Les observations d’OVNIs à Stephenville, Texas

angelia-joiner-300x290Angelia Joiner, la journaliste qui a investigué le cas de Stephenville

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce texte détaille un cas qui a eu un retentissement médiatique important aux Etats-Unis : celui de Stephenville au Texas. Les événements ont débuté en janvier 2008, de nouvelles observations ayant eu lieu en octobre de la même année et début 2009.

Les données de ce texte sont extraites du site : www.ovnis-usa.com

 

1. Les témoignages :

Le 8 janvier 2008, alors qu’ils étaient en train d’admirer un magnifique coucher de soleil, Steve Allen (qui a été pilote privé pendant plus de trente ans), Mike Odom et Lance Jones ont vu quelque chose qu’ils ne sont pas parvenus à s’expliquer. Pour Steve Allen, c’est un OVNI.

Steve Allen était venu rendre visite à Mike Odom, à Selden (Texas). Alors qu’il était environ 18 heures 15, les témoins ont remarqué des lumières « flashantes » à un peu plus de 1.000 mètres d’altitude.

L’engin, totalement silencieux, n’était pas vraiment discernable, mais les lumières s’étendaient sur un mile de long (1.650 mètres) et 800 mètres de large. L’ensemble se déplaçait juste au-dessus de l’Autoroute 67, en direction de Stephenville, à grande vitesse (près de 5.000 kilomètres/heure, selon l’estimation de Steve Allen).

Steve Allen a déclaré que les lumières n’étaient pas comme celles d’un avion classique. Il s’agissait plutôt de flashs stroboscopiques. Les témoins les ont vus se reconfigurer, à partir d’un alignement horizontal, pour former deux séries de lumières verticales. Les deux ensembles, distants d’environ 400 mètres, se sont changés en des sortes de flammes sauvages de couleur blanche. Environ deux secondes plus tard, le phénomène a complètement disparu.

A peu près dix minutes après, l’objet est réapparu. Venant de l’ouest et se dirigeant vers l’est (en direction de Glen Rose), il se trouvait à deux ou trois miles au sud de la 67. Deux jets militaires, peut-être des F16, le poursuivaient.

Mike Odom déclara que c’était inexplicable et que ce n’était pas un phénomène naturel car cela se déplaçait bien trop rapidement. Il s’est souvenu qu’il avait vu un autre objet inexplicable dans le ciel, en 1978, lorsqu’il vivait en Arizona : à l’époque, c’était un objet avec de multiples lumières.

Lance Jones n’a pas été effrayé et a pensé que cela devait être un engin militaire.

L’épouse d’Odom, Claudette, qui a travaillé pour une compagnie aérienne, précise que ce n’était pas un avion et pense que c’était un OVNI.

La taille de l’objet décrit par Steve Allen est impressionnante puisqu’elle représente au moins deux gros porteurs volant côte à côte. Le pilote et entrepreneur Steve Allen signale que les témoins ont évoqué entre eux la possibilité d’un vol de plusieurs objets en formation, mais qu’ils ont conclu (dont lui-même) qu’il s’agissait d’un seul engin.

Erath County est situé entre deux principaux terrains d’aviation militaires. A 65 miles à l’est se trouve “Carswell JRB” (Joint Reserve Base) à Fort Worth, et 90 miles à l’ouest c’est la base Air Force de Dyess, à Abilene. A seulement 10-15 miles de l’endroit de cette manifestation, il y a une installation secrète du gouvernement américain, pas très loin de l’autoroute 144. C’est assurément une zone interdite de survol. Il y a une centrale nucléaire à 10-12 miles de l’endroit où Steve Allen a vu cet OVNI. La centrale “Comanche Peak” est proche de Glen Rose.

Le site Web de « Axcess News » a publié l’info selon laquelle la station de radio WOAI, basée à San Antonio (Texas), a annoncé que des manifestations OVNIs avaient eu lieu la même nuit du 8 janvier 2008 au-dessus de la ville, celles-ci ayant été aperçues là encore par des dizaines de témoins. Le MUFON a fait savoir que des rapports lui étaient même transmis depuis la ville de Corpus Christi, avec les mêmes caractéristiques que les lumières observées un peu plus tôt dans la soirée à Stephenville.

Le site de la branche texane du MUFON a également recueilli des témoignages qui datent du 10 janvier.

Linda Moulton Howe a signalé que trois témoins, basés à Selden, ont vu deux rectangles de ‘‘flammes blanches’’ dans le ciel, et qu’un huissier de Stephenville a observé un énorme engin volant avec des trous en dessous. Linda Moulton Howe est intervenue sur « Dreamland » avec Withley Strieber, depuis Glen Rose, en compagnie du témoin et pilote Steve Allen. Celui-ci a noté que les flammes blanches, qui n’ont duré que quelques secondes, faisaient environ quinze mètres de large. Des jets de l’Air Force suivaient précisément le parcours de l’objet, les témoins étant convaincus qu’ils le poursuivaient. Linda Moulton Howe a rencontré un autre témoin de l’observation du 8 janvier 2008. Celui-ci a précisé que les jets volaient si bas qu’il avait pensé que les vitres de sa maison allaient se briser.

Les principaux témoins comprenaient :

Steve Allen : pilote pendant plus de trente ans et patron d’une société de transports.

David Jaquess : patron d’une entreprise de construction.

James Hughes : ancien spécialiste de la Navigation dans l’Air Force.

Anne Frazor.

Glenda Jackson.

Lee Roy Gaitan : shérif du Comté d’Erath.

Ricky Sorrells : conducteur d’engins.

Deux autres manifestations ont été observées dans la région : le 14 janvier 2008 à Cleburne, par Sabre Bowman, et le 18 janvier par David Caron à Stephenville. Ces deux évènements ont été filmés.

 

a) Ricky Sorrells :

Parmi les principaux témoins, il y a Ricky Sorrells. Linda Moulton Howe a rassemblé plusieurs témoignages sur « EarthFiles.com », dont celui de Ricky Sorrells.

Ricky Sorrells, soudeur et conducteur d’engins, vit à Dublin (Texas), où il a vu des engins volants à trois reprises depuis le 1er janvier 2008 :

« Je ne sais pour quelle raison, j’ai regardé en l’air, puis à nouveau devant moi. J’ai alors réalisé que je venais de voir quelque chose en l’air, et j’ai relevé la tête. Cet objet était là. Cela couvrait tout l’espace libre à travers les arbres, je ne pouvais en voir les extrémités ni l’avant. Je n’ai pas pensé à regarder en arrière pour voir si je pouvais discerner ses contours de ce côté. »

Le ciel était totalement obscurci au-dessus de sa tête par cette chose qu’il n’avait jamais vue. Il s’est demandé ce qu’était cette « chose ». Il a épaulé son fusil, mais il s’était préparé pour aller à la chasse au cerf dans les bois et la lunette de visée était calée sur 9X. L’image était floue. Il a donc immédiatement réglé la lunette sur 3X, et c’est comme cela qu’il a commencé à voir une sorte de ‘‘mirage’’ émaner de l’objet. Ce n’était pas une vapeur. On voit, dit le témoin, ce genre de vagues de chaleur sur les autoroutes. Et là, cela descendait de l’objet. N’étant pas effrayé, Ricky Sorrells a abaissé son fusil. C’est alors qu’il a commencé à réaliser la taille gigantesque de l’engin. Il a également remarqué qu’il présentait des dentelures circulaires, ces dernières étant disposées régulièrement de gauche à droite et de devant vers l’arrière. Elles étaient espacées de quarante pieds environ. Elles étaient profondes, marquant des creux de quatre à six pieds dans l’engin. Cela faisait penser à une feuille de métal qui aurait été compressée. Le témoin n’a pu discerner aucun écrou, pas de boulons, ni de rivets, pas de soudures ni de joints. Il a vraiment cherché à étudier la structure de cette chose pour comprendre comment cela avait été construit.

A propos de la reconstitution sur ordinateur de ce que Ricky Sorrells a observé à une centaine de mètres au-dessus de lui, un lecteur du site Web de Linda Moulton Howe a évoqué l’idée que chaque relief « en forme de cône est un dispositif qui crée un vortex électrique (autrement appelé un plasma ou un vortex ionique) », et qu’à la manière « d’une tornade comportant de multiples vortex, ils s’additionnent pour former un vortex géant autour de l’engin ».

Un groupe d’observateurs s’est rendu chez Ricky Sorrells. Les témoins ont en effet constitué un groupe dans le but d’échanger leurs informations et leurs ressources afin d’établir la vérité.

Un témoin qui s’était rendu sur la propriété de Sorrells a ainsi pu voir quelque chose. Ce n’était, dit-il, ni un jet, ni un hélicoptère, ni une étoile. L’objet changeait à plusieurs reprises de couleurs (du moins certaines parties), sa luminosité étant aussi changeante. Il était constitué de deux parties, le côté gauche étant « toujours plus grand et plus lumineux ». Ricky Sorrells ayant téléphoné à la journaliste Angelia Joiner, celle-ci est venue les rejoindre en voiture et elle a vu l’OVNI qui se trouvait au sud de Dublin. Un membre du MUFON était aussi témoin…

Il est arrivé à Ricky Sorrells, alors qu’il franchissait le portail de son enclos, de voir un objet au-dessus de sa propriété. Ayant descendu la vitre de sa camionnette, il a crié dans sa direction : “Rentrez chez vous !”

Le fermier Ricky Sorrells a reçu des menaces téléphoniques visant à lui interdire de donner des interviews. Les gens qui lui téléphonaient ayant tous la même façon de s’exprimer, il laissa filtrer, pour les quatre appels suivants, quelques petites informations très personnelles. Pendant les cinq ou sept appels suivants, ses interlocuteurs lui posèrent des questions, et il vit qu’ils reprenaient des éléments de ce qu’il avait dit lors des quatre appels précédents. L’une de ces informations s’est même retrouvée publiée sur le forum « Open Minds ». Alors, dit-il, « celui qui a publié cette info sait maintenant que je sais qui il est ».

Ricky Sorrells a encore vu trois objets. L’un d’eux était totalement différent de ce qu’il avait observé jusqu’alors, parce que cet objet s’était mis à grossir pendant qu’il le regardait.

Ricky Sorrells a précisé qu’on continuait à voir des choses dans les environs. Il lui arrivait d’aller travailler dans les champs à 3 heures du matin, pour s’occuper du bétail, et il voyait parfois « cette chose » au-dessus de sa propriété. Cela se passait généralement dans la direction du nord-ouest.

Ricky Sorrells a dit que ce qu’il a vu ne colle pas avec sa foi chrétienne, et ça le perturbe énormément. Dans cette région qu’on surnomme « la Ceinture de la Bible », cette réaction ne surprend pas « OnLookerDelay » qui est un ancien enquêteur du MUFON :

« Je suis moi-même chrétien et je peux comprendre Ricky Sorrels. Il y a plusieurs années que j’ai réalisé que nous ne sommes pas les seuls êtres intelligents incarnés dans l’univers. Je ne vois pas en quoi ça ferait de moi un moins bon Chrétien, même si un bon nombre de mes amis pensent le contraire. Pour eux, la Bible enseigne que ‘nous sommes des créatures uniques’. Okay, ça me va aussi, mais je ne pense pas que ‘uniques’ signifie ‘seuls’.

Alors, beaucoup de ceux avec lesquels je prie sont tellement ancrés dans l’idée qu’il s’agit d’une ‘tromperie démoniaque’ qu’ils sont incapables d’un regard objectif sur le sujet… Ils ne cessent de me dire : ‘Cela doit être l’oeuvre de Satan’. »

« Quand j’enquêtais pour le MUFON (de 1991 à 1994), plusieurs chrétiens convaincus étaient venus se confier à moi (ils savaient que j’étais aussi chrétien) pour me raconter des manifestations d’Ovnis – et même en deux occasions, des rencontres rapprochées. Ils ne souhaitaient pas faire un rapport officiel parce qu’ils avaient peur du ridicule, mais ils voulaient seulement se rassurer quant à leur santé mentale et ils se demandaient s’il était possible qu’ils aient été victimes d’une agression spirituelle.

Je pense également qu’il existe des forces nuisibles et destructives dans certaines régions obscures du royaume de l’esprit, mais c’est pour moi une échappatoire de caractériser l’ensemble du phénomène paranormal de cette manière. Il est évident que Ricky a vu quelque chose qui, d’une certaine manière, n’entrait pas dans son paradigme. Mais pour moi ça n’affecte en rien le message du Nouveau Testament. Cela démontre seulement le pouvoir du Créateur dans une dimension que les Chrétiens géocentriques n’avaient pas encore considérée. »

Le modérateur “JakeReason”, qui a poursuivi des études de théologie, ajoute ce commentaire :

« Lorsque des Chrétiens sont confrontés pour la première fois à des manifestations Ovnis/E. T., comme Angelia & Ricky en ce moment, ils ressentent tout d’abord une certaine appréhension, et vers qui peuvent-ils se tourner ? Les pasteurs, les anciens, etc., n’ont pas la moindre idée de ce qui se passe, et la réponse la plus facile est d’évoquer Satan. C’est vraiment risible. Mais on ne peut leur en vouloir, ils ne savent pas de quoi ils parlent. »

“OnLookerDelay” donne un exemple de la mentalité des dévots dans la “Ceinture de la Bible, dont le Texas fait partie :

« Tout le monde ne parvient pas à s’imaginer comment ces gens fonctionnent. J’ai récemment discuté pendant une pause avec un collègue de travail et j’ai été amené à lui montrer des récits de témoins sur le site EarthFiles. Après avoir regardé la reproduction de l’engin vu par Ricky Sorrels, ce type m’a dit : ‘Bon, j’avais à te dire un truc : ils vont sûrement pas aimer ce qu’il y a derrière ces machins si jamais ils arrivent à en attraper un !’

