Médiumnité physique. Le groupe de Scole

book1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robin et Sandra Foy sont des chercheurs « psychiques » qui se sont spécialisés dans l’étude des phénomènes physiques de la médiumnité. Ils ont assisté, au fil des années, à des séances de nombreux médiums à effets physiques : Leslie Flint, Gordon Higginson, John Squires, Geoffrey Jacobs, Colin Fry (1962-2015), Stewart Alexander, David Thompson, Mavis King, Paul McElhoney, Scott Milligan, Diana et Alan Bennett, Tom et Linda Anderson (du groupe « Freedom of Spirit »), Sandy Horsford, Kai Muegge (du « Felix Experimental Group »). Ci-dessous : Leslie Flint, Scott Milligan, Kai Muegge : 

170px-Leslie_Flint_with_Ectoplasm

1973649_10152471291153623_3364025903879312281_ophoto-300x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sandra-robinRobin et Sandra Foy sont les co-fondateurs des « ISM Link of Home circles » et de la « New Spiritual Science Foundation ». En 1990, Robin Foy a fondé la « Noah’s Ark Society for Physical Mediumship ». En 1991, Robin et Sandra Foy sont allés vivre à Scole (à Street Farmhouse) dans le Norfolk. Et c’est là qu’à la fin de 1992 ils recrutèrent cinq autres membres afin de les aider à développer la médiumnité physique. Ce fut le début de ce qui devint le Groupe Expérimental de Scole. Les expériences du Groupe couvrirent la période novembre 1993-novembre 1998. Durant cette période, le groupe originel composé de sept membres se réduisit à quatre membres, cette réduction du nombre de membres n’ayant manifestement pas affecté la qualité des phénomènes obtenus. En fait, c’est avec ces quatre membres réguliers que la qualité et la quantité des phénomènes physiques obtenus ont augmenté. Ces quatre membres étaient Diana et Alan Bennett, Robin et Sandra Foy, Diana et Alan étant les deux médiums à transe profonde. Robin et Sandra étaient les deux observateurs. A quelques rares exceptions près, Diana et Alan étaient, lors des séances, dans un état d’inconscience totale. Les expériences du Groupe de Scole concernent plus de mille heures de production de phénomènes physiques. Le Groupe de Scole a été étudié, pendant deux ans, par trois membres de la Société de Recherche Psychique britannique, deux d’entre eux – les professeurs Arthur Ellison (1920-2000) et David Fontana (1934-2010) – étant des scientifiques. Le troisième, Monty Keen, était un agronome. En 2000, ils ont publié un volume des Proceedings (Comptes rendus) de la SPR, connu sous le nom de « The Scole Report ». Bien que les annales de la SPR soient normalement plutôt sceptiques, ce rapport de 450 pages penche de façon marquée vers l’authenticité des expériences réalisées au sein du Groupe de Scole. Ci-dessous : Arthur Ellison et David Fontana.

ellisonFontana_160_187_1352801842

 

 

 

 

 

 

Des instructions ont aussi été données, par le responsable du groupe de Scole, afin de créer des groupes expérimentaux semblables.

 

1. La création du groupe expérimental :

Fin 1992 et début 1993, des personnes ont été recrutées à Scole, dans le Norfolk en Angleterre, avec pour objectif le développement de phénomènes physiques de la médiumnité.

Le Groupe de Scole devint connu sous le nom de Groupe Expérimental de Scole, l’objectif initial ayant été de développer la médiumnité physique de deux membres du groupe, lesquels avaient donné des signes prometteurs en ce sens. Il fut ensuite demandé à des « Esprits-Guides » de choisir les médiums du groupe, ainsi que les phénomènes physiques à produire. Deux autres membres du groupe développèrent une médiumnité de transe profonde.

Le premier phénomène important se produisit le 4 octobre 1993 en présence de trois membres du groupe. Il s’agissait de la matérialisation d’une pièce d’argent, plus exactement d’une « Couronne de Churchill » qui apparut au milieu des airs et tomba sur la table centrale.

De nombreux autres « apports » ont ainsi été obtenus : bijoux, pièces, cristaux, médailles, petites sculptures en bois, etc.

Les sessions expérimentales ont eu lieu hebdomadairement à Scole. En 1997, plus de 100 types de phénomènes physiques avaient déjà été obtenus.

