Telos et le réseau Agartha

SELON LES SOURCES D’AURELIA LOUISE JONES ET DE DIANNE ROBBINS

 telos-et-reseau-agartha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors qu’elle habitait le Montana, Aurelia Louise Jones (1941-2009) reçut, par channeling, un message de Sananda (le Maître Jésus) selon lequel elle allait un jour s’établir près du mont Shasta en vue d’accomplir un service d’une plus grande importance dans le cadre de sa mission. Quelques mois après, en février 1997, elle reçut un courriel de la part du grand prêtre de Telos, Adama, l’invitant à aménager dans la région du mont Shasta pour la préparer à entreprendre une mission en collaboration avec lui et avec d’autres êtres de lumière. Et en juin 1998, Aurelia Louise Jones s’installa au mont Shasta. Trois ans après son arrivée, elle n’avait toujours pas eu de nouvelles des Lémuriens. adamaEt puis un après-midi, elle a reçu un courrier d’Adama, livré par un messager. Cette lettre l’informait qu’elle était désormais prête et que le moment était venu de se mettre à collaborer plus étroitement et consciemment avec eux. Puis Sananda l’informa que le temps était venu de faire entendre la voix d’Adama sur cette planète, ce dernier l’ayant choisie pour tenir ce rôle. Elle fut notamment invitée à canaliser Adama chaque mois dans le cadre d’une émission radiophonique. Elle put également établir la communication avec quelques autres Télosiens. Elle s’est ainsi, dit-elle, reconnectée avec des membres de sa famille lémurienne de jadis, notamment avec sa flamme jumelle Ahnahmar, « qui vit à Telos dans le même corps physique depuis la chute de la Lémurie ».

aurelia« Au cours de mes balades ou de mes explorations aux environs du mont Shasta, il me semble que mon équipe lémurienne, comme ils se désignent eux-mêmes, est toujours présente à mes côtés. Ils m’ont révélé plusieurs sites sacrés anciens, des temples archaïques toujours existants au même endroit dans la cinquième Dimension, des corridors et des portails multidimensionnels, des vortex énergétiques, des contrées où habitent des fées et même un lieu où de grandes familles d’unicornes vivent dans une Dimension légèrement supérieure à la nôtre ; ceux-ci sont visibles uniquement à ceux dont la vision intérieure est opérationnelle. » (A. L. Jones)

dianne-robinsEn 1989, Dianne Robbins s’est mise, à l’âge de 50 ans, à la méditation. Quelques années plus tard, elle découvrit un bulletin d’information rédigé par Sharula Dux, une femme originaire de Telos, la cité souterraine sise au centre du mont Shasta. Elle serait née en 1725 – la vie des Télosiens est beaucoup plus longue que la nôtre – et elle réside à Santa Fe (au Nouveau-Mexique) avec son mari. Ce bulletin décrit les cités souterraines situées sous la croûte terrestre et le style de vie à Telos. Sharula Dux y explique qu’Adama est un Maître ascensionné faisant office de grand prêtre à Telos.

« La seule mention du nom Adama a éveillé en moi une ardente curiosité à son sujet. Lorsque je méditais, je gardais habituellement un crayon et un carnet posés à côté de moi ; un jour, lors d’une méditation, alors que je songeais à lui, j’ai soudainement éprouvé une montée d’énergie douce et bienveillante. Ces émanations subtiles me traversaient, me soulevant presque dans les airs. J’ai ensuite entendu : Je suis Adama et je m’adresse à vous depuis Telos. » (D. Robbins)

 

1. Les planètes creuses et le centre de la Terre :

« Toutes les planètes sont creuses ; autant celles de ce système solaire que de l’ensemble de l’univers. »

Il existe, au sein de la Terre, des tunnels naturels. Quelques peuples qui l’habitèrent jadis, bien avant les débuts de notre préhistoire, ont amélioré ce réseau de souterrains existant et l’ont étendu. Il y a plus de 200.000 ans, une ou deux sociétés très évoluées, provenant de l’espace, se sont installées dans la Terre, et ces populations ont apporté de formidables améliorations aux réseaux de galeries.