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas très au courant de ce que représente la Ceinture de la Bible, cette anecdote montre leur conviction que ces engins non identifiés sont des créations du Diable. Ils pensent que ce sont des manifestations destinées à nous tromper, afin que nous baissions la garde et soyons prêts à accueillir le Diable dissimulé sous la forme d’un extra-terrestre. Ce n’est pas tant ce qu’il a dit qui m’a surpris (parce que j’avais déjà constaté ce genre de réaction au phénomène Ovni), mais c’est plutôt l’impudence – la certitude de détenir la vérité absolue -, cette conviction totale avec laquelle il s’exprimait à ce sujet. Je n’ai pas eu envie d’en discuter davantage avec lui, parce que je sais par expérience que face à un système de croyances aussi rigide il n’y a plus qu’à tirer l’échelle. »

 

b) Mike Zimmerman :

La journaliste Angelia Joiner a trouvé un autre témoin. Il s’agit de Mike Zimmerman, âgé de 62 ans, qui a occupé les fonctions de secrétaire privé du Gouverneur pendant dix-neuf ans. Le dernier Gouverneur auquel il a été attaché était Bush. Il a raconté que le 31 janvier 2008, à 6 heures 05, il s’est levé pour satisfaire un besoin pressant. Quelque chose a attiré son attention vers la fenêtre de sa chambre. Sa maison se trouve juste en limite urbaine, au bord de l’autoroute 281, au sud de Stephenville.

« J’ai vu trois lumières intenses. Un groupe de deux en altitude, et la troisième était davantage sur l’horizon. Cette dernière était de couleur rouge orangé. Les deux lumières blanches émettaient des rayons de lumière à la manière d’un stroboscope, mais pas celle qui était sur l’horizon. Au début, j’ai pensé à trois hélicoptères équipés de projecteurs de recherche, mais je me suis rendu compte que les lumières se diffusaient sur les côtés également. J’ai alors réveillé ma compagne et nous avons observé le phénomène pendant environ trois minutes. Mais ce n’est pas la même chose qu’a rapportée Lee Roy Gaitan. Ensuite, avec le lever du Soleil, je ne peux pas vraiment dire comment ça s’est passé, mais en un instant ces lumières avaient disparu. » (M. Zimmerman)

Les sceptiques ont pensé qu’il avait été abusé en observant une rare conjonction de Jupiter et Vénus.

 

c) Le témoignage de policiers :

Didier de Plaige a évoqué par téléphone la situation au Texas avec un contact aux Etats-Unis qui a conservé de bonnes relations dans la police, et il raconte :

« Un de mes anciens collègues est actuellement affecté dans la région des récents évènements. Il m’a dit que tout ce qui est en rapport avec les Ovnis là-bas est devenu ‘top secret’…

Il ne veut absolument pas que son nom soit cité. Avec toutes ces manifestations, la réaction des populations, les journalistes, et tous ces types qui courent dans tous les sens sans qu’on sache pour quelle agence ils travaillent, ils sont tous surmenés en ce moment et son unité en devient dingue. Il m’a dit qu’il ne voulait pas en parler au téléphone ni même par emails. Ils ont des ordres très stricts à ce sujet. Rien ne doit sortir… Je lui ai dit qu’une journaliste a rapporté qu’un officier de police a fait un dessin de l’Ovni, et je lui ai demandé s’ils auraient aussi des photos. Mais à ce point de la conversation il a refusé d’en dire plus au téléphone.

Finalement, il m’a dit que si j’étais prêt à lui faire une petite visite il pourrait me raconter des choses stupéfiantes sur ce qui se passe en ce moment ! »

Le dessin d’OVNI ‘‘réalisé par un officier de police’’, c’est celui que le shérif Lee Roy Gaitan a remis à Linda Moulton Howe avec ces précisions :

« Cette chose immense et rougeoyante se trouvait stationnaire à une altitude d’environ 100 à 150 mètres et s’est dirigée vers l’est en quittant le plan horizontal. L’objet était alors vertical. Il se déplaçait si lentement qu’on ne pouvait comprendre comment, dans cette position, il pouvait encore se maintenir en l’air. Il s’est ensuite estompé comme si on tournait le bouton d’un variateur. »

Linda Moulton Howe a publié une interview de Lee Roy Gaitan, le shérif du Comté d’Erath :

« C’était un objet en forme de disque qui émettait des couleurs, et on aurait dit un soleil tourbillonnant ou bien la planète Jupiter émettant des lumières stroboscopiques colorées.

Ce qui est particulièrement étrange, c’est qu’en zoomant dessus on pouvait apercevoir une sorte de triangle ou de pyramide à l’intérieur du disque tournoyant. » (Lee Roy Gaitan)

Lee Roy Gaitan raconte :

« Je suis à Stephenville ce jour-là et je vois de nouveau cette chose ! C’est vers le sud, en direction de Dublin. On dirait un objet tournoyant sur place. Au soir du 9 février, je reçois un appel téléphonique vers 22 : 30, et le type me dit : Lee Roy, cette lumière se manifeste à nouveau dans le ciel. C’est au sud-ouest par rapport à ta maison. Je suis en train de l’observer au télescope.’

Nous avons vu cette lumière qui se déplaçait vers la petite ville de Gustine, Texas. Nous sommes montés en voiture et nous avons parcouru une vingtaine de kilomètres. Ma femme a pris quelques photos. Avez-vous vu la vidéo de David Coran qui montre des symboles ? C’était la même chose, avec des couleurs changeantes. Il y avait du vert, du jaune, du blanc, du rouge et du bleu. »

Les photos ont donc été prises par l’épouse du shérif. Ce que l’on voit fait penser à « des hiéroglyphes en couleurs ». Il était environ 22 heures 30. Une demi-heure plus tard, ils étaient arrivés chez la sœur du shérif, à Dublin, où on pouvait voir ces lumières. Le shérif et son épouse ont perdu de vue le phénomène vers 23 heures 30, mais la sœur du shérif a continué de le voir en ville.

Alors que le shérif et son épouse rentraient de nouveau en ville, le même homme qui avait téléphoné au shérif rappela celui-ci pour lui dire qu’il y avait un second objet, dans les environs de Selden (Texas), qui se déplaçait vers Dublin. Cet objet émettait aussi des symboles. A un moment donné, on put voir en même temps les deux objets dans le ciel, l’un vers le sud-ouest, l’autre au nord-est. Des photos ont également été prises. Il y avait plusieurs témoins : la nièce du shérif, la sœur du shérif et le mari de celle-ci, et leur voisin.

Un jour, Lee Roy Gaitan prit connaissance d’un message sur son téléphone portable qui l’informait de la présence de cinq lumières dans le ciel autour de Dublin. Son informateur, qui les avait observées au télescope, avait vu une capsule au sommet et en bas de cet objet sphérique, lequel tournait sur lui-même dans le ciel. Le témoin habitait entre Dublin et Stephenville. Le shérif précisa que le phénomène ressemblait à la boîte de jeu “Lite Bright”, où on place des picots dans des trous et où on les voit changer de couleurs.

La liste « UfoUpdates » rapporte que l’analyste réputé Bruce Maccabee, ancien expert de la Navy, a examiné le document réalisé par l’épouse du shérif Lee Roy Gaitan près de Stephenville :

« Cela ressemble à une exposition prolongée sur un objet qui change de couleurs très rapidement. Il n’est pas facile de déterminer s’il était en mouvement ou pas. Il pourrait y avoir jusqu’à 50 changements de couleurs en seulement deux secondes. »

Un membre du forum « Open Minds » s’est demandé ce qui pourrait causer des changements de couleurs aussi rapides, soit vingt-cinq fois par seconde. Serait-ce un mode de communication ? Se pourrait-il que la communication soit ici basée sur un changement de fréquences des différentes couleurs ?

La journaliste Angelia Joiner a signalé qu’un autre officier de police du Comté d’Erath est venu témoigner. Il s’agit du sergent Jim Clifton, attaché au Bureau du shérif du Comté d’Erath. Il se trouvait le 2 février 2008 sur l’autoroute 377, peu après minuit, en compagnie du shérif Lee Roy Gaitan. Tous deux ont vu quelque chose d’extraordinaire se détacher sur le ciel nocturne (la nuit étant claire, sans nuages, ni Lune, très sombre). Il n’avait jamais vu un engin volant qui pouvait ressembler à cela. Les lumières n’étaient pas de type militaire. Jim Clifton avait reçu un appel pour aller vérifier une alarme au restaurant « Chez Woody », et il y a retrouvé Lee Roy Gaitan qui avait également capté le message. Ils se sont occupés de régler le problème, puis Lee Roy Gaitan a attiré l’attention de Jim Clifton sur ce qui se passait en l’air. Jim Clifton précise que l’objet massif perçu devait être au-dessus de la zone d’Highland, vers l’ouest.

Le sergent ajoute qu’ils ont observé l’OVNI en utilisant la caméra embarquée de la voiture de police et qu’ils pouvaient distinctement le voir en utilisant la fonction zoom. Il a expliqué que la caméra est montée sur une fixation et donc qu’elle ne peut bouger. C’est pourquoi, selon lui, la vidéo qui a été tournée est parfaitement crédible parce que le phénomène constaté ne peut pas se réduire à des mouvements (comme des tremblements de l’opérateur).

Jim Clifton précise qu’à l’oeil nu cela ressemblait à une lumière intense. Il évoque, à propos de l’objet, un aspect transparent ou translucide, avec, autour de lui, comme un brouillard ou une vapeur. Les couleurs étaient principalement le blanc, le bleu et le rouge. Le sergent, impressionné par la taille énorme de la chose, ne voyait aucune explication à ce qu’il avait vu.

Jim Clifton a précisé qu’il avait vu une vidéo tournée au Canada, qui devait dater de 2007, et qui était assez semblable à ce que Lee Roy Gaitan et lui ont vu cette nuit-là. Les deux hommes ont rédigé une main courante au Bureau du shérif.

Le journaliste indépendant Steve Hammons a rédigé une synthèse des évènements de Stephenville pour « The American Chronicle », d’où il ressort un élément nouveau :

« Au Texas, un Officier de police détecte la vitesse d’un Ovni avec son radar portable. »

Le 8 janvier 2008, un officier de police de Stephenville, qui était en patrouille, a utilisé son système de radar portable – qui sert habituellement à qualifier les excès de vitesse – pour évaluer le déplacement d’un objet inconnu dans le ciel.

« Je l’ai dirigé en l’air et j’ai constaté que j’étais parvenu à accrocher cette chose. J’ai établi qu’elle se déplaçait à 27 miles/heure (45 km/h) et qu’elle accélérait très progressivement. »

 

2. Les avions F-16 et le rôle de l’Armée :

« KSLA NEWS » a diffusé une information de 2 minutes 35 sur Stephenville. Tout d’abord, le shérif décrit le mouvement de l’OVNI. Ensuite, le témoin – qui ne souhaite pas être identifié – déclare avoir été frappé par les lumières stroboscopiques sous le « ventre » de l’objet. A cette époque, l’Air Force cherchait encore une explication plausible. La journaliste précisa que l’Armée de l’Air s’est refusée à tout commentaire et qu’elle n’a pas souhaité dépêcher quelqu’un dans les studios pour regarder cette vidéo exclusive.

On peut comprendre ce repli parce que si les objets filmés restent très imprécis, le film est loin de représenter le passage d’avions de combat.

La piste d’aviation fait 2 kilomètres 5. Ce n’est pas ce qu’on attendrait d’un terrain utilisé pour faire manoeuvrer de grands prototypes.

Linda Moulton Howe a publié l’identité du porte-parole du 301ème Fighter Wing de la Base de Fort Worth. C’est le Major Karl Lewis qui a déclaré :

« Il n’y avait aucun F-16 en vol, ni autre avion relevant de cette base, la nuit du 8 janvier, au moment où des témoins ont rapporté avoir vu des lumières dans le ciel. »

Linda Moulton Howe a reçu un message qui l’invite à chercher ailleurs l’origine de ces avions :

« Si les F-16 de l’Air Force ne venaient pas de Fort Worth, ça veut dire que le gouvernement a lancé la chasse depuis une autre base plus éloignée. Sachant que les avions de combat de la Navy sont des F-18 et des F-14, on pourrait peut-être déterminer à partir de quelle base ils avaient décollé. Mais je pense qu’une escadrille top secret est affectée à la traque des Ovnis, qui ne relève pas de l’Air Force ou de la Navy puisqu’ils affirment n’avoir eu aucun avion en vol à ce moment-là. »

Le revirement de l’Air Force concernant l’incident du Texas est assez spectaculaire, puisque la chaîne NBC5I a annoncé que les militaires ont finalement reconnu qu’ils avaient commis une erreur. Le Major Karl Lewis a déclaré que “10 F-16 du 457ème Escadron de Combat étaient en exercice d’entraînement dans la Zone des Opérations Militaires de Brownwood qui inclut le Comté d’Erath”. Il avait précédemment affirmé qu’il n’y avait aucun appareil en vol au moment de la manifestation OVNI. (http://www.nbc5i.com/index.html). Les officiels déclarent maintenant que l’exercice a eu lieu entre 18 et 20 heures le 8 janvier 2008. C’est donc un moyen pour l’armée de tenter de justifier les lumières aperçues par de (trop) nombreux témoins au-dessus de Stephenville. On peut également penser que l’Air Force avait besoin de gagner du temps pour s’assurer que les principaux témoignages avaient été recueillis.

