Les OVNIs en Russie et en Chine

Peut-on être sûr de l’authenticité des nombreux documents secrets du KGB qui, en Russie, sont à présent publiquement disponibles ? En outre, les anciens membres du KGB ont pu “éliminer” les informations que l’agence ne souhaitait pas voir publiées publiquement.

« Les principales fonctions du KGB concernaient le renseignement étranger, le contre-espionnage, l’activité de recherche opérationnelle, la protection des frontières de l’URSS, la protection des dirigeants du Parti Communiste et du gouvernement soviétique, l’organisation des communications gouvernementales et la lutte contre le nationalisme, la dissidence, la criminalité et l’activité anti-soviétique. »

Les autorités russes ont toujours expliqué que les OVNIs n’existaient pas, qu’il s’agissait d’une propagande hostile et que, par exemple, les corps célestes observés étaient un dispositif technique de l’OTAN conçu pour espionner l’URSS. Tous ceux qui évoquaient les OVNIs étaient systématiquement menacés et accusés de propagande anti-soviétique. Dans le même temps, de nombreux témoins d’OVNIs ont rédigé des déclarations écrites qui se trouvent stockées dans les archives du KGB. Il semblerait donc que l’agence ait secrètement reconnu l’existence du phénomène, au point de le considérer comme une menace pour la sécurité nationale.

Le docteur Félix Zigel (1920-1988), professeur de mathématiques supérieures et d’astronomie à l’Institut d’aéronautique de Moscou, avait tenté de constituer une organisation mondiale de recherches sur l’ufologie. Le 10 novembre 1967, le professeur Zigel montra, lors d’une émission télévisée, des dessins de l’OVNI observé dans le Caucase en 1967, ainsi que des photos d’objets volants d’origine inconnue. Le général Stoliarov insista sur le fait que lui et ses collègues, baptisés pour la circonstance “Comité Stoliarov”, avaient pour tâche d’exposer les interprétations pseudo-scientifiques faites des phénomènes de nature inexpliquée. Il lança un appel à toutes les personnes intéressées afin d’avancer dans la recherche scientifique sur ce phénomène. En novembre 1967, le discours de Félix Zigel à la télévision nationale a marqué le début d’une grande collecte d’informations sur les OVNIs.

Dans une interview accordée par Youri Andropov à « The Observer », celui-ci a évoqué ce qu’il a vu dans le bureau de son patron au sujet du phénomène OVNI. Cela concernerait l’observation, en 1977, d’un grand objet inconnu dans le ciel de Petrozavodsk. Le dossier contient des contre-rapports officiels au sujet de cas d’OVNIs.

Youri Andropov a demandé à A. P. Kirilenko, président de la Commission militaro-industrielle, la permission de récupérer tous les éléments recueillis, et il a même élaboré un programme obligeant chaque soldat à signaler tous les cas d’observations d’OVNIs.

En 1978, la commission militaro-industrielle a créé deux centres de recherche sur les OVNIs, l’un à l’Académie des sciences d’URSS, et l’autre au sein du ministère de la Défense soviétique. La recherche sur les phénomènes inexpliqués à l’Académie des sciences d’URSS a fait l’objet d’un programme scientifique spécial désigné sous le nom de « Setka-AN ». Le ministère soviétique de la Défense a lancé un programme similaire appelé « Setka-MO ». Les deux centres ont aidé à la recherche sur les OVNIs et échangé des informations sur le sujet. Le premier acte de la Setka-AN fut d’user exclusivement, à la place du terme « OVNIs », l’expression « phénomènes atmosphériques anormaux ». Les debunkers (défenseurs des interprétations réductionnistes) de Setka-AN se sont attelés à vouloir prouver que les OVNIs n’existaient pas, les explications invoquées faisant essentiellement intervenir des erreurs d’interprétations, des lancements de fusées ou des foudres en boule. À noter qu’il y a eu des cas de “phénomènes aérospatiaux anormaux” en même temps que les lancements de missiles mobiles non autorisés, et, à d’autres occasions, des OVNIs qui, lors d’exercices militaires, ont entraîné des ruptures de communications radio et des défaillances d’équipement. Le programme a pris fin en 1991, mais un groupe d’experts est resté dans le Département de physique et d’astronomie générale de l’Académie des sciences de Russie, les rapports reçus ayant été analysés jusqu’en 1996.

Les chercheurs militaires, qui ont porté une attention particulière à l’hypothèse que les OVNIs puissent être des manifestations d’une civilisation extraterrestre, étaient préoccupés par le comportement imprévisible des engins observés, ainsi que par leur interaction sur la technologie et le personnel militaires. Ils souhaitaient pouvoir récupérer, à des fins militaires, la technologie des OVNIs.

En 1991, des documents du KGB furent fournis à Pavel Popovich, ce dernier ayant été le deuxième chef de la Direction du KGB (contre-espionnage) à avoir reçu des informations sur les OVNIs. Le fichier (124 pages de texte imprimé) contenait des copies de rapports d’OVNIs : manuscrits dactylographiés, témoignages et notes d’informateurs du KGB, dessins bruts et rapports de témoins oculaires d’OVNIs. Une lettre d’accompagnement fut rédigée par N. A. Sham, le vice-président du Comité pour la sécurité d’État de l’URSS. Cette coopération sans précédent entre les chercheurs d’OVNIs et le KGB marqua un tournant dans la recherche ufologique en Union soviétique. Des années plus tard, Sham a déclaré que le KGB n’avait pas été engagé dans la recherche de phénomènes anormaux, tout en désignant Setka comme le groupe responsable de la recherche.

Le 28 juillet 1989, sur la base de Kapoustine Yar (région d’Astrakhan), aux environs de minuit, des sentinelles de deux unités militaires ont observé pendant deux heures, à des distances différentes, un objet volant non identifié. Les témoins qui se trouvaient plus près de l’objet l’ont dessiné. Ci-après, sont évoqués des rapports dans lesquels sont consignés les témoignages des militaires russes. La source de ces témoignages, qui proviendrait du docteur en sciences Vladimir Zamoroka, est tirée de documents déclassifiés des archives du KGB :

Un technicien de liaison, le Lieutenant V. Volochine, s’installa, pour observer l’OVNI, sur la tour aux antennes, à une hauteur de 6 mètres. Dans le ciel nocturne, il distingua nettement un puissant signal clignotant qui ressemblait à une série de flashs. L’objet survola les ateliers et se dirigea vers les stocks de missiles qui se trouvaient 300 mètres plus loin. Là, il se mit en vol stationnaire en descendant à une altitude d’environ vingt mètres. L’engin, qui projetait une lumière verte pâle qui rappelait la luminescence du phosphore, avait la forme d’un disque de 4 à 5 mètres de diamètre, surplombé d’un hémisphère. Pendant que le disque se trouvait en vol stationnaire, un faisceau de lumière intense a jailli de sa partie inférieure et a fait « 2 à 3 ronds ». L’objet volant est ensuite reparti en direction de la gare ferroviaire, mais il est revenu peu après et s’est placé de nouveau au-dessus du stock de missiles, cette fois-ci à une altitude de 60-70 mètres. Deux heures après le début de l’observation, l’objet volant s’en est allé en direction d’Akhtoubinsk avant de disparaître. Les flashs provenant de la partie inférieure du disque n’étaient pas réguliers. L’engin se déplaçait tantôt par saccades, en faisant des évolutions rapides (verticales ou obliques), tantôt par des mouvements uniformes interrompus de temps en temps par des vols stationnaires.