« A ce jour, ces habitants s’y trouvent encore, mais dans un état complètement ascensionné. Pour la construction des tunnels, ils employèrent une technologie qui vous est inconnue mais qui rendit leur travail tout à fait aisé. »

plan-terre-creuse« Chacune de ces sociétés venues vivre au cœur du globe terrestre creusa des passages supplémentaires connexes au réseau en place. A l’intérieur de la Terre, ces tunnels d’une grande précision, fruits d’un savoir supérieur, assurent des déplacements aisés et rapides. Les galeries actuelles permettent à chaque citoyen de l’intérieur du globe terrestre de passer de son domicile à n’importe quel endroit dans la Terre creuse en moins de trois ou quatre heures. Ceux qui sont capables de se téléporter en font également usage ; ils atteignent ainsi leur destination en quelques minutes ou secondes. Les sociétés plus récentes ont toujours bénéficié de l’apport des cultures anciennes pour la conception de leurs tunnels. Ainsi, on peut affirmer que le réseau souterrain fut bâti à différentes époques par diverses cultures. Les Lémuriens qui habitent l’intérieur du mont Shasta sont considérés comme les nouveaux venus. Ils n’y sont installés que depuis environ 15 000 ans, une arrivée plutôt récente par rapport aux autres communautés qui y résident depuis beaucoup plus longtemps. Nous avons commencé à ériger notre ville il y a environ 3000 ans avant l’engloutissement de notre continent. »

Au centre de la Terre et sous la croûte terrestre sont ainsi rassemblées un grand nombre de civilisations très anciennes venues de mondes éloignés. Bien que plusieurs aient conservé un certain degré de densité physique, toutes existent dans un état de conscience ascensionné qui relève de la cinquième ou de la sixième Dimension, « ou de Dimensions encore supérieures ».

Canalisé par Dianne Robbins, Mikos a évoqué l’origine extraterrestre de son peuple, et plus précisément la provenance de ce dernier d’une autre planète appartenant à la Voie lactée. A cette époque, des civilisations étaient impliquées dans une « guerre des étoiles », et ces combats entraînèrent la destruction de planètes. La civilisation de Mikos découvrit la Terre.

« Une exploration de ce nouvel astre nous a permis de découvrir l’ouverture de tunnels menant à l’intérieur de sa cavité. Ces galeries avaient été creusées par d’autres civilisations (…).

Toutes les planètes possèdent des ouvertures aux pôles nord et sud. Nous avons migré par celles-ci et découvert notre petit nid à l’intérieur. Le cœur de la planète est si propre, si pur et si paisible, que depuis cette époque nous n’en sommes jamais sortis.

Au cours des âges, nous avons amplifié et amélioré le réseau de galeries menant aux cités souterraines et à la surface, afin de faciliter les déplacements de nos concitoyens et des vôtres. Bien que les tunnels n’aient été que rarement employés par des voyageurs de chez vous, ils serviront prochainement, lorsqu’un nombre croissant d’entre nous se mêlera à vous et que nous nous rendrons mutuellement visite. La face externe de votre planète est donc parsemée d’entrées de tunnels conduisant à nos cités et à leurs agglomérations. C’est ainsi que sont constituées la plupart des planètes de votre galaxie ; les gens se déplacent librement entre le noyau et la périphérie, en vue d’échanger des informations et d’apprendre les uns des autres. »

Mikos évoque l’existence, dans la Terre creuse, de superbes palais de lumière. Il parle d’opulence, de merveilles. Les habitations se trouvent dans une campagne luxuriante. Elles sont ceintes de lacs et de ruisseaux. De plus, les arbres et les fleurs sont éblouissants. Les arbres et les montagnes ont deux fois la taille de ceux de la surface, et les fruits et légumes sont gigantesques.

Les corps des Agarthiens sont plus grands et plus volumineux. En largeur et en carrure, ils mesurent plus du double de nos corps. Ces Agarthiens vivent par ailleurs dans d’immenses palais façonnés de gemmes cristallines et incrustés de joyaux. Les demeures, de forme circulaire, translucides, se marient à la campagne environnante.

« De l’extérieur, elles voilent parfaitement notre intimité aux regards indiscrets. Une fois à l’intérieur, par contre, il est possible d’apercevoir tout ce qui nous entoure. Ceci donne à notre vision un caractère spacieux et non pas le sentiment d’enfermement que suscitent vos résidences à la surface. Non seulement pouvons-nous voir au travers de nos murs, mais nous apercevons aussi, par-delà la Terre, les étoiles dans le firmament. Peu importe où nous nous trouvons dans la Terre creuse, notre champ de vision est illimité et sans obstruction. Nos yeux et nos facultés sensorielles peuvent parcourir librement l’univers entier, même si nos corps demeurent à l’intérieur du globe.

Nos plantations de céréales resplendissent et s’épanouissent dans des champs baignés de soleil et de pluie ; elles nous donnent des récoltes abondantes. Celles-ci font le délice de nos palais et dynamisent nos organismes. Notre nourriture palpite de force vitale qui, une fois consommée, se répand dans toutes nos cellules ; elle est la raison de notre santé impeccable et de notre interminable longévité. »

Toutes les classes sociales de la Terre creuse s’entourent de cristaux.

