fin d’une ère ?

Faisant référence à la prédiction de type New Age annonçant une catastrophe en 2012, Anton Parks a fait ce commentaire :

« Le tout est savamment synchronisé sur l’année 2012, précisément le 21 décembre, date tirée du calendrier maya, laquelle correspondrait à la fin d’un cycle. Je précise bien la fin d’un cycle, et non la fin du calendrier maya lui-même, puisque ce dernier fonctionne par cycles : la fin du calendrier revenant à son début à cette date. Le calcul du temps sur une notion linéaire est typiquement occidental. De nombreux anciens peuples, comme les Amérindiens, calculaient le temps par cycles.

Je dois ajouter également qu’aucun calendrier n’a jamais prédit l’avenir ! Contrairement à ce que de nombreux auteurs New Age prétendent, les Mayas n’ont jamais annoncé une fin du monde pour 2012. Leur calendrier s’arrête simplement en 2012, selon nos calculs modernes basés sur notre calendrier grégorien. Autre élément que tout le monde oublie d’évoquer, nous ne sommes certains de rien concernant la fixation temporelle du début du compte long du calendrier maya par rapport à notre calendrier occidental. Nous connaissons sa valeur (4 Ahaw, 8 Kumku de l’an 0.0.0.0.0.), c’est tout. Avec notre façon de calculer le temps, c’est comme si cette date pointait vers, disons au hasard, les années 80. Mais de quelles années 80 était-il question ? De 1980, de 1880, de 2580, de 3180… ? La date du début du calendrier maya a été déterminée pour l’année 3114 av. J.-C. par plusieurs experts. Pour des raisons trop longues à expliquer ici, je pense que cette date est plausible, tout du moins dans une fourchette approximative. Cependant, avec le problème évoqué à l’instant, s’agit-il de 3114 av. J.-C., ou bien de 3014 av. J.-C., ou encore de 2914 av. J.-C. ?

Un autre point vient considérablement compliquer le calcul de la fixation exacte de l’année 2012 par rapport à notre calendrier : le moine romain Denys le Petit est responsable de la mise en place de notre calendrier dans la mesure où c’est lui qui a substitué, à l’ère de Dioclétien, l’ère chrétienne sur laquelle est fixé notre calendrier occidental. Mais nous savons pertinemment qu’il a confondu les années de Rome et qu’il se trompa en fixant le point zéro de notre ère. Ce qui donne que nous avons entre 3 et 7 ans de décalage. Cela veut dire que si le début du compte long maya était bien fixé par rapport à notre ère, le 21 décembre 2012 serait déjà passé ou bien qu’il serait, dans le pire des cas, pour le 21 décembre 2009… Je vous laisse méditer sur ce point.

Revenons à 2012. Pour justifier l’importance de cette date, de nombreuses personnes annoncent qu’à ce moment temporel se présentera un alignement exceptionnel des planètes de notre système solaire. Oui, c’est exact, mais cet événement se produit chaque année, à la même époque, soit à chaque 21 décembre. L’astrophysicien Neil de Grasse Tyson (directeur du planétarium Hayden à l’American Museum of Natural History de New York) l’a démontré à la télévision américaine (Fora.tv) le 4 février 2009. Son intervention est disponible en vidéo sur Internet.

Alors les pro-2012 évoquent un alignement exceptionnel de notre système solaire sur le centre de notre galaxie, ce qui aurait des répercussions catastrophiques pour notre Terre… C’est encore exact, nous sommes effectivement dans un alignement que l’on pourrait qualifier d’alignement sur le plan galactique, mais le lecteur doit savoir que l’éminent astronome Jean Meeus, grand spécialiste des mécaniques célestes, a calculé en 1997 (Mathematical Astronomy Morsels) que cette zone d’alignement s’étend de 1980 à 2016. Nous avons donc largement dépassé la moitié de cet alignement à ce jour, et nous avons vécu de nombreux 21 décembre depuis 1980, sans aucune fin du monde ! Nous sommes justement en train de quitter cette zone d’alignement. En fait, l’alignement parfait se serait produit en 1998… » (15)

« Même si nous nous trompons sur le fait que tout va changer d’ici à 2012, cela n’enlève rien au fait qu’il y a urgence et qu’il est nécessaire de changer nos modes de vie maintenant. De toute façon, de nombreux experts en la matière estiment que si d’ici 2010-2012 les humains n’ont pas radicalement changé de mode de vie, la pollution aura atteint un stade de non retour et l’espèce humaine n’en aura plus pour longtemps. » (C. Traks)