Le Caporal A. Lévine dit avoir vu, à environ trois kilomètres, un engin clignotant. A l’endroit même où l’objet se mit en vol stationnaire, il vit un faisceau lumineux jaillir du sol et faire des mouvements à droite et à gauche. Un autre objet apparut et se mit à monter, et, au fur et à mesure de son ascension, la lumière qui en émanait se fit de plus en plus faible. Au bout de deux heures d’observation, le témoin aperçut un troisième objet à une altitude de 300-400 mètres, cet objet projetant une lumière clignotante rouge. Soudain, une suite de feux, pareils à une guirlande d’ampoules sur un arbre de Noël, parcourut son périmètre, et c’est alors que le témoin put voir que l’engin avait la forme d’un cigare. Le « cigare » s’approcha du premier objet volant, puis tous deux disparurent ensemble au-dessus de l’horizon.

En 1984, le journal français “Le meilleur” s’est penché sur la question des OVNIs russes et a indiqué que le gouvernement soviétique venait de créer une commission d’enquête sur les « phénomènes atmosphériques anormaux ». On y lisait que la raison de cette effervescence tenait à un événement qui s’est produit au-dessus de la ville de Gorki le 27 mars 1984. A cette occasion, toute une équipe d’aiguilleurs du ciel de la tour de contrôle de l’aéroport de Gorki avait, dans un rapport officiel, signalé le ballet, dans la banlieue de Gorki, d’un objet en forme de soucoupe volante dont les évolutions ont duré quarante minutes. La Tour de contrôle a bien repéré sur ses écrans radars la présence d’un immense objet volant à une altitude d’environ mille mètres et qui évoluait à 200 kilomètres/heure. L’objet avait les dimensions d’un avion de ligne. La tour de contrôle de Gorki n’a cependant pas fait appel aux avions de chasse pour intercepter l’objet.

Un rapport du 23 mai 1985, signé du Colonel V. Alifanov (directeur de vols), fait mention d’une rencontre sur le territoire de Khabarovsk.

Le 26 juillet 1989, dans la région de l’aéroport de Sotchi, les documents ont reproduit les conversations à propos d’OVNIs observés, conversations que le contrôleur du trafic aérien a eues avec les équipages de trois avions de ligne (numéros de bord 138, 397 et 500).

Selon certaines rumeurs, la défense aérienne soviétique aurait récupéré une soucoupe volante d’origine extraterrestre. On aurait pratiqué de la rétro-ingénierie et récupéré un corps humanoïde qui aurait été étudié à l’Institut de Semashko. L’OVNI aurait été abattu en 1968, dans l’Oural, près de la ville de Berezniki. Les émissions de télévision ont récemment réalisé plusieurs entrevues sur cette question. Les déclarations d’un ancien membre du KGB, P. Klimchenko, sont corroborées par l’article du journal “Evening Sverdlovsk” du 29 novembre 1968. Les témoins de l’incident ont dit qu’ils avaient vu un objet se crasher, et, qu’une fois arrivés sur les lieux, l’armée les aurait empêchés d’aller plus loin et aurait bouclé la zone. P. Klimchenko explique que l’opération de localisation et de capture de l’OVNI avait pour nom de code « mythe ». Les scientifiques étaient convaincus que les humanoïdes n’étaient pas d’origine humaine. Néanmoins, aucun document publié par le KGB n’évoque ce cas. Selon Klimchenko, les médecins, impliqués dans la fameuse autopsie, Sawicki et Gordienko, seraient tous les deux soudainement morts le même jour. (Source : ovnis-direct.com, 11 novembre 2015.)

 

Selon le « Siberian Times », plusieurs observations d’OVNIs ont été signalées en 2015 aux médias locaux, notamment à Oulan-Oude, la capitale de la République russe de Bouriatie, à proximité du lac Baïkal.

Une personne a rapporté avoir vu un objet lumineux dans le ciel avec « de nombreux feux essentiellement verts, mais aussi rouges et bleus ». Elle observait l’objet en compagnie de son fils et de deux autres témoins qui étaient de passage. Puis l’objet a disparu et réapparu, mais plus près, réalisant un bruit similaire à celui du moteur d’une voiture. Quand l’objet s’est arrêté juste au-dessus d’eux, le témoin, qui est resté bouche bée, a vu deux hommes en train de courir pour se cacher dans un bâtiment. Il a décrit l’engin comme « une très grande soucoupe avec des lumières vertes ». Le fils a eu peur et a attrapé la main de son parent, avant de s’enfuir tous les deux.

D’autres habitants d’Oulan-Oude ont raconté avoir également repéré d’étranges lumières dans le ciel. Alors qu’il se trouvait sur son balcon, un témoin a rapporté avoir vu, en pleine nuit, un objet brillant et lumineux. Un autre témoin a dit avoir vu des lumières rouges qui apparaissaient et disparaissaient. Dans le village voisin de Khorinsk, un homme raconte avoir aperçu une boule lumineuse en mouvement rapide. Il a précisé qu’il était allé dehors, vers environ 19 heures, pour fumer une cigarette, et qu’il avait remarqué une boule lumineuse dans le ciel. Celle-ci ne bougeait pas très vite. Au début, il pensa qu’il s’agissait d’un satellite, mais, en se focalisant sur l’objet, il a estimé sa distance, entre lui et le sol, à environ 200 à 300 mètres. Le témoin a précisé que cet objet se déplaçait différemment d’un satellite. Les lumières sont devenues moins brillantes, aucun son n’ayant été entendu. Tout était très calme et il n’y avait pas de voitures. L’observation a duré 20 à 30 secondes.

Selon le « Siberian Times », une observation similaire a été signalée en 2010, à environ 100 miles à l’ouest et à proximité du lac Baïkal, dans une ville appelée Listvyanka. Le témoin, Nikita Tomin, qui a pris une photo montrant trois feux verts rougeoyants, a précisé que l’objet a volé, très lentement, juste au-dessus des témoins, et qu’il s’est mis à briller en émettant une lumière verte. Les témoins étaient apeurés. D’autres mystérieux objets furent aperçus, cette année, à proximité du Lac Baikal (le plus grand et profond lac d’eau douce du monde, atteignant 5000 pieds).