Les phénomènes étaient réalisés grâce à « une énergie créatrice spéciale ». En 1994, une entité expliqua être membre d’une organisation connue dans le « Monde des Esprits » sous le nom de « Conseil de Communion », celui-ci ayant été formé de treize entités qui prenaient les décisions relatives à la communication entre les mondes physique et spirituel. Cette entité précisa qu’il y a plusieurs Conseils semblables dans le monde spirituel, et le 20 septembre 1994 elle demanda la fondation d’une organisation appelée « La Nouvelle Fondation de Science Spirituelle », le mot « nouvelle » devant être ôté du titre à la fin du vingtième siècle. Cette « science spirituelle » est définie comme étant « la science de la vie et de l’après-vie ».

Des groupes semblables ont été créés graduellement dans le monde entier, et un bulletin trimestriel, « The Spiritual Scientist », a été lancé en décembre 1994.

 

2. Les phénomènes physiques obtenus :

Les phénomènes physiques dont le Groupe de Scole a été le témoin depuis octobre 1993 incluent :

La lévitation. La sonnerie de clochettes.

Des lumières de diverses couleurs, tailles et durées, touchant les personnes présentes et pénétrant une table.

De petits coups, tapes et claquements d’intensité variable.

Des voix directes (« voix étendue ») semblant venir d’un autre endroit de la pièce ou de l’intérieur des murs. Six ou sept voix pouvaient parler en même temps…

Witnessing 004Des photos « psychiques », de formats différents, produites aussi sur pellicules scellées. Witnessing 005Witnessing 006

Witnessing 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessus : des photos « psychiques » obtenues lors de séances du groupe de Scole.

 

L’écriture, sans contact physique, avec un crayon.

 

Witnessing 052Des « apports », ainsi que la matérialisation d’objets lumineux n’ayant pas d’équivalent sur le plan terrestre et qui étaient restitués au monde spirituel à la fin de la séance. Witnessing 053Witnessing 055

apport031214-200x300

 

 

 

 

 

 

 

apport2-031214-300x199DSC00174IMG_6818

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessus : des objets apparus (ce sont des « apports ») lors de séances.

 

La matérialisation d’entités.

Le 13 juillet 1995, un texte est apparu sur une pellicule de diapositives (en noir et blanc) Polaroïd se trouvant encore dans son emballage d’origine. Le texte, écrit en sanscrit, fut retrouvé, suite à une information donnée à la séance suivante, dans un livre intitulé : « Scrimad Bhagavatam ».

Les « phénomènes physiques à base d’énergie » que le Groupe de Scole a expérimenté constituent un concept nouveau, cette nouvelle façon de procéder étant la plus adaptée aujourd’hui. Cela est lié à l’arrivée sur Terre de « nouvelles énergies ». Les phénomènes physiques créés par l’emploi d’« énergie » ont trois avantages distincts :

1. La santé du médium n’est pas en danger.

2. Une variété illimitée de phénomènes peut ainsi être produite.

3. Dans la plupart des cas, le développement des phénomènes, au sein d’un groupe, est en général rapide.

 

3. Les énergies utilisées :

Les énergies utilisées pour la production des phénomènes sont sans danger. L’énergie utilisée est en fait un mélange de trois types d’énergie naturelle, combinés par les « Esprits-Aides » au début de la session :

Les énergies terrestres sont constituées de spirales d’énergies existant en divers endroits géographiques autour du globe.

Ces spirales d’énergie peuvent être détectées par la radiesthésie. Ce type d’énergie, qui se trouve dans des lieux spécifiques, se présente sous forme de « colonnes » ou de piliers. De telles colonnes d’énergies se créent quand un groupe se rassemble pour travailler selon les instructions fournies.

Les énergies humaines concernent le champ énergétique personnel. Cette énergie est donc apportée par les membres du groupe.

Les énergies spirituelles sont relatives au monde spirituel. Cette énergie spirituelle est projetée sur Terre par les équipes spirituelles avec lesquelles le travail s’effectue.

La combinaison de ces trois types d’énergies est à l’origine d’une « énergie créatrice » qui peut ensuite être dirigée dans un but de communication ou de production de phénomènes physiques.