« Nos habitations, nos véhicules, nos bureaux, nos édifices culturels, tout est fabriqué de gemmes et entouré de cristaux. Nos constructions scintillent littéralement de lumière argentine (…). »

 

« Nos aires d’atterrissage sont des jardins paisiblement sertis au sein de notre environnement, jardins qui servent à l’arrivée de vaisseaux spatiaux et de navettes intergalactiques.

Venusiens-2Le passage des engins est à peine perceptible car ils n’émettent pas de bruits agressifs ; on entend à peine leur décollage ou leur atterrissage. Ils se déplacent en harmonie complète avec notre vibration d’amour, dans un silence absolu. Leur vol gracieux nous apparaît au cours de leurs allées et venues au travers des pôles. Ils ne causent pas davantage de perturbations. Ils ne produisent ni son ni vibration, ne polluent aucunement et ne détruisent pas l’environnement. C’est tout à fait différent de vos aéroports à la surface, n’est-ce pas ?

Il n’y a jamais d’écrasement car nos ordinateurs à acides aminés surveillent chaque composante des vaisseaux ; nous sommes ainsi en mesure de détecter et de rectifier tout problème sur-le-champ. Notre technologie est bien supérieure à la vôtre car nos conditions de vie paisibles nous ont laissé le loisir de la développer continuellement au cours du dernier millénaire ; en effet, nos existences ne sont pas interrompues par la mort. »

 

3. Le réseau Agartha :

– Quatre cités abritent des Lémuriens.

– Une ou deux cités abritent des Atlantes.

Les êtres résidant dans les agglomérations à proximité de la surface sont dans un « état ascensionné », mais la majorité d’entre eux ont conservé une certaine densité physique.

Plus récemment, Telos a pris la tête du réseau Agartha. Les villes majeures du réseau Agartha sont les suivantes :

* POSID : Avant-poste atlante situé sous les plaines du Mato Grosso, au Brésil. Population : 1,3 millions d’habitants.

Le tunnel entre les cités souterraines, la Terre moyenne et le centre de la Terre exige très peu d’entretien, « sinon aucun, les galeries ayant été conçues dans cette optique ». De temps à autre, si un tremblement de terre ou une éruption volcanique à la surface venait à endommager certains endroits, la technologie avancée utilisée permettrait de réparer rapidement les dégâts. De toute manière, de tels incidents sont rarissimes. Cette technologie supérieure est employée par toutes les sociétés de l’intérieur de la Terre.

 

4. La Lémurie, Telos et le mont Shasta :

– Selon certaines sources, dont la Société Théosophique, la Lémurie (qui a occupé l’océan Pacifique) a disparu il y a des millions d’années. L’Atlantide a succédé à ce continent. Dans cette optique, les deux continents n’étaient pas contemporains, et il n’y a donc pas pu avoir, contrairement à ce que disent notamment les sources relatives à Telos, de conflit entre les deux civilisations.

– Selon d’autres sources, par contre, et notamment Telos, les deux continents (lémurien et atlante) étaient contemporains et sont entrés en conflit.

Il va de soi que ces deux versions sont a priori tout à fait incompatibles. La seule façon de les concilier serait d’envisager ceci : la Lémurie a bien été détruite, en majeure partie, dans un lointain passé (évalué en millions d’années), mais une partie du continent (morcelé en îles) a subsisté (avec les survivants du cataclysme). Et dans ce cas-là, bien sûr, les événements décrits par la source Telos, notamment, ont pu se produire. La validité de ce scénario suppose aussi que les diverses sources contradictoires n’ont eu accès qu’à une partie de la vérité. On notera à ce propos les deux sources suivantes :

1) Selon l’information reçue par la channel Midaho, la terre de Mu (la Lémurie) a été en partie submergée il y a environ 60 millions d’années. Il n’en resta que de grandes « îles » juxtaposées, séparées les unes des autres par des bras de mer, ces îles ayant alors à peu près la taille de l’actuelle Australie. (Midaho, « Dialogues avec Dieu », tome 1, éditions Hélios, 1996.)

2) Selon Drunvalo Melchizédek, la Lémurie se présentait sous la forme de milliers d’îles, grandes et petites, très rapprochées les unes des autres… (« L’ancien secret de la Fleur de Vie », tome 1, éditions Ariane, 2000.)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Revenons à la source Telos. Selon cette source, il y avait sept continents il y a des millions d’années. De temps à autre, des civilisations extraterrestres vinrent y établir des colonies, lesquelles perdurèrent des millions d’années. La bibliothèque de Porthologos, dans la Terre creuse, contient l’historiographie de cette ère. Il y a environ 4.500.000 ans, l’archange Michaël et son entourage « d’anges d’un bleu incandescent, ainsi que nombre d’êtres des royaumes de lumière », escortèrent sur la Terre les premières âmes destinées à former la race lémurienne. Ceci se produisit, selon cette source, « à partir du Refuge de Royal Teton », qui porte aujourd’hui le nom de parc national de Grand Teton, près de Jackson, Wyoming (Etats-Unis). La race lémurienne, dit-on, comporte différentes souches d’êtres issus principalement de Sirius et d’Alpha du Centaure, mais aussi d’autres régions stellaires. Ces races se croisèrent pour former la civilisation lémurienne. Au début, les âmes eurent une formation, dispensée dans le Refuge de Royal Teton, sur les conditions de vie terrestre, puis ces êtres se hasardèrent à l’extérieur de l’ermitage et fondèrent de petites communautés. Puis ils colonisèrent l’ensemble du continent de la Lémurie.