Mais en 2015, l’humanité n’a toujours pas radicalement changé de mode de vie…

En 2003, Claude Traks écrivait que même les athées peuvent considérer la date de 2012 comme un « objectif écologique et social » que les Terriens ont tout intérêt à prendre en compte. Des facteurs de déstabilisation planétaire comme la pollution et les inégalités sociales doivent être pris en considération afin de créer une civilisation plus respectueuse de son environnement et des individus qui la constituent… (16)

Je note qu’à propos de l’année 2012, Arten, l’un des deux Maîtres ascensionnés rencontrés physiquement par Gary Renard, avait déclaré qu’il n’y avait pas de fin du monde au programme pour cette année-là, cette année marquant la fin d’un cycle, mais pas la fin de la race humaine… (17)

L’année 2012 peut être considérée comme une année marquant l’entrée de l’humanité dans une nouvelle ère. Lors d’un voyage au Mexique et au Guatemala, Anne Givaudan a pu poser quelques questions à des chamans à propos de cette échéance 2012. Ainsi, Puma a précisé que l’événement associé à 2012 n’avait rien de catastrophique et qu’il s’agissait plutôt de spiritualité… Ricardo Cervantès avait déclaré qu’une ère se terminait en 2012 et qu’il ne fallait pas avoir peur de la fin de ce cycle. Narciso, spécialiste du calendrier maya, avait dit que 2012 était une chance de transformation pour l’être humain… Le chaman Kayum considèrait que le 21 décembre 2012 était simplement la fin d’un cycle, la fin d’un calendrier, mais qu’il ne se passerait rien « de tout ce qui se dit ». Don Pedro Pablo Chuc Pech, un membre du Conseil des Anciens Mayas, avait précisé que 2012 ne serait pas la fin du monde… Le chaman Hunbatz Men précisa qu’un grand cycle de 5125 ans se terminait le 21 décembre 2012 et qu’un nouveau cycle allait commencer le 22 décembre. Le temps du Poisson, ajouta-t-il, vient de se terminer, et maintenant c’est le temps du Verseau…

« Les Mayas du Mexique et du Guatemala ne prévoient donc pas l’apocalypse pour 2012. Aucune des interprétations occidentales concernant cette prophétie n’exprime le ressenti des Mayas. Dans la manière de penser des Mayas, c’est seulement une période cyclique qui prend fin, et ils n’envisagent pas cela comme une date catastrophique. » (Valérie Decoupigny)

L’astrologue Samuel Djian Gutenberg a noté qu’il n’y avait, dans l’astrologie occidentale, rien de spécial de prévu pour le 21 décembre 2012. Nous sommes, dit-il, à la fin d’une ère de 2160 ans, l’ère des Poissons, et nous nous préparons à entrer dans l’ère du Verseau. Nous sommes dans les derniers temps de l’ère des Poissons, le changement d’ère entre les Poissons et le Verseau devant se produire, selon l’astrologue Dane Rudhyar (1895-1985), en 2062.

« En fait, nous sommes dans la transition entre deux ères. Sachant que nous sommes à la fin d’un cycle, nous savons que c’est la fin de quelque chose qui n’a plus lieu d’être, la fin d’un monde. » (S. D. Gutenberg)

Le mouvement du Nouvel Âge, Findhorn, Auroville, sont des prémisses de l’ère du Verseau. (18)

Les conceptions, résumées ci-dessus, de chamans, ainsi que celles de Samuel Djian Gutenberg (voyez son interview dans le numéro d’août-septembre 2012 de “Sacrée planète”), correspondent fort bien à mes propres convictions, telles qu’elles sont développées notamment dans mon ouvrage : “Le livre des prophéties” (éditions Le Temps Présent, 2011).

Par ailleurs, selon l’ethnologue Louise Paradis, aucun écrit maya n’indique que le terme d’un cycle est synonyme d’apocalypse. Voici le début du texte de présentation du livre de Luc Mary, “Le mythe de la fin du Monde” (2009, éditions Trajectoire) :

« La fin du Monde est une idée vieille comme le Monde. C’est le mythe le plus universel que l’humanité ait conçu. Plus que la fin du Monde, ces prédictions traduisent le plus souvent la fin d’un monde et l’avènement d’un nouvel ordre où seraient bannis tous les travers de l’humanité. La prochaine date fatidique est prévue pour le 21 décembre 2012. (…) Elle s’inscrit dans une très longue série de catastrophes prédites par les oracles, mages et autres astrologues, depuis l’effondrement de l’Empire romain. Depuis mille cinq cents ans, pas une décennie ne s’est écoulée sans que des prophètes de mauvais augure ne prévoient la disparition prochaine de l’humanité. »