Selon le « Siberian Times », des dizaines de personnes ont vu un objet en forme de disque décrit comme étant aussi brillant que “trois soleils”, cet objet ayant soudainement disparu. Le lendemain matin, on a noté, sur le rivage, la présence de tonnes de poissons morts. Toutefois, les experts pensent que les températures extrêmement élevées et les faibles niveaux d’eau constatés dans la région pourraient rendre compte de cette présence. (Source : www.ovnis-direct.com, 28 octobre 2015.)

 

Le présent texte n’ambitionne pas de faire une présentation détaillée des observations d’OVNIs dans l’ancienne Union soviétique. Plusieurs livres en langue française sont parus sur ce sujet, le plus ancien étant celui publié en 1976 aux éditions Robert Laffont (dans la collection « Les énigmes de l’Univers ») : « Les O.V.N.I. en U.R.S.S. et dans les pays de l’Est », dont les auteurs sont Ion Hobana et Julien Weverbergh.

le-roswell-russeLe plus récent ouvrage, au moment où j’écris, est celui de Paul Stonehill et de Philip Mantle. Leur livre est paru en langue française (aux éditions Le Temps Présent) en 2015 sous le titre : « Le Roswell russe ». Il est sous-titré : « Révélations sur les mystères ufologiques de l’Union Soviétique ». Je renvoie à ce livre pour un panorama détaillé de l’étude des OVNIs en Russie. Voici la présentation du thème de ce livre avec la table des matières :

« De nombreux témoins attestent qu’en 1986 un mystérieux Objet Volant Non Identifié s’est écrasé sur une colline proche de la ville russe de Dalnegorsk. Des fragments de métal récupérés sur le site ne cessent d’intriguer les scientifiques. Lorsqu’ils soumettent ces étranges résidus à la chaleur, certains ‘s’évanouissent’ et se voient remplacés par d’autres ! Certains fragments présentent même de curieuses propriétés antigravitationnelles.

Souvent surnommé le ‘Roswell russe’, cet incroyable événement a fait l’objet d’une enquête approfondie de la part de Paul Stonehill, un ancien réfugié devenu aujourd’hui un ufologue de renommée internationale, et de Philip Mantle, un Britannique expert en OVNIs. Nous y découvrons aussi le mystérieux événement survenu en 1908 à Tunguska, en Sibérie, où une explosion détruisit 60 millions d’arbres avec une déflagration audible dans un rayon de 1500 km.

Quelques témoins avaient vu passer dans le ciel une boule de feu qui a explosé entre 5 et 10 kilomètres d’altitude. L’onde de choc fut plusieurs centaines de fois supérieure à la bombe d’Hiroshima. Enfin, cet ouvrage lève le voile sur de nombreux phénomènes mystérieux liés aux Ovnis dans l’ex-URSS avec le témoignage de cosmonautes russes et de membres de l’Armée Rouge. »

 

* Sommaire :

Chapitre I : L’affaire du Roswell russe : le crash de Dalnegorsk

Chapitre II : « L’autre » Roswell russe, le crash de Tunguska (1908)

Chapitre III : Quand l’Armée rouge se heurte au phénomène OVNI

Chapitre IV : Cosmonautes soviétiques face au phénomène OVNI

Chapitre V : CIA, espionnage et OVNIs en Russie

Chapitre VI : Le KGB et les OVNIs

Chapitre VII : Mystérieux océans : objets submersibles non identifiés dans les eaux russes et internationales

Chapitre VIII : Quand des astronomes russes observent des OVNIs

Chapitre IX : Phobos et ses mystères.

 

* A propos des auteurs :

Paul Stonehill est né à Kiev (URSS) en 1959. Il a émigré aux Etats-Unis en 1973. C’est un expert reconnu de la culture de l’ancienne Union Soviétique. Spécialiste des phénomènes paranormaux, il dispose d’excellentes sources au sein des communautés ufologiques russe, ukrainienne, et d’autres pays d’Europe de l’Est.

Philip Mantle est l’ancien directeur des enquêtes de la « British UFO Research Association », l’ancien représentant de « Mutual UFO Network » pour l’Angleterre, et le membre honoraire de l’Institut de recherche sur les phénomènes anormaux en Ukraine.

 

Le 26 avril 2010, Kirsan Ilioumjinov participa à une émission sur Channel One, la principale chaîne de télévision russe. Lors de cet entretien de plus de 51 minutes, il a raconté l’aventure extraordinaire qui lui serait arrivée plusieurs années auparavant. Ci-après un article de Michael Salla :

« Dans une extraordinaire interview télévisée, le Gouverneur de la république russe de Kalmoukie, Kirsan Ilioumjinov, qui est également président de la Fédération mondiale d’échecs, a affirmé qu’en 1997, alors qu’il était dans son appartement avec terrasse de Moscou, il avait été emporté à bord d’un véhicule extraterrestre. Ilioumjinov soutient que les extraterrestres qu’il a rencontrés étaient humanoïdes et lui avaient fait faire un tour dans leur vaisseau puis qu’ils l’ont même transporté sur une autre planète.

Selon Ilioumjinov, son expérience est confirmée par trois témoins qui l’ont cherché chez lui à son domicile après qu’il soit monté à bord du vaisseau spatial extraterrestre. Le plus révélateur est qu’Ilioumjinov est apparu sur la station de télévision n°1 en Russie, Channel One, qui est contrôlée à 51% par le gouvernement russe.

L’intervieweur, Vladimir Pozner, a débuté la partie questions directement sur l’expérience d’Ilioumjinov. Il en ressort que l’animateur et les producteurs savaient à l’avance ce qui s’était passé et souhaitaient en discuter à l’antenne. Il est significatif qu’il n’y a pas eu de censure quant à l’expérience d’Ilioumjinov. L’émission a été immédiatement mise à disposition sur le site Web de Channel One.

Cela montre au moins que le gouvernement russe reste ouvert à un débat public, sur la station de télévision la plus en vue du moment, à propos de l’existence d’une vie extraterrestre. Plus important encore, la diffusion de l’expérience d’Ilioumjinov pourrait indiquer une tentative voilée de la part des officiels russes de préparer leurs citoyens à une éventuelle divulgation de la vie extraterrestre.

Durant l’interview, Ilioumjinov a décrit comment il fut sorti de son sommeil et emmené hors de son appartement par-dessus un balcon dans un vaisseau qui se trouvait là en attente. Il raconte :

‘Dans la soirée j’ai lu un livre, regardé la télévision, et je suis allé me reposer. Je me suis sans doute endormi, et j’ai eu la sensation que quelqu’un m’appelait depuis le balcon, qui était ouvert.