A la naissance de cette civilisation, les Lémuriens avaient une forme qui n’était pas tout à fait physique. Ils vivaient dans un corps lumineux de cinquième Dimension. Ils pouvaient modifier leur fréquence vibratoire, se densifier et puis retrouver leur corps lumineux. Lors du déclin, le peuple lémurien a déchu jusqu’à la quatrième Dimension puis la troisième. Le phénomène se serait produit sur une période allant jusqu’à près de 100.000 ans.

« Les territoires formant la Lémurie comprenaient des masses aujourd’hui immergées sous le Pacifique, ainsi que Hawaï, l’île de Pâques, les îles Fiji, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et des terres dans l’océan Indien près de Madagascar. La côte orientale de Mu s’étendait jusqu’à la Californie et la Colombie-Britannique, au Canada. »

Il y a 25.000 ans, l’Atlantide et la Lémurie guerroyaient au nom d’idéologies divergentes.

« Elles percevaient différemment l’orientation à donner aux autres civilisations sur la planète. Les Lémuriens étaient d’avis que les sociétés moins évoluées devaient être laissées à elles-mêmes afin de poursuivre leur évolution à leur rythme, selon leur degré de compréhension, et à leur façon.

Les Atlantes pensaient que tous les peuples moins développés devaient être placés sous la gouverne des deux grandes sociétés, qui les régiraient. Ce désaccord fut à l’origine d’une série de guerres entre l’Atlantide et la Lémurie, au cours desquelles on eut recours aux armes thermonucléaires. A la fin, le calme revenu, ni l’une ni l’autre ne l’emporta. »

L’Atlantide et la Lémurie furent « victimes de leurs propres agressions ». Le peuple fut informé par ses religieux que, d’ici moins de 15.000 ans, les terres seraient complètement submergées. L’espérance de vie était généralement de 20.000 à 30.000 ans.

carte-mu« La Californie appartenait naguère à la Lémurie. Quand ils comprirent que leur patrie était vouée à la perdition, les Lémuriens adressèrent une requête à Shamballa mineure, la tête du réseau Agartha, afin d’obtenir l’autorisation d’ériger une ville sous le mont Shasta dans le but d’y préserver leur culture et leurs annales. (…)

Pour obtenir cette autorisation et se joindre au réseau souterrain d’Agartha, il leur a fallu prouver qu’ils avaient tiré leurs leçons de la guerre et de l’agression. Ils durent témoigner de leur repentir face aux maintes autres agences, telle la Confédération galactique des planètes. Et pour être admis en tant que membres de ladite Confédération, ils durent établir qu’ils étaient désormais un peuple pacifique. Lorsqu’on leur accorda la permission d’ériger leur cité, il était clair que cette région survivrait aux cataclysmes. Une vaste grotte en forme de dôme existait déjà au sein du mont Shasta. Les Lémuriens construisirent la ville que l’on nomme Telos, désignation de cette région générale qui comprend la Californie et une bonne partie du Sud-Ouest américain d’aujourd’hui. De même, les territoires au nord du mont Shasta le long de la côte ouest, jusqu’à la Colombie-Britannique, faisaient partie de la Lémurie. Telos signifie communication avec l’Esprit, unité avec l’Esprit, comprendre l’Esprit.

A l’origine, cette ville fut édifiée pour contenir un maximum de 200 000 habitants. Quand les cataclysmes survinrent cependant, seulement 25 000 personnes l’atteignirent à temps et furent sauvées. Cette population représente ce qui reste de la civilisation lémurienne. Les annales avaient été transportées de la Lémurie à Telos, et les temples étaient prêts.