Hacène Chouchaoui écrit que Luc Mary a recensé 183 prophéties apocalyptiques faites depuis l’Empire romain, mais j’ajoute qu’il en existe bien d’autres… Martin Luther, le père du protestantisme, avait imaginé « la fin » avant le début du dix-septième siècle. Lors du passage de la comète de Halley en 1910, l’astronome Camille Flammarion avait suscité un vent de panique en déclarant qu’elle contenait un gaz qui allait contaminer l’atmosphère et exterminer l’humanité. Cette déclaration fantaisiste a été à l’origine d’une vague de suicides… La mise en route, en 2008, de l’accélérateur de particules du CERN, a fait craindre à certaines personnes la création d’un trou noir dévastateur… Pour Luc Mary, la peur de l’apocalypse est inhérente à l’Homme :

« Elle est liée à la crainte du futur, à la hantise de mourir. L’épouvante, d’abord religieuse, fut remplacée dans les années 1950 par la terreur d’une apocalypse nucléaire, et, maintenant, écologique. Auparavant, elle était liée à l’ignorance, aujourd’hui elle est associée à une trop grande connaissance. »

Ainsi que l’a dit Luc Mary, nous n’avions rien à redouter du 21 décembre 2012. « Certains annoncent déjà l’échéance du 6 avril 2014 au cas où elle ne surviendrait pas en 2012 », ironise-t-il. (Référence : Hacène Chouchaoui, “Télé 7 jours”, semaine du 6 au 12 octobre 2012, page 30.)

 

7. Sectes, apocalypse 2012 et spiritualité :

Les médias ont largement exploité le thème de « la fin du monde », diverses émissions télévisées (notamment, en France, sur Direct 8) ayant été consacrées au sujet. On a ainsi eu droit à l’exposition des divers scénarios de fin du monde (collision avec un astéroïde, etc.), que celle-ci soit ou non associée à la date fatidique de 2012. Les militants « antisectes » n’ont pas été en reste. Un exemple typique, à ce sujet, est Georges Fenech, qui a été le responsable de la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires et qui est l’auteur d’un livre paru en septembre 2012 : “Apocalypse : menace imminente ?” (éditions Calmann-Lévy). Le livre est ainsi présenté :

« Le 21 décembre 2012, sonnera l’heure de l’Apocalypse… si l’on en croit certaines sectes internationales qui invoquent le calendrier des Mayas. À chaque fois que notre planète est violemment secouée de cataclysmes climatiques, d’épidémies, de catastrophes financières, de bouleversements politiques ou de dates symboliques, certaines sectes annoncent la fin du monde et enregistrent des avancées significatives en jouant sur la peur des plus faibles. Parfois, leurs délires mystiques entraînent les adeptes dans un aveuglement qui les mène à la mort. Fortes de certains soutiens occultes ou affichés, les sectes infiltrent les institutions, noyautent les lieux de pouvoirs, dénigrent sur la scène internationale la politique volontariste menée par la France contre l’obscurantisme. À l’heure d’Internet, la prolifération des prophètes de malheur se fait plus agressive et plus convaincante que jamais. Et voilà qu’elles annoncent l’apocalypse pour le 21 décembre 2012 ! Elles ont déclaré Bugarach – petite commune à nos portes, dans les Pyrénées orientales – refuge de l’humanité. Les crédules y affluent du monde entier, achètent des maisons, des terrains, et toute parcelle achetable, pour les aménager en lieux de survie. Certaines sectes s’activent pour mettre en œuvre la propagande noire contre tous ceux, à l’instar de l’auteur, qui s’aviseraient de se dresser sur leur route. Georges Fenech, le spécialiste qui a le plus de légitimité sur le sujet, responsable de la lutte antisectes en France, révèle dans cet ouvrage l’ampleur inégalée de ce phénomène de tous les dangers, et ses conséquences à l’approche de l’apocalypse 2012. Il a réalisé une enquête internationale formidablement fouillée et nous livre ici un document-témoignage de référence dont les conclusions inquiétantes ne peuvent que nous inciter à la plus extrême vigilance. »

Le terme « sectes », que l’on trouve dans le sous-titre (« les sectes en ébullition ») du livre, est employé sans discernement, d’autant qu’il n’existe aucune définition juridique de la secte, une secte n’étant qu’un mouvement dissident par rapport à un mouvement préexistant. A l’origine, ce terme n’avait pas la connotation extrêmement péjorative qu’il a acquis depuis quelques décennies, suite à la volonté politique de dénonciation de diverses minorités religieuses, spirituelles ou thérapeutiques… En France, on établit ainsi des « listes noires » de groupes, tout en mélangeant sans vergogne quelques mouvements présentant de réelles caractéristiques sectaires avec d’autres qui n’ont aucun degré de dangerosité. Certains individus faisant partie de certaines mouvances qualifiées de sectes ne sont en fait que de simples charlatans (comme les pratiquants de la « biologie totale » ou ceux qui sont à l’origine de l’implantation de faux souvenirs induits), mais il n’y a pas, là, de mouvements susceptibles d’être qualifiés de « sectes ». Le terme secte, employé à tort et à travers, constitue une sorte de stigmate diabolique vouant le groupe ou mouvement incriminé à la vindicte populaire, et son usage devrait être proscrit. Il n’existe pas d’organisme officiel objectif traitant du phénomène sectaire, les grands médias étant par ailleurs totalement acquis à la propagande noire (réelle, celle-là) d’organismes gouvernementaux comme la Miviludes, le responsable de cette dernière ne pouvant pas être considéré, contrairement à ce qu’on lit dans la citation donnée ci-dessus, comme le « spécialiste qui a le plus de légitimité sur le sujet ». Pour une approche plus équilibrée du sujet, je recommande le site suivant, celui du CICNS (Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités) : www.sectes-infos.net ou www.cicns.net