Je me suis levé, j’ai vu une sorte de demi-lune translucide. Je suis rentré dans ce tube et j’ai vu des gens dans des combinaisons spatiales jaunes.’

Ilioumjinov a poursuivi en décrivant comment les extraterrestres l’ont emmené faire un tour dans leur véhicule.

Puis ils lui ont dit qu’ils avaient besoin d’échantillons d’une autre planète et l’ont emmené avec eux, avant de le ramener en toute sécurité à son appartement.

On doit noter que trois témoins peuvent confirmer la disparition d’Ilioumjinov de son appartement. Dans l’interview, le gouverneur a expliqué ce qui s’est passé :

‘Je n’y aurais pas probablement cru s’il n’y avait pas eu trois témoins – mon chauffeur, un ministre et mon assistante qui sont arrivés dans la matinée et ont constaté que je n’étais pas là. Les choses sont à leur place, le balcon est ouvert (il se situe au dernier étage). Ils examinèrent tout autour, ont commencé à appeler des amis… Puis ils se sont assis dans la cuisine, cherchant qui appeler ou qui contacter – parce que le téléphone, toutes les choses étaient en place, l’appartement était fermé, mais ils avaient leur propre clé de l’appartement.

Puis ils me voient sortir de la chambre à coucher et, tout en me guidant vers la cuisine… ils me demandent : ‘Où étiez-vous ?’. Je leur ai répondu, comme si c’était normal : ‘Eh bien, j’ai volé. J’étais dans une soucoupe.’ Ils étaient bouleversés et ajoutèrent : ‘Nous vous le demandons sérieusement.’

Alors je me suis assis et me suis mis à raisonner logiquement. Ainsi, pendant tout ce temps, soit près d’une heure où ils étaient présents, je n’étais pas dans mon appartement. L’un d’eux était dans le hall, je n’aurais jamais pu passer… Alors, pendant plusieurs mois, ils sont restés en état de choc sur ce sujet.’

La diffusion marquante de l’expérience d’Ilioumjinov devant un large public a conduit Andrei Lebedev, un membre du Parlement russe du Parti nationaliste démocrate libéral, à demander au Président Medvedev de lancer une enquête officielle sur d’éventuels contacts avec des aliens. Dans sa lettre, Lebedev a écrit :

‘Je vous prie d’indiquer si le chef de la république de Kalmoukie a fait un rapport à l’administration présidentielle au sujet de ses contacts avec une civilisation extraterrestre. Y a-t-il un règlement sur de tels contacts avec des hauts responsables du pays qui ont accès à des informations secrètes, comme c’est le cas d’Ilioumjinov lors de sa prétendue conversation apparemment innocente ?’

Le témoignage d’Ilioumjinov, ainsi que la demande officielle faite par Lebedev pour l’ouverture d’une investigation officielle, garantissent une continuité dans l’intérêt du public et un examen rigoureux de l’incident de 1997.

Le témoignage d’Ilioumjinov arrive à point nommé, au moment où l’intérêt du public pour les Ovnis et la vie extraterrestre est sans précédent.

Le 25 avril dernier, le physicien britannique Stephen Hawking a déclaré qu’il était ‘parfaitement rationnel’ de discuter d’une vie extraterrestre intelligente (…) .

En novembre 2009 et janvier 2010, lors de conférences d’astrobiologie parrainées respectivement par le Vatican et la Royal Society de Londres, il a été discuté des conséquences scientifiques et sociales d’une vie extraterrestre intelligente.

La manière dont Ilioumjinov a été capable de faire partager publiquement son expérience sans aucune censure sur une chaîne de télévision contrôlée par le gouvernement suggère l’approbation tacite des hauts fonctionnaires russes. Son statut de Gouverneur et de Président de la prestigieuse Fédération Internationale des Echecs contribue à ce que son témoignage reçoive beaucoup d’attention publique tant en Russie qu’à l’étranger.

À tout le moins, la Russie a publiquement fait preuve d’un degré d’ouverture extraordinaire sur les Ovnis et la vie extraterrestre en permettant aux élus de partager leurs expériences. Alternativement, il est très possible que la Russie prépare secrètement ses citoyens à la divulgation officielle sur l’existence d’une vie extraterrestre avancée. »

Source : www.ovnis-usa.com

Le cas est aussi évoqué dans le numéro 263-264 (juillet/août 2010) de « Partage international », p. 11. (Ilioumjinov y est orthographié Llioumjinov.)

 

5. Dmitri Medvedev et la présence extraterrestre :

220px-Dmitry_Medvedev_official_large_photo_-1Le 7 décembre 2012, à la fin de l’interview de Dmitri Medvedev sur un plateau de la télévision russe, la journaliste Marianna Maximovskaya a posé au Premier ministre la question suivante, les micros étant coupés :

« En tant que Premier ministre, vous avez accès à tous les secrets, alors dites-moi : avons-nous été visités par des extraterrestres ? »

Voici la réponse de Dmitri Medvedev :

« Je vais vous le dire pour la première et la dernière fois. Avec la mallette et les codes nucléaires, le président du pays reçoit également un dossier top secret spécial. Ce dossier dans son intégralité contient des informations au sujet des extraterrestres qui ont visité notre planète. Parallèlement à cela, on vous remet un rapport sur un service totalement secret qui s’assure du contrôle des extraterrestres sur le territoire de notre pays. Si vous voulez des informations plus détaillées sur ce sujet, regardez le documentaire bien connu appelé ‘Men in black’. »

La journaliste ayant demandé combien d’extraterrestres étaient présents sur Terre, le Premier ministre a ainsi répondu :

« Je ne vous dirai pas combien d’extraterrestres sont parmi nous, car ce serait la panique. »

La vidéo correspondante a été largement commentée par les médias russes et les ufologues. Bien sûr, certains ont vu, dans les propos du Premier ministre, une plaisanterie sur fond de vodka. Ce n’est pas l’opinion du journaliste Mikhaïl Zygar, connu pour avoir couvert les manifestations anti-Poutine sur sa chaîne télévisée “Dojd”. C’est lui qui a enregistré, avec son iPad, l’échange entre le Premier ministre et la journaliste. Et c’est bien sûr lui qui a diffusé cet échange. Voici son commentaire :