 

4. Recommandations :

La plupart des groupes créés peuvent obtenir des phénomènes physiques semblables à ceux du groupe de Scole. Il faut pour cela une bonne motivation, un lien de communication essentiel avec les « Aides-Esprits » personnels, et il faut suivre les conseils spécifiques à la création d’un groupe.

Les efforts individuels des membres du groupe afin d’améliorer leur spiritualité ne peuvent qu’être bénéfiques à l’obtention des phénomènes. Il est à cet effet recommandé, à chaque membre d’un groupe expérimental, de méditer chaque jour pendant une courte période. Le but est de stopper le flot des pensées et impressions par la concentration sur une image ou par l’obtention d’un état de passivité de l’esprit.

Le soir, avant de s’endormir, il est recommandé de demander mentalement aux Guides et collaborateurs de l’Invisible de nous aider à nous « brancher » sur l’Harmonie universelle. Durant notre sommeil, nous pouvons ainsi rencontrer des membres de notre propre équipe d’aides invisibles… Cette demande doit être quotidiennement formulée.

Le noyau central du groupe de Scole n’a jamais excédé quatre personnes, lesquelles ont travaillé ensemble pendant cinq ans. Robin Foy, à l’origine du groupe, avait collaboré avec le médium à « voix directes«  Leslie Flint (décédé en 1994). Un médium du groupe de Scole a d’ailleurs développé, comme Leslie Flint, une capacité à manifester des voix de défunts. Robin Foy précise que c’est « en fait la volonté des ‘guides’ de développer une nouvelle méthode de contact basée, non plus sur la force ectoplasmique, mais sur l’utilisation d’énergie ». C’est une nouvelle technique adaptée à notre époque dont les résultats « sont beaucoup plus rapides et plus fiables que ceux obtenus par le passé ».

Le groupe a suivi les instructions données par l’Au-delà. Le guide du groupe qui coordonnait les recherches se faisait appeler « Manu ».

La spécificité énergétique du groupe était la raison pour laquelle il était difficile aux membres du groupe de Scole de s’ouvrir à différents expérimentateurs. L’énergie d’un groupe lui est en effet spécifique, du fait même des participants.

« Si un membre n’est pas présent lors des séances, ou qu’il est remplacé par un autre, cela ne peut plus fonctionner correctement. »

Les impératifs pour la création d’un groupe sont : avoir une saine motivation et assister régulièrement aux séances.

 

5. Les résultats :

Les résultats sont le fait de l’ensemble du groupe et pas seulement d’un seul participant.

« Au début, par contre, c’est souvent un médium qui transmet les informations.

Quant aux résultats, ce sont ceux que l’on obtenait par la méthode ectoplasmique : matérialisation d’objets et de défunts, pellicules photos directement impressionnées, lumières et sons paranormaux, etc. »

En cinq années d’expérimentation, 180 types différents de manifestations médiumniques ont été obtenus.

Witnessing 066Des « aliens » se sont même manifestés à Scole !

« Une nouvelle fois, c’est par l’intermédiaire de nos guides que nous avons été mis en contact avec ces êtres. »

Au cours d’une expérience, une photographie de visage d’« alien » a été obtenue. Au cours de cette expérience, « ces êtres étaient matérialisés dans la pièce ».

« Nous avons même posé nos mains sur leurs visages pour en sentir la matérialité.

En fait, le message de ces ‘entités’ qui sont ‘au-delà’ du monde spirituel est leur amour pour l’humanité et leur volonté de nous aider à évoluer. »

Cette scène n’a pas pu être filmée.

« Parfois, nous avons la permission de photographier ou de filmer. Mais, dans ce cas précis, nous n’avons pu que prendre des clichés des visages. »

Lors de sa conférence à Houffalize (Belgique), en septembre 2000, Robin Foy a présenté un appareil destiné à communiquer avec les défunts, appareil dont les plans ont été communiqués par l’Au-delà. Des conversations d’une remarquable clarté ont été obtenues.

Quatre membres de la Société de Recherche Psychique britannique ont visité régulièrement le groupe de Scole pendant deux ans. En octobre 1999, ils ont publié un rapport concluant au caractère sérieux des recherches du groupe.