Un « commentaire client » présente le livre de Georges Fenech comme étant très intéressant, cet ouvrage faisant « le tour des sectes, de l’emprise qu’elles ont sur les adeptes et de l’idée si souvent présente de fin du Monde »… Or, le livre de Georges Fenech ressasse de façon partisane certains sujets, comme les spéculations absurdes de quelques individus qui présentaient le Bugarach comme un lieu de refuge contre des catastrophes planétaires. Cependant, les attentes associées à 2012 étaient loin d’être toutes de nature catastrophique, beaucoup d’entre elles se référant plutôt à la fin d’un cycle ou à l’émergence d’un monde nouveau, indépendamment de toute attente apocalyptique ou de fin du monde. Les militants « antisectes » confondent souvent (par manque d’objectivité ou par volonté de dénigrement), il est vrai, fin du monde et fin d’un monde…

Dans un commentaire qu’on peut lire sur le site (www.sectes-infos.net) du CICNS, on lit que Georges Fenech a publié un livre dont le titre devrait lui permettre de ratisser large en terme de lectorat populaire : “Apocalypse : menace imminente ? Les sectes en ébullition”. La fiche descriptive du livre le présente, sans rire, comme « le plus grand spécialiste de la lutte antisectes en France ».

« Il faut bien reconnaître à Georges Fenech un succès indéniable : avoir su élever la désinformation antisectes jusqu’à un niveau inégalé, avec le concours bienveillant des médias.

Chaque interview de Georges Fenech est un florilège de manipulations du langage, d’utilisation de concepts frauduleux, de contrevérités et d’approximations dont on comprend qu’il les perpétue puisque personne, à de rares exceptions près, ne cherche à le contredire. »

On trouve, dans un numéro du “Figaro”, une interview intitulée : Fenech : Les grandes sectes infiltrent les lieux de pouvoir”. A propos des « illuminés » annonçant la fin du monde, Georges Fenech évoque d’emblée la « tuerie-suicide de l’Ordre du Temple Solaire »

Une question est posée à propos du site de Bugarach. Nous apprenons que le site est surveillé par la DCRI parce qu’entre autres motifs, des « groupements à caractère sectaire y ont fait l’acquisition de domaines ».

« De fait, l’hystérie médiatique autour de ce site a été orchestrée et anticipée par les soins de Georges Fenech. Réaction de la journaliste ? Aucune. »

A propos du nombre de sectes de l’apocalypse, Georges Fenech répond : “En réalité, toutes les sectes contiennent dans leur doctrine un message de l’apocalypse.” Aucune justification de cette déclaration n’est avancée, Georges Fenech répétant d’ailleurs « fréquemment et avec duplicité qu’il n’existe pas de définition de la secte ». C’est donc un propos vide de sens maquillé en fausse connaissance du sujet de la part du « plus grand spécialiste de la lutte antisectes ». Réaction de la journaliste ? Aucune.

A propos de l’infiltration de l’Etat par les sectes, Georges Fenech affirme : « Les grandes sectes cherchent à acquérir du pouvoir et infiltrent donc les lieux de pouvoir ».

« Aucune preuve n’est produite et, en mal d’argument, Georges Fenech évoque son cas personnel à travers l’annulation de son élection en tant que député en 2008 (pour irrégularités financières dans sa campagne électorale : le conjoint du rapporteur de son dossier aurait été un avocat des sectes, donc suspect, ce qui équivaut à une démonstration que les sectes infiltrent l’État et que ce dernier serait à leurs ordres. Réaction de la journaliste ? Là, il y en a une puisque la journaliste a choisi cette citation de l’ancien président de la MIVILUDES comme titre à son article pour bien la mettre en évidence. (…)

Nous constatons également une nouvelle fois que les journalistes des grands médias ne font pas leur travail et choisissent de promouvoir un discours antisectes insensé sur le fond et la forme. »