« Je peux affirmer avec une absolue certitude que Dmitri Medvedev est en possession d’informations précises sur l’existence des extraterrestres. Ce que je dis est important car cela s’oppose radicalement aux interprétations et aux commentaires qui ont suivi. Quand la question de Marianna est tombée, le Premier ministre s’est comporté d’une façon étrange à tous points de vue. Il ne donnait pas du tout l’impression de plaisanter. Durant toute sa tirade sur le dossier secret des extraterrestres et leur présence sur Terre, aucun muscle de son visage ne bougeait. Même quand des sourires ont commencé à apparaître autour de lui, il est resté impassible. Un homme politique de son rang ne se serait jamais laissé aller à de telles confidences s’il n’avait pas eu la certitude que les micros et les caméras étaient éteints. Il ne pouvait pas imaginer que cette conversation serait rendue publique. »

Nous avons vu que le Premier ministre a suggéré à la journaliste de visionner le film “Men in black”. Bien sûr, on y a vu une référence aux films hollywoodiens correspondants, ce qui confortait la thèse de la plaisanterie. Mais Pierre Philby note qu’après vérification de la bande originale, il s’avère qu’il se réfère en fait à un documentaire, portant le même titre, diffusé sur la télévision russe. Dans ce documentaire, “Men in black”, on voit des officiels et des gradés de l’armée raconter leurs observations de phénomènes OVNIs. Parmi ceux-ci, il y a Nikolaï Antoshkin, général-colonel dans l’aviation.

La diffusion de l’annonce du Premier ministre a inondé les principaux réseaux russes télévisés. Sachant que dans ce pays les télévisions appartiennent en général à l’Etat, aux administrations, aux groupes industriels ou aux oligarques, qu’il n’y a pas de réseaux russes indépendants et que l’information est sous contrôle, Pierre Philby pose, dans le numéro de mars-avril 2013 de “Nexus”, cette question :

« Si cette déclaration n’est qu’une plaisanterie enregistrée à l’insu du ministre, comment se fait-il que le Kremlin l’ait laissée de la sorte envahir l’espace médiatique du pays ? Le site de presse russe info-altai.ru souligne l’ampleur du scandale : ‘Les propos du Premier ministre ont créé un choc en Russie.’ Medvedev s’est-il laissé aller à une plaisanterie dont le retentissement lui aurait échappé ou bien a-t-il cherché à faire passer un message, sans en avoir l’air ? »

Pierre Philby est un journaliste spécialisé en géostratégie, géopolitique et sécurité publique, et il est en lien avec plusieurs organismes officiels de renseignement. Ayant interrogé un contact bien placé, son correspondant lui a transmis un courrier à en-tête du KGB évoquant le rapport mentionné par Dmitri Medvedev ! Afin de valider l’authenticité de ce courrier, Pierre Philby a interrogé des russophones spécialistes en géostratégie et très informés sur les renseignements russes. Il s’est avéré que le document était authentique. Le rapport secret évoqué par Dmitri Medvedev existe bien, ainsi que le « service secret » spécialisé ! La lettre du KGB (dont la photo se trouve dans le numéro référencé de “Nexus”) révèle l’existence du rapport secret de 124 pages établi par le Comité de la sécurité de l’Etat, ce document faisant le point sur les OVNIs dans les différentes républiques du bloc soviétique. Ce document émane d’un service « sans nom » du KGB. Selon le contenu de la lettre, le rapport date de 1991 et a été rédigé par le KGB quelques mois avant sa réorganisation complète et la dissolution de l’URSS. La lettre précise qu’un service du KGB reçoit des données sur les témoignages d’OVNIs, le rapport ainsi constitué ayant été envoyé à l’Institut de recherche scientifique central de Koroliov (l’ancienne Kaliningrad où sont assemblés les vaisseaux spatiaux Soyouz).

D’après les contacts de Pierre Philby, ce rapport est toujours classé « confidentiel » au niveau du Kremlin et n’a jamais été intégralement divulgué, seuls des extraits ayant été diffusés par la presse russe. L’informateur de Pierre Philby précise qu’ils sont apparus dans les derniers jours d’existence de la centrale de renseignement soviétique, « peut-être un moyen de faire passer un dossier sensible qui normalement n’aurait pas dû fuiter ». (1)

 

II. Les OVNIs en Chine :

Dans la même rubrique (« Présence extraterrestre »), je consacre un texte au symposium sur les OVNIs qui a eu lieu à Washington du 29 avril au 3 mai 2013. Parmi les intervenants, il y avait l’ufologue chinois Sun Shili.

Cet intervenant est évoqué aux pages 90-91 du numéro de juillet-août 2013 de “Nexus”. Sun Shili est un ancien officiel du ministère chinois des Affaires étrangères. Il est devenu le porte-parole de la scène ufologique chinoise. Il indique que la Chine possède de nombreuses archives « attestant de contacts de troisième type très précoces », la trace de ces contacts remontant jusqu’à 12 000 ans. Cette trace est détectable au travers de gravures préhistoriques et de statuaires à la morphologie troublante.

L’Institut de recherche ufologique de Chine rassemble plus de 100 000 membres et a compté dans ses rangs d’éminents scientifiques, inventeurs et ingénieurs, tous convaincus « de l’authenticité de l’existence du phénomène ovni et des aliens ». Il y eut ainsi le physicien nucléaire Wang Ganchang (1907-1998), le père du programme spatial chinois Qian Xuesen (1911-2009), et le mathématicien Chen Jingrun (1933-1996). Les ufologues chinois ont épaulé les autorités dans « la conception, la fabrication et l’expérimentation de douzaines d’engins hautement performants, en forme de soucoupe, et utilisant des systèmes d’alimentation, des matériaux aérospatiaux et des processus nouveaux ».

La World Chinese UFO Federation a conduit des programmes de recherche et développement en matière d’ingénierie médicale, biologique, génétique et environnementale. L’organisation a aussi mandaté un groupe d’experts spécifiques pour étudier les cas, très controversés, de channeling avec des civilisations extraterrestres. Certains de ces cas ont intéressé les chercheurs par leur contenu scientifique et pratique à haute valeur informative, contenu portant notamment sur des lois physiques régissant l’Univers encore mal connues.

 

1. Les livres de Shi Bo :

Comme pour la première partie consacrée à la Russie, mon ambition n’est pas de faire une présentation complète des informations connues à propos de l’étude des OVNIs en Chine. En France, l’ufologue chinois Shi Bo a publié plusieurs livres sur ce thème et c’est donc à ceux-ci que je renvoie. Voici comment cet auteur est présenté sur « Le Blog de Merlin » :

312lLkLSldL._BO1,204,203,200_« L’ufologue chinois Shi Bo a eu le malheur d’apprendre le français à l’université, ce qui lui a valu un séjour en camp de travail pendant la révolution culturelle, afin de le punir d’avoir choisi une langue ‘capitaliste’.