Deux membres du groupe se sont tournés vers la guérison spirituelle. Les travaux en commun du groupe ont été suspendus en 1998. Depuis, Robin Foy et son épouse ont repris les expériences avec un chercheur fort connu outre-Manche. Les résultats du nouveau groupe ont été à la hauteur de ceux du précédent. Robin Foy a travaillé avec un appareil dans lequel est intégré un élément en germanium, lequel aide à l’amplification des sons.

Robin Foy dit avoir eu le privilège de serrer dans ses bras ses parents décédés depuis longtemps. (1)

Le groupe de Scole a constaté des modifications a posteriori sur des images paranormales obtenues sur pellicule ou en vidéo. Il s’agit de cas de films qui se sont « effacés » ou se sont détériorés de différentes manières :

– Des plaques Polaroïd à développer ayant été mises sur la table, on vit l’apparition sur l’une d’entre elles d’un beau bâtiment qui finit par s’effacer complètement.

– A une autre occasion, un film, que le groupe avait déjà vu avec des chercheurs de la S. P. R., fut complètement illisible lors de la tentative de réalisation d’une copie quelque trois jours après.

– Ce phénomène s’est aussi produit avec un enregistrement vidéo. Même la copie s’est effacée… (2)

Des photographies ont été obtenues avec des films Polaroïd 35 mm, couleur ou noir et blanc, certaines montrant des visages plus ou moins bien développés. Certaines images sont en noir et blanc, alors que d’autres ressemblent aux vieilles photos de couleur sépia, avec des vues montrant différentes parties du globe. Bien que les images soient en noir et blanc (sur un film couleur), quelques-unes révèlent un arrière-plan en couleur ressemblant parfois à un arc-en-ciel.

Une image montre une scène de rue dans une ville européenne où le soleil brille. On distingue un chanteur au-dessus de la foule, juste visible dans l’encadrement de la porte d’un magasin. Il semble qu’il s’agisse d’un « souvenir » projeté d’un « Esprit » communicant…

Deux autres images représentent deux cathédrales : Saint-Paul à Londres et Notre-Dame à Paris. Celle de Saint-Paul représente une image prise de nuit pendant les bombardements. Celle de Notre-Dame, bien que pas très claire, permet néanmoins de distinguer la Seine serpentant à travers Paris, juste en dessous.

Certaines images, ressemblant aux photos sépia du début du vingtième siècle, montrent une culture religieuse orientale, avec des structures de pierres. Certaines images montrent des écrits de textes sacrés, tirés du « Scrimad Bhagavatam ». Ce ne sont pas des photos des textes, mais de « l’écriture directe » sur le support photographique.

Le groupe de Scole a aussi reçu une vue d’un groupe de personnes paraissant poser pour la photo. Une autre vue représente des soldats de cavalerie.

Certaines images pourraient être « des visions passagères, issues de la mémoire des transcommunicateurs, sur leur vie et leur culture lorsqu’ils étaient dans le monde matériel ». (3)

Un groupe de travail sur les « énergies » s’est constitué en France sous l’impulsion de Maryse et John Locke. (4)

 

6. Conseils pour créer un groupe :

Voici les conseils pour créer son propre groupe d’expérimentation :

Une pièce devrait être réservée spécialement aux sessions et n’être utilisée pour rien d’autre. Si cela n’est pas possible, la pièce peut être dédiée (récitation d’une prière) à ce type de recherche juste avant la session. Cette pièce doit être chauffée (en automne-hiver), d’autant plus que « l’accumulation d’énergie, avant et pendant la démonstration des phénomènes physiques, fait en général baisser la température, refroidissant encore plus la pièce ».

* La pièce doit être sans meubles, à l’exception des objets nécessaires aux réunions.

* Une table sera placée au milieu du groupe. Cette table sera, de préférence, circulaire. (Les « énergies » circulant autour s’y condenseront mieux.)

* Des étiquettes fluorescentes d’environ 1,5 centimètre de côté doivent être placées sur le bord de la table, aux points cardinaux (nord, sud, est et ouest), afin que les membres du groupe puissent s’orienter dans l’obscurité.

* Autour de la table, la disposition des sièges doit être circulaire. Le dossier de ces chaises doit être assez droit, les chaises devant être aussi assez confortables (afin que les membres du groupe puissent être assis parfois pendant plus de deux heures).