L’incompétence des journalistes (et des grands médias) traitant du sujet des « sectes » est bien mise en évidence par une déclaration de la commentatrice d’une émission diffusée sur une chaîne télévisée en août 2012, le commentaire ayant été fait alors que l’on voyait la photo d’une femme que j’ai immédiatement identifiée à J. Z. Knight (une médium américaine que j’ai évoquée dans mon premier livre et dans la conclusion de mon deuxième livre). On entend la commentatrice dire que cette femme est une gourou qui dit être la réincarnation d’un guerrier ayant vécu il y a des millénaires…Or, J. Z. Knight ne dit pas du tout être la réincarnation de Ramtha (c’est le nom du « guerrier » lémurien). La réalité est celle-ci : la channel affirme communiquer avec l’entité Ramtha, mais elle ne dit absolument pas être la réincarnation de celle-ci. Cela en dit long sur l’incompétence de ces journalistes qui ne savent pas faire la différence entre un processus de réincarnation et un processus de « canalisation »… Par contre, Georges Fenech écrit, dans son livre paru en septembre 2012, que J. Z. Knight dit être la réincarnation de l’un des fils de Ramtha

Nous avons vu plus haut, à propos du Bugarach, que l’hystérie médiatique autour de ce site a été orchestrée et anticipée par les soins de Georges Fenech. Ce dernier cite, dans son livre, la channel Monique Mathieu, le site Internet de celle-ci étant présenté comme étant un « vivier d’attrape-nigauds » (sic), un jugement « rationaliste » qui ne correspond pas à la réalité (car je considère que beaucoup de ces messages sont pertinents), même si cette channel a pu faire, comme bien d’autres médiums, quelques prédictions datées non réalisées. (Georges Fenech mentionne l’annonce, en décembre 1999, de la « substitution », en 2000, d’une nouvelle Terre à la Terre ancienne, et le passage, pour 2012, vers d’autres dimensions.) Georges Fenech qualifie Monique Mathieu de « gourelle », ce qui n’a rien de surprenant, car il est bien connu que ce genre d’individu a l’habitude de confondre, volontairement ou non, un médium ou un channel avec un gourou… Voici ce qu’une source canalisée par Monique Mathieu a précisé (dans un texte daté du 14 janvier 2012) à propos du Bugarach (Aude) :

« Nous aimerions vous dire qu’il n’y a pas de lieux privilégiés, que ce soit au Bugarach ou ailleurs !

Cela prouve l’ignorance des êtres humains et la grande facilité qu’ils ont à se faire manipuler par leurs semblables, parce que la manipulation à ce niveau-là ne vient pas des puissants, elle vient des semblables.

Le Bugarach est effectivement un lieu très particulier ; c’est un lieu où se trouve une immense base intemporelle, c’est-à-dire une base qui fonctionne aussi bien en troisième Dimension que dans les Dimensions supérieures. C’est un lieu qui est en rapport direct avec des êtres venant d’autres sphères et où se trouve une porte d’accès sur d’autres mondes, une porte du temps. A ce niveau-là, certes, c’est un lieu important. C’est également un lieu où vous pouvez ressentir des énergies très puissantes émises par ce qui se trouve en-dessous, c’est-à-dire cette base intemporelle qui fonctionne à trois niveaux de fréquences vibratoires différents. Il y a en permanence des allées et venues entre la planète Terre et, essentiellement en ce moment, certaines planètes des Pléiades.

Quant à dire que ce lieu sera un des lieux les plus protégés au monde s’il y a de grands évènements ou, comme vous le dites (et cela nous amuse grandement), s’il y a la fin du monde, c’est vraiment une pure illusion ! (…)

Alors, ne vous précipitez pas vers le Bugarach à la fin de l’année, cela ne servira strictement à rien, si ce n’est à vous occasionner beaucoup plus de tracas et de difficultés que cela ne pourrait vous occasionner de plaisir. (…)

Voilà ce que nous désirions répondre concernant le Bugarach, et nous espérons qu’au travers de cette réponse les êtres qui pensent qu’ils seront protégés en allant en ce lieu à la fin de cette année se réveilleront et prendront conscience de leur ignorance, et même (nous utiliserons un mot un peu excessif mais qui convient tout à fait) de leur bêtise ! » (http://ducielalaterre.org)

Notons que cette « bêtise » n’est pas l’apanage des quelques « illuminés » ayant présenté ce site comme un refuge lors des catastrophes annoncées. Les grands médias ne sont pas en reste. Ainsi, j’ai lu, dans un numéro de “Télé 7 Jours” (semaine du 6 au 12 octobre 2012), que CanalSat et Syfy allaient créer la « Chaîne de la fin du monde by Syfy » (sic), l’émission de celle-ci étant alors prévue pour la période allant du 21 novembre au 21 décembre 2012, avec des séries, des films et des documentaires, un humoriste présentant en outre « une émission décalée » (sic) depuis le Bugarach !