Il est l’auteur de trois ouvrages : ‘La Chine et les extraterrestres’ (Mercure de France), ‘L’Empire du Milieu troublé par les ovnis’ (Axis Mundi) et ‘Ovni, nouveaux dossiers chinois’ (Ed. Aldane), montrant que ce phénomène est observé en Asie comme en Occident.

‘En voyant une soucoupe volante cracher des flammes, des soldats chinois en ont déduit qu’il ne pouvait s’agir que d’un engin appartenant à des ennemis du peuple, qui s’opposaient au capitalisme’, sourit Jean-Pierre Tennevin, qui a mis en forme deux des livres de Shi Bo.

Infatigable chasseur d’ovnis, ce dernier parcourait parfois 2 000 kilomètres dans les pires sentiers de Chine pour recueillir des témoignages.

L’un des plus spectaculaires : ‘Une soucoupe posée devant une école a émis un rayon qui arrachait les arbres, démolissait les murs. Mais, curieusement, aucun des humains présents n’a été blessé’, ajoute Jean-Pierre Tennevin. » (Source : Blog de Christian Macé)

873808892911474602

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Un dossier extrait du site www.ovnis-usa.com :

Voici ce qu’a écrit un membre du forum ovnis-usa.com (pseudo du membre : Michel-Vallée) :

« Voici deux mois, j’ai adhéré à un petit club d’astronomie de Tianjin. Une assemblée d’hommes plutôt âgés, la plupart issus du Département de Physique Chimie de l’Université de Tianjin.

D’emblée, j’ai été bien reçu. A aucun moment n’ai-je eu l’impression d’être soupçonné d’être à la recherche d’informations suspectes sur le ciel de Chine. Ce qui bien sûr n’est pas le cas, mon intérêt pour l’espace datant de longue date (extraterestres.net, etaliens.unblog.fr).

Les premières séances étaient pour le moins convenues : la connaissance des trous noirs, la nébuleuse d’Orion, la vitesse de la lumière, ou encore le débat jamais clôt sur la nature de Pluton. Ainsi, je revisitais avec un intérêt toujours égal des récits maintes fois approchés.

Cependant, un beau jour, un vieux monsieur, le visage balayé par un sourire, s’est fendu d’une question embarrassante : ‘Et si on parlait des you fú ?’ A mon grand étonnement, l’assemblée s’est mise à rire. Ce peut-on que l’on puisse parler en Chine d’un sujet aussi sensible ? Rapidement, les langues se sont déliées. ‘Parlons plutôt de fei dié !’, fit remarquer quelqu’un. ‘C’est un vrai mot chinois !, You fú n’étant que la manière chinoise de prononcer UFO’.

Chacun y allait de son histoire. Des témoignages plutôt amusants où abondaient des individus candides, des situations pittoresques. Apparemment, le ciel de Chine (zhong guó tian) est le théâtre d’invraisemblables mouvements, les provinces du Xinjiang, de Mongolie Intérieure et du Hebei étant particulièrement renommées.

Fort de cette expérience, désormais décomplexé, je me suis mis alors à explorer le sujet. J’en ai conçu le succinct commentaire ci-après.

UFO EN CHINE :

Le sujet est sensible en Chine. Rares sont les articles s’y rapportant. Pas davantage existe-t-il de document officiel sur la question. Des raisons justifient cette prudence. Le contrôle de l’espace aérien figure au nombre des dogmes de la souveraineté nationale. Dans le sillage de la sécurité du territoire, le secret défense impose le silence.

Pourtant, l’été 2009 marque un tournant.

Pour la première fois, des articles parus dans le ‘China Daily News’ ont relaté des apparitions étranges dans le ciel de Chine, avec une liberté de ton assez surprenante. Ainsi, dans le nord de la province de Heilongjiang, des formes volantes non identifiées auraient été aperçues à plusieurs reprises. Le commentaire laisse entendre que les autorités aériennes auraient été consultées, sans que l’on en sache davantage. Près de la ville de Kangbao (Hebei), des lumières auraient jailli du ciel, évoluant ensuite à une allure extrême. ‘L’objet revenait sans cesse dans la même direction pour disparaître ensuite à une vitesse hallucinante’, commente un paysan. D’autres exemples parcourent encore les éditions de la gazette.

Même si le sujet est nouveau en Chine, ces épisodes sont de facture classique. Si d’aventure une commission était appelée à vérifier l’exactitude de ces témoignages, il est fort à parier que la plupart tomberait sous le coup d’une réalité scientifique autrement plus prosaïque. Malgré les invitations journalistiques à plus de transparence, l’Académie des Sciences demeure silencieuse. Il est vrai que le sujet peut être sulfureux.

Plus étonnant cette fois, les habitants d’une commune rurale dans le nord de la province du Shanxi auraient été mis en quarantaine suite à de supposés contacts avec des ‘visiteurs’. Tout en demeurant vague sur l’origine de ces derniers, l’article rapporte le mot étrange d’un paysan : ‘Ils n’avaient rien de connu, du moins par les hommes.’ Les conditions de la mise en quarantaine n’auront guère été pesantes. Pendant cette durée, les habitants étaient principalement conviés à ne pas parler avec ces visiteurs, lesquels bien sûr ne réapparurent pas.

En 2008, la Télévision Chinoise, la CCTV, a diffusé un programme en 29 épisodes sur les OVNI et les Aliens. Certes le programme reprend des faits universellement connus, mais le préambule de l’émission est pour le moins singulier. ‘L’émission a été conçue afin de préparer la population sur ce sujet.’ Entendrait-on par-là une invasion extraterrestre ?

Encore plus surprenant encore, cette autre lecture de l’affaire du Tibet. Bien au-delà des enjeux s’y déroulant, la valeur géostratégique de la province serait aussi liée à des mouvements supposés inhabituels dans son ciel. Cette version corrobore des sources britanniques, lesquelles laisseraient entendre que les montagnes du Tibet auraient hébergé des vaisseaux dans des cachettes souterraines. Selon cette source, dans les années soixante, le gouvernement chinois les aurait récupérés. Au nombre de 80, les vaisseaux spatiaux seraient aujourd’hui conservés dans les locaux de l’Académie des Sciences.

Curieusement, cette version rejoint des contes populaires répandus en Chine. Le Tibet retiendrait dans ses montagnes des ‘passages’ donnant accès à des lieux méconnus. D’ailleurs, des moines auraient l’habitude de se rendre dans des cavernes pendant de longs mois avant de réapparaître, férus de connaissances et pouvoirs mystiques. Cette approche renvoie à l’hypothèse de portails spatiotemporels ou interdimensionnels.