046La conflagration qui a anéanti le continent survint plus tôt que prévu, et c’est pourquoi si peu de gens purent atteindre l’intérieur de la montagne à temps. Nous savons désormais que Mu, notre patrie chérie, fut engloutie en une nuit. Le continent s’enfonça si doucement dans la mer que la plupart des gens n’eurent pas conscience de ce qui se passait ; presque tous dormaient. Aucun phénomène météorologique inhabituel ne fut au préalable signalé. Selon une transmission donnée par le seigneur Himalaya en 1959, bon nombre des prêtres qui étaient demeurés fidèles à la lumière sont demeurés à leur poste, tels des capitaines à la proue d’un navire qui sombre, intrépides jusqu’au bout ; ils chantaient et priaient en coulant. »

Dans un extrait de « Passerelle vers la liberté » (mars 1957), du Seigneur Maha Chohan, on lit qu’avant l’engloutissement du continent lémurien, les prêtres et prêtresses des temples furent avertis de l’imminence du cataclysme…

« Un peu avant que la Lémurie ne coule, certains de ces prêtres et prêtresses rentrèrent chez eux, sur ce continent, et se portèrent volontaires pour périr avec lui et son peuple ; ils apportèrent le secours de leur rayonnement, leur réconfort et leur témérité. Ce renfort, ils l’offrirent pour contrecarrer la peur que provoque n’importe quel cataclysme. Ces bienfaiteurs aimants, grâce au rayonnement de leurs énergies asservies à Dieu et grâce aussi à leur sacrifice, ont littéralement enveloppé les auras des victimes d’un halo de paix et les ont affranchies de l’angoisse pour que leur corps éthérique ne soit pas dispersé ; ils épargnèrent ainsi aux gens des conséquences tragiques au cours d’incarnations ultérieures. »

Dans la « Passerelle vers la liberté », le Seigneur Himalaya (1959) précisa ce qui suit :

« Plusieurs membres de l’ordre religieux se sont réunis par petits groupes, en des points stratégiques un peu partout ; ils prièrent et chantèrent tout en périssant. Le chant qu’ils entonnèrent alors est aujourd’hui celui de : Auld Lang Syne (en français, la mélodie : Ce n’est qu’un au revoir).

Leur geste était motivé par l’idée que chaque expérience tragique laisse une cicatrice et un trauma profonds dans le corps éthérique et la mémoire cellulaire des gens, et que ces stigmates prennent plusieurs incarnations à guérir. L’action et le sacrifice des prêtres et prêtresses, qui choisirent de demeurer ensemble et de chanter jusqu’à la fin, permirent d’atténuer la peur, et un certain degré d’harmonie fut préservé. Ainsi, les blessures et traumatismes causés aux âmes qui moururent alors furent fortement minimisés. Il est dit que les membres de l’ordre du temple, ainsi que les musiciens, chantèrent et prièrent jusqu’à ce que le niveau de la mer ait atteint leur bouche. Alors, ils furent aussi engloutis. Les multitudes dormaient, le ciel était encore d’un indigo profond et, pourtant, tout était terminé ; aucun membre du clergé n’avait quitté son poste, nul n’avait affiché de peur et la Lémurie fut anéantie en toute dignité. Auld Lang Syne fut le dernier chant jamais entendu dans la contrée de la Lémurie. »

Les peuples de la Terre ont reçu ce chant par l’intermédiaire des Irlandais.

bigstock_underwater

« A partir du moment où la Lémurie fut engloutie, l’Atlantide se mit à trembler, des fragments de sa masse terrestre se mirent à se détacher, et ce, pendant une période de 200 ans, jusqu’au stade ultime, lorsque ce continent fut lui-même submergé. Suite à ces cataclysmes, la planète trembla pendant 2000 ans. En raison de la perte de deux immenses masses géographiques en seulement 200 ans et des répercussions thermonucléaires, la Terre régressa tragiquement et subit un traumatisme si profond qu’il lui fallut plusieurs millénaires pour retrouver son équilibre et redevenir viable. Pendant des siècles, suite à la destruction des deux continents, l’atmosphère fut jonchée d’une telle quantité de débris que la lumière ne parvint jamais à la surface. L’air devint glacial parce que le soleil ne pouvait pas pénétrer la stratosphère au travers de l’épaisseur des débris toxiques, et pratiquement rien ne poussa à la surface. Un grand pourcentage des animaux et de la végétation disparut.

Pourquoi si peu de témoignages de l’existence de ces deux civilisations nous sont-ils parvenus ? Parce que les cités de la planète qui n’ont pas sombré furent pulvérisées ou anéanties par des tremblements de terre ou d’immenses raz-de-marée qui avançaient jusqu’à 1600 kilomètres (environ l’équivalent de la moitié des Etats-Unis) à l’intérieur des terres en rasant la plupart des villes ou des habitations sur leur trajectoire. Du fait de ces bouleversements géologiques, la race humaine connut dès lors des conditions de vie fort pénibles, impitoyables ; et les gens furent pris d’une angoisse telle que leur qualité de vie se détériora très rapidement. Comme legs de ces calamités, les survivants connurent la faim, l’indigence et la maladie. »

A l’origine, les humains mesuraient environ quatre mètres. (J’ajoute : On voit d’où viennent les « mythes » relatifs aux Titans et Cyclopes…) Les Hyperboréens ont conservé cette taille. Aucun d’eux n’habitait la surface à cette époque.