Voici, à propos du Bugarach, l’information reçue par Rosanna Narducci, la source canalisée étant Christ’al Chaya :

« Le mont Bugarach vit en ce moment dans le rayonnement du code 12 : 21, c’est-à-dire qu’il y a dans ce lieu, vibrant encore d’anciennes énergies cathares et templières, des personnes croyant toujours que le changement se fait par voie extérieure. Ainsi, elles attendent tout simplement l’arrivée de races extraterrestres qui viendraient leur apporter, je dirais sur un plateau, les solutions à leurs problèmes. Pendant ce temps, elles ne développent pas leur îlot intérieur et leur propre processus de transformation. Tout cela fait partie d’une ancienne énergie. En même temps, ce lieu est un portail vers des civilisations plus avancées qui siègent là, à l’intérieur même de la montagne, et la montagne elle-même est une porte d’entrée et de sortie pour des Intelligences supérieures. Il a fallu, à cet endroit, fermer des portes aux forces involutives qui convoitaient également ce lieu.

Et puis, il y a cette nouvelle énergie qui consiste à créer un îlot physique, car, vous le savez peut-être, il y a déjà un îlot éthérique, dans le sens où plusieurs Maîtres transitent par ce lieu. Mais il y a aussi des intraterrestres qui vivent dans cette montagne et qui sont déjà de conscience supérieure. L’endroit est donc propice à la création d’un îlot avec ses différents secteurs d’activité. »

Il est possible, dit Christ’al Chaya, d’installer un îlot dans la région du Bugarach, tout autour de ce mont :

« Les forces involutives le savent. C’est pour cette raison qu’elles ont mis beaucoup d’énergie à présenter le Bugarach en disant que 2012 était la fin du monde. Et de nombreux farfelus sont venus sur place pour attendre cette fin ! Beaucoup d’articles sont parus dans les journaux pour parler de ces événements.

Mais lorsque la vague du 21 décembre 2012 sera passée, tout cela retombera comme un flanc ! C’est pour cette raison aussi, entre autres, qu’il faut attendre avant de créer des constructions physiques et avant même de lancer un projet. Le projet devra être lancé après 2012, pas avant.

C’est souvent de cette manière que les grands îlots de lumière seront créés, à des endroits clés souvent reliés à des montagnes sacrées, car, dans ces montagnes sacrées, vivent déjà des intraterrestres qui, parfois même, cohabitent avec des êtres d’Orion ou d’ailleurs. Cependant, il n’y a pas forcément que des intraterrestres, puisque ces montagnes sont souvent des portes d’entrée et de sortie pour nous. »

Christ’al Chaya ajoute qu’un îlot de lumière sera forcément créé au Pérou et qu’il deviendra aussi un centre spirituel important puisqu’il est en lien avec la communauté de Païtiti (une cité légendaire inca perdue) et qu’il est un lieu à la fois éthérique et physique, une porte d’entrée et de sortie pour de grands Maîtres. (19)

Daniel Meurois voit l’année 2012 comme une date de « réinitialisation », un nouveau début, un mouvement d’épuration et de destruction des anciennes structures devant avoir lieu. Ce n’est pas tellement 2012 qui est intéressant, dit-il, mais l’après-2012. Il croit qu’il y aura un essor vers une forme de société fort différente. C’est, ajoute-t-il, dans l’annonce d’un renouveau fondamental que l’année 2012 est intéressante, non dans l’annonce d’un cataclysme. Les humains qui ne pourront s’adapter au changement seront, en fonction de leur niveau de compréhension, déplacés vers d’autres sphères de vie. Ils seront placés, ajoute Daniel Meurois, dans un milieu propice pour poursuivre leur évolution à leur rythme, tout en permettant au reste de l’humanité de ne pas être ralenti dans son développement spirituel. Il va y avoir, ajoute Daniel Meurois, un renversement des pôles magnétiques.

A la question : va-t-il y avoir un processus de « purification » dans les prochaines années ?, Daniel Meurois donne cette réponse :

« Je crois qu’il faut s’y attendre. Une planète fonctionne comme un être humain. Si les corps subtils d’une personne sont envahis de formes-pensées parasites, son organisme physique tombe malade. Si les différentes couches astrales, éthériques, et les multiples auras de la Terre, sont alourdies par des énergies nocives, dont celles d’un grand nombre d’âmes humaines bloquées et en souffrance, l’intervention d’un être de dimension christique s’avère nécessaire pour tout nettoyer. »

A propos de la mouvance spirituelle dans le sud-ouest de la France, il évoque l’ancienne vibration cathare, toujours bien vivante. Il est certain, dit-il, que le sud-ouest de la France est la région la plus bouillonnante sur le plan spirituel, en raison de son héritage spirituel très riche, la sensibilité cathare étant encore présente dans les pierres.