* Il ne doit pas y avoir de téléphone dans la pièce. Ou alors il faut le débrancher. (Il ne faut pas, non plus, de pendule.) Il ne faut pas trop de bibelots dans la pièce, et il faut retirer, autant que possible, tous les appareils électriques et leurs fils et rallonges. Dans certains cas (chaleur extérieure), on peut disposer un petit bol d’eau dans un coin de la pièce.

* Il est nécessaire que la pièce soit plongée en pleine obscurité, cette dernière facilitant, pour une raison x, la production des phénomènes.

* Il faut évidemment choisir avec soin les membres de son propre groupe. Il faut qu’ils soient équilibrés, motivés, et qu’ils soient en harmonie entre eux. Si un inconnu vous est recommandé, il ne faut pas l’inviter aux sessions avant d’avoir fait plus amplement connaissance avec lui. Si on ne connaît pas assez de gens intéressés, il est possible de mettre une petite annonce dans un journal local avec, par exemple, un numéro de boîte postale pour recruter de nouveaux membres.

Le nombre idéal de participants est un minimum de 4 et un maximum de 8.

Le groupe doit rester « fermé » tant que les phénomènes sont en cours de développement. Aucun visiteur de passage ne doit venir avant que l’équipe de l’Au-delà ne soit d’accord.

L’appareil principal utilisé est un dôme en verre (celui-ci permettant la conservation des énergies). Le phénomène aura souvent lieu sous ce dôme.

* Ce dôme doit mesurer au moins 305 millimètres de haut et 153 millimètres de diamètre, avoir un haut bombé et, en principe, une base en bois percée au centre d’un trou de 12,5 millimètres. Le dôme devrait reposer sur un petit support, à environ 5 à 7 centimètres de la surface de la table, un trou d’environ 25 millimètres ayant été percé dans la plate-forme du support. Le support doit être placé exactement au milieu de la table, le dôme étant placé par-dessus l’ensemble (et le trou de la base en bois étant aligné avec le trou dans le support du dôme). L’alignement des trous est important car il permet à l’atmosphère de se dilater sans accident (ce qui peut être causé par une accumulation d’énergie à l’intérieur du dôme), et il permet ainsi d’éviter que le dôme en verre ne se brise.

* Le support pour le dôme et la base en bois sera constitué d’un matériau isolant tel que du verre, du plexiglas ou du plastique (afin d’éviter toute décharge prématurée des énergies en train d’être conservées). Les membres du groupe ne doivent pas toucher le dôme entre les sessions.

* Au début, on peut utiliser, à la place du dôme, un gros bloc de cristal de quartz, lequel sera placé – comme le dôme – au centre exact de la table. (Ne pas oublier les 4 étiquettes phosphorescentes.)

* Pour de meilleurs résultats, le dôme en verre et le bloc de cristal peuvent être utilisés ensemble sur la table. Dans ce cas, le dôme sera placé au centre de la table, et le cristal ailleurs.

* On laissera un petit nombre d’objets différents sur lesquels l’équipe de l’Au-delà pourra agir. Exemples : un chapelet de clochettes, un tube en carton, une balle de ping-pong, un cube léger de balsa. On mettra dessus des étiquettes lumineuses afin de les localiser. Ces articles légers seront utilisés pour des expériences de lévitation, dans les débuts du développement du groupe, et seront placés sous la table durant les sessions.

On peut donner à chaque membre du groupe un petit verre d’eau.

Un groupe devrait se réunir une fois par semaine (ou, si possible, deux fois par semaine) ou, à défaut, toutes les deux semaines.

Le temps minimum de la session est d’1 heure 30. On étendra ensuite la durée à environ 2 heures (une fois que le phénomène se sera établi dans le groupe). Il arrivera un moment où les collaborateurs de « l’Invisible » diront eux-mêmes quand l’heure sera venue de s’arrêter.

Former un groupe et faire partie d’un groupe sont des décisions qui ne doivent pas être prises à la légère. Cela nécessite un engagement personnel. Il faut savoir qu’il s’agit d’une activité à long terme, chaque participant devant assister régulièrement aux sessions expérimentales. (Seules exceptions : mauvaise santé ou vacances annuelles !) Les membres doivent aussi arriver ponctuellement à chaque réunion.

Les membres du groupe ne doivent pas boire d’alcool le jour de la réunion. Il faut aussi éviter un repas lourd avant la réunion.