Les sujets concernant les objets volants curieux, et par extension les extraterrestres, abondent dans l’histoire et la littérature chinoises. A cet égard, les récits se rapportant à la dynastie Xia, généralement considérée comme la première dynastie chinoise (-2205 à -1767), intriguent. Autant les caractéristiques physiques (de grands yeux) que la supposée présence, à cette époque, de ‘véhicules volants’, suggèrent une appartenance extraterrestre. Toutefois, à 5000 ans de distance, l’on peut réinterpréter l’Histoire à sa guise.

Pour l’instant peu connue, la thématique des UFO en Chine mérite l’attention. Pas seulement pour une meilleure connaissance des phénomènes extraterrestres non résolus, mais surtout parce que la Chine a engagé ces dernières années des moyens colossaux dans la conquête spatiale.

François de la Chevalerie

Tianjin, octobre 2009 »

 

a) Des OVNIs dans la province du Shandong :

PEKIN, 24 août 2009 – RIA Novosti. Les OVNIs ont fait irruption dans la province du Shandong dans l’est de la Chine, a annoncé le site Sina.com.

Le 20 août 2009, des OVNIs ont survolé pendant trois heures cinq localités de la province, notamment son centre administratif, la ville de Jinan. Un caméraman d’une chaîne télévisée locale a été le premier à filmer les OVNIs et à avoir placé les images sur le site.

La dernière fois, on a vu un OVNI en septembre dans le ciel de la ville de Chengdu, capitale de la province du Sichuan.

PEKIN, 27 août 2009 – RIA Novosti. Un deuxième OVNI est apparu la même semaine dans le ciel de la Chine, a annoncé le quotidien chinois “The Global Times”.

Le 23 août 2009, un OVNI en forme de V a survolé pendant trente minutes Chongqing, une des villes les plus importantes de la Chine. Des témoins attestent que l’OVNI se trouvait au-dessus des avions qui se posaient, et qu’il émettait des signaux lumineux rouge, jaune, vert, bleu et blanc. Une demi-heure après, l’OVNI a émis des couleurs blanche et rouge, et a disparu.

L’information sur cette apparition d’un OVNI est parue trois jours après l’annonce par les médias chinois de l’irruption d’OVNIs dans la province du Shandong dans l’est de la Chine.

« Les scientifiques chinois n’arrêtent pas de discuter sur la nature des OVNI, les uns prétendant qu’ils sont simplement une illusion d’optique ou un phénomène naturel, les autres étant persuadés qu’il s’agit d’observateurs extra-terrestres. Les partisans de cette hypothèse affirment que la Chine abrite la plus grande base d’extra-terrestres, cette dernière se trouvant sur les flancs inaccessibles de l’Everest. »

 

b) Un OVNI pris en photo au-dessus d’un temple bouddhiste ?

Le journal “Quotidien du peuple”, organe officiel de la communication du gouvernement communiste chinois, a divulgué les images de ce qui serait un OVNI dans le ciel de ce pays.

Trois photos ont été prises accidentellement par un touriste de la Chine occidentale, et le journal a publié deux d’entre elles sur Internet.

Des objets bleus verdâtres apparaissent sur la photo, sur le côté d’un temple bouddhiste de Xi’an.

Voici ce qu’a noté un membre du forum ovnis-usa.com :

« Au sujet de cette photo, sans être spécialiste, il me semble que les indices relevés :

– symétrie entre projecteur et ‘objet(s)’,

– axe du phénomène orienté vers le projecteur,

auxquels j’ajoute :

– couleur dominante (bleu-vert) similaire,

sont effectivement suffisamment concordants pour suspecter en priorité une aberration due aux lentilles situées à l’intérieur de l’objectif ».

« Le double reflet pourrait impliquer deux lentilles successives, ou les deux faces d’une même lentille.

Difficile d’en dire plus sans connaître la géométrie exacte des constituants de l’objectif de cet appareil. »

Michel-Vallée :

« Lens Flare ?

Cela ne me parait pas improbable. »

La divulgation de cas impliquant des observations d’OVNIs en Chine est très rare. Le journal du Parti Communiste Chinois, “Le Quotidien du Peuple”, dans sa version online, a divulgué le 25 mai 2009 deux des trois photos, faites par un touriste, de ce qui peut être identifié à des OVNIs sur la Chine.

Selon le journal gouvernemental, un touriste chinois fut surpris de découvrir qu’il avait capturé accidentellement l’image d’un objet volant avec un net reflet pourpré. La photo fut prise dans la région de la Pagode Dayan, un temple bouddhiste dans la ville de Xi’an, province occidentale chinoise de Shaanxi, à 22 heures (heure locale) le 21 mai 2009. Pour le photographe professionnel Zhang, l’objet photographié serait un OVNI.

Egalement, un groupe de photographes professionnels chinois croit que cela pourrait être des OVNIs qui apparaissent sur trois photos faites par Zhang. Ils expliquent que sur deux photos on peut discerner deux pointes reluisantes, et sur l’autre photo apparaissent deux objets clairs en forme de disques, contournés par une espèce de brume pourpre d’où sortent deux petites files vertes en format de ballon.

Une des photos montre que deux OVNIs s’approchent, à grande hauteur, sur la Tour Dayan. L’autre photo montre à peine une traînée de lumière rayant le ciel. Zhang dit qu’il a pris les photos avec une caméra photos Canon 400D, avec 5 secondes d’exposition et 13 de diaphragme. Il attendait que des experts analysassent les images et qu’ils enquêtassent postérieurement.

Bien que peu d’informations arrivent en Occident sur des cas ufologiques chinois, nous savons que l’immense territoire chinois est le pays où l’on enregistre le plus d’observations du genre. Cependant, le gouvernement communiste tend à censurer la divulgation de ces faits.

Pour cela, la publication des images de Zhang par “Le Quotidien du Peuple” montre également une espèce d’ouverture de la part du gouvernement chinois pour traiter publiquement le sujet des objets volants non identifiés.

 

c) Juin et juillet 2009 :

On trouve une vidéo pour une apparition en juin 2009 en Chine, sur le site sina.com :

“UFO” seen over Shanghai June 6th 2009

Et en juillet 2007 d’autres événements ont été relatés : “UFO appears in Changsha”

 

d) Un OVNI a-t-il fait fermer, en juillet 2010, un aéroport chinois ?

Publié le 12/07/2010, LaDepeche.fr :

“Chine. Un OVNI provoque la fermeture d’un aéroport.”

VIDEOS – La ville de Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang, en Chine, a annoncé qu’un OVNI (objet volant non identifié) avait perturbé le trafic aérien à l’aéroport de Xiaoshan, dans la soirée du mercredi 7 juillet 2010. Tous les vols ont été suspendus durant une heure.

“Le Post” :

« La scène se passe mercredi dernier, au-dessus de la ville de Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang, en Chine.

Les autorités locales annoncent ‘qu’un OVNI (objet volant non identifié) avait perturbé le trafic aérien à l’aéroport de Xiaoshan, dans la soirée du mercredi 7 juillet’, nous rapporte La Dépêche.

