Récit témoignage – Musique céleste

Voici une surprenante manifestation musicale, dont le récit est extrait d’un numéro de la revue “Partage international” (voir : wwww.partageinternational.org)

“En tant que membre du groupe de méditation de transmission de Seattle, je fournis des vidéos à notre chaîne de télévision publique câblée pour des émissions hebdomadaires.

Le 14 février 2000, jour de la St-Valentin, je reçus un coup de fil de la part d’un homme qui avait appelé la chaîne de télévision après avoir vu le programme sur les Croix de lumière. Il s’appelait Lenny Fernandez.

Il me raconta que lors d’un nettoyage du quartier, il avait trouvé un tableau abandonné représentant la Cène qu’il avait emporté et accroché dans sa salle à manger. Il expliqua avoir vécu des expériences spirituelles intenses au cours desquelles « il avait été rempli du Saint-Esprit ». Il avait entendu parler des histoires sur la « Seconde Venue » et les miracles qui se sont produits à travers le monde. Il me décrivit une vision du Sacré Cœur de Jésus la main levée et deux doigts pointés vers le haut. On lui avait dit, expliqua-t-il, que les deux doigts signifiaient que Jésus reviendrait en 2000. Vers la fin du mois de janvier [2000] Lenny pria Jésus de lui donner un signe de la véracité de la Seconde Venue en 2000.

Le 1er février, Lenny et sa femme Aïda entendirent une musique provenant de la salle à manger. Ils crurent d’abord qu’elle venait d’une radio ou d’un lecteur de cassettes mais ensuite ils eurent l’impression qu’elle venait du tableau. Aïda affirma que lorsque la musique se manifestait elle voyait un ange l’interpréter.

La musique se mit à retentir tous les matins à 8 h 30 pendant deux à trois minutes. Ils retirèrent le cadre de la toile pour rechercher un éventuel dispositif caché, mais en vain. Lenny décida d’enregistrer cette musique et fit entendre la bande magnétique à plusieurs magasins de musique pour savoir quels étaient l’instrument et la mélodie.

Lenny m’envoya l’enregistrement par email ainsi que la photo de la Cène. Ensuite, il me rappela pour me dire qu’il avait déplacé le tableau dans le salon, mais la musique continuait à provenir du même endroit de la salle à manger. Ils avaient alors remis le tableau dans la salle à manger.

Le samedi 19 février 2000, mon mari Eric et moi nous rendîmes chez les Fernandez, à 8 h 15. Leur maison était remplie d’icônes religieuses, images et statues de Jésus, de la sainte Vierge, de saints, d’anges et d’étagères remplies de livres sur sainte Thérèse, le Padre Pio, etc. Ils avaient un petit chien qui aboyait très fort. Nous nous assîmes à la table de la salle à manger, leur donnâmes des informations sur l’Émergence et commençâmes à faire connaissance. Il y avait contre le mur un meuble avec un hôtel familial et des bougies allumées.

Vers 8 h 30 nous fîmes silence (même le chien). Lenny prépara le magnétophone, vérifia sa montre et déclara : « Ils sont en retard ce matin. » Puis, de quelque part devant le tableau, la musique retentit.

C’était une sorte d’instrument à anche jouant la même mélodie encore et encore. Je sentis de la chaleur au sommet de la tête et un sentiment d’amour inonda la pièce. Des larmes me vinrent aux yeux. La musique cessa aussi brusquement qu’elle avait commencé. Nous restâmes dans un état de paix pendant environ cinq minutes. Lenny affirma alors que nous étions en présence du Saint-Esprit.

Eric et moi étions les seuls à être venus entendre la musique. Lenny m’a assuré que je pouvais inviter ma famille et mes amis à venir. Nous prîmes des dispositions pour les autres membres de notre groupe, mais avant leur visite, Lenny appela pour dire que la musique s’était arrêtée, après 33 jours.

Récemment, il m’a appelé pour me dire qu’il avait envoyé des copies de la cassette à des amis et à des membres de sa famille aux Philippines et en Nouvelle-Zélande et qu’il avait reçu des témoignages affirmant que des personnes avaient été guéries après avoir écouté cette musique.

J’ai expliqué à Lenny que je connaissais un monsieur à Londres qui pourrait peut-être répondre à ses questions. Il me permit de raconter son histoire à Benjamin Creme et de lui envoyer une cassette. Il aimerait savoir de quel genre de musique et de quel instrument il s’agit. Et d’où provenait-elle ?

J’ai fait écouter la cassette à des amis et à de la famille. Nous avons tous essayé de comprendre. Nous supposons, entre autres, qu’il s’agit d’un simple roseau et d’une mélodie folklorique.

Je suis reconnaissante d’avoir rencontré ces personnes merveilleuses et d’avoir entendu cette musique. Un cadeau de la Saint-Valentin très inhabituel.

M. G., Seattle (Washington), États-Unis”

Le Maître de Benjamin Creme a indiqué qu’il s’agissait d’une musique folklorique juive de l’époque de Jésus.

Share This:

Les commentaires sont fermés.