« L’intérêt pour l’éveil spirituel est extrêmement important en France, mais cette importance-là ne peut pas se manifester officiellement parce qu’elle est complètement bridée par les pouvoirs publics qui, depuis la malheureuse affaire de l’Ordre du Temple solaire dans les années 90, ont rendu très difficile l’accession du public à un discours profond sur le plan spirituel. La recherche spirituelle a été salie et diabolisée. Ainsi, des personnes comme moi ne peuvent plus avoir accès aux grands médias. Tous les discours d’éveil sont rejetés et ridiculisés, puis taxés de sectarisme.

C’est un aspect dramatique de la France. Une évidente censure organisée par le gouvernement fait peur à un grand nombre de personnes. Par contre, derrière cette censure et cette difficulté à s’exprimer ouvertement, il existe une grande ouverture potentielle et une demande importante d’un très grand nombre de Français. C’est incontestable. En Italie, c’est la même chose. En Espagne aussi, mais ce pays garde encore un côté beaucoup plus catholique. Les Espagnols sont toujours un petit peu plus réticents officiellement à sortir des dogmes parce que l’Eglise y a encore du poids. Les Italiens sont, quant à eux, des gens de contact direct et ils veulent toujours que ça bouge ; ils répondent donc avec grand enthousiasme à des témoignages comme les miens. » (D. Meurois)

Ses plus grosses conférences, il les a données en Italie avec, notamment, 4000 personnes à Rome. Quant au Québec, on est loin, dit-il, du rejet conditionné par la peur qu’on remarque souvent en France. (20)

 

8. Conclusion :

Le texte ci-dessus est la version actualisée d’un texte que j’avais rédigé et mis sur le site durant la période août 2008 – octobre 2011. (Des ajouts y avaient été apportés.) Ce texte, initialement titré : “2012 : l’apocalypse ?”, puis ensuite titré : “2012 : une année sans apocalypse”, était l’un des textes les plus “populaires” de la précédente version de mon site, avec, à la date du 31 août 2013, 14981 “clics”. J’avais clairement indiqué qu’il n’y aurait pas en 2012 de catastrophes planétaires ou d’Ascension. Voici par ailleurs ce qu’on peut lire à la fin de la conclusion de mon livre : « Le livre des prophéties », paru en 2011 aux éditions Le Temps Présent :

« Il n’ y aura certes pas de catastrophes planétaires en 2012, mais que va-t-il se passer cette année-là ? Pour ma part, je prophétise les trois événements suivants : les élections présidentielles françaises, les élections présidentielles américaines et les Jeux olympiques à Londres. Vous verrez : je suis un grand prophète ! Il est inutile, par contre, de spéculer sur un éventuel événement extraordinaire qui se produirait cette année-là. »

Maître Kuthumi, canalisé par Rosanna Narducci, avait dit de cesser de donner crédit aux scénarios avec catastrophes du 21 décembre 2012, car, avait-il ajouté, « il n’y en aura pas ni à cette date ni en 2013 ou après »… (21)

Quant au désormais fameux mont Bugarach (Aude), une source (Christ’al Chaya) canalisée par Rosanna Narducci a déclaré, ainsi que je l’ai mentionné plus haut, qu’il est possible d’installer un îlot dans la région du Bugarach, tout autour de ce mont :

« Les forces involutives le savent. C’est pour cette raison qu’elles ont mis beaucoup d’énergie à présenter le Bugarach en disant que 2012 était la fin du monde. Et de nombreux farfelus sont venus sur place pour attendre cette fin ! Beaucoup d’articles sont parus dans les journaux pour parler de ces événements.

Mais lorsque la vague du 21 décembre 2012 sera passée, tout cela retombera comme un flanc ! C’est pour cette raison aussi, entre autres, qu’il faut attendre avant de créer des constructions physiques et avant même de lancer un projet. Le projet devra être lancé après 2012, pas avant. » (22)

Je rappelle aussi qu’une source canalisée par Monique Mathieu (http://ducielalaterre.org) avait apporté la précision suivante :

« (…) Quant à dire que ce lieu sera un des lieux les plus protégés au monde s’il y a de grands évènements ou, comme vous le dites (et cela nous amuse grandement), s’il y a la fin du monde, c’est vraiment une pure illusion ! (…)

Alors, ne vous précipitez pas vers le Bugarach à la fin de l’année, cela ne servira strictement à rien, si ce n’est à vous occasionner beaucoup plus de tracas et de difficultés que cela ne pourrait vous occasionner de plaisir. (…)