Le « Dallas Morning News » du 24 janvier 2008 précise que le rapport des militaires annonçant que des avions se trouvaient dans la zone de la manifestation d’OVNIs a relancé le débat, puisque l’armée américaine a finalement déclaré que des chasseurs F-16 étaient en vol au-dessus de Stephenville. Cette rectification, cependant, « n’explique pas vraiment la nature des objets qui ont été vus cette nuit-là ». L’erreur alléguée par l’Etat Major passe très mal dans l’opinion, à en juger par l’abondant courrier des lecteurs du quotidien. En outre, les témoins ont clairement su distinguer “un objet immense” des avions qui le poursuivaient. Le revirement de l’armée américaine, aussi grossier qu’il paraisse aujourd’hui, permettra à long terme de mettre en doute près d’une quarantaine de témoignages. Autrement dit, seuls les observateurs attentifs se souviendront que la version militaire était venue en deux temps et qu’elle avait été aussitôt contredite par les témoins.

La chaîne « CBS11TV » a diffusé peu après deux nouvelles vidéos dont celle de Sabre Bowman où l’on aperçoit l’objet changer de forme.

().

Le Major Lewis avait suggéré le 15 janvier 2008 que “l’incident pourrait n’être qu’une illusion due à l’éventuelle présence de deux avions commerciaux apparaissant dans le Soleil couchant”.

Un correspondant anonyme de Linda Moulton Howe a signalé à celle-ci qu’il existe, entre les villes de Glen Rose et Meridian, une base secrète qui a été utilisée par “General Dynamics/Lockheed Martin” pour des avions secrets. Elle est abandonnée et a été vendue.

James Fox (producteur de documentaires sur les OVNIs) a rencontré quelqu’un à Stephenville qui, malheureusement, ne voulait plus témoigner car les militaires le harcelaient. Il leur a demandé d’arrêter. Leur réponse : « Cessez de parler de ce que vous avez vu. » Il a vu l’engin, celui-ci étant énorme.

Dans une émission de Larry King, sur « CNN », Michael Shermer (éditeur de « Skeptic Magazine ») a insinué qu’il pouvait s’agir d’un avion militaire top secret. Quant à Don Ledger, de la liste « UfoUpDates », il s’est demandé si l’Air Force avait essayé de protéger le Ranch Présidentiel.

« Je commence à soupçonner que les gens qui ont envoyé des jets pourraient avoir été préoccupés de constater que ces anomalies dans le ciel se manifestaient dans la zone réservée de 30 kilomètres autour du ranch de la famille Bush.

Le bord de la zone réservée, désignée comme espace aérien de Classe D, ne se trouve qu’à 20 kilomètres au sud-est du centre de Stephenville. L’observation du pilote Davis se situait à mi-chemin entre Stephenville et l’arc nord-ouest de l’espace aérien de Classe D à Selden. Au centre de cette zone, il y a un cercle de 4-5 miles nautiques qui est totalement interdit de survol. Le cercle complet a un diamètre de 60 miles nautiques avec le ranch pour point central.

En pratique, cette zone interdite n’est qu’à quelques minutes de l’endroit où ces manifestations ont eu lieu.

Le fait d’envoyer des F-16 hors de la MOA (Zone Militaire Opérationnelle) au sud-ouest de Stephenville pourrait expliquer les tentatives maladroites de couvrir la présence des F-16 dans cette région. Les responsables militaires ont dû être en alerte aussitôt qu’ils ont détecté au radar des objets inconnus évoluant aussi près d’une zone sensible. Tout engin non identifié peut être suspecté d’action terroriste.

Tout le monde sait que le ranch des Bush se trouve dans le coin ; alors pourquoi la presse n’a-t-elle pas fait le rapprochement ? » (D. Ledger)

Cela lui est apparu évident quand il a observé la carte aérienne de la région. Il se demande s’ils n’ont pas cafouillé pour expliquer la présence des F-16, « parce qu’en réalité ils étaient préoccupés de constater que ces anomalies violaient l’espace aérien en question ».

Linda Moulton Howe a précisé que plusieurs témoins ont été harcelés par l’armée américaine. Elle s’est également intéressée au rapprochement évoqué entre l’intervention des F-16 dans la région de Stephenville, au Texas, et la proximité du ranch des Bush.

Linda Moulton Howe a publié l’image du mystérieux terrain d’avion que lui avait signalé un correspondant anonyme.

Un membre du forum « Open Minds » a rencontré, à Stephenville, Angelia Joiner, la journaliste qui a lancé l’affaire dans la presse locale. Il lui a demandé si elle savait quelque chose au sujet de la piste d’aviation près de Morgan (Texas). On lui a rapporté qu’elle était utilisée pour les tests d’un engin fabriqué par Lockheed, ce qui ne colle pas avec l’article “Wikipedia” à ce sujet. D’après elle, il s’agirait en fait d’une base militaire souterraine.

De son côté, la journaliste Angelia Joiner, de l’« Empire Tribune » (le journal local de Stephenville), a également poursuivi son enquête auprès des témoins de l’incident du 8 janvier 2008. Elle écrit que Steve Allen, Don ‘‘Doc’’ Stewart et Todd Downs ont tenu à marquer leur étonnement d’apprendre que la MOA (zone de manoeuvres militaires) de Brownwood avait été subitement étendue à Stephenville et la région de Selden. Le Major Karl Lewis, porte-parole de l’Air Force, avait déclaré que dix F-16 du 457ème Escadron d’avions de combat avaient participé à une mission d’entraînement de 18 heures à 20 heures ce jour-là, dans une zone qui inclut l’espace aérien au-dessus du Comté d’Erath. Les trois pilotes ont confirmé que cet espace n’inclut pas la totalité du Comté d’Erath. Seule une petite partie de Dublin est concernée, mais pas du tout Stephenville et la région de Selden. Don Stewart a montré sur une carte que Stephenville est à 18 kilomètres de la délimitation du MOA.

Todd Downs, qui travaille à Clark Field, à Stephenville, a expliqué qu’il y avait un point de repère GPS marqué sur le terrain d’aviation, qui sert de référence aux militaires, et il dénonce cette présentation trompeuse qui consiste à faire croire au public que toute la zone est affectée aux exercices militaires. Pour lui, les jets ne font que traverser cet espace pour rejoindre le MOA. Todd Downs ne comprend toujours pas pourquoi les militaires ont fait cette déclaration deux semaines après avoir nié que des avions se soient trouvés en l’air à ce moment-là.

Un autre témoin, Lee Roy Gaitan, a maintenu que son observation ne pouvait s’expliquer par la présence de quelques avions à réaction. Il est impossible à des F-16 d’effectuer de telles manoeuvres. Pour lui, c’est un prototype militaire ou un engin expérimental. Lee Roy Gaitan a confirmé qu’il connaît au moins un témoin qui a été contacté par les militaires.

Angelia Joiner a confirmé que c’est bien le conducteur d’engins Ricky Sorrells qui a été intimidé par l’Air Force. Des hélicoptères militaires ont survolé sa maison à basse altitude, à toute heure du jour ou de la nuit. Il dit avoir vu le vaisseau quatre fois. Il faisait environ la taille de trois terrains de foot. La première fois, l’OVNI était au dessus de sa tête, dans les bois à environ 100 mètres au-dessus de lui. Un individu s’est présenté au téléphone avec le grade de lieutenant-colonel. L’homme l’a contacté le 15 janvier, 24 heures après son interview avec l’« Associated Press ». Il était avenant et a demandé à rencontrer Sorrells. Ce dernier ayant répondu qu’il allait voir, ”l’homme est devenu arrogant”. Son interlocuteur a dit à Ricky Sorrells qu’il n’accepterait pas de réponse négative et qu’il viendrait lui parler. Sorrells a alors exprimé le souhait qu’on le laisse tranquille. Ensuite, le ton a rapidement monté et Ricky Sorrells a conseillé à l’homme de ne pas transgresser sa propriété. La réponse ne s’est pas faite attendre : “Petit, on a les mêmes armes, et de même calibre que toi, mais on en a beaucoup plus.” Il a dit à Ricky Sorrells que, s’il arrêtait de parler de ce qu’il avait vu, il ferait cesser les mouvements d’hélicoptères. Depuis cette conversation, les passages d’hélicoptères ont cessé, mais pas les F-16.

Avant cette conversation avec le supposé gradé, Ricky Sorrells a raconté une expérience qu’il a eue tard dans la soirée avec un gros hélicoptère de transport et trois plus petits :

Il s’est levé à 2 heures 30 pour aller au travail. Ces hélicoptères n’en finissaient pas de tourner, l’empêchant de dormir. Il est sorti pour voir ce qui se passait. Ricky Sorrells utilisait parfois le spot lumineux qui était fixé au-dessus de sa camionnette pour repérer les coyotes. Il est allé vers la camionnette et il a allumé le spot pour le diriger vers les hélicoptères. L’appareil était si près qu’il a pu voir la réaction du pilote. Il a levé son bras pour ne pas être ébloui. C’était un des hélicoptères plus petits. Ensuite, le pilote lui a fait face en pleine lumière. Ricky Sorrells a fini par éteindre son spot, il a fait un geste de la main et il est rentré dans la maison. Ricky Sorrells raconte aussi qu’une de ses connaissances, un ancien militaire qu’il préfère ne pas nommer, lui a dit : “Tu devrais arrêter de raconter ce que tu as vu.”

Ricky Sorrells ayant essayé d’en savoir plus, son interlocuteur s’est contenté de répéter la même chose, sans donner d’explications. A présent, dit Ricky Sorrells, « il ne me parle plus ». Maintenant qu’il n’y a plus d’hélicoptères, Ricky Sorrells pense que son interlocuteur était suffisamment bien placé dans l’armée pour faire cesser ces manoeuvres.

Angelia Joiner a rapporté une inquiétante visite nocturne sur la propriété de Ricky Sorrells. Vers 1 heure du matin, un visiteur inattendu a laissé quelque chose derrière lui. Ricky Sorrells raconte qu’il était endormi et que ses chiens se sont mis à aboyer. Il s’est levé, a pris son fusil et a aperçu l’intrus qui s’était placé entre la voiture et la camionnette, à environ quinze mètres de la porte. Le temps était froid, il bruinait, et il était évident que “le type était vêtu pour la circonstance, d’un anorak bien chaud”. Ricky Sorrells distinguait clairement le visage d’une personne de 25-30 ans, d’après la façon dont l’individu marchait et se comportait. Puis l’homme s’est retourné lentement et est entré dans les bois. Il s’est dirigé vers le coin où Ricky Sorrells avait taillé les arbustes. Apparemment, l’intrus était déjà venu car il savait où aller.

Plus tard, en marchant dans les bois avec Linda Moulton Howe, Ricky Sorrells décida de retourner vers la barrière clôturant son terrain. Il n’était pas venu là depuis un mois. La première chose qu’il vit fut une empreinte d’homme. Il a ramassé une balle, une 25-06 Remington neuve et brillante avec quelques taches dessus. Il pense que l’homme qu’il a vu cette nuit là a laissé cette balle. Il croit que l’armée lui a ainsi montré qu’on peut l’avoir si on veut.

On se souvient de la première réponse de l’Air Force, après les manifestations du 8 janvier 2008 au-dessus de Stephenville : “Nous n’avions aucun appareil en vol ce soir-là.”

Ensuite, les témoignages se sont multipliés et des images ont été publiées. C’est seulement alors que l’Armée s’est souvenue qu’elle avait dix chasseurs F-16 effectuant des manoeuvres au-dessus de la région. Il ne faut naturellement pas s’attendre à ce qu’un de ces pilotes vienne le confirmer. Mais, du même coup, les témoignages attestant que des F-16 accompagnaient ou poursuivaient les phénomènes lumineux sont encore moins contestables.

L’attitude de l’Air Force reste totalement incomprise des observateurs. Ses revirements sur l’affaire texane laisseront la même trace dans l’histoire ufologique que les trois explications successives des autorités au sujet de Roswell.

Un membre du forum « Open Minds » dit qu’il est d’accord avec les résidents de cette région du Texas lorsqu’ils affirment que le bruit de dix F-16 en vol est clairement identifiable. Un seul de ces avions fait déjà un bruit assourdissant, et ces témoins n’auraient pas pu manquer de les reconnaître comme tels.

Un autre commentateur a noté qu’il n’y a que peu d’occasions de voir engagés dix F-16 simultanément : dans des démonstrations aéronautiques, pour faire face à une menace contre les intérêts du pays (après confirmation de la menace), pour protéger des zones aériennes spécifiques (après confirmation de la menace), pour des manoeuvres d’entraînement.

« Le coût d’un seul F-16 dépasse les 45 millions de dollars. Par conséquent, 10 appareils représentent une somme de 450 millions de dollars. C’est pourquoi le fait de déclarer : ‘Oh, nous avions oublié qu’il y avait 10 F-16 en l’air à ce moment-là…’ est une insulte à l’intelligence. De tels errements ne peuvent être tolérés de la part de ceux qui dépensent l’argent des contribuables. »

Dans une émission sur « C2C », George Knapp a reçu Jim Marrs et la reporter Angelia Joiner. Cette dernière a précisé que jamais les militaires n’ont prétendu que leurs 10 F-16 en vol au-dessus du Comté d’Erath avaient pu être confondus avec les OVNIs attestés par la population. Et Jim Marrs, un ex-militaire qui a bénéficié de l’accréditation top secret, a estimé qu’on ne risquait pas de voir dix F-16 en formation… à moins que cela soit justifié par un événement très important.

