LE RETOUR DU CHRIST ET L’EMERGENCE DE MAITREYA Première partie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai consacré un livre, publié en 2012, au thème du retour du Christ : « Le retour du Christ : une réalité imminente ? ». J’y présente les diverses conceptions associées au thème du retour du Christ.

 

I. Les trois conceptions du retour du Christ :

On trouve, dans la littérature ésotérique et médiumnique, plusieurs conceptions relatives au retour du Christ :

Dans mon livre : « Le retour du Christ : une réalité imminente ? », je développe, dans le chapitre 1, les deux premières conceptions. A propos de la deuxième conception, que je ne partage absolument pas, je me contente ici de mentionner le commentaire de Benjamin Creme :

« Rudolf Steiner était un théosophe qui se détacha de la théosophie pour fonder l’anthroposophie. C’était un homme remarquable, un initié du degré 2,2, ayant eu des intuitions fascinantes et de grande valeur dans de nombreux domaines tels que l’agriculture, l’éducation et la médecine. Néanmoins, en ce qui concerne la réapparition du Christ il avait, je crois, une lacune. Même s’il était théosophe et se disait un ésotériste, il n’était pas, selon moi, un véritable ésotériste, mais un mystique chrétien. D’une manière ou d’une autre, son mysticisme chrétien a entravé sa compréhension du lien existant entre le Christ et la Hiérarchie. Même si, théoriquement, il devait savoir que le Christ se tient à la tête de notre Hiérarchie, il le voyait d’une manière plutôt mystique, et il a soutenu que le Christ ne pouvait revenir dans un corps physique, mais seulement au niveau éthérique (qu’il appelait le royaume spirituel).

Comme nous le savons, Maitreya prit, en 1945, la décision de revenir le plus tôt possible, à la fois sur les plans physique, astral et mental. Steiner, étant décédé en 1925, ne connaissait pas cet aspect du Plan. »

Benjamin Creme ajoute qu’en tant que théosophe, Rudolf Steiner aurait dû savoir que c’était dans les cartes, et c’était le cas depuis au moins 1922 lorsque le premier livre d’Alice Bailey – dicté par le Maître D. K. -, « Initiation humaine et solaire », fut publié. Dans « Le retour du Christ », le Maître D. K. souligne bien le fait qu’il parle de la réapparition physique du Christ dans le monde. Ceci est, dit-il, l’une des choses les plus importantes de ce livre. Le Christ, souligne-t-il, se manifestera dans un corps physique visible de tous.

« Ceci entra quelque peu en conflit avec le mysticisme chrétien de Steiner. Il continua à soutenir que le Christ ne pouvait venir qu’au niveau éthérique. Par la suite, il écrivit que, dans l’ère à venir, les hommes développeraient la vison éthérique – ce qui est exact – et que, l’un après l’autre, ils reconnaîtraient le Christ au niveau éthérique. Selon moi, c’est une conception totalement erronée. C’est le dogmatisme chrétien qui a fait que Steiner continua à soutenir que le Christ ne pouvait venir dans un corps physique. Comme si, en le faisant, le Christ s’en trouverait en quelque sorte rabaissé, ramené à un niveau trop bas. Nombre de chrétiens pensent cela. En limitant son rôle à un principe, ils ne le voient pas comme un homme incarnant ce principe et qui peut travailler sur tous les plans, y compris le plan physique. » (B. Creme) (1)

Précisons qu’il existe, entre les différentes sources faisant état de l’une ou l’autre de ces conceptions, de véritables conflits. On peut distinguer deux grands types de sources :

Il y a d’abord celles qui ne reconnaissent que l’idée de l’éveil de la conscience christique en l’Homme. On peut ranger, dans cette catégorie, la plupart des sources reçues en channeling.

Il y a ensuite celles qui reconnaissent l’éveil de la conscience christique et l’une ou l’autre des deux autres conceptions. Exemple : Pierre Lassalle – qui s’inspire de Rudolf Steiner (1861-1925) – associe les conceptions 1 et 2, mais rejette totalement l’idée d’un retour physique du Christ.

Michel Coquet, de son côté, note qu’on peut envisager le Christ sous une triple manifestation : le Christ cosmique (le Verbe éternel), le Christ historique, et le Christ intérieur ou « Christos » immanent dans tous les cœurs.

 

II. Instructeur et retour du Christ :

Qu’en est-il de la troisième conception, celle qui évoque le retour physique du Christ ? Distinguons, dans un premier temps, deux aspects :

– L’idée d’un Instructeur pour chaque ère zodiacale.

– L’idée du retour (physique) du Christ (ce dernier étant identifié ou non à Maitreya).

Le Maître Philippe (décédé en 1905) disait :

« Tous les deux mille ans à peu près, à des périodes plus ou moins fixes, il apparaît sur la Terre un Sauveur, et Celui-là est toujours persécuté. » (2)

Si Jésus est l’Instructeur (et non le « Sauveur ») associé à l’ère des Poissons, c’est au tour de Maitreya de « représenter » l’ère du Verseau, étant entendu que le Christ, Maitreya et l’Imam Mahdi sont des noms différents pour désigner le même Être : le chef de la Hiérarchie spirituelle de notre planète, le Christ/Maitreya ayant « adombré », il y a deux mille ans, Jésus. Cette fois-ci, c’est le Christ lui-même (distinct du Maître Jésus, ce qu’ignorent la masse des « croyants orthodoxes ») qui doit se manifester pour « inaugurer » l’ère du Verseau.

J’évoque, dans mon livre paru en 2012, les critiques injustifiées à propos du retour physique du Christ et de l’émergence de Maitreya, ces critiques émanant de divers milieux (rationalistes, etc.), y compris d’ésotéristes comme Pierre Lassalle (dont je critique, dans mon livre, les propos). Pour les infos associées, je renvoie le lecteur ou la lectrice aux deuxième et quatrième chapitres de mon livre. Plutôt que de m’attarder sur cela, je préfère évoquer ici quelques sources faisant état du retour physique du Christ :

Evoquons d’abord brièvement quelques apparitions mariales (apparitions de la Vierge) ou christiques. Les apparitions de Dozulé ont eu comme thème principal « le retour glorieux du Fils de l’Homme ». Les voyants de Medjugorje, de Garabandal, de l’Escorial, d’Arès, du Liban, etc., ont tous annoncé le retour du Christ. (3) En 1961, l’ange Michael serait apparu à quatre fillettes de Garabandal, en Espagne, et la Vierge serait apparue plus de 2000 fois à celles-ci (ainsi que dans diverses maisons du village). L’un des messages annonçait la venue du Christ. Selon l’ancien ministre des Finances néerlandais, le professeur Rutten, cela devait se produire à Garabandal en 2002. (C’est raté !) Selon Benjamin Creme, ainsi que je le précise dans « Le livre des prophéties » (éditions Le Temps Présent, 2011), « l’ange Michael » était en fait Maitreya… (4)

Les sources canalisées se contredisent quant à la réalité ou non du retour du Christ.