Tous les vols ont été suspendus pendant une heure.

Il y aura sans doute une explication et peut-être pas celle d’un OVNI, mais les autorités chinoises ne se sont pas prononcées encore officiellement sur la nature et l’origine du phénomène, précise ‘20minutes’. »

 

e) La déclaration d’un astronome :

“The People’s Daily Online”, organe officiel du Parti Communiste chinois, a publié en août 2010 cet article reproduit sur de nombreux médias anglo-américains :

« Wang Sichao, astronome et chercheur à l’observatoire Purple Hills de l’Académie des Sciences en Chine, a annoncé le 23 août qu’il croyait à l’existence des extraterrestres et que leurs Ovnis ont la capacité de visiter notre Terre. Il est en désaccord avec Stephen Hawking parce qu’il affirmait qu’une rencontre avec des ‘aliens’ serait une catastrophe pour les êtres humains.

Wang, qui observe le ciel depuis 39 ans, s’est exprimé publiquement à l’occasion d’un forum scientifique organisé à Guangzhou le 23 août. L’astronome a également établi que les Ovnis s’observent souvent dans une région de l’espace située entre 130 et 1500 km d’altitude. Leur vitesse est très inférieure à la première vélocité cosmique.

Certains ne se déplacent qu’à 0,29 km/seconde et ils peuvent voler à 1.460 km pendant plus de 25 minutes. Cela signifie que les Ovnis sont capables d’anti-gravité car dans le cas contraire ils tomberaient. Wang est arrivé à ces conclusions basées sur la physique et l’astronomie des sphères, grâce à ses années d’observation à Purple Hills et suite à l’analyse d’une quantité d’incidents ufologiques significatifs.

De nombreuses personnes craignent une invasion des ‘aliens’ s’ils existent, et pensent que ce serait une calamité pour l’humanité. C’est la théorie de Stephen Hawking, mais Wang estime qu’il est trop tôt pour parvenir à cette conclusion.

Selon Wang Sichao : ‘S’ils sont bienveillants, nous pourrons promouvoir la ‘civilisation de l’humanité’ au moyen d’échanges et en coopérant avec eux. Si ce n’est pas le cas, dès lors que nous nous sommes préparés en vue d’une invasion, nous pouvons les vaincre en déterminant quelles sont leurs faiblesses. Après tout, ce sont des êtres vivants, ils doivent être faillibles.’ »

Commentaire d’un membre du forum ovnis-usa.com :

« Là, je m’interroge…

Tout d’abord, je lis que nous pourrons promouvoir la ‘civilisation de l’humanité’… Laquelle ?… La nôtre ?… Wang oublie qu’elle n’est pas exemplaire notre vision de la civilisation…

Wang ne parle que dans un sens, celui de leur bienveillance…

Mais nous, sommes-nous préparés à les accueillir ?… Sommes-nous bienveillants ?…

Pas sûr du tout…

Nous sommes pas plus hauts que trois pommes et nous sommes encore et toujours à crier bien fort ‘notre civilisation’ !…

Je pense sincèrement que tant que nous crierons notre ‘supériorité’, même de façon détournée, nous ne serons franchement pas prêts à être ‘bienveillants’ avec qui que ce soit…

N’oublions pas nos guerres ici-bas, nos querelles d’apothicaires… et j’en passe… »

Des moines bouddhistes ont repéré un mystérieux objet volant au-dessus de leur monastère situé dans la province d’Anhui en Chine. Les images de vidéosurveillance ont aussi capté ce phénomène.

La vidéo intégrale de 7 minutes montre un objet incandescent changeant de forme en passant d’une pomme à celle d’une soucoupe volante puis d’un Bouddha assis.

Les moines ont raconté avoir été alertés par l’alarme de sécurité du temple, le 29 mai 2015 vers 23 heures, selon le People’s Daily Online.

Le film montre l’objet lumineux en train de descendre du ciel et planer au-dessus du Temple Baita vers 23 heures, tout en changeant constamment de forme. L’objet disparaît brièvement puis un point apparaît dans la salle du temple pendant environ 10 secondes. A la septième minute de l’observation, l’ovni commence à tourner de plus en plus rapidement, avant de disparaître de la grenaille au milieu des fortes pluies.

Le mystérieux objet lumineux a complètement dérouté les moines du temple. L’un d’entre eux, Shi Xingkong, a ainsi commenté son observation :

« Lorsque j’ai entendu l’alarme, je me suis levé pour l’éteindre avant de me diriger vers l’extérieur pour vérifier, mais je ne voyais rien d’inhabituel. »

« Ce n’est que lorsque je regardais l’écran de surveillance que je pouvais voir l’ovni. »

Il a expliqué qu’il s’agissait de sa première observation d’OVNI.

Il a été suggéré qu’il pouvait s’agir d’un jouet télécommandé par un farceur. D’autres ont suggéré que l’objet incandescent était la foudre en boule, une sphère de lumière électrique pouvant apparaître pendant les orages. Néanmoins, un expert météorologique a déclaré que l’objet était apparu pendant trop longtemps pour qu’il puisse s’agir de la foudre en boule. Voici la déclaration de cet expert :

« Nous ne pouvons exclure la foudre en boule parce qu’elle ne dure qu’un très court laps de temps, sachant que cet objet a été vu durant plus de sept minutes. » (Source : www.ovnis-direct.com, 18 juin 2015.)

 

Un Chinois a publié les photos d’un cadavre d’alien calciné qu’il aurait découvert après le crash d’un OVNI dans la province du Shandong en Chine. L’homme a placé le corps dans son congélateur et il a publié les photos de sa trouvaille sur le réseau social chinois Weibo.

Pour les policiers chinois, cependant, l’histoire de Monsieur Li n’est pas crédible. Selon un porte-parole de la police, cet alien serait ni plus ni moins qu’« une excellente imitation dont le corps est composé de caoutchouc ». Monsieur Li ne serait donc qu’un vulgaire imposteur ayant réussi à créer le buzz autour de lui. Tous les Chinois ne sont cependant pas de cet avis. Depuis la publication de ces clichés sur Weibo, de nombreuses personnes ont établi le lien entre cet alien présumé et l’apparition, le 13 mai 2013, d’un OVNI, à Enshi, ville de la province chinoise du Hubei. Certains individus se sont même aventurés à penser que l’alien montré sur les clichés ne serait autre que… le pilote de l’OVNI récemment crashé.

(Source : www.directmatin.fr, 11 juin 2013.)

Alain Moreau

 

Référence :

1. “Nexus”, n° 85, mars-avril 2013, p. 80-83. Voir aussi :

Share This:

Les commentaires sont fermés.