Lors d’une réunion du MUFON à Stephenville, Mark Murphy, qui fait partie du Conseil Municipal de Stephenville, a dit qu’il pensait que l’évènement du 8 janvier 2008 était un exercice militaire ou du gouvernement. Mais si c’est le cas, il se dit très choqué, parce que le Conseil devait en être averti au préalable. La loi impose que de tels exercices au-dessus des zones peuplées soient effectivement signalés. Il pouvait envisager de déposer plainte contre le gouvernement américain. Les militaires ne pouvaient qu’être embarrassés : le porte-parole de la base de l’Air Force avait d’abord démenti tout exercice en vol. Ensuite, devant le nombre et l’insistance des témoins, c’est cet argument qui avait été avancé pour expliquer les étranges phénomènes observés. A présent, l’armée est confrontée à des poursuites si elle maintenait ce prétexte des F-16 à l’entraînement…

Un membre du forum « Open Minds » a retrouvé un article daté du 26 novembre 2001, estimant que “sept ans plus tard, ça pourrait expliquer certaines manifestations dans la région de Fort Worth, Texas…” On y évoquait le fait que “Lockheed Martin Corp.”, à Fort Worth (Texas), avait obtenu un contrat de 23,5 millions de dollars. Il s’agissait de développer de nouvelles architectures pour le renseignement, et cela incluait des systèmes de plateformes avec et sans pilotes, ces plateformes pouvant servir à l’attaque, au transport, à la surveillance et à la reconnaissance.

Un instigateur d’une expédition dans la région de Stephenville a argumenté que s’il y avait eu dix F-16 en l’air ce soir-là, tout le monde les aurait entendus ou du moins certains de ces appareils auraient été remarqués. Or, pas une seule personne n’a pu témoigner avoir entendu ces supposés avions de chasse. L’information au sujet de ces dix avions est la même source militaire qui avait commencé par affirmer qu’il n’y avait aucune mission en vol. En fait, « il n’y avait pas de F-16 en exercice, et nous avons la preuve d’une manipulation ».

L’un des Directeurs de recherches du MUFON, Robert Powell, a été invité sur « Coast to Coast » afin de détailler les conclusions du rapport cosigné par Glen Schulze sur les échos radars relevés, le 8 janvier 2008, dans la région de Stephenville et dans les environs immédiats du ranch présidentiel de Crawford. Glen Schulze a consacré douze années à l’étude de l’explosion en vol du TWA 800, survenue au large de Long Island le 17 juillet 1996. Tous deux venaient de participer au « Larry King Live », le 11 juillet 2008 sur « CNN ».

Le Major Karl Lewis, porte-parole de la base de Fort Worth, avait affirmé le 14 janvier 2008 qu’il n’y avait aucun appareil en vol le jour de l’observation. Il était persuadé à 90% que les gens ont vu des réflexions du soleil sur la carlingue d’un avion commercial. Mais les registres de Fort Worth/Carswell à la date du 8 janvier attestent bien d’une intense activité aérienne dans la région. On constate qu’ils ont été entièrement censurés : les militaires ne veulent pas qu’on sache ce que leurs F-16 faisaient à ce moment-là au-dessus d’une région habitée.

B. J. Booth, fondateur du site Web et du forum « UfoCaseBook », a fait savoir qu’une “agence gouvernementale” lui a imposé de retirer une page où il évoquait la possibilité que les avions de l’US Air Force poursuivaient un OVNI parce qu’il menaçait d’approcher du ranch présidentiel de Crawford. La pression aurait été exercée sur lui pour éviter “une forme de panique dans l’opinion et une défiance à l’égard du gouvernement”. Selon lui, les services secrets auraient été pris de court par la diffusion des rapports radar, suite à une requête FOIA initiée par le MUFON. De son côté, un membre du forum s’est demandé si l’engin qui se dirigeait directement vers le ranch de George Bush s’y était réellement posé.

A propos de l’attitude de l’armée américaine, Billy Cox a publié un article dans lequel il écrit que du fait « que les medias ne suivent pas ce qui se passe, l’USAF n’avait pas été contrainte de s’expliquer à l’époque sur son revirement dans l’affaire de Stephenville ». Mais la position de l’USAF est devenue très inconfortable depuis la publication du rapport du MUFON, avec les analyses radar obtenues par une requête FOIA. Le Major Lewis, le responsable de la communication du 301ème à Carswell, a dit qu’il n’avait pas lu ce rapport publié en juillet 2008. Le lien lui a été envoyé pour le télécharger. Il a affirmé attendre une réponse de ses supérieurs. En réponse aux témoins qui avaient vu des jets F-16 poursuivre des OVNIs, le Major Karl Lewis avait déclaré en janvier 2008 que ces témoins avaient probablement confondu avec des avions de ligne parce que l’USAF n’avait aucun avion en l’air à ce moment-là. Karl Lewis s’était contredit deux semaines plus tard en déclarant que dix F-16 avaient effectué des manoeuvres aériennes.

Mark Murphy, membre du Conseil Municipal de Stephenville, envisageait le 4 avril 2008 de déposer une plainte au titre de la sécurité aérienne, à propos des manoeuvres de dix F-16 dans la région le soir du 8 janvier 2008. Il a effectivement poursuivi en s’appuyant sur la version officielle qui avait été avancée par le Major Karl Lewis. Sa plainte vise la FAA (Federal Aviation Administration) et le Ministère des Transports. Il a demandé que l’US Air Force soit sanctionnée pour avoir procédé à des opérations militaires de grande envergure au-dessus de zones peuplées, sans que les autorités locales en aient été averties. La loi impose en effet que de tels exercices soient signalés par avance.

La FAA a remis aux enquêteurs Glen Schulze et Robert Powell des quantités impressionnantes de données qui prouvent de manière indiscutable qu’un immense objet volant non identifié, sans balises actives, a pénétré dans un espace aérien hautement surveillé et qu’il s’est approché du ranch présidentiel de Crawford, surnommé ‘‘la deuxième Maison-Blanche’’.

L’analyste radar Glen Schulze et le directeur local du MUFON Robert Powell ont produit un document de soixante-seize pages, grâce à des données obtenues par des requêtes FOIA. Ils ont rassemblé les témoignages des observateurs au sol, et leurs analyses démontrent sans ambiguïté qu’il s’est bien passé quelque chose d’important le 8 janvier 2008. Le plus étonnant est que l’US Air Force se comporte comme si ce rapport n’existait pas.

L’US Air Force souhaite faire oublier l’incident.

 

3. Les vidéos :

L’administrateur du site « UfoCaseBook » a évoqué une vidéo inédite de l’incident de Stephenville. Il a contacté l’auteur de ce petit film où on voit un OVNI volant à basse altitude. Le témoin traversait Stephenville en voiture quand il a remarqué cette chose dans le ciel le soir du 8 janvier 2008. Il se dirigeait vers l’est sur Lingleville Road quand il a commencé à filmer. Il était accompagné d’un ami qui a aussi vu l’objet volant.

Des extraits de la vidéo de David Coran – montrant des symboles lumineux – ont été exposés un peu partout sur le Web.

Ricky Sorrells a réalisé une vidéo avec son portable. Angela Joiner ne l’ayant vue que sur l’écran de son téléphone, elle ne sait pas quoi en penser. Elle a aussi reçu des photos d’Athens, au Texas, qui lui paraissent authentiques et qu’elle a montrées à Rick Sorrells. A propos de ces photos prises en plein jour, celui-ci lui a dit que cela ressemblait d’assez près à ce qu’il a vu.

Angelia Joiner considère que les seuls documents qu’elle considère authentiques sont la vidéo de David Coran, celle de Ricky Sorrells et le film de Lee Roy Gaitan.

Ricky Sorrells a vu et enregistré sur son téléphone portable une nouvelle manifestation d’OVNI. Il s’agit d’un triangle argenté vu en plein jour.

Beaucoup de gens à Stephenville (Texas) et sur Internet ont attendu avec impatience la diffusion de la vidéo tournée par la caméra embarquée de la voiture du shérif. Pourquoi cette vidéo de seize minutes n’a-t-elle pas été rendue publique ? Le 22 février 2008, sur « Coast to Coast AM », Linda Moulton Howe disait que ces officiers de police craignent de s’exprimer publiquement parce qu’ils ont peur d’être licenciés. Le shérif Lee Roy Gaitan lui a raconté que les militaires seraient préoccupés après avoir appris que la vidéo montrait un disque clignotant, avec des lumières rougeoyantes, et qui se transforme en une sorte de méduse, le tout étant filmé pendant seize minutes. Cet objet ne cesse de changer de formes.

La journaliste locale, Angelia Joiner, considère que le shérif Lee Roy Gaitan se trouve dans une situation assez particulière parce qu’il n’y a personne au-dessus de lui. Il a été élu par la population du Comté. Donc, naturellement, lors de la prochaine élection les citoyens ne manqueront pas de faire savoir s’ils ont approuvé ou non son comportement. Lee Roy Gaitan s’interroge sur les possibles retombées après la diffusion de la vidéo et il tient à s’assurer que tout le processus de diffusion se fait dans les règles. Il y a des gens qui l’attendent au tournant, justement parce qu’il a été élu à son poste. Il lui faut donc assurer ses arrières. Cette vidéo pourrait servir à valider le phénomène…

La version intégrale de la vidéo de David Coran, filmée le 19 janvier 2008, dure neuf minutes. Après avoir visionné une reconstitution faite en pointant un caméscope vers Sirius – Matériel : JVC – GR-D770U, tenu à la main en appui sur un mur, mode : Night Alive Zoom optique 34x, mise au point manuelle sur l’infini. -, un membre du forum « Ovnis-USA » estime que “c’est donc le tremblement dû au manque d’appui en mode télé qui provoque l’irisation’’. Ce qui produirait les “symboles” sur la vidéo de David Coran. Mais cela n’explique pas comment le shérif Lee Roy Gaitan a pu voir de ses propres yeux les mêmes symboles colorés dans le ciel, tandis que son épouse les filmait avec son caméscope.

David Coran avait filmé un objet avec son caméscope paramétré en mode nocturne. Il avait obtenu une succession de “hiéroglyphes”. Certaines personnes ont pensé qu’il avait en réalité filmé l’étoile Arcturus. Cependant, on entend sur la vidéo les commentaires de son jeune fils, montrant qu’il constatait le phénomène à l’oeil nu.

Le sergent Jim Clifton et l’épouse du shérif Lee Roy Gaitan ont également déclaré qu’ils avaient pu observer le phénomène avant de le filmer.

L’analyste Bruce Maccabee a reçu une copie de la vidéo de David Coran, cet habitant de Stephenville qui avait tout d’abord montré son film à Steve Allen. Steve Allen est un entrepreneur local qui, avec deux amis, avait assisté à ces manifestations. Il avait versé un peu d’argent à David Coran pour disposer du document comme il l’entendait. Ensuite, Ken Cherry – le responsable régional du MUFON – a servi d’intermédiaire afin que l’équipe du magazine « UFO Hunters » d’« History Channel » puisse acheter la vidéo.

Bruce Maccabee avait été d’abord intéressé par les changements de couleurs sur les images de David Coran. Ensuite, il s’est livré à quelques tests, le 14 avril 2008, avec le même modèle de caméscope. Il a exposé ses conclusions, lesquelles mettent en cause des mouvements infimes de la main tenant la caméra et différents facteurs de distorsion atmosphérique. Un membre du forum « Open Minds » avait tenté de reconstituer ces mouvements en pointant son caméscope vers l’étoile Sirius.

Bruce Maccabee n’avait pas le film original et n’a pas testé la caméra à l’endroit et dans les conditions de sa réalisation. Pourtant, Bruce Maccabee a conclu que David Coran avait filmé une étoile sans faire la mise au point. Plusieurs personnes dans la communauté ufologique ont approuvé cette analyse. Mais Steve Allen est totalement en désaccord avec cette conclusion. Il a déclaré que sur le film qu’il possède on voit distinctement que la mise au point est correcte sur les arbres et les toits des maisons, tandis que cette “étoile” produit des effets lumineux.

Les autorités conservent depuis le lendemain du 2 février 2008 un film réalisé près de Stephenville avec la caméra embarquée de la voiture du sergent Jim Clifton, mais elles n’ont plus jamais communiqué sur ce sujet.

 

* D’étranges symboles :

Sur une vidéo, Linda Moulton Howe a vu distinctement des symboles dans le ciel qui lui rappellent des signes déjà observés par des « abductés » :

« On dirait que l’objet cherchait à établir une communication, soit avec les militaires, soit avec la population. »

A son retour de la région de Stephenville, Linda Moulton Howe a accordé une interview de près de deux heures à la radio « Ici & Maintenant ! » (http://icietmaintenant.info). L’un des thèmes majeurs abordés pendant cette émission concerne les étranges symboles (observés dans le ciel par Steve Allen et ses deux amis) qui ont pris momentanément la place des immenses rectangles lumineux. Dans un second rapport, Linda Moulton Howe a placé un très court extrait de la vidéo de David Coran, filmée le 19 janvier 2008 près de Stephenville :

Une autre vidéo a été tournée sept heures plus tard, soit le 20 janvier 2008, par une habitante de Glen Rose. Elle montre la manifestation de symboles similaires :

http://www.earthfiles.com/news.php?ID=1384&category=Environment

Un montage a été réalisé avec neuf des nombreux symboles qui apparaissent sur la vidéo du Texas datée du 19 janvier 2008.