« Au moment de l’anéantissement de la Lémurie, ses habitants ne mesuraient plus que 2,50 m ; de nos jours encore, ils gardent cette taille. Puis, la grandeur des habitants de cette planète diminua encore, puisque la plupart d’entre nous ici ont moins de deux mètres. A mesure que notre civilisation évoluera, nous dépasserons de nouveau cette dimension. »

Il y a plus de 12.000 ans, la Lémurie a été engloutie, et l’explosion thermonucléaire a annihilé près de 300 millions de ses habitants. La Lémurie continue cependant d’exister dans une fréquence appartenant aux quatrième et cinquième Dimensions.

« Au moment de la disparition de notre continent – notre Lémurie bien-aimée -, le Dieu Père/Mère l’a élevé vers la quatrième Dimension où nous prospérons et évoluons. Par la suite, nous avons progressé vers un mode de vie et un état de conscience plus raffinés encore, et nous sommes passés à une fréquence de la cinquième Dimension. Seule la manifestation tridimensionnelle de la Lémurie a été anéantie. »

Ce qui est passé aux Dimensions supérieures, ce sont les énergies et le schème directeur éthérique du territoire, « les énergies et le plan astral des temples demeurés au service de la lumière, ainsi que les énergies des gens demeurés alignés sur le plan divin ».

La civilisation inca a ascensionné il y a déjà fort longtemps vers la cinquième Dimension, et les Incas y poursuivent leur évolution…

inca3

A Telos, plusieurs espèces animales furent sauvées de l’extinction.

« Dés que nous avons appris que notre continent allait être anéanti, nous avons édifié cette cité souterraine afin de préserver nos propres vies ainsi que les annales antiques de notre civilisation ; nous avons également sélectionné quelques spécimens appartenant à chaque espèce existant à l’époque. D’une envergure plus vaste, cet épisode présageait l’histoire biblique de Noé, qui accueillit dans son arche deux membres de chaque race avant le déluge. La plupart des bêtes rescapées vivent encore et sont sous notre protection, exception faite de celles qui ont opté, en tant qu’espèce, pour un retour à leur lieu d’origine.

L’anéantissement de la Lémurie eut lieu 1500 ans avant que l’Atlantide soit engloutie, et le nombre d’espèces sauvées alors fut bien supérieur à celui dont fait état votre histoire biblique concernant l’Atlantide. A cette époque, plusieurs races animales présentes avant la destruction de notre continent avaient déjà disparu de la surface. »

 

5. Telos :

telosAdama précise que les Telosiens ont choisi de vivre sous le mont Shasta parce que cet endroit leur permettait de perpétuer la culture lémurienne, et ce, sans aucune interférence de la part d’autres sociétés ou groupes de l’espace. Les cités souterraines, bien que confinées et restreintes, ont permis aux Telosiens, depuis les 12 000 dernières années, de survivre. Le mont Shasta a été pour eux une bulle de protection leur offrant la clandestinité…

Telos abrite deux formes de gouvernement :

* Le roi et la reine de Telos, Ra et Rana Mu, « des Maîtres ascensionnés également Flammes jumelles ». Ce sont eux les dirigeants absolus.

* Le concile local appelé Concile lémurien de lumière, constitué de douze Maîtres ascensionnés (six hommes et six femmes). Cette assemblée comporte un treizième membre, le grand prêtre de Telos (Adama). Ce dernier préside et prend en dernier lieu les décisions quand le Concile ne peut arriver à un consensus.

telos-mont-shasta« Les membres du concile sont choisis selon le degré de réalisation spirituelle qu’ils ont atteint, leurs qualités intérieures, leur maturité et leur domaine d’expertise. Si l’un d’eux souhaite passer à un autre service, le poste est affiché parmi le peuple et ceux qui désirent siéger au concile peuvent se présenter. Chaque candidature fait l’objet d’un examen minutieux auquel participent le concile, les membres du clergé et les deux monarques de Telos. Le roi et la reine prennent la décision finale quant au choix du candidat parmi les postulants. »

La population de Telos comprend environ 1 million et demi d’habitants. Le gouvernement est le même pour tous.