Au début de la séance, on écoutera, pendant 5 ou 10 minutes, une musique de méditation.

On procèdera ensuite à l’exercice de liaison, lequel consiste à penser à un pont en arc-en-ciel. On s’imagine en train de traverser ce bel arc-en-ciel pour arriver dans une région de Lumière.

Il est fondamental que tous les membres du groupe abordent les sessions avec un esprit ouvert, sans idée préconçue quant à l’identité des membres pouvant ou non être utilisés par l’équipe des guides, de quelque façon que ce soit. Quelqu’un finira par servir d’instrument de communication (médium), et c’est à l’équipe de l’Au-delà de le décider.

L’exercice de liaison terminé, une personne du groupe annoncera la fin de l’exercice. On fera ensuite une prière d’ouverture, celle-ci étant conçue comme une ouverture aux choses spirituelles. Cette prière doit avoir un caractère universel (et donc n’appartenir à aucune confession), « s’adressant à un Amour Universel qui inclut et enrichit » toutes les religions, « car l’amour ne connaît ni barrières ni limites ». La prière devrait être adressée « à l’Esprit Infini, source créatrice de toutes choses, et aux Esprits amis, collaborateurs et guides du groupe expérimental ».

Cette prière d’ouverture sera dite par un membre du groupe. Elle doit venir du fond du cœur de la personne qui la prononce. On devrait mentionner pourquoi le groupe est rassemblé.

« Pour notre cas, il s’agit de développer des phénomènes physiques de sorte que cela puisse aider d’autres gens dans le monde entier à découvrir et à comprendre la réalité de la survie, de la vie après la ‘mort’. »

Le groupe doit demander le privilège de recevoir les énergies lui permettant d’aider l’équipe des entités à produire les phénomènes attendus. Il doit aussi demander à être utilisé et à être guidé par les collaborateurs et assistants du monde spirituel. Au cours de cette prière, le groupe doit demander de pouvoir s’unir aux guides et collaborateurs principaux de l’équipe de l’Au-delà, et de jouir de l’harmonie et de l’amour apportés par ces aides spirituels. Le groupe doit aussi faire une demande pour que ces derniers le protègent pendant la session.

Les membres du groupe seront assis, les mains reposant sur les cuisses ou les genoux. Les participants doivent avoir une attitude relâchée et détendue.

La musique doit être jouée pendant toute la session. On utilisera une variété de cassettes de musiques qui plaisent aux participants. Les guides et collaborateurs invisibles du groupe ont également leurs propres préférences musicales. Le responsable de la musique peut aussi se charger d’enregistrer les sessions.

Après la prière d’usage et pendant la diffusion de la musique de fond, les membres du groupe peuvent continuer à se décontracter et à bavarder doucement entre eux.

La communication est essentielle. Celle-ci se fera au moyen de l’état de conscience modifié de l’un ou de plusieurs membres du groupe. Une façon de communiquer harmonieuse se mettra en place. Des conversations s’en suivront, et on recevra des instructions, des conseils…

Les membres du groupe doivent se servir de leur bon sens en évaluant les communications reçues.

 

7. Quels sont les phénomènes qui peuvent se produire ?

Quand la communication entre les membres du groupe et les collaborateurs de l’Au-delà commencera à s’établir, les premiers phénomènes physiques pourront se produire.

Les manifestations pouvant être perçues dans les premières phases des phénomènes à base d’énergie sont les suivantes :

* Un refroidissement notable de la pièce (perceptible surtout des genoux aux pieds), des bruits, un déplacement d’air, l’impression générale que l’atmosphère « se charge ».

* Des courants d’air et des mouvements d’énergie faisant le tour du groupe.

* La lévitation de petits objets (cubes de balsa, balles de ping-pong…).

* Des lumières, lesquelles constituent un dérivé du travail à base d’énergie.

* Des « apports » (ou apparition de petits objets). Ces objets ne sont jamais volés. Ils ont souvent été perdus ou abandonnés. Ils ont parfois appartenu à l’un des interlocuteurs de l’Invisible lorsqu’il était sur Terre. A Scole, d’habitude, c’était ‘‘Manu’’, le guide du groupe, qui se chargeait d’apporter ces objets après avoir choisi ceux-ci « avec deux enfants de l’époque victorienne ».