Un membre du forum « Ovnis-USA » a pensé à un article de Douglas Spalthoff concernant les écritures célestes. Cet article, daté du 14 décembre 2005 et publié par la créatrice du site « AlienEncounters » (), est intitulé : “Les OVNIs réagissent-ils aux signaux lumineux ?” :

« Un musicien de Hanovre m’a raconté il y a quelques années que, en raison de problèmes permanents à la nuque, il aimait regarder le ciel étoilé par beau temps. Et il a réussi par deux fois, dans les environs de Hemmingem, près de Hanovre, à contacter des objets volants non identifiés. Avec un projecteur puissant, il envoyait des signaux lumineux irréguliers en direction de l’objet volant, après quoi celui-ci réagissait en faisant des manoeuvres inexplicables. »

Un examen de la vidéo originale de l’objet filmé durant plusieurs minutes a montré « que l’objet était formé de trois lumières qui pulsaient en alternance, que celui-ci changeait de position en une fraction de seconde et que ces mouvements ressemblaient à des signes sténographiques ». Après avoir comparé ces signes avec des écritures connues, on a constaté qu’une grande partie de ces figures pourrait correspondre à d’anciens signes sténographiques anglais. Quelques années auparavant, un objet semblable avait été vu et photographié sur Malte. Ces signes ayant été communiqués à un sténographe travaillant pour le gouvernement, le sténographe a confirmé qu’il pourrait, en effet, s’agir de signes sténographiques.

Un ufologue amateur autrichien a envoyé deux DVD où l’on peut voir un objet, apparemment immobile, sur lequel on peut distinguer également une sorte de plasma qui l’entoure et trois repères lumineux. A ce jour, lit-on, « nous n’avons pu déchiffrer les signes de l’OVNI de Hanovre ». (Source : « Paranews.net » – Le site a disparu depuis.)

Un membre du forum « Open Minds » a tenté de reproduire les symboles formés dans le ciel du Texas en pointant son caméscope vers la planète Mars.

A propos de ces symboles colorés, Linda Moulton Howe rappelle, à titre de comparaison, les découvertes (à Pedra Pinta, au Brésil) de l’archéologue français Marcel F. Homet. Il s’agit de symboles gravés sur une pierre mégalithique découverte en 1963 au nord du fleuve Amazone. (Marcel F. Homet, “A la Poursuite des Dieux Solaires” ©1963 – Editions Denoël, 1972.) Ces inscriptions dateraient de 10.000 ans. Le correspondant de Linda Moulton Howe lui a indiqué le site « Abduct.com » qui présente une riche collection de caractères mystérieux. Il a également souhaité attirer son attention sur ce cas OVNI de 1988, celui de Ludovico Granchi à Rio de Janeiro (Brésil) :

« En 1988, un immense Ovni s’est immobilisé au-dessus de sa maison. Quand Ludovico Granchi s’est mis à l’observer, un panneau brillamment éclairé est apparu, ressemblant à une projection holographique. Des symboles noirs y étaient inscrits, et il a ressenti l’impulsion de les recopier. Il a couru chercher du papier et un crayon, et il s’est appliqué à les tracer aussi précisément que possible. Cela lui a pris environ 10 minutes. Il a raconté qu’il était alors dans un état extrêmement fébrile, pas seulement à cause de cet immense Ovni au-dessus de lui, mais parce qu’il avait le sentiment que ce travail de recopie, et sa précision, était de la plus haute importance. Après qu’il ait tout recopié, le panneau a disparu dans le corps de l’engin qui s’est alors éloigné de lui à une distance ‘raisonnable’, puis il a disparu à une vitesse fulgurante. Ludovico Granchi n’avait aucune idée de ce que signifiait ce qu’il avait copié ni pourquoi c’était tombé sur lui… »

Linda Moulton Howe a fait quelques dessins à partir de la vidéo de David Coran pour les comparer aux autres symboles répertoriés ici. Aucun rapport direct ne peut être établi, mais les similitudes pour ce qui est des courbes et des boucles sont intéressantes.

Les manifestations lumineuses de Stephenville ont amené Linda Moulton Howe à s’intéresser de nouveau à l’auteur et « abducté » Jim Sparks, qu’elle avait une première fois rencontré en 1995, parce qu’il a une explication à proposer pour les symboles qui apparaissent sur plusieurs vidéos. Il sait, dit-il, qu’un moyen de communication utilisé par les extraterrestres consiste à envoyer des flashes de symboles. C’est un moyen extrêmement rapide de transmettre une énorme quantité d’informations, en un temps très bref, et de les enregistrer. Dans le cas de Stephenville, c’est la méthode utilisée qui lui parle, davantage que les symboles eux-mêmes, parce que ceux-ci présentent quelques similitudes mais ne lui sont pas familiers.

« Leur technique du flash permet de véhiculer une somme d’informations considérable, autant qu’un film de cinéma par exemple, en quelques secondes. Dans ce cas, il est possible qu’on en perçoive le sens seulement par la suite. Notre esprit est capable de percevoir l’ensemble du film dans cette sorte de flash – les émotions qu’il renferme, de quoi il traite, comment ça commence et se termine. Nous sommes habitués à voir se dérouler le film en temps réel. Mais notre esprit a la capacité de recevoir et d’enregistrer cette information émise dans un flash. Les intelligences non humaines communiquent de cette manière. » (J. Sparks)

A propos de la vidéo tournée par David Coran le 19 janvier 2008, et diffusée par « Channel 11 », l’article initial de ‘‘The Empire Tribune’’ explique précisément les circonstances de l’enregistrement. David Coran a tenu à préciser que c’est son petit-fils de 7 ans, Jeremiah, qui avait le premier signalé qu’il y avait ‘‘de drôles de trucs dans le ciel’’ et que lui-même n’avait rien vu ce jour-là. C’était le soir du vendredi 18 janvier. David Coran est sorti sur le devant de la maison, et le ciel était limpide. C’est seulement le lendemain soir que David Coran a compris ce dont son petit-fils avait parlé. David Coran a raconté que, peu avant 21 heures, quelque chose a attiré son attention lorsqu’il a regardé en direction de Selden, vers le sud-ouest. Il savait que ce n’était pas une étoile et il a couru dans la maison pour attraper son caméscope. C’est cette nuit-là, et la suivante, que David Coran a réalisé la vidéo qui a été diffusée sur « Channel 11 ». Il a utilisé un JVC 32X Hyper Zoom Optique, qu’il avait acheté quelques mois plus tôt. David Coran a noté qu’on voyait plus nettement sur la caméra qu’à l’oeil nu. Âgé de 52 ans et ayant beaucoup voyagé, il n’avait jamais rien vu de pareil.

Sur la vidéo de David Coran, il est curieux de voir que les “symboles” se succèdent sans que jamais ils apparaissent en train de se former. Un membre du forum « Open Minds » a pu recréer cet effet avec la fonction Night Mode, en pointant le caméscope vers Sirius, mais sans démontrer s’il pouvait conserver la netteté sur des points de référence au sol.

 

4. Les données radar et le rapport du MUFON :

La consultation des données du radar météo basé à Abilene (en images fixes, à des intervalles de dix minutes) a montré « un écho assez puissant et très curieux, sur deux des clichés (8 h 20 et 8 h 30 CST) ». Cela pourrait indiquer un large objet dans le ciel, se déplaçant Est/Sud-Est… Le problème « c’est qu’il devait se trouver au-dessus de la région sud-est du comté de Bosque, allant en direction de McLennan, au nord de Waco, en limite de réception du radar de Abilene – et s’éloignant de la zone des témoins ».

Glen Schultze, ingénieur électricien et expert radar, et Robert Powell, l’un des directeurs de recherches du MUFON, s’étaient associés pour lancer des requêtes FOIA dès le 16 janvier 2008, mais toutes n’avaient pu encore aboutir. Après des mois de recherches, ils ont découvert des données radar qui ne correspondent à aucun avion connu, civil ou militaire. Mais surtout ils ont démontré qu’une vaste opération s’est déroulée pendant quatre heures. Les chercheurs avaient en particulier établi qu’un engin s’est dirigé très lentement vers le ranch de George Bush à Crawford, qu’il n’avait aucune signalisation et que sa vitesse irrégulière avait atteint 1.900 mph (3.130 kilomètres/heure).

« Quand l’écho radar sur un objet inconnu (sans balise active) apparaît sur les relevés entre 18 h 51 et 20 h, on constate qu’il se déplace directement vers le ranch présidentiel. »

L’une des traces montre qu’un probable AWACS s’est également trouvé dans la zone, faisant des boucles à haute altitude.

Steve Hammonds a publié un résumé de l’étude sur « UFO Digest » :

« Un objet volant non identifié de très grande taille a été détecté au radar. Selon le rapport, cet objet n’avait pas de balise de signalement et il a été suivi pendant plus d’une heure. Il était le plus souvent stationnaire ou se déplaçait à moins de 100 km/h. A 19 h 32, on a vu l’objet accélérer à 850 km/h en 30 secondes, puis 10 secondes plus tard ralentir à 78 km/h. »

Environ cinq cents personnes se sont rassemblées en janvier 2008 à Dublin (Texas) pour être entendues par les enquêteurs du MUFON, l’une des principales organisations américaines consacrées à l’étude des OVNIs. Le « Dallas Morning News » raconte que le nombre de participants avait surpris les organisateurs qui ont dû improviser la réunion dans des locaux de l’immeuble du Rotary. Le MUFON s’était donné deux mois pour produire un premier rapport sur l’incident de Stephenville.

Steve Hudgeons, enquêteur du MUFON, a rencontré Steve Allen pour visionner la vidéo de quatorze minutes prise par un témoin (qui ne souhaitait alors pas être identifié). Steve Allen a fait savoir qu’une équipe japonaise s’était montrée intéressée pour acheter le document.

Les enquêteurs de la branche texane du MUFON ont organisé une seconde série d’interviews avec les témoins de ce qu’on surnomme la plus grande manifestation d’OVNIs après les « Lumières de Phoenix » en 1997. Les huit enquêteurs envoyés sur place par le MUFON ont enregistré dix-sept nouveaux témoignages sur les évènements survenus dans la région de Stephenville.

Steve Hudgeons, le chef du groupe d’enquêteurs, a dit à Angelia Joiner (qui a rejoint la station de radio locale « Mandatory FM », « la radio officielle des OVNIs de Stephenville ») que la moisson avait été bonne. Steve Hudgeons s’est chargé d’interviewer Ricky Sorrells. Le premier récit, recueilli par Angela K. Brown de l’« Associated Press », le 14 janvier 2008, a fait le tour du monde. C’est en particulier ce qui avait amené un grand nombre de confrères à se rendre à Stephenville les jours suivants. L’enquêteur du MUFON a apprécié la droiture du témoin. Ils ont parlé pendant près d’une heure. Steve Hudgeons a précisé que son organisation avait collecté un peu plus de quatre cents rapports de manifestations au Texas, depuis 1977 jusqu’à fin 2007. De novembre 2007 jusqu’à l’interview de Ricky Sorrells, il y a eu près de cent cinquante témoignages, avec une centaine d’autres à examiner sur l’ensemble du Texas.

Voici un témoignage, qui concerne le 8 janvier 2008, mis sur le site Web du MUFON :

« Mes chiens ne cessaient d’aboyer cette nuit-là. En sortant, j’ai vu qu’ils étaient tournés en direction de Dublin. Aucun doute là-dessus, parce que c’est là que je vais travailler, à la maison de retraite de Three Oaks. J’étais donc sorti, avec une lampe torche et mon pistolet, pour voir ce qui se passait, parce que je suis isolé dans la campagne, à Lake Proctor. J’ai commencé par me demander s’ils aboyaient contre un animal errant, et c’est là que j’ai vu les lumières. Elles se déplaçaient très rapidement. J’ai d’abord pensé que ça pouvait être des jets militaires en formation, à cause de toutes ces lumières, mais le plus curieux c’est qu’on n’entendait aucun bruit. Je suis resté à regarder jusqu’à ce qu’elles disparaissent, et en baissant les yeux j’ai vu que mes chiens n’étaient plus là. Quand je suis rentré dans la maison, je les ai trouvés cachés derrière mon sac de sports, comme s’ils étaient morts de trouille. »

Le MUFON a publié un rapport sur Stephenville dans le numéro de mai 2008 de sa revue. Il évoque sans aller plus loin les récits de trois officiers de police sur l’incident du 8 janvier 2008. Mais l’un des officiers a reconnu au téléphone qu’aucun des trois n’a été officiellement entendu par les enquêteurs de l’organisation… Le rapport ne précise pas non plus comment l’information et leurs dessins réalisés sur ordinateur ont été obtenus.

La chaîne « FoxNews » a constaté que le MUFON avait été incapable de conclure sur le dossier Stephenville. Le « Dallas Morning News » a ainsi résumé la situation en citant Ken Cherry : il y a bien eu deux cents témoins, mais « l’absence de preuve tangible et la faible résolution des photos ne permettent pas de poursuivre l’enquête ». Les trois officiers de police étaient en des endroits différents, mais ils n’ont pas souhaité témoigner. Pourtant, l’un d’eux a enregistré avec son radar portable le déplacement d’un objet à 27 miles par heure (43 km/h).

* Le MUFON a ultérieurement publié un rapport sur les données radar. Voici un résumé des conclusions du rapport :

Première conclusion :

Un objet réel et physique est apparu et a été observé le 8 Janvier 2008 dans la région de Dublin/Stephenville. Il y a de nombreux témoins à différents endroits et les observations ont duré trois heures. De plus, les données radar identifient le même nombre d’appareils inconnus dans le ciel et au même moment que les témoins. La probabilité est extrêmement faible que tous les témoins aient fait une mauvaise appréciation d’objets connus, à des moments différents et en différents lieux, sur une période de trois heures et demie. Il est plus raisonnable de penser que les témoins ont réellement vu un objet inexplicable.

Aucun appareil connu ne correspond à la forme impressionnante de l’objet, à son silence complet et à ses capacités à se déplacer à grande ou faible vitesse, ou à demeurer stationnaire.