La cité de Telos comporte cinq niveaux répartis sur plusieurs kilomètres carrés sous le mont Shasta :

1) Le premier niveau est constitué de la plus grande partie de la population, laquelle loge sous le dôme du premier étage.

cosmictemple« C’est là également que les édifices administratifs et publics sont situés, de même que de nombreux temples. Au centre se trouve notre temple principal, le temple de Ma-Ra, un édifice semblable à une pyramide. Il peut contenir jusqu’à 10 000 personnes. Ce sanctuaire est voué à l’ordre de Melchizedek. Cette pyramide blanche est couronnée d’une pierre de tête, nommée pierre vivante ; elle nous a été offerte par les peuples de Vénus. »

2) Le deuxième niveau concentre les activités industrielles et la production visant à combler les besoins de la ville et de ses citoyens. Il y a aussi des institutions dans lesquelles des cours pour adultes et enfants sont dispensés. On remarque également des résidences privées.

3) Le troisième niveau est réservé aux jardins hydroponiques, lesquels produisent l’ensemble des denrées alimentaires sur environ sept acres.

« Nos jardins hydroponiques donnent récolte sur récolte. Grâce à une technologie hydroponique avancée, les plants poussent plus rapidement, requièrent très peu de terre et beaucoup d’eau, sans nécessiter de substances chimiques comme ceux de la surface. Notre nourriture est entièrement biologique et douée de la plus haute vibration. Notre style d’agriculture ne requiert pas non plus de fertilisants et n’appauvrit pas le sol ; nous ajoutons des minéraux organiques à l’eau des plantations. Nos cultures prospèrent également en raison de la vibration de lumière, d’amour et d’énergie de Telos : c’est la magie de notre conscience à cinq dimensions que vous aurez bientôt l’occasion de découvrir, probablement en cette décennie même, sinon au cours de la prochaine. »

4) Le quatrième niveau comporte quelques cultures hydroponiques, des usines, et une vaste zone naturelle formée de parcs agrémentés de petits lacs et de fontaines.

5) Le cinquième niveau est entièrement consacré à la nature à l’état sauvage. On y trouve des arbres majestueux, des lacs, ainsi que de nombreux végétaux et animaux disparus de la surface.

« Toutes nos bêtes, qui sont végétariennes et ne s’entredévorent pas, logent à cet étage. Elles vivent côte à côte, en parfaite harmonie, exemptes de peur, et n’agressent jamais les gens ni leurs semblables. Telos est vraiment l’éden où le lion et l’agneau se côtoient et dorment ensemble, en toute confiance. »

Il y a fréquemment des réunions du Concile en présence des délégués de diverses civilisations de l’intérieur de la Terre.

lion-agneau« Nous entretenons des rapports mutuels très amicaux et chaleureux. Aucune lutte de pouvoir ne sévit entre nous ; l’amour inconditionnel régit toutes nos relations. La raison qui sous-tend nos rencontres, c’est la recherche de moyens favorisant une collaboration plus efficace entre nous en vue du bien-être collectif. Nous discutons des échanges qui ont cours entre nos sociétés. L’argent n’existe pas : nous partageons le surplus de produits ou de denrées alimentaires. Nous examinons également comment nous pouvons aider les peuples de la surface dans leur évolution et leurs initiations spirituelles. »

Le réseau Agartha est responsable, sous terre, de la sécurité des Télosiens.

« Nous assistons à d’importants colloques portant sur nos lois durant lesquels celles-ci sont examinées à la lueur du Code éthique divin destiné à la Terre. Notre gouvernement est autogéré ; il se fonde sur l’équité et l’égalité de toute vie, qu’elle se trouve à la surface ou au-dessous. Chaque cas est étudié individuellement en fonction des circonstances qui l’entourent et jugé d’après la lumière de Dieu et son code éthique ; ainsi, les parties impliquées bénéficient d’une justice impartiale visant le bien de tous.

Notre système judiciaire est vieux de millions d’années ; il s’inspire des préceptes lémuriens en vigueur lorsque nous vivions à la surface, dans des habitations et des communautés semblables aux vôtres. Nous avons importé ce type de démocratie quand nous sommes passés sous terre, il y a 12 000 ans. Nous disposons d’un savoir immense car notre espérance de vie est pratiquement interminable. Certains parmi nous ont 20 000 ou 30 000 ans et se souviennent de tout ce qui était quand ils vivaient à la surface. »

 

6. L’éternelle jeunesse :

Et, dans un futur proche, vous aussi en serez capables, car dès notre venue parmi vous, nous vous apporterons la connaissance que nous avons préservée depuis des éons. Celle-ci est toujours intacte et en sûreté à Telos, dans des réceptacles et des pièces assurant sa bonne garde. Ces caches spéciales seront révélées au moment de notre émergence. »

En dépit de son âge plus que centenaire, Adama est en pleine forme, et il a l’apparence d’un adolescent. Son corps est athlétique et il fait de l’exercice tous les jours. Les citoyens de Telos sont en santé, vigoureux et se livrent quotidiennement à l’exercice.