* La photographie « psychique ». Si le groupe reçoit la permission d’expérimenter dans ce domaine, un appareil photo (chargé avec une pellicule 36 poses de préférence), sans flash, pourra être placé, durant les sessions, sous la table ou sur une chaise. On pourra aussi utiliser l’appareil pour prendre des images dans l’obscurité. Il est en effet possible de capter les premières manifestations d’énergie, non encore visibles à l’œil nu.

Witnessing 060Witnessing 063Witnessing 065

 

 

 

 

 

Witnessing 076Witnessing 077Witnessing 089

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos ci-dessus sont des images captées du « Monde spirituel »

 

8. L’exercice de guérison et la prière finale :

La personne ayant servi d’intermédiaire entre les deux mondes doit se sentir bien à son aise une fois revenue à un état de conscience normale.

« Si elle est toujours dans un état de conscience modifiée à la fin de la session, les autres membres doivent la ramener à l’état normal en l’appelant par son prénom jusqu’à ce qu’elle réagisse. »

Il ne faut ni toucher ni secouer la personne. Dans le cas contraire, cela risque de la choquer et de lui causer un malaise.

Lorsque tous les membres seront revenus à l’état normal, on procèdera à l’exercice de guérison. Ce travail de guérison utilise les « énergies restantes ». Cela empêche aussi l’accumulation de trop d’énergie à l’endroit des sessions et aide l’écoulement de l’énergie stagnante.

L’excès d’énergies est utilisé pour le travail de guérison. Les participants s’imaginent être une « étoile filante » qui diffuse la force de guérison mentalement, là où elle est nécessaire. On demande intérieurement que cette force soit envoyée aux personnes dont on pense les noms, sachant que ces gens ont besoin d’être guéris à ce moment-là.

« Une fois que tous les participants ont envoyé la force de guérison de cette façon à tous ceux qui en ont besoin, le reste de cette énergie doit être envoyé mentalement de la même manière à quiconque dans le monde, malade mentalement ou physiquement, en a besoin. Finalement, cela vaut bien la peine d’envoyer une forte pensée et de souhaiter que ces énergies aident à provoquer la paix dans le monde entier. »

L’acte même de participer à cet exercice de guérison, pour le bien de ses semblables, « pour l’humanité en général, et le monde animal qui souffre tant des méfaits humains, devrait permettre à chacun, au sein du groupe, de se sentir purifié et régénéré ». Du coup, « cela empêchera toute énergie négative de s’approcher du groupe expérimental ».

Après le travail de guérison, vient la prière finale. Celle-ci doit être courte, simple et sans cérémonie. Elle doit être adressée à l’Esprit Universel et aux guides et collaborateurs du groupe expérimental. Ce doit être une prière de remerciement adressée aux participants du monde spirituel, pour les remercier de tout ce qui a eu lieu, « pour les efforts qui ont été faits et pour l’amour, l’harmonie et la protection que les membres du groupe ont reçu pendant la session ».

Lorsque la prière finale est terminée, les membres du groupe doivent se « refermer » psychiquement. Ils peuvent s’imaginer qu’ils sont une fleur qui clôt ses pétales pour la nuit, « se sécurisant et se protégeant ainsi de toutes énergies négatives au cours de leur vie quotidienne ».

Les lumières de la pièce ne seront allumées qu’après cette prière finale, lorsque tout le monde se sentira à l’aise. Quelqu’un doit prévenir tout le monde à haute voix que la lumière va être allumée. (5)

 

9. « Witnessing the Impossible » :

Robin P. Foy est l’auteur de deux livres, le premier étant paru en 1996 sous le titre de : « In Pursuit of Physical Mediumship ». Il s’agit d’une biographie « psychique » des premières expériences de Robin Foy concernant les phénomènes médiumniques physiques qui avaient alors été obtenus.

book1Le second livre qui relate les résultats obtenus au sein du groupe de Scole a été publié sous le titre de : « Witnessing the Impossible ». Cet ouvrage de 584 pages relate les séances réalisées depuis le début des expériences en 1993 jusqu’à la fin des expérimentations en novembre 1998. Le tout concerne plus de mille heures de phénomènes physiques médiumniques.

 

 

 

 

 

 

Alain Moreau

 

Références :

 

Site : www.scoleexperiment.com

 

 

 

Share This:

Les commentaires sont fermés