La taille calculée à partir des descriptions des témoins allait de 160 mètres à 300 mètres. Deux fois, les radars ont enregistré un objet inconnu volant à des vitesses entre 3.100 kilomètres/heure et 3.500 kilomètres/heure. Ce qui correspond aux témoignages.

Les radars ont suivi l’un des objets pendant plus d’une heure, alors qu’il se dirigeait directement vers le Ranch présidentiel de Crawford.

Deuxième conclusion :

Les militaires n’ont pas réagi ouvertement à la présence de ces objets inconnus. Un objet sans balise d’identification se trouvait sur une route partant du sud de Dublin et continuant directement vers le Ranch Crawford. Cet objet a été suivi par le radar FTW sur plus d’une heure. Des avions militaires sont entrés dans une zone à moins de deux kilomètres de l’objet tandis qu’ils allaient vers l’aire d’opération militaire (AOM) de Brownwood. Des F-16 ont dû avoir vu cet objet sur leur radar, et un AWACS présumé qui faisait des cercles dans cette zone doit l’avoir détecté et enregistré.

L’Armée de l’Air devrait expliquer ce que leurs radars ont détecté le soir du 8 Janvier 2008 et la raison pour laquelle les avions militaires dans la zone n’ont pas réagi.

Troisième conclusion :

Le trafic des avions militaires dans la zone était inhabituellement chargé, et par deux fois des avions militaires se sont aventurés hors de leur route standard d’exercice militaire dans l’espace aérien civil.

Des documents montrent que dix F-16 de la base de Carswell ont volé dans la zone de Dublin/Stephenville sur une durée de deux heures, de même qu’un probable AWACS qui faisait des cercles dans la zone pendant quatre heures.

« Une requête FOIA concernant la singularité du niveau d’activité aérien a été envoyée à la 10ème de l’Armée de l’Air à Fort Worth le 7 mai 2008. Un accusé de réception a été reçu, mais une réponse formelle est encore attendue.

Deux sorties venant de la base de Carswell totalisant quatre F-16 retournant à leur base ont produit une activation tardive de la balise d’identification, et les avions ont dévié à l’improviste en direction de l’Est au-dessus de Stephenville vers l’aéroport DFW, dans la circulation aérienne civile. Il n’existe aucune explication quant à la déviation des avions militaires de leur REM normal. Puisqu’ils n’ont pas initialement quitté leur base avec des codes d’identification, il est raisonnable d’assumer que quelque chose s’est produit qui a entraîné leur détachement de l’avion de tête [avec balise] et une demande de code balise afin qu’ils puissent dévier loin de leur REM standard. » (Glen Schulze et Robert Powell)

Dernière conclusion :

Il existe des indications que les requêtes FOIA (l’Acte sur la Liberté de l’Information) ne sont pas considérées sérieusement par les militaires américains et sont complètement ignorées par la Patrouille des Douanes et des Frontières (une branche du Département de la Sécurité Intérieure). Si cela est vrai, c’est une violation d’une loi votée par le Congrès américain.

Le peuple américain a le droit de savoir ce qui s’est ou ne s’est pas produit le 8 Janvier 2008 dans la région de Dublin-Stephenville.

Ce rapport de soixante-seize pages, publié par le MUFON, confirme, par l’analyse des données radar, les très nombreux témoignages recueillis.

« Il démontre et apporte la preuve que les Ovnis observés ont laissé une trace. Ils évoluaient à 1.900 mph (3.130 kilomètres/heure) à l’endroit et dans la direction indiquée par les témoins. »

Ce rapport ne permet pas d’identifier les engins qui ont traversé le ciel du Comté, mais il constate bien la présence d’objets inconnus. La journaliste Angelia Joiner a rédigé un article de présentation pour le site Web « Stephenville Lights » :

« Les données radar confirment les observations des témoins, et l’activité militaire dans le ciel ce soir-là est surprenante. Parfois, il s’agit de déplacements à grandes vitesses, mais aussi de tels ralentissements qu’on ne peut comprendre comment un objet aurait pu se maintenir en l’air. Cela confirme l’observation d’un officier avec lequel j’ai beaucoup échangé ces derniers jours, et il est comme nous tous vivement intéressé par ce rapport, même si la nature du phénomène reste inconnue. »

Robert Powell, directeur national des recherches du MUFON, et Glen Schulze, un analyste radar retraité qui ne fait pas partie de l’organisation, ont consacré des centaines d’heures à l’analyse de 2,8 millions de données radar brutes émanant de cinq tours de contrôle de la FAA situées dans la région de Dublin et Stephenville, pendant toute la durée concernée.

La trajectoire de l’objet inconnu montre qu’il se déplaçait en direction du ranch du Président Bush à Crawford, et qu’il s’en est approché jusqu’à seize kilomètres de distance, sans une indispensable balise de signalement et, semble-t-il, sans que les militaires s’intéressent à lui.

Environ deux semaines après que l’évènement ait fait la une de la presse locale de Stephenville, le 10 janvier 2008, le Major Karl Lewis, porte-parole de la base aérienne de la Navy à Carswell, avait admis que dix F-16 étaient en l’air au-dessus du Comté d’Erath. Mais il avait d’abord annoncé que pas un seul des jets de la base n’était en opération. Se peut-il qu’il ait changé d’attitude parce qu’il s’était rendu compte qu’une requête FOIA avait été lancée ?

Robert Powell et Glen Schulze n’ont eu aucun mal à identifier les parcours de ces dix jets. Un objet sans balise de signalisation a visiblement pu s’introduire dans l’espace aérien de Crawford sans que les militaires aient semblé s’y intéresser. Quatre jets se sont trouvés dans l’espace aérien civil après avoir dévié de la zone militaire de Brownwood en rentrant à la base aérienne de la Navy à Carswell. En outre, deux jets se rendaient à Carswell en provenance d’une base aérienne située dans l’Oklahoma, et ils ont fait un large détour au-dessus de Comanche, Dublin et Stephenville, avant de venir se poser sur la base de Fort Worth. Enfin, les auteurs du rapport ont clairement identifié la présence d’un AWACS venu scruter la région pendant toute la durée de l’incident, soit quatre heures. Robert Powell a remarqué que son parcours formait des séries de boucles, parce qu’il faisait en permanence des virages à 180 degrés.

Le rapport de Glen Schulze et Robert Powell a établi en particulier qu’un engin s’est dirigé vers le ranch présidentiel de Crawford, qu’il n’avait pas de signalisation, et que sa vitesse atteignait 1.900mph (3.130 kilomètres/heure). Il a également confirmé les récits des témoins :

« Nous ignorons si ces engins étaient habités. Tout ce que nous savons c’est que des objets sont apparus sur les radars et que de nombreux témoins les ont vus sur une période de temps très courte. Selon tous les témoins, cet objet était d’une taille considérable. »

 

5. Stephenville dans les médias :

Le physicien Stanton Friedman a été invité à participer au « Larry King Show » le 18 janvier 2008 sur « CNN », en compagnie de James Fox et du « déboulonneur » de service James MaGaha. Des témoins de l’incident de Stepenville étaient également sur le plateau.

Une particularité de cet évènement est qu’il se situe dans la région que les Américains nomment la « Bible Belt » ou Ceinture de la Bible, “une zone géographique et sociologique des États-Unis dans laquelle vit un pourcentage élevé de personnes se réclamant d’un protestantisme rigoriste, terme recevant la désignation de fondamentalisme chrétien dans la sphère américaine.” (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bible_Belt).

La chaîne « NBC5 » a donné la parole à un pilote d’hélicoptère médical de Fort Worth qui prétend savoir ce qui a été vu près de Stephenville. En se dirigeant vers Granbury deux jours plus tard, Chuck Mueller avait remarqué des lumières inhabituelles dans le ciel, sur l’horizon. Il pensait que c’était un avion en train de lancer des fusées en vol. Il est vrai que Stephenville est proche de la zone d’Opérations Militaires de Brownwood, un important centre d’entraînement pour les avions de combat. Cependant, les autres témoins ont déclaré qu’ils aimeraient bien adopter la théorie du pilote, mais que cela ne collait pas avec ce qu’ils avaient vu. Lee Roy Gaitan, le constable d’Erath County, a ainsi dit que l’explication ne tient pas en raison de la vitesse du phénomène observé deux jours plus tôt. L’Air Force n’a pas souhaité exploiter cette explication du pilote, son porte-parole ayant déclaré qu’il n’y avait aucun avion en exercice ce mardi, jour de l’évènement.

Une vidéo de l’OVNI de Stephenville au Texas a été placée sur “You Tube avec ce commentaire :

« L’objet suit le mouvement décrit par le shérif local. Il se déplace à très grande vitesse. L’Ovni a été vu à Webster County, en Louisiane, près de la délimitation avec l’Arkansas. C’est là qu’il a été capturé en vidéo. Les mêmes étranges lumières stroboscopiques sous le ventre de l’objet avaient été décrites par le shérif. Ce qui tendrait à prouver qu’il s’agissait du même Ovni. »

Une émission du « Larry King Show » sur « CNN » a eu comme intervenants, outre le physicien nucléaire et enquêteur Stanton Friedman, des témoins de Stephenville (dont Steve Allen, pilote privé pendant trente ans) et la journaliste Angelia Joiner. Stanton Friedman a déclaré que cet incident au Texas lui rappelait le cas survenu au Yukon en 1996. Stephenville évoque pour lui la présence d’un vaisseau-mère, la magnétohydrodynamique pouvant expliquer l’absence de bruit.

Gregory W. a créé pour le site de la radio « Coast to Coast » une illustration de la manifestation OVNI au Texas observée par Ricky Sorrells à une centaine de mètres au-dessus de lui. Une autre vidéo de « CNN » était en ligne ici :

L‘épisode du magazine « UFO Hunters », produit par « History Channel », et diffusé le 9 avril 2008, était consacré à l’incident de Stephenville. Beaucoup de choses n’ont pas été montrées, Ricky Sorrells n’a même pas été mentionné…

Birnes et Acworth, de l’équipe des « UFO Hunters », avaient été invités sur « Coast to Coast AM ». Ils avaient l’air très excités par cette vidéo tournée au Texas grâce à une caméra automatique placée dans l’élevage des cerfs, où l’on voit un faisceau de lumière tronquée. Acworth, le sceptique de l’équipe, a reconnu qu’il n’avait aucune explication à ce sujet. Ceux qui ont vu cette séquence d’« UFO Hunters » où le cerf disparaît doivent savoir que Linda Moulton Howe en avait parlé début février 2008. Il s’agit du cas de Brownwood (Texas). Elle ne l’avait pas mentionné, mais Ricky Sorrrells était avec elle quand elle a visionné la vidéo.

Ken Cherry (le correspondant texan du MUFON) et le shérif Lee Roy Gaitan ont été invités sur « NBC Dateline » le 18 mai 2008.

Le 11 juillet 2008, Larry King a consacré une émission sur « CNN » à l’affaire de Stephenville. Il avait sollicité la journaliste Angelia Joiner pour l’aider à constituer le plateau. Celle-ci a fait en sorte que le témoignage de Ricky Sorrells soit entendu, ainsi que celui du shérif Lee Roy Gaitan. Le fermier Ricky Sorrells a donc pu raconter qu’il avait subi des pressions. L’astronome Seth Shostak est allé jusqu’à mettre en doute les milliers de données radar exposées par Glen Schulze et Robert Powell. Trois des producteurs du magazine « UFO Hunters » étaient également présents. Ils confirment que leurs propres relevés, leurs auditions des témoins et les triangulations effectuées concluent également à démontrer la présence d’un objet au-dessus de Stephenville.

L‘animateur Peter Jennings avait présenté le 24 février 2005 un documentaire de deux heures titré « Seeing is Believing », et la chaîne « ABC » a proposé une suite le 16 septembre 2008. La journaliste Angelia Joiner a fait partie des invités, quelques minutes ayant été consacrées à l’affaire de Stephenville. Deux nouveaux témoins ont figuré aux côtés du shérif Lee Roy Gaitan et du pilote Steve Allen. Les producteurs ont aussi présenté Robert Powell et Glen Schulze, les auteurs du rapport du MUFON qui ont analysé les données radar.

En octobre 2008, le « Discovery Channel » a diffusé un nouvel épisode de sa série “Investigation X”. Il était titré ‘‘UFO Outbreak’’ et les amateurs l’ont considéré comme l’un des meilleurs documentaires diffusés à la télévision. Pendant une heure, on a présenté les enquêtes menées sur les cas de Stephenville (Texas), de Kokomo (Indiana) et de Southwick (Massachussets). La présentation en 3D des données radar, ainsi que les animations approuvées par les témoins, ont permis de mieux comprendre ce qui s’est passé. On a démontré pour la première fois une corrélation entre les différents évènements, et il semble en effet que les témoins aient vu des objets similaires. Parmi les intervenants qui ont été les plus appréciés, il y a le spécialiste radar Glen Schulze, la journaliste Angelia Joiner, le pilote Steve Allen, le shérif Lee Roy Gaitan… C’est la première fois qu’une interview de « l’Officier X » a été diffusée. Il a confirmé que la “re-création” était parfaitement conforme à son témoignage. Les producteurs ont plusieurs fois rappelé qu’ils avaient tenté d’obtenir un commentaire des autorités militaires, mais que les responsables avaient choisi de ne pas répondre.