« Nos âmes sont immortelles et nous habitons notre corps aussi longtemps qu’il nous plaît de le faire.

Sous peu, vous jouirez également de cette faculté et serez aptes à déterminer la durée de votre vie. Voilà en quoi consiste l’Ascension : décider soi-même du temps qu’on occupe un corps avant de passer à un autre état. »

Les Telosiens ne connaissent aucune déficience physique ni aucune maladie.

« Nous sommes tous immortels et personne n’a l’air d’avoir plus de 40 ans, même si certains ont 15 000 ans ou plus. Certains êtres à Telos ont 30 000 ans et en paraissent 35. Nous pouvons nous passer d’hôpitaux, de cliniques, d’infirmières, de médecins, de dentistes, d’assurance-maladie, ou de quoi que ce soit lié à ces domaines.

Nous ne consommons que des aliments doués de la vibration la plus haute et la plus pure. Ce sont des denrées biologiques parfaitement équilibrées ; elles sont riches en minéraux et gardent à nos corps leur force et leur jeunesse. »

 

Leur technologie ne produit aucun résidu ni aucune pollution. C’est pourquoi leur atmosphère est toujours parfaitement claire et respirable. Il n’y a pas de filtres à air.

« Des conduits nous fournissaient autrefois de l’air de la surface, mais comme celui-ci était de plus en plus pollué, ce système fut abandonné. Nous fabriquons donc notre propre atmosphère, complètement pure, sans désormais avoir recours à ces conduits.

Nous allons au centre de la Terre pour profiter de ses océans et de ses montagnes. En empruntant les tunnels, cela ne représente qu’un petit voyage d’une heure. Le milieu de la Terre est une zone franche où s’assemblent divers types d’êtres. Paradis luxueux et serein, c’est l’une de nos destinations vacances préférées. Je m’y rends souvent pour affaires, afin de participer aux assemblées du Grand concile portant sur le bien-être de la planète.

Nous disposons de vastes réservoirs d’eau provenant de lacs souterrains et canalisons le précieux liquide vers des points de notre choix. Notre ville regorge d’étendues d’eau de toutes sortes : de petits lacs et des étangs d’eau fraîche parsèment le paysage. Des cascades permettent la libre circulation de l’air.

Sachez qu’ici, les barrages sont tout à fait inutiles. Nous employons l’eau telle qu’elle nous parvient, un dispositif de contrôle ayant déjà ajusté son flot à nos besoins. La quantité varie selon la région et l’emploi que les gens en font. »

Telos se trouve à environ deux kilomètres sous la surface. Des dispositifs spéciaux alignent les demeures et les édifices sur les grilles magnétiques du globe de manière à les stabiliser et prémunir les Telosiens contre les tremblements de terre.

« S’il n’en était pas ainsi, nos villes se seraient effondrées depuis des siècles.

Vous aussi bénéficierez de cette technologie écologique quand nous émergerons. Nous partagerons nos techniques avec vous afin de stabiliser vos constructions.

Nous disposons également d’une technologie apte à purifier les océans extérieurs et à nettoyer la pollution de l’air. Toutes ces techniques, nous les emporterons avec nous dès notre venue à la surface. »

Une des premières missions des Telosiens sera, dit Adama, d’extraire les mines enfouies partout à la surface de la planète, lesquelles ont été disséminées par des nations en guerre. Ils démineront la surface de ces armes funestes.

« Ce travail sera effectué en collaboration avec les Cétacés, qui seront aussi chargés de diriger les recherches qu’entreprendra la Confédération pour découvrir les mines dans les océans. Il s’agit donc d’un plan à deux phases visant à l’extraction complète de ces armes. »

Les habitations de Telos sont de forme circulaire. Le matériau employé est une sorte de pierre chatoyante, semblable au cristal, qui permet de voir depuis tous les angles et dans toutes les directions. Ces édifices sont façonnés avec une substance qui n’est pas transparente de l’extérieur, ce qui permet de protéger la vie privée.

 

8. Les enfants :

« A l’occasion des nombreux congés et des fêtes, nous nous déplaçons souvent d’une cité souterraine à l’autre, et nos enfants nous accompagnent.

Notre société est très ouverte, nous aimons nouer des liens et danser. Nous rendons souvent visite à des amis ou à de la famille dans d’autres société ou cités, et ils font de même. »

Il n’y a aucun contact entre les petits Telosiens et ceux de la surface. On prévoyait cependant que cet état de fait changerait « vers la fin de la présente décennie » (2001-2010), les enfants Telosiens devant alors se mêler aux enfants de la surface… En 2015, ceci ne s’est cependant pas encore produit.

« A Telos, seuls les couples