Voilà ce que nous désirions répondre concernant le Bugarach, et nous espérons qu’au travers de cette réponse les êtres qui pensent qu’ils seront protégés en allant en ce lieu à la fin de cette année se réveilleront et prendront conscience de leur ignorance, et même (nous utiliserons un mot un peu excessif mais qui convient tout-à-fait) de leur bêtise ! »

Voici ce que disait Tobias canalisé par Geoffrey Hoppe :

« Les humains vont se focaliser sur cet événement de 2012 et cela va créer un certain drame et une paranoïa ; des livres sur ce sujet vont paraître, il va y avoir des ateliers 2012, des écoles 2012 et des casques 2012 que vous pourrez poser sur votre tête, ainsi qu’un tas d’autres choses de ce genre. Et 2012 va arriver et passer, puis il y aura 2013. Et alors, il y aura beaucoup d’êtres humains tristes et déprimés. Mais, curieusement, ces êtres humains tristes et déprimés qui n’ont simplement pas été inspirés ni transformés par 2012 vont trouver un autre 2012, un autre gourou, une autre date, une autre couleur, un autre quelque chose d’extérieur à eux-mêmes vers lequel ils vont pouvoir se tourner. »

Mais un de ces jours, un nombre suffisant d’humains va peut-être commencer « à se souvenir ». Ces humains vont « s’autoriser à se souvenir de qui ils sont, et cela va inspirer une nouvelle conscience sur Terre ».

Torah, canalisé par Shawn Randall, avait précisé que la date 2012 n’allait pas d’un seul coup transformer instantanément l’ensemble de la planète. (23)

Selon Anne Givaudan, de nombreux « foyers de lumière » se sont éclairés le soir du 21 décembre 2012, et ce, grâce à des humains « joyeux et méditatifs ». Dans la nuit, elle vit devant elle, lors d’une sortie hors du corps, la planète Terre entourée d’une multitude de lumières qui créaient un halo doré et dansant. Cette aura était bien différente de celle qu’Anne Givaudan avait vue de nombreuses années auparavant, la planète étant à cette époque entourée d’un halo gris. La voix du guide de la « décorporée » précisa à cette dernière que les habitants de la Terre sont aujourd’hui aptes à régénérer leur planète… (24)

Alain Moreau

 

Références :

1. Patrick Drouot, “Mémoires d’un voyageur du temps”, éditions du Rocher, 1994, p. 202-204.

2. Nathalie Petit, “Sacrée planète”, n° 25, décembre 2007 – janvier 2008, p. 8-16.

3. “Ascension planétaire”, tome 1, éditions L’Arbre Fleuri, 2004, p. 54.

4. Soria, “Réalisation solaire”, éditions Ariane, 2005, p. 357.

5. Rosanna Narducci, “Conclave 11 : 11 : 11”, éditions Ariane, 2012, p. 2.

6. “Nexus”, n° 54, janvier/février 2008, p. 29-31.

7. Ibid., p. 31.

8. “Au-delà du voile des illusions et de la confusion”, éditions Ariane, 2007, p. 56.

9. “Stargate Magazine”, n° 1, décembre 2003, p. 10-15.

10. “Le monde de l’inconnu”, n° 311, novembre/décembre 2004, p. 10.

11. “Nexus”, n° 61, mars/avril 2009, p. 56-63.

12. www.erenouvelle.com

13. www.ovnis-usa.com

14. Philippe Testard-Vaillant, “Science et vie”, n° 1106, novembre 2009, p. 80-85.

15. “Les grands mystères de l’Histoire”, Hors série n° 10, décembre 2009, p. 59-60.

16. Claude Traks, “Pour se libérer de la matrice”, éditions CommuniCare, 2003, p. 179, 181.

17. Gary Renard, “Votre réalité immortelle”, éditions Ariane, 2008, p. 206-207.

18. “Sacrée planète”, n° 53, août-septembre 2012, p. 14-21, 24.

19. Rosanna Narducci, “Conclave 11 : 11 : 11”, éditions Ariane, 2012, p. 181-182, 188-189.

20. Marc Vallée, “Pionnier de l’éveil. Rencontre avec Daniel Meurois”, éditions Ariane, 2012, p. 151-152, 154-156, 198-200.

21. Rosanna Narducci, “Conclave. Tome II”, éditions Ariane, 2013, p. 32.

22. Rosanna Narducci, “Conclave 11 : 11 : 11”, éditions Ariane, 2012, p. 188-189.

23. “Tuning in”, Mama Editions, 2012, p. 104-105, 121.

24. Anne Givaudan, “Petit manuel pour un grand passage”, éditions S.O.I.S., 2013, p. 10-12.

Share This:

Les commentaires sont fermés.