Un participant du forum « Open Minds » a remarqué que plusieurs mois plus tard l’incident de Stephenville apparaissait encore mieux documenté :

« Les radars dans la région avaient en fait clairement indiqué la présence de trois objets, le 8 janvier 2008. »

 

6. De nouvelles observations en 2008 :

On a relaté, en octobre 2008, de nouvelles observations dans la région de Stephenville. L’un des nombreux témoins raconte par exemple qu’il était sorti pour fumer une cigarette quand il a vu de vives lumières se déplaçant rapidement :

« Je n’ai pas vraiment prêté attention et j’ai conclu que ce devait être un avion parce que j’ai entendu le bruit des réacteurs peu après. Ensuite, j’ai réalisé mon erreur : il n’y aurait pas un tel décalage de son dans le cas d’un avion aussi proche. »

S’étant mis à l’écoute du scanner de la police, il s’est aperçu que le coordinateur signalait que plusieurs personnes lui avaient rapporté des observations de phénomènes lumineux dans le sud du Comté…

Le vendredi 24 octobre 2008, l’« Empire Tribune » a signalé que des dizaines d’habitants de Stephenville et d’Erath County ont observé toute la semaine des lumières dans le ciel, les premiers rapports datant du mardi 21 octobre. Il y a eu encore davantage de rapports le lendemain, et de nombreux parents rassemblés le jeudi dans un stade, pour assister à un match de football junior, ont pu voir ces lumières étranges.

D’après les témoignages recueillis par les reporters de la chaîne de télévision locale « WFAA », sept avions de combat F-16 ont été vus dans le ciel, mais après les manifestations lumineuses.

Alors qu’il conduisait sa camionnette, un témoin a vu, le samedi soir à 23 heures 47, à une trentaine de kilomètres en direction du nord-est, au-dessus de Rosston (une petite commune rurale), un grand flash de couleur bleu-vert qui formait un angle de 45°, la pointe inférieure dirigée vers la gauche. Ce témoin a d’abord pensé que c’était une météorite, mais le flash a été très bref. Le flash, qui a éclairé le sol, ne semblait pas émaner d’un objet en mouvement. Le témoin a lancé un appel avec la CB, mais personne ne lui a répondu. Quand il en a parlé à Ricky Sorrells, ce dernier lui a demandé si cela pouvait être samedi soir, parce que d’autres personnes lui avaient téléphoné pour lui signaler qu’elles avaient vu un phénomène étrange près de Dublin. Un autre collègue, qui jusqu’ici se moquait de l’intérêt du témoin pour les OVNIs, a confié à celui-ci qu’il avait observé un flash de lumière au-dessus de Justin.

Tommy Bryant, le shérif d’Erath County, a expliqué que le jeudi 23 octobre le standard téléphonique d’urgence avait été saturé d’appels, ces appels émanant du sud du Comté. Les gens déclaraient voir des lumières vives qui flashaient dans le ciel par intervalles. Charlie Carrasco a vu le jeudi 23 octobre, vers 20 heures, deux avions de combat qui volaient à basse altitude et qui poursuivaient des lumières clignotantes.

Julie Gibson montait à cheval dans le sud-ouest du Comté, vers 20 heures, quand elle a remarqué quatre lumières blanches, clignotantes, celles-ci semblant communiquer entre elles. Les chevaux étaient effrayés.

Alors qu’il était 20 heures 40, l’attention d’Ashleigh Cole (qui s’occupait également de ses chevaux) se porta vers le ciel nocturne. Trois lumières alignées sont montées dans le ciel, selon une ligne inclinée. Elle habite à quinze kilomètres au sud de Dublin. Elle estime que ces flashes et ces évolutions ont duré environ cinq minutes.

Le 23 octobre, à 20 heures 30, John Darby était en voiture avec sa fille sur l’autoroute 67 près de Selden. C’est alors qu’ils ont vu les lumières. Le père a pensé que ses phares se réfléchissaient sur les lignes électriques, mais il a rapidement réalisé qu’il s’agissait d’autre chose. Les lumières de couleur orange ont augmenté de taille, puis diverses couleurs sont apparues, lui faisant penser à un ballon de plage. Elles ont ensuite disparu. Sa fille a sauté de la voiture pour essayer de prendre une photo avec son portable. Les lumières sont réapparues dans le ciel au moment où elle rejoignait la camionnette. John Darby ajoute qu’il a compté neuf avions à réaction qui se déplaçaient à grande vitesse en direction du Metroplex. Il lui a semblé qu’ils effectuaient des manoeuvres en poursuivant des objectifs à la trace.

Le 23 octobre, également, Monica Diaz était au volant sur la Boucle Nord-Ouest, vers 20 heures 15 :

« On aurait dit une rangée de projecteurs d’un stade. »

Les quatre lumières flashaient individuellement, mais elles se déplaçaient ensemble. Le show n’a duré qu’une trentaine de secondes. Elle s’est garée pour regarder le ciel, mais cela ne s’est pas produit de nouveau. Elle ne pense pas que c’étaient des ‘‘aliens’’, « mais ça se présentait comme quelque chose de très inhabituel ». Les lumières étaient blanches et sphériques, et cela n’avait rien de commun avec des avions.

D’Ann Wheeler, qui habite Hico et se présente comme quelqu’un de sceptique, a déclaré que ce même jeudi soir elle observait le ciel avec une amie, vers 21 heures, quand elles ont remarqué une intense activité dans le ciel.

« Il y avait des avions à réaction tout autour de ces lumières, mais ils ne faisaient pas de bruit. »

Elle a décrit deux séries de lumières formant comme un collier de perles. Puis ces lumières ont disparu. Elle est rentrée dans la maison, très perplexe, s’interrogeant sur ce qu’elle venait de voir. Les lumières avaient disparu, mais elles sont revenues une seconde fois. Cela a duré environ une minute. Les lumières étaient blanches et imposantes, et elles bougeaient de haut en bas, tandis que les jets les serraient de près.

Ashley Ainsworth conduisait sur l’autoroute 377 vers 20 h 30 ce même jeudi soir. Elle s’était garée sur le côté, où plusieurs voitures étaient arrêtées, leurs occupants regardant des lumières qui dansaient dans le ciel. Elle a compté six lumières jaunes, vers l’horizon, qui se déplaçaient en formant un cercle. Elle disparurent, puis elles se mirent à clignoter. Elle a communiqué son témoignage au MUFON.

Darlene Ross, qui vit au sud de Ranger, a remarqué ce même jeudi deux lumières de couleur orange, vers 20 heures 45. Le nombre s’est porté à quatre, formant une ligne verticale. Elle était effrayée.

Nick Horn a pu filmer une partie de ce qu’il a vu ce jeudi soir. Résidant à l’ouest de Stephenville, il était en train de téléphoner dans son jardin quand il a vu une lumière orange au-dessus de sa maison. Il est rentré prévenir sa famille. Nick Horn a déclaré que des avions à réaction ont soudain traversé le ciel, comme s’ils étaient surgis de nulle part. Il a saisi son caméscope et a pu filmer pendant une vingtaine de secondes ces lumières qui flashaient dans le ciel. Contrairement à d’autres témoins, Nick Horn a pu observer plus attentivement les lumières au-dessus de sa maison. Il a parlé d’un objet métallique qui se trouvait à environ 330 mètres d’altitude. L’objet s’est éloigné de la maison, puis il a disparu, et il est réapparu au loin vers la ville de Dublin.

Steve Hudgeons, responsable de l’équipe d’enquêteurs du MUFON au Texas, a reçu des rapports de trois observations près de Stephenville qui datent de ce même jeudi 23 octobre.

Sherry Sechrist et sa famille ont observé les lumières vers 20 heures 30. Elle a pu prendre quelques photos avec son téléphone portable, et sa mère a même pu faire une courte vidéo. Sherry Sechrist a dit que les lumières flashaient et se déplaçaient de haut en bas, et aussi latéralement. Elle a entendu les avions qui tournaient tout autour, et elle ne pense pas qu’ils étaient la cause de ces lumières. Les lumières avançaient puis s’immobilisaient.

Le Major Karl Lewis, porte-parole de l’US Air Force sur la base de Fort Worth, a expliqué, par email, que le jeudi 23 octobre 2008, approximativement entre 19 heures 30 et 21 heures, sept F-16 du 457ème escadron de combat ont décollé de Fort Worth vers la zone des opérations militaires de Brownwood pour une mission classique d’entraînement. Pour les texans du forum « Open Minds » qui ont examiné les témoignages, la région survolée par les F-16 n’est pas celle de Brownwood et ne correspond donc pas à une zone d’entraînement militaire.

En octobre 2008, le nombre de témoins a été bien supérieur à celui de l’évènement de janvier 2008.

Une vidéo datée du 29 octobre 2008 a été diffusée. La texane Miss D., connue depuis longtemps sur « Open Minds », l’a diffusée avec cette explication :

« Un voisin et ami m’a apporté son caméscope pour me montrer ce qu’il avait filmé.

Il était assis dans son jardin, la veille vers 18 h 30, quand il a remarqué une lumière dans le ciel. Il a d’abord pensé à une étoile, mais cette lumière ne cessait de disparaître et réapparaître en différents endroits assez proches. Il a le même JVC que moi (sans l’option de vision nocturne), et son document est intéressant.

Je me demande ce que ça peut être, et je vous le livre tel quel.

Il préfère que son nom ne soit pas mentionné. Il m’a laissée choisir le meilleur endroit pour diffuser sa vidéo, et j’ai choisi de le faire sur YouTube. »

Un membre du forum, qui a pu étudier le fichier original, a noté qu’il n’y a pas de scintillement, et c’est la raison pour laquelle il écarte la possibilité d’une étoile. Mais d’après la direction et l’heure de la séquence, ajoute-t-il, cela pourrait être Vénus. Peu après, Miss D. s’est rendue chez son voisin pour examiner la situation à la même heure :

« Il a bien fait la différence avec Vénus, et elle était à sa place quand la lumière a disparu. »

Le même membre du forum a été en conversation par téléphone avec le fermier Ricky Sorrells :

« Pendant que nous parlions, il a vu de nouveau un Ovni. L’objet est resté un moment immobile, puis il a disparu à grande vitesse. Peu après, des jets sont arrivés qui suivaient la même route, et ils ont lâché des fusées éclairantes, comme la nuit précédente. »

L’« Empire Tribune » a publié un nouvel article pour exposer des témoignages inédits, comme celui de Bell et son compagnon. Elle raconte avoir vu des lumières sur l’horizon, en sortant nourrir ses chiens, peu après 20 heures. Bell a vu un objet sur l’horizon vers le sud-ouest :

« J’ai pu l’observer brièvement, il était très grand, même de loin, avec une lumière rouge, et j’ai noté un effet stroboscopique avec des rayonnements bleu clair tout autour. Nous l’avons regardé de plus près grâce à une puissante lunette de fusil. C’était un objet de forme ovale ou circulaire, rougeoyant, qui pulsait. Dans la lunette, l’objet était plutôt orangé. Il émettait parfois une lumière blanche ou bleue. L’objet a finalement disparu derrière l’horizon à 20 h 33 précisément. »

Les chercheurs indépendants sur le forum « Open Minds » ont produit une carte à partir de sept témoignages : le triangle vert marque la zone des observations, totalement distincte de “BrownWood MOA1-East”, la zone officielle réservée aux entraînements militaires.

Tarena Major se trouvait sur l’autoroute 377 à Stephenville :

« Nous avons eu droit à un light show impressionnant, mais je suis catégorique en affirmant que ce n’étaient pas des avions. »

La chaîne de télévision locale « WFAA » a présenté d’autres témoins. Son correspondant a fait ce commentaire :

« En janvier dernier, certains à Stephenville avaient semblé beaucoup s’amuser avec ces histoires d’Ovnis. Mais actuellement, avec la multiplication des observations, le ton des commentaires a changé. »

 

7. Informations complémentaires :

Le documentaire diffusé le 16 octobre 2008 par « Discovery Channel » a présenté une enquête approfondie sur les premiers évènements de Stephenville en janvier 2008.

Angelia Joiner et l’Officier de Police “X” ont participé, le 11 novembre 2008, à une émission de près de deux heures sur « Paranormal Radio », avec Robert Powell, directeur national des recherches du MUFON. Il est le co-auteur avec Glen Schulze des études sur les données radar obtenues par une requête FOIA.

L’évènement de la soirée du 8 Janvier 2008 a fait le tour du monde. Des dizaines de témoins dont le pilote Steve Allen ou le fermier Ricky Sorrells, ou encore l’Officier “X”, ont parlé d’un immense objet volant, confirmé plus tard par l’examen des données radar. Simultanément, des images ont été proposées, comme la vidéo de David Coran, qui n’ont rien à voir avec les premières descriptions. On y voit des chapelets de lumières colorées qui pourraient n’être qu’un phénomène de « bougé » au moment de filmer ou photographier. De nouvelles photos de ce type ont circulé en novembre 2008. S’agit-il à nouveau d’un objet émettant des symboles, comme l’avaient pensé certains des témoins de janvier 2008 ? Ils parlaient de “hiéroglyphes en couleurs”.

Captain Jack, animateur de « Paranormal Radio », a interrogé un témoin qui pense avoir pris des images intéressantes le 13 novembre 2008, vers 3 heures du matin. Toutefois, un membre du forum « Open Minds » a précisé qu’il était équipé d’un caméscope JVC, doté du mode Night Alive, et qu’il l’avait testé pendant l’expédition organisée par le forum « Open Minds » dans la région de Stephenville :

« Nous avons pu reproduire des séquences qui sont semblables à ces lumières ‘en colliers’, en filmant simplement des étoiles brillantes sur l’horizon, quand la caméra était tenue à la main. »

Cela ne veut pas dire que c’est la seule manière d’obtenir de telles images. Mais, ajoute-t-il, « toute source de lumière colorée et stroboscopique, filmée dans ces conditions, rendra le même effet ».