Divers messagers de l’Au-delà ont rejeté l’idée d’un retour du Christ. Ainsi, par exemple, Georges Morrannier a dit qu’il n’y a aucune raison pour que le Christ revienne parmi nous car il a « rempli sa mission, il était en dernière incarnation » (sic). Georges Morrannier conseille de prendre toute prétendue réincarnation du Christ pour une imposture. (5) Il faut cependant savoir que ce type de déclaration émane de désincarnés se trouvant sur divers sous-plans du Plan astral, dont les informations sont loin d’être toujours fiables. Notons que le retour du Christ ne doit pas être conçu comme une réincarnation, les Maîtres de Sagesse bénéficiant d’un corps « ascensionné »…

La plupart des sources reçues en channeling ne font état que de l’intégration de la conscience christique en chaque être humain. C’est le cas, par exemple, des anges Xédah (qui ont été canalisés par Marie-Lise Labonté), lesquels ont fait référence à l’éveil de notre propre conscience christique… (6) Sananda (Jésus) aurait déclaré à la channel Pascale Arcan qu’il n’est absolument pas utile d’attendre la venue d’un nouveau Messie, d’un nouveau Christ :

« Les diverses prophéties que vous avez pu lire et qui continuent à prédire ma nouvelle venue vers vous, ou celle d’un Avatar haranguant les foules, dispensant des miracles et proposant des enseignements pour attirer l’attention à lui, ce n’est pas du tout ce qui se produira. Certains d’entre vous ont compris ce processus et savent qu’il s’agit simplement de trouver le Christ qui sommeille en soi-même et de le faire émerger à la surface de sa compréhension. » (7)

On notera que dans le troisième tome (2004) de la série Sananda, de Pascale Arcan, il y a un message censé émaner du Maître D. K :

« En effet, pour ma part, avec Maître Morya et Maître Kut Humi, j’ai procédé à un enseignement ésotérique qui a été divulgué sous la forme de livres de plusieurs volumes. Cette diction s’est déroulée pendant un laps de temps très étendu, puisque cela a demandé deux générations de transcripteurs. J’ai, en effet, donné à l’humanité des bases de compréhension très différentes de ce qui est divulgué aujourd’hui, mais provenant de la même quintessence. J’ai volontairement employé des mots et des tournures complexes pour ne permettre qu’à une certaine élite d’avoir accès à ces enseignements. Ceci fut aussi voulu pour protéger les deux compagnes qui ont eu à divulguer ces messages. Car l’humanité n’était pas encore prête à entendre parler couramment de tout ce qui était du domaine de la connaissance ésotérique. »

Les deux compagnes évoquées dans la citation sont aisément reconnaissables : il s’agit d’Helena Petrovna Blavatsky et d’Alice Bailey.

On trouve aussi, dans le même ouvrage, la Grande Invocation qui fut donnée par le Maître D. K. (par l’intermédiaire d’Alice Bailey). Or, dans celle-ci, on trouve l’expression : « Puisse le Christ revenir sur Terre. » (8)

Précisons que, dans la pensée du Maître D. K., alors canalisé par Alice Bailey, il s’agit bien du retour physique du Christ et non de l’éveil de la conscience christique en chacun. Signalons cependant que, dans l’enseignement reçu par Alice Bailey, le Christ et Jésus sont distincts… Mais la source Sananda ne fait manifestement pas de distinction (comme la plupart des sources « canalisées ») entre ces deux êtres. On peut donc parler, ici, de double contradiction par rapport à la source originelle (celle d’Alice Bailey).

Pascale Arcan (et sa source présumée Sananda) n’est pas la seule source niant le retour de Jésus. L’entité Soria, canalisée par Régine Fauze, déclare aussi que Jésus ne reviendra pas dans un corps physique. (9)

Or, lors d’une sortie hors du corps, Anne Givaudan et Daniel Meurois ont été informés que Sananda (le Maître Jésus) est déjà de retour parmi nous depuis plus d’une vingtaine d’années. Ceci a été formulé dans un livre paru en 1986. (10) Et Benjamin Creme (qui disait tenir ses informations d’un Maître de la Hiérarchie planétaire) a prétendu que le Maître Jésus vit dans la périphérie de Rome dans un corps syrien. En 1990, ce dernier était âgé, paraît-il, de 647 ans ! (11) Il est vrai que Jésus est, pour employer l’expression que l’on trouve dans de nombreuses sources, un Maître ascensionné, c’est-à-dire un être qui n’est pas sujet à la mort et qui peut voyager dans les différents Plans de conscience. On notera cependant la contradiction entre Benjamin Creme et Anne Givaudan/DanielMeurois puisque, selon l’information reçue par Anne Givaudan et Daniel Meurois, Jésus se serait incarné vers ce qui peut être identifié comme étant le début des années 1960. Notons cependant que, selon les deux sources, Jésus a un corps syrien. (Consultez l’ouvrage d’Anne Givaudan et de Daniel Meurois : Par l’Esprit du Soleil, éditions Arista, 1990, livre réédité aux éditions Le Passe-Monde.)

L’entité Ramtha (channel : J. Z. Knight) a déclaré que la seconde venue du Christ a lieu à l’intérieur de l’Homme, mais que Jeshua ben Joseph (Jésus) va également revenir. (12) Dans un autre ouvrage, cependant, cette entité n’évoque que l’éveil du pouvoir divin en soi. (Les sessions – L’âme sœur, éditions du Roseau.)

Dans les années 1970, Joseph Whitfield a été informé que le maître des maîtres est maintenant sur la Terre. Jésus serait venu par le processus normal de la naissance. (13) Ce qui correspondrait à l’information donnée à Daniel Meurois et à Anne Givaudan.

La source Ramala, reçue en channeling, mentionne le retour du Christ : le Christ du Verseau doit venir bientôt… Tous les 2000 ans environ, un grand Maître est envoyé ici-bas, et le Principe Christique doit se manifester physiquement pour les gens du Nouvel Âge. Le Christ du Verseau doit venir bientôt, et ce, même si nous sommes tous des Christs en cours de formation. Selon cette source, le Christ doit revenir – sous la forme d’une parfaite union d’un homme et d’une femme – après la formation de deux planètes en essence dans l’aura du Soleil et dans les anneaux de Saturne ! (14)

Le retour du Maître Jésus est aussi mentionné, dans un message médiumnique, par Christophe (décédé en 1978). (15)

Lors d’une progression de la conscience dans le temps, Chet Snow s’est vu (dans sa prochaine incarnation) vers 2050, avec un groupe engagé dans un travail de préparation au retour et à l’accueil du Christ en ce monde. (16) Notons cependant que, si le Christ (Maitreya) doit se manifester publiquement, ce sera bien avant 2050…

Dans les années 1950, l’archange Michel aurait déclaré (par voie médiumnique) :

« Faites savoir à vos partenaires humains que le Maître va bientôt poser à nouveau son pied sur la Terre… » (17)

Jésus lui-même aurait mentionné à Annie Kirkwood qu’il vivra de nouveau, dans le Nouvel Âge, parmi nous. (18) Et Jésus/Sananda (channel : Winfield Brownell) évoqua, en 1978, le moment où le Père décrètera le temps venu pour lui de revenir sur la Terre en une forme tangible, comme le leader désigné pour établir la paix et la perfection du millénium tel qu’il a été prophétisé. Sanat Kumara a également précisé que le Christ va revenir sur Terre. (19)

On voit que « Jésus » se contredit lui-même, à travers ses « canaux » allégués, à propos de la réalité ou non de son futur retour ! Ceci montre que nous n’avons pas affaire toujours au « vrai » Jésus, l’usurpation d’identité, au niveau de l’entité communicante, étant dans certains cas évidente.

Voici ce que Sananda aurait déclaré à un canal des « Travailleurs de l’Amour » :

« Je vais revenir sur Terre, mes frères et sœurs. Je vais revenir pour vous aider au passage de l’Ere Nouvelle. Je suis déjà bien présent, vous l’avez constaté. Mais dans quelques années, en 2012, mes apparitions se feront de plus en plus fréquentes et nul ne pourra nier ma présence physique au milieu de vous. Peut-être pas comme vous pouvez l’imaginer, en être incarné, mais avec mon corps physique tout de même que vous verrez avec vos yeux et que le monde entier pourra voir.

Je reviendrai prêcher, parler aux foules. Vous m’accompagnerez, vous serez avec moi dans ce travail si important pour la reconstruction du Monde Nouveau, du Paradis. » (20)

Dans le numéro 35, de septembre/octobre 2008, de la revue « Fleurs de la nouvelle Terre », on lit la réponse de Sananda à une question posée par un lecteur de la revue. Dans le numéro 34 de cette revue, Sananda avait dit à Chantal, une lectrice, qu’il ne reviendra pas. Le lecteur rappelle que dans « Ma vie d’homme », texte transmis à Cathy Hinri, « Jésus » a déclaré que Dieu lui a dit qu’il renaîtrait dans deux mille ans. Dans ce livre, « Jésus » a déclaré qu’il reviendrait juste après l’an 2000. La réponse de « Sananda » a été la suivante :

« Je comprends ton étonnement. Je te répondrai tout d’abord que la réponse faite à Chantal est bien de moi. Elle comporte en effet une apparente contradiction avec les extraits que tu mentionnes précédemment. Je t’éclairerai donc dès maintenant à ce propos. Les religions actuelles qui attendent ma venue annoncent que je viendrai pour sauver le monde. Elles attendent ma venue avec impatience, en pensant que je viendrai régler tous les problèmes de la Terre par ma seule présence. C’est pourquoi je réponds à Chantal de ne pas attendre ma venue, cette venue décrite par les diverses religions qui en font état. Je ne reviendrai pas sur la Terre en tant que Jésus sauveur du monde, telle que ma présence fut décrite concernant mon passage sur Terre il y a de cela 2000 ans.

Lorsque je serai à nouveau incarné sur Terre, je ne serai pas Jésus, mais une autre personne, différente, avec bien sûr la même âme, celle de Sananda. Mais il est essentiel de ne pas avoir d’attentes liées au retour de Jésus, tel qu’il a été connu en ce monde. Voilà la différence importante à comprendre.

Mon incarnation prévue dans les années 2000 est effectivement déjà réalisée. Il y a quelque part sur Terre un petit garçon qui est moi, qui est l’âme de Sananda. Soyez rassurés, cela ne m’empêche pas de poursuivre ma mission à partir du Ciel et d’entendre les prières de tous ceux qui prient Jésus le Christ. Il m’est en effet possible de me trouver à plusieurs endroits à la fois. Ce petit enfant sera amené à œuvrer pour l’avènement de la Nouvelle Terre d’ici quelque temps. Sa mission est connue de sa mère et celle-ci saura le soutenir le temps venu.

Enfin, le fait d’apparaître avec mon corps de chair à quelques personnes sur la Terre n’entre pas en contradiction avec la réponse faite à Chantal. En effet, j’y mentionne être toujours avec vous. » (21)

En d’autres termes, Jésus est censé s’être simplement réincarné dans les années 2000. Evidemment, cette assertion ne correspond absolument pas avec les autres sources faisant état de son retour, ce dernier ne pouvant s’effectuer, selon ces sources, que par la manifestation physique du corps ascensionné de Jésus. (On se reportera, à ce sujet, aux déclarations de Benjamin Creme, le Maître Jésus étant censé se trouver, depuis une certaine date des années 1980, dans la périphérie de Rome.) En outre, nous allons voir un peu plus loin que selon l’information reçue, dans les années 1980, par Anne Givaudan et Daniel Meurois, Sananda était de retour parmi nous depuis « plus d’une vingtaine d’années »… On peut évidemment penser que le « Jésus/Sananda » canalisé par Cathy Hinri n’est pas le vrai Sananda, pas plus d’ailleurs que celui (le même) qui intervenait dans la revue « Fleurs de la nouvelle Terre » et qui, de façon plus générale, était canalisé par des « Travailleurs de l’Amour ».

Michel Coquet donne la citation suivante extraite de « Le retour du Christ », un livre d’Alice Bailey :

« Le Christ viendra infailliblement lorsque la paix aura été rétablie dans une certaine mesure, lorsque le principe de la répartition des biens de consommation sera au moins en voie de conditionner les affaires économiques, et lorsque les Eglises et les groupes politiques auront commencé à mettre de l’ordre dans leurs maisons. Alors il pourra venir et viendra. » (22)

Le « Tibétain » (D. K.) précisa que notre « civilisation actuelle » doit disparaître avant que le retour du Christ et de ses disciples puisse être envisagé. N’oublions cependant pas que la même source avait envisagé la possibilité du retour du Christ (« l’Instructeur du Monde ») vers le milieu ou la fin du vingtième siècle ! (23)

 

 

III. Le Christ est-il Maitreya ?

Il convient de distinguer les sources (dont j’ai donné des exemples ci-dessus) qui ne parlent que du Maître Jésus et celles qui font une distinction entre celui-ci et le Christ, ce dernier étant alors identifié à Maitreya. En outre, certaines sources mentionnent Maitreya sans pour autant évoquer sa manifestation physique.

Ces sources ne sont évidemment pas conformes à la théologie chrétienne (catholique, protestante et orthodoxe), ce qui est particulièrement mis en évidence par la distinction (faite par certaines sources convergentes contemporaines) entre le Christ et le Maître Jésus Michel Coquet, par exemple, note que c’est au Christ que l’on se réfère lorsqu’on parle du Verbe fait chair. Le Christ a adombré le Maître Jésus pendant les trois années de sa mission sur Terre (du baptême à la crucifixion), et il ne faut donc pas confondre Jésus-Christ avec le Christ, chef suprême de la Hiérarchie. Lors de son adombrement, Jésus avait 30 ans.

« Dans les écrits chrétiens, Jésus et Christ ont cohabité dans une telle intimité que l’on a fini par les associer l’un et l’autre, à tel point que la mission de l’un est prise pour celle de l’autre, ce qui constitue l’une des plus grossières erreurs du christianisme actuel. » (M. Coquet) (24)

La channel Elizabeth Clare Prophet a prétendu que Jésus a annoncé, le 31 mai 1984, que c’est dans le sud-ouest du Montana, au Royal Teton Ranch, que le Seigneur Maitreya est venu pour ouvrir son Ecole des Mystères, laquelle avait été retirée du plan physique juste avant l’effondrement de la Lémurie. (25)

Johann Warren dit avoir reçu la visite, en 1990, du Bienheureux Maitreya souvent appelé le Rigden-Jyepo, le Régent de la Cité de Shambhalla(26)

Mijo a fait état de contacts psychiques avec Maitreya. Lors du contact du 25 juillet 1997, celui-ci fut perçu avec une robe en voile de lumière jaune brodée d’or. Mijo le revit notamment en mai 1998, le matin de la fête du Wésak. (27)

Jean-Claude Genel se réfère à Maitreya, le Messie de l’ère du Verseau. A chaque nouvelle ère, un envoyé prend corps et est investi d’une mission hautement mystique auprès de l’humanité, le but étant d’apporter un enseignement nouveau adapté à l’ère nouvelle, c’est-à-dire aux nouveaux besoins, au nouvel état de compréhension de l’humanité. Jean-Claude Genel a ainsi décrit Maitreya, perçu à l’occasion de contacts psychiques en « corps éthérique » : grand, jeune, très mince, peau un peu hâlée, petite barbe naissante, cheveux courts et bouclés. Le Maître Jésus est aussi parmi nous. Lorsqu’on parle de la « venue » ou du « retour » du Christ, on évoque la présence physique de l’Avatar caractérisant une ère, ainsi que la prise de conscience du Christ en soi. (28)

Le Christ aurait lui-même précisé à la channel Nicole Valier qu’en tant que Christ il se manifeste en Maitreya… (29)

L’entité Soria, canalisée par Régine Fauze, mentionne le retour d’un grand Instructeur sur notre sol, « comme votre Maître Jésus », précise-t-elle. A la fin du livre, il y a un message du Christ (message daté du 19 mars 2000) signé MAITREYA ! (30)

Dans le tome 2 de Dialogues avec Dieu (channel : Midaho), publié en 2001, la Source (source alléguée) confirme la future venue d’un Messie, tout en précisant que cela sera un peu différent de ce qui s’est passé il y a 2000 ans, parce que si cela se passait de la même façon, il ne serait même pas écouté.

« Il faut donc nécessairement que cela se passe autrement…Il sera un peu plus écouté. Ne crois pas que tout le monde le suivra, parce qu’il y a là encore peu de gens prêts à cela, mais il y en aura un certain nombre. »

La Source n’a cependant pas voulu dévoiler l’identité de ce Messie car « c’est un peu tôt » (sic). Elle précise, cependant, ceci : « Vous le connaissez »… Je note, pour ma part, qu’on trouve, dans une autre partie de l’ouvrage, l’information suivante : Maitreya est le vrai nom du Christ, lequel est originaire de l’univers central d’Havona (ce dernier gravitant autour de l’Île du Paradis)… (31)

Dans Le livre de l’Homme nouveau (1998) – un recueil de messages de Maîtres ascensionnés -, Maitreya lui-même déclare avoir une forme sur Terre présentement… (32)

 

Daniel Meurois et Anne Givaudan :

Daniel Meurois fut informé, lors d’une sortie hors du corps, qu’environ tous les 2000 ans, avec le changement zodiacal, un envoyé divin de plus ou moins grande importance s’incarne sur Terre afin de montrer la voie.

« Telle fut la tâche sacrée d’Abraham, de Moïse, de Bouddha, de Jésus et d’autres encore dans un passé bien lointain. D’ici peu d’années, je t’annonce que la Terre recevra la visite du prochain messager, celui de l’ère du Verseau. » (33)

Dans d’autres ouvrages, Anne Givaudan et Daniel Meurois ont donné d’autres précisions (toujours obtenues lors de sorties hors du corps) :

Celui qui vient désigne avant tout l’Esprit Christique en chacun. (34) Ce n’est pas le retour du Christ physique que l’Homme doit avant tout attendre, mais l’arrivée nouvelle de son Principe en son cœur. La venue du Frère Shambha est cependant évoquée :

« Il est le Kristos de tous les peuples, l’instructeur de la Terre dans son présent cycle, l’Imam Maadi, le Seigneur Maitreya… »

« Kristos » est déjà là. Son corps subtil foule notre sol.

« Il n’aura point la robe blanche ni la houlette d’un pasteur. (…) Il n’accomplira pas les prodiges que beaucoup espèrent et ne signera pas son passage en disant : me voici. »

Le Seigneur Maitreya a pris pour les humains une dimension universelle ; son action doit se faire simultanée dans chaque contrée de la Terre.

« Le schéma du Sauveur ou du Messie ne peut plus avoir cours, il s’est trop adressé à des êtres irresponsables de leur devenir. Le Christ qui demande à exploser en l’Homme ne désire pas que vous sachiez en quel pays, sous quel régime il se manifeste tangiblement aujourd’hui. Son premier souhait est que chacun prenne solidement en main les rênes de son évolution. (…)

A tous ceux qui s’interrogent, vos Frères de Shambhalla peuvent affirmer que Kristos n’empruntera pas à nouveau le corps de Sananda* par ailleurs déjà de retour parmi vous depuis plus d’une vingtaine d’années. Les nécessités sont différentes et il lui est aisé de se tisser tous les véhicules nécessaires à son action sur quelque plan d’existence que ce soit, en autant de lieux qu’il le faut.

Il en est presque de même pour tous les Grands Frères de la Terre. Vous saurez ainsi que même ceux d’entre-nous qui se fondent dans la matière aujourd’hui continuent d’être présents à Shambhalla. Ce n’est pas une plus grande merveille que celles déjà produites par les hommes sur leur planète. Une voix portée par les ondes à la surface du globe et audible simultanément par des millions d’êtres est un phénomène non moins surprenant. »

(* Sananda : le Maître Jésus. L’ouvrage est paru en 1986.)

L’espoir du Seigneur Maitreya le Christ est que tout individu et toute forme de vie individualisée concourent à faire de la Terre un jardin qui soit une explosion de joie et d’Amour. (35)

Dans un ouvrage paru en 1990, « Par l’Esprit du Soleil », le Maître Jésus lui-même apporte – lors d’une sortie hors du corps des auteurs – les précisions suivantes :

« Vous le savez, vous l’avez lu, vous l’avez entendu, il est mille bouches qui ont annoncé mon retour en ces jours de révélation. Que de confusion, cependant ! Il me faut donc, amis, préciser ce qu’est ce retour. Ce n’est pas, en premier lieu, un véritable retour car je n’ai jamais quitté votre monde, pas même le temps d’un battement de cil. Il y a une Terre dans l’âme de votre Terre… qui est la Terre essentielle, et c’est là que je réside hors de tout habit de chair. Cependant, sachez que plus d’une fois mes pas ont foulé votre monde depuis que je fus porté en croix. J’ai aimé le relatif silence de ces vies passées parmi vous à œuvrer dans le soleil d’une pénombre. Les tâches souterraines aèrent le sol. Le compost que l’on dépose à l’air libre ne représente pas le seul agent de croissance.

En second lieu, vous devez désormais comprendre que mon retour, ou ce que vous appelez comme tel, n’est pas la réapparition de Celui qui vient. Mon corps, mon âme ont agi par lui plus que par ma propre conscience, afin d’entreprendre l’œuvre d’épuration demandée par votre humanité. Le Seigneur Christ est désormais plus que jamais présent en moi depuis ces jours, mais vous ne devez pas l’identifier à moi, dans le sens où nos personnalités sont encore distinctes. Il était la Lumière qui transparaissait dans mes mains, le Verbe qui jaillissait de ma bouche et le Souffle exhalé sur la croix. Aujourd’hui, c’est lui que vous attendez à nouveau. Il ne sera plus présent en ma chair, mais, avec ma chair, accompagné de cent autres, je lui prépare le chemin. J’agis ainsi que le Baptiste le fit. De même vous pouvez agir.

Par ces paroles, je ne renie pas les Eglises qui ont semé puis entretenu la confusion. (…) »

Ce qui va se manifester, c’est la capacité à recevoir ou accueillir l’Amour.

« Vous lui avez donné des noms : Imam Maadi, Maitreya, Christ, Quetzalcoatl et d’autres encore. »

Parmi les faux Christs, l’un d’eux « ne se nommera pas mais se fera désigner, un homme aux paroles colorées de paix et de grand pouvoir », que les gouvernants écouteront…

« On vous incitera alors à vous placer derrière lui comme derrière un chef de troupe. »

En réalité, « Celui qui vient » réellement a, lui aussi, pris les devants car il est déjà là !

« Il sourira simplement lorsque celui qui se sera fait désigner aura achevé son travail. »

« Certes, mon frère le Christ viendra emprunter un vêtement de chair et des millions d’entre vous le reconnaîtront. » (36)

Voici ce que Jésus a aussi précisé à l’un des deux mêmes auteurs, dans « Visions esséniennes » (1996) :

« Oui, je le confirme à tous ceux qui veulent entendre autre chose que des mots. Le Christ est de retour. Son nom vous gêne ? Vous préférez peut-être l’appeler Maitreya ou Imam Maadi… Peu m’importe et surtout peu lui importe. » (37)

 

 

 

 

 

 

– Un mensonge ?

Dans un livre paru en 2001, la source Kirlion fait état de l’émergence de Maitreya, celui-ci devant se manifester avant 2008 (ce qui ne s’est pas produit) :

« Cet être est présentement sur Terre dans une forme physique (un corps de lumière qui ressemble à un corps biochimique). Il est clair que si on lui faisait une radiographie X, les capteurs seraient saturés de photons éthériques. »

Cette source précise (ce qui est conforme à l’information donnée par Benjamin Creme) que Maitreya fait déjà des apparitions en tous les points du globe, surtout lors de rassemblements de fondamentalistes. Ces derniers ne comprennent pas très bien, bien entendu. Toutes les informations relatives à ces apparitions sont contrôlées et non diffusées… Lorsqu’il se manifestera publiquement, Jésus sera avec lui, et il prendra, lit-on, un nombre restreint de Leaders avec son groupe de Maîtres.

« Nous allons retrouver sous peu les temps évangéliques du début de l’Ere des Poissons, avec la même vigueur, le même enthousiasme, les mêmes grandes discussions avec les foules, (…). »

Selon cette source, un groupe de Leaders irait devant l’ONU, et les médias assimileraient ce groupe à une énième secte millénariste. Des milliers de groupes à travers le monde jeûneraient et prieraient devant les lieux de présidence de chaque pays. Parmi les propositions faites, il y aurait la juste répartition immédiate des ressources alimentaires, l’aide humanitaire d’urgence pour tous les pays en voie de développement, etc. (38)

Notons que la ressemblance de certains éléments d’information de cette source avec une partie de l’information donnée par Benjamin Creme ne constitue pas nécessairement une confirmation indépendante, car l’auteur du livre, un présumé channel, peut s’être tout simplement inspiré de l’œuvre de l’ésotériste britannique. N’oublions pas que ce soi-disant channel avait annoncé, pour 2002, une manifestation de grande envergure d’OVNIs en Amérique du Sud et en Europe, ce qui ne s’est pas vérifié !

Un lecteur de la revue « Nexus » (numéro 18, janvier/février 2002) dit ne pas croire au retour du Christ et s’en prend au passage du livre de Kirlion relatif à Maitreya. Il parle de mensonge au milieu de grandes vérités, le sauveur répondant parfaitement à notre complexe de messie. Cette réapparition médiatique avait été prédite, écrit ce lecteur, par le fondateur d’une école spirituelle. Dans un livre du fondateur de cette école spirituelle, il « était question de l’Antichrist prenant l’image d’un homme d’amour-sagesse, de paix, et apparaissant simultanément sur tous les téléviseurs du monde »… La présentation, dans le livre de Kirlion, de Maitreya, est certes en partie maladroite (avec la mention de l’usage de pouvoirs, de magie…), mais si le lecteur concerné fait état d’une citation (que j’ai donnée) d’un livre d’Anne Givaudan et de Daniel Meurois (avec la référence au faux Christ qui ne se nommera pas mais qui se fera désigner), il oublie de préciser (ce lecteur n’ayant manifestement pas bien lu le livre concerné !) que le même texte fait état de la future manifestation de Maitreya ! (39)

 

– Les deux versions de Maitreya :

Il est important de préciser qu’il existe en fait deux versions à propos de Maitreya :

La première, historiquement, est celle de l’ésotériste britannique Benjamin Creme. C’est en juillet 1977 que Maitreya est censé être descendu de l’Himalaya pour Londres… (Voyez, dans la même rubrique « Spiritualité du troisième millénaire », la suite du présent texte : « Le retour du Christ et l’émergence de Maitreya. Seconde partie ».)

Selon la version portugaise, Maitreya serait arrivé le 3 juin 1985… Voici, à propos de la version portugaise, un message censé émaner de Marie :

« Je souhaite m’adresser plus spécialement à tous les croyants, particulièrement à ceux qui suivent lesdites églises chrétiennes.

Chers fils : à beaucoup d’entre vous (sinon même à la plupart), la révélation des faits dont vous êtes en train de prendre connaissance causera certainement un sentiment d’étrangeté et de méfiance, voire même jusqu’à de la répulsion. Vous espériez peut-être que le Christ viendrait pour prendre directement le commandement de votre congrégation religieuse particulière et prouver par là même son authenticité en tant qu’unique véhicule de communication avec le Divin. Vous pensiez peut-être qu’il viendrait à la tête d’une grande armée, entouré d’anges, d’archanges et de chérubins, au son des grondements de tonnerre et du retentissement des clarinettes annonçant la fin des temps et le jugement dernier. Certains s’attendaient à voir descendre des cieux une nouvelle Jérusalem luisante d’or et de pierreries où, sur l’autel du nouveau Temple, le Fils de l’Homme serait assis pour gouverner l’humanité durant 1000 ans.

Malheureusement pour vos personnalités (alimentées par des siècles de théories illusoires), mais heureusement pour vos âmes (avides de Lumière et de Vérité), les écritures s’accompliront, mais pas, cependant, de la façon dont elles ont été généralement interprétées.

Le Christ est déjà arrivé, fils aimés. Il est déjà parmi vous, sur la Terre, le cœur plein d’amour et de sagesse, prêt à l’offrir à tous et à chacun des membres de cette humanité.

Il n’est pas venu pour plaire aux chrétiens. Il n’est pas venu pour séparer. Il est venu pour réunir son troupeau sous une seule voix, la voix qui vient du Père et qui appelle l’Homme vers les chemins de la fraternité et du salut. Il n’est pas venu pour s’appuyer sur les structures rétrogrades d’une quelconque organisation religieuse ou temporelle, même si celles-ci se réclament de son nom et de sa doctrine. Il n’est pas venu tant soi peu pour détrôner les papes ou ridiculiser qui que ce soit.

Le Messie est venu pour appeler tous les hommes, sans exception, parce que tous ont une place dans le règne du Père. Personne, absolument personne ne sera exclu de cet appel (pas même le plus grand des pécheurs). Tels sont la compassion, la magnanimité et l’amour de Dieu qui se reflètent merveilleusement dans le Fils qui est arrivé.

En tant qu’intermédiaire entre l’humanité et le Christ, faisant arriver jusqu’à lui les appels et les clameurs de ceux qui, pleins d’affliction, pleurent au secours, je continue à exercer cette fonction avec amour. En 1917, afin de transmettre un message au monde, je me suis adressée, à Fatima, à trois enfants par qui je souhaitais symboliser la pureté, l’innocence et la disponibilité spontanée qui doivent exister en chaque homme. Je m’adresse à présent à vous, par l’intermédiaire d’anonymes disciples du Christ par qui je souhaite symboliser les trois qualités mentionnées ci-avant, augmentées des dons du service, du détachement et de l’amour impersonnel, pour vous demander :

Priez, priez intensément. Il vous a été offert un merveilleux outil de prière qui est accessible à tous et dont l’effet sera véritablement miraculeux pour chacun de vous en particulier, ainsi que pour la collectivité humaine en général. Il s’agit de l’Invocation Majeure.

Quand, probablement en 1992 (soixante-quinze ans après mes révélations de Fatima), le Christ, fait homme, montrera une fois de plus sa face au monde entier, il cheminera sur un sublime tapis de roses, formées de chacune des prières que vous aurez récitées.

Pensez ainsi, car il en est ainsi. Chacune des invocations créera, dans les plans éthériques, une ‘purissime’ rose d’amour qui décorera la sainte croix du Seigneur et ornera les chemins qu’Il foulera. Au cours des sept années qui suivront, fils aimés, si vous le voulez, vous ferez de cette planète un immense jardin, coloré et aromatique, où pourra résonner éternellement la plus belle des mélodies : l’hymne à l’amour.

Je vous salue dans l’amour de Dieu. » (40)

On ne peut évidemment qu’observer les deux choses suivantes : le Christ ne s’est pas manifesté publiquement en 1992, et le monde, depuis, n’est pas devenu un jardin d’amour… Mais le texte, il est vrai, est beau.

 

IV. Le Christ et le Maître Jésus :

L’un des points importants qui différencient la compréhension du Christ chez les croyants orthodoxes et chez ceux qui se réfèrent à certaines sources contemporaines consiste en la nette distinction entre Jésus et le Christ lui-même. Dans l’enseignement canalisé par Alice Bailey (décédée en 1949), par exemple, le Christ est, au sein de notre Hiérarchie planétaire, à la tête du département associé au deuxième Rayon (celui de l’Amour-Sagesse), le Maître Jésus étant, quant à lui, à la tête du département associé au sixième Rayon de l’Idéalisme Abstrait ou de la Dévotion. Dans « Lumières de la Grande Loge Blanche » (éditions L’Or du Temps, 1982, page 66 de l’édition 1987), Michel Coquet mentionne le Bodhisattva Maitreya, qu’il identifie à l’Instructeur mondial, à l’Imam Mahdi des musulmans, au Christ des chrétiens :

« Il est le Seigneur de l’amour et de l’infinie compassion. La direction spirituelle du monde lui est confiée. Il a pour dessein de stimuler l’esprit au sein de la forme ; il est donc le grand inspirateur des mouvements à tendance religieuse vibrant sur la note christique. »

Dans le département du Christ, travaillent le Maître européen, le Maître K. H. et le Maître D. K.

Dans le chapitre 3 de mon livre : « Le retour du Christ : une réalité imminente ? », je développe, en me référant à Daniel Meurois, les notions de Logos planétaire, de Logos solaire et de Logos galactique, de Relais divins (Avatars et Maîtres ascensionnés) et Relais du Divin (les deux Relais majeurs du Divin étant, sur la Terre, Shambhalla et l’Eldorado). Sont aussi évoquées les notions de Réalisation, d’Ascension et de Résurrection.

Un Réalisé est un être qui s’est libéré de ses entraves karmiques et qui devient donc consciemment maître de son chemin. La plupart du temps, il choisit de poursuivre celui-ci dans la matière afin d’éclairer l’humanité.

Un Ascensionné est un Réalisé qui est parvenu à parfaire plus encore sa fusion avec le Divin.

Le Christ (le Logos de notre système planétaire), sous l’identité et les traits du Maître Jésus, a été traditionnellement appelé Fils de l’Homme.

Le Christ – qui a adombré le Maître Jésus – s’adressait à une Force incommensurable à laquelle il donnait le nom de Père. Il s’agit du Logos galactique. En tant qu’Avatar, le Maître Jésus a été adombré par notre Logos galactique en même temps qu’il l’était par la Conscience Solaire de notre système planétaire. Il s’est donc agi d’un double adombrement… L’adombrement parle du recouvrement d’une conscience par le rayonnement « d’une autre conscience plus réalisée ». Il s’agit d’un événement ponctuel, cet aspect épisodique s’expliquant par le fait que le corps de celui qui reçoit la Force est alors soumis à une énergie si colossale qu’il en subirait à la longue des dommages. C’est une émanation de la Conscience solaire qui adombre l’être, et non la totalité de cette Conscience. Dans le cas contraire, le corps physique du « receveur » exploserait sous la puissance de l’énergie du « donneur ».

Dans le cas du Maître Jésus, c’était la première fois que, dans notre cycle de vie et dans notre système solaire, notre Logos galactique a pu s’exprimer directement par l’adombrement d’un être incarné.

Lors du précédent cycle de vie, seul le Logos solaire, c’est-à-dire le Christ responsable de notre système planétaire, avait pu se manifester. Le Maître ascensionné qui le recevait par adombrement était déjà habité par une émanation du Logos planétaire, c’est-à-dire par le Soleil interne de la planète.

Les Avatars sont ceux qui, parmi les Maîtres ascensionnés, se voient chargés d’une mission publique d’ampleur planétaire, solaire ou galactique. Il en existe ainsi de plusieurs types, selon ce que l’évolution d’une humanité réclame à un moment précis de son histoire.

Un Maître ascensionné devient Avatar dès l’instant où, lors d’un événement précis de sa vie, il est soudainement habité par un Champ de Conscience qui dépasse sa personnalité de Maître et où, dès lors, il parvient à s’exprimer sans trace égotique, au nom du Divin. Il clame alors : Je Suis… tout simplement parce qu’IL Est… (41)

Dans Les enseignements premiers du Christ (éditions Le Perséa, 2006), Daniel Meurois précise qu’il établit une différence très nette entre Jésus et le Christ : Jésus était le réceptacle humain dont la mission a été de se préparer à recevoir pleinement en lui la Présence du Christ, « c’est-à-dire la Conscience la plus affinée de notre système solaire puis galactique ».

De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique vécue au cœur de la grande pyramide de Chéops, fut investi par la Conscience supra-humaine et solaire du Christ. Suite à cet évènement majeur qui en fit alors un Avatar au sens plein du terme, une seconde « investiture » lui fut proposée lors de la célèbre cérémonie du Baptême dans les eaux du Jourdain. Dès cet instant, à la présence du Christ en lui vint s’ajouter celle du Logos de notre galaxie.

Lorsque l’on parle du Christ-Jésus, il est donc important de réaliser que l’on évoque trois Puissances en une :

A propos de la Présence du Christ et de celle du Logos qui se manifestaient à travers Jésus, on peut parler du rayonnement d’un Champ de Conscience « chevauchant » une personnalité incarnée. Ce chevauchement, cette superposition ou cet « adombrement », ne se manifestait pas de façon identique et constante. Le Rabbi Jeshua n’était pas toujours « habité » avec la même intensité. Lorsque le Maître se retirait « seul dans le désert », quelque chose se produisait alors en lui sur un plan que l’on peut appeler énergétique. Ces moments d’isolement total, parfois très brefs, permettaient à la Présence du Christ et du Logos de se distancer légèrement de lui, favorisant ainsi le repos indispensable à son corps autant qu’à sa personnalité.

Dans l’expression « solitude dans le désert », le mot désert ne concerne pas nécessairement un lieu géographique.

« Il suggère la plupart du temps un état de l’âme qui se retrouve seule face à elle-même, face à sa différence, aux prises avec ses défis et, bien sûr, avec sa mission. » (D. Meurois)

La Toute Puissance Christique dans la chair et la conscience du Rabbi Jeshua se présentait de trois façons.

Daniel Meurois (qui, sous le nom de Simon, a vécu dans l’entourage de Jésus) précise qu’il se souvient – sans réaliser alors la nature précise du phénomène qui se produisait – avoir toujours perçu les moments où le Rabbi Jeshua était « autrement », « de par l’intensité de son regard, par le timbre de sa voix, ainsi que par son débit oratoire ».

Lorsque le Christ et le Logos « vivaient en plénitude au cœur du cœur du Maître », le rythme de l’élocution de ce dernier se modifiait totalement. Jeshua se mettait alors à parler plus rapidement…

« Le phénomène de l’adombrement christique parle d’une investiture de l’être dans son intégralité et au plus haut niveau. » (D. Meurois) (42)

Voici ce que Jésus (qui n’est pas mort sur la croix) a dit à Myriam (Marie-Madeleine) après sa crucifixion :

« Depuis la dernière Pâque, le Soleil du Soleil est sorti de mon corps. Il a achevé Son œuvre à travers moi ; ma présence sur cette Terre ne peut donc plus se poursuivre de la même façon. Jeshua doit rétrécir pour que le Soleil ‘s’expanse’. Ton époux doit se retirer pour que le Souffle qui a parlé à travers lui continue de balayer l’esprit des hommes. C’est une des nécessités dont notre Père à tous a imprimé le sceau dans l’Eternité. Il faut parfois disparaître pour créer l’Appel… » (43)

« Vous me reprochez d’appeler l’Eternel mon Père ? Mais ai-je dit qu’Il n’était pas tout aussi bien le vôtre ? Ne seriez-vous pas tout simplement mécontents de ne pas vous être souvenus avant moi que vous pouvez L’appeler ainsi ?

Avant d’être le Seigneur de toute Puissance, Il est d’abord notre Père à tous… » (44)

Dans « De mémoire d’Essénien » (1984), Anne et Daniel Meurois-Givaudan ont relaté leur incarnation à l’époque de Jésus.

Un passage de ce récit concerne ce qu’a fait Jésus durant les années de sa vie non relatées dans les Evangiles : il est allé en Inde, en Chaldée et à Babylone, en Grèce, en Egypte… (Voir la note de fin de chapitre.)

« Votre Frère Jésus n’a pas toujours su exactement quelle tâche précise lui incomberait ni où il l’entreprendrait. »

Jésus a dû appendre à reconnaître son origine et sa puissance en sommeil, « il lui a fallu ouvrir son cœur à l’oreille des autres jusqu’à pouvoir affirmer » :

« Les autres ne sont pas ailleurs qu’en moi-même. Que je ne sois pas Un en esprit avec eux et je chanterai faux la Parole du Père. »

Manéthon ajouta :

« Ces paroles, je vous l’affirme, sont celles que prononça réellement celui qui maintenant mérite le titre de Maître. Il les articula parmi les sept dans la salle royale de la Grande Pyramide, voilà peu de lunes… »

Le « stade capital de la sublimation » fut accompli au cœur de la Grande Pyramide :

« Ainsi, l’Esprit de Kristos pénétra-t-il en celui de Jésus. Cela ne pouvait s’accomplir autrement ni ailleurs ; cela était prévu depuis l’arrivée des Melchisédech sur cette Terre. Encore fallait-il que l’un d’eux fût capable d’aller jusqu’au bout de l’engagement pris, sans ralentir sa marche. » (Manéthon)

Autre passage du texte :

« Nous ranimâmes un peu le feu qui s’éteignait et comme Manéthon commençait d’observer un certain mutisme, nous crûmes qu’il avait terminé son récit.

C’est alors qu’une question s’échappa des lèvres de l’un de nous, une question peut-être naïve mais que tous sans doute nous nourrissions en nos cœurs.

– Frère, devons-nous suivre maintenant le Maître Jésus puisque, selon vous, il est le seul homme de cette Terre qui ait éclairé en lui toutes les lampes de la conscience au-delà même des sept niveaux ?

– Tu vois juste, mais ce n’est pas le Maître Jésus que tu suivras. Ce Maître sommeille, tout comme Joseph s’est estompé un jour. Ce n’est pas non plus uniquement Kristos que vous écouterez, c’est aussi l’Esprit Solaire du Logos de notre univers, Celui qui, ce matin même, devant vos yeux, a investi le corps de Jésus-Kristos. (…)

Les Ecritures nous avaient bien parlé du Kristos, de l’Oint des peuples… nous avions enfin pensé comprendre, le trouver simplement en la personne de Joseph, de ce Joseph que nous ne parvenions pas encore à appeler Jésus. Et maintenant, il fallait concevoir le Logos

Kristos est un être autre que le Maître Jésus

Manéthon reprenait lentement, détachant bien syllabe après syllabe comme pour graver éternellement en nous des mots-clés.

Kristos est le Maître le plus avancé de toute une vague de vie que l’Eternel a émise avant la nôtre. C’est le régent de notre univers, l’homme accompli, tellement lumineux, tellement sublimé que sa venue directe dans la matière dense créerait des cataclysmes. Quant au Logos, les atomes de son être pourraient pulvériser les nôtres par la rapidité de leur danse.

Mihaël, telle est la transcription terrestre de son nom cosmique. Gardez bien cela en vos cœurs car il faut se préserver de disperser les joyaux là où l’on ne sait les reconnaître. Cela demeure une des règles fondamentales de notre Fraternité, ne l’oubliez pas. Mihaël, voilà donc ce que vous pouvez connaître de ce qui a investi Kristos. Sachez que la syllabe Mi de son nom est la base vibratoire des exercices qui font acquérir la pratique de la voix douce à tous ceux d’Essania. Ce que notre cœur entend en Mi demeure à jamais la deuxième vibration de la triplicité du Sans Nom. C’est le reflet même du souffle créateur. Voilà une des forces qui nous lient à lui, une des forces aussi que nous nous devrons de partager avec autrui.

Ainsi, vous l’avez compris maintenant, seule la perfection des véhicules du Maître Jésus pouvait lui permettre d’être investi par la présence continue de Kristos et du Logos.

Depuis ce matin, mes Frères, trois grands êtres vivent en un seul corps, le troisième irradiant les deux premiers jusqu’à leur fournir une puissance illimitée, une capacité d’amour qui se déversera en nous comme mille torrents. »

« Soudain, un cri, une phrase grave, profonde, sortirent de la gorge du Maître. Je les reçus comme un souffle ultime, comme une interrogation et un espoir, un appel de la lumière vers la lumière… Les mots avaient été confus. Je me tournai vers mes compagnons.

– Il appelle les Frères d’Hélios ! dit l’un d’eux, où sont-ils ?…

– Non, non ! Faites silence… Le Maître appelle Kristos qui le quitte ! Ouvrez votre âme !

C’était Nicodème qui avait dit cela et son visage s’était aussitôt enfoui dans ses deux mains. » (45)

Dans : « Le retour du Christ et l’émergence de Maitreya. Seconde partie », je développe l’information relative à l’émergence de Maitreya, selon Benjamin Creme (1922-2016).

Alain Moreau

 

Références :

Texte suivant (même rubrique) : « Le retour du Christ et l’émergence de Maitreya. Seconde partie ».

Share This:

Les commentaires sont fermés