Angelia Joiner est du même avis :

« Seul le récit d’un témoin qui a vu quelque chose à l’oeil nu peut avoir une certaine valeur. Certes, je continue de m’interroger sur cette réflexion du petit-fils de Coran pendant que son père filmait : ‘C’est drôle, ces lumières…’ Mais je ne pense pas que ce genre d’images nous mènera quelque part. Il n’y a aucun moyen d’aller plus loin. »

La journaliste préfère s’en tenir à l’étude des données radar et aux témoignages solides qui ont été rassemblés. Elle a proposé à George Knapp d’inviter l’Officier de Police “X” sur « Coast to Coast AM ».

Linda Moulton Howe venait de participer, en décembre 2008, à une nouvelle émission de trois heures sur « Coast-to-Coast AM », quand elle a reçu un email d’une auditrice habitant à Reno, dans le Nevada. Il était accompagné de huit photos prises dans la vallée de Washoe, au sud de la ville. Ces photographies sont assez proches de ce que David Coran avait filmé près de l’aéroport de Stephenville, Texas, le 19 janvier 2008. On retrouve ces mêmes symboles lumineux multicolores.

« On devinait sur la vidéo de David Coran un objet dans le ciel, assez flou, en forme de disque. Pendant plusieurs minutes, sur l’enregistrement vidéo à 30 images/seconde, il a semblé émettre des signes qui changeaient de formes toutes les demi secondes. »

Ce constat avait été confirmé par l’analyste Bruce Maccabbee.

L’enquêtrice n’ignore pas la polémique soulevée à l’époque par la vidéo de David Coran. Une explication simple avait été proposée par « Sparky », sur le forum « Open Minds ». Il avait recréé cet effet en dirigeant un caméscope vers Sirius, avec la fonction Night Mode activée. Linda Moulton Howe note cependant que de tels symboles ont été observés dans différentes régions et photographiés avec des appareils numériques classiques. En outre, l’habitante de Reno avait observé ce phénomène pendant plusieurs jours avant de le photographier :

« Ces photos ont été prises le 10 décembre 2008, dans la soirée, après 21 heures. Ma fille venait de rentrer à la maison et elle m’a assistée pendant les prises de vues depuis le balcon du second étage. Il donne vers le sud-est et domine la vallée de Washoe.

Je ne suis pas allée voir en différents endroits de la vallée si on aperçoit la même chose sous un autre angle. Mais je vous assure que cette chose était là depuis plusieurs jours avant que je prenne les photos. En ce moment, les nuages m’empêchent de voir ce qu’il en est, mais par temps clair le phénomène est toujours présent.

Depuis plusieurs jours, ma fille et moi avions remarqué une lumière brillante au-dessus de la vallée de Reno.

Nous avions pensé qu’il pouvait s’agir d’une étoile et n’y avions pas tellement prêté attention. Puis nous avons remarqué qu’elle changeait de couleurs. Je ne suis pas parvenue à déterminer à quelle altitude ça se trouvait.

Mes images ressemblent assez précisément à ce que vous aviez publié concernant Stephenville, en janvier 2008. »

Elle ajoute :

« J’ai fait en sorte qu’on puisse également voir les étoiles, et c’était le moyen de m’assurer que ces symboles n’étaient pas un effet de ‘bougé’.

Les étoiles apparaissent bien comme des points brillants, alors que l’objet en question se déplaçait dans tous les sens. »

Faut-il inclure désormais ces symboles lumineux dans le répertoire des manifestations insolites ou continuer de les considérer comme des aberrations photographiques ? A Stephenville, l’épouse du shérif Lee Roy Gaitan avait affirmé que ce symbole coloré, qu’elle avait photographié le 9 février 2008, était distinctement visible à l’oeil nu.

Les manifestations d’OVNIs à Stephenville n’étaient peut-être pas terminées. Un texan a raconté sur le forum « Open Minds » ce qui lui est arrivé fin décembre 2008. Il avait pour habitude de laisser tourner son scanner sur les fréquences de la police, même en regardant la télévision :

« J’étais à Dublin. Aux environs de 21 h, un officier en patrouille a fait savoir au central qu’il avait été approché par un homme, au volant d’une voiture, qui prétendait avoir vu un Ovni. »

« L’officier a plaisanté en disant qu’il ne s’intéressait qu’aux Ovnis capturés. Plus tard, peu avant 23 h, le central a rappelé ce même officier pour lui dire que son témoin s’était présenté à l’annexe du tribunal où il l’attendait avec une vidéo de l’objet, disant qu’en fait de capture il avait l’Ovni dans son caméscope.

L’homme en patrouille a répondu qu’il était occupé pour un bon moment. Puis il a fini par dire qu’il ne se déplacerait pas jusque là. Je sais seulement que ce n’était pas un agent municipal, et je ne suis pas parvenu à capter son numéro d’identification. »

Le texan avait même envisagé de se rendre lui-même à l’annexe du tribunal de Stephenville pour intercepter le témoin, mais il était trop éloigné du centre-ville ce soir-là. Il espèrait que cette personne essaierait de contacter le journal local, ou bien que la journaliste Angelia Joiner trouverait un moyen de l’identifier…

Deux images publiées sur ovnis-usa.com ont été réalisées sur ordinateur d’après les descriptions de “l’Officier X” à propos de l’incident du 8 janvier 2008. Cet « Officier »a témoigné, entre autres, pour la série documentaire « UfoHunters ».

Alejandro Rojas, Directeur du Département Education Publique du MUFON, a animé le programme radio « UFOThinkTank ». Il a eu pour invité Robert Powell, le Directeur des Recherches de l’organisation.

« Robert et l’expert radar Glen Shultze ont pu étudier les données FAA qui prouvent la présence d’un objet inconnu dans le ciel de Stephenville, le 8 janvier 2008. »

Ils ont principalement évoqué ces évènements survenus au Texas qui avaient attiré l’attention de la presse internationale. Robert Powell et Glen Shultze avaient une première fois annoncé leurs découvertes chez Larry King en juillet, puis sur « ABC Primetime Special ».

Robert Powell a commencé par quelques généralités :

« Il ne fait aucun doute qu’une haute technologie est responsable de ces manifestations, et je pense qu’elles sont animées par une forme d’intelligence. Mais nous ne pouvons pas en conclure que ces engins sont pilotés par des extraterrestres : ces engins sont peut-être des sondes automatiques. Nous ne devons écarter aucune possibilité. »

Concernant Stephenville, Robert Powell explique qu’il avait commencé par interroger les témoins avant de rencontrer l’expert Glen Schulze et d’étudier avec lui les données radar qu’il avait réussi à obtenir de la FAA. Il ont alors confronté les témoignages à ces relevés :

« Les gens de la région sont parfaitement à même de reconnaître un F-16 en vol. Les heures et les directions qu’ils avaient indiquées pour cet objet massif coïncidaient parfaitement avec l’objet sans balise dont nous pouvions suivre les déplacements. »

Question : « A quelle distance s’était-il approché du ranch présidentiel de Crawford ? »

Robert Powell :

« Depuis la conclusion de notre rapport, nous avons parlé avec deux nouveaux témoins qui habitent à quelques kilomètres de Crawford. Entre 20 h et 20 h 30, ils ont effectivement vu un objet brillant et allongé qui a fait un virage à angle droit et a disparu une seconde plus tard. »

Il ajoute :

« Le témoignage du shérif Lee Roy Gaitan, à propos d’un objet qui volait silencieusement et lentement vers le sud, colle également parfaitement avec notre étude des données radar à la même heure. Même chose quand l’objet est revenu, qu’il est passé au-dessus de lui et s’est éloigné de Dublin à très grande vitesse. Nous avons pu minuter précisément les temps de passage de ce qu’il avait observé. »

« Nous avons pu établir que l’engin se déplaçait parfois à 3.200 km/h. A cette vitesse, un appareil ne laisse que peu d’échos sur les écrans, mais ceux que nous avons corroborent parfaitement le témoignage du pilote Steve Allen également. »

Robert Powell ne parvient toujours pas à comprendre pourquoi les responsables de l’US Air Force se refusent à commenter ces découvertes. L’animateur Alejandro Rojas ne manque pas de rappeler les différentes versions présentées par les militaires, dont celle d’une illusion optique provoquée par deux avions de ligne…

Question : « En quoi consistaient les mouvements des F-16 relevés sur les radars ? »

Robert Powell :

« Tout d’abord, il y a eu l’arrivée de 4 jets sur la zone de Brownwood. Ils venaient de Fort Worth. Puis 4 autres les ont rejoints. Ensuite, deux de ces appareils se sont séparés du groupe pour se diriger vers l’est. Nous avons également constaté la présence d’un Awacs qui a tourné pendant 4 heures en haute altitude. Les militaires disposent donc d’enregistrements encore plus précis que les données radars de la FAA.

Mieux, nous avons également identifié la présence d’autres jets venant d’une zone d’entraînement en Oklahoma, qui se sont déroutés vers Stephenville au lieu de rentrer directement à Fort Worth.

Sur les rares documents de l’USAF, on ne peut relever que les heures de départ et de retour à la base. Tout le reste a été censuré. C’est pourquoi j’ai adressé une nouvelle requête FOIA destinée à la base de Carlswell. »

Alejandro Rojas note que Robert Powell et Glen Schulze ont eu beaucoup de chance d’obtenir ces données radar de la FAA « qui habituellement ne se montre pas aussi disposée à coopérer ».

L’incident est d’autant plus important que l’espace aérien du ranch présidentiel est en permanence interdit de survol, que le président s’y trouve ou non. C’est donc une affaire de sécurité nationale qui pourrait démontrer l’impuissance de l’Air Force à contrôler des intrusions.

 

8. Février 2009 :

Début 2009, le ciel de Stephenville, au Texas, a continué de susciter bien des questions. Le site « Ufo Chronicles » a publié cet appel à témoins d’un habitant de la région qui a observé un étrange ballet lumineux le 5 février 2009, pas très loin de l’importante base de l’US Air Force située à Forth Worth : « Qui d’autre a vu les lumières d’un Ovni ? »

« Je roulais vers le Sud, sur l’autoroute 281 entre 19 h 30 et 20 h 00, à 30 km au Nord de Stephenville, et ma première impression fut que j’assistais à l’atterrissage d’un avion, sur/près de l’autoroute, VRAIMENT proche de moi. En fait, j’ai ralenti car j’ai cru qu’il allait vraiment se poser et qu’il allait passer juste au-dessus de moi avant de toucher le sol.

Il n’y a pas d’aéroport dans le coin. J’ai vu trois lumières jaunâtres, une sur le devant et deux autres aux extrémités des ailes. (Ce que je pensais être des ailes. Je ne distinguais pas la structure d’un avion.) Cela se déplaçait en biais et s’approchait de la route, en face de moi et sur la droite de l’autoroute. Puis les lumières se sont éteintes et se sont rallumées alternativement, plus rapprochées, et elles n’étaient plus ‘en formation’.

J’ai réalisé à ce moment-là que le phénomène n’était pas proche de moi mais devait se produire environ trois km plus loin, et ces lumières étaient imposantes. Chacune montait, puis redescendait, et elles diminuaient d’intensité en s’élevant.

C’était comme si vous faisiez bouger une lampe torche de l’horizontale à la verticale, mais le faisceau de lumière disparaît complètement. Puis deux des lumières ont commencé à faire des 8 dans le ciel, l’une autour de l’autre. Elles s’atténuaient chaque fois qu’elles s’élevaient. Ensuite, le même mouvement s’est poursuivi avec trois lumières.

Ces lumières n’étaient pas éclairantes, elles ne semblaient pas non plus réfléchissantes.

Puis une quatrième lumière s’est ajoutée, et toutes ont continué de tourner les unes autour des autres.

J’ai commencé à me demander s’il s’agissait de feux d’artifices, mais j’ai vite réalisé que ça n’était pas le cas.

J’ai ensuite pensé à de petits avions faisant des acrobaties, mais il faisait totalement nuit. (??) D’ailleurs, tous les avions ont des lumières de signalisation vertes et rouges sur leurs ailes, et par moment il n’y avait plus aucune lumière.

J’ai aussi pensé à des parachutistes ; mais ça ne pouvait expliquer les mouvements auxquels j’assistais. Puis… toute une rangée de dix à quinze lumières (je ne les ai pas comptées), très proches les unes des autres, trop rapprochées pour être des avions ou des parachutistes. La luminosité s’est accrue, juste à droite de la figure en 8 ; il y avait quatre lumières qui décrivaient des cercles verticalement, allant de haut en bas, de gauche à droite, toutes en même temps.

Ce manège a duré environ 15 secondes, puis toutes les lumières ont diminué d’intensité et tout a disparu. Toute la scène avait duré environ une minute. J’ai scruté le ciel mais il n’y avait plus rien, pas de traînées, ni de dessins, aucun avion.

J’étais très excité et je savais que le conducteur du véhicule situé derrière moi l’avait vu, lui aussi, parce qu’il me suivait de près avant les événements ; mais il avait ralenti, laissant s’augmenter la distance entre nous, et il semblait comme moi scruter le ciel, en attente d’une autre manifestation.

Le ciel était complètement noir, mais peu après la Lune s’est montrée. J’ai compris que ça ne reviendrait pas et j’ai repris ma route. Cependant, je continuais à regarder en l’air et dans mon rétroviseur.

J’ai déjà vu des lumières se comporter de manière étrange dans le ciel, comme celles des étoiles filantes, mais JAMAIS rien de tel. »

Alain Moreau

 

Référence :

www.ovnis-usa.com

 

A noter :

Voyez mon article, en deux parties, publié dans les numéros 40 (décembre 2008/janvier 2009, p. 18-27) et 41 (février/mars 2009, p. 24-31) de “Top secret” :

“OVNI 2008. Les lumières de Stephenville, Texas”.

Share This:

Les commentaires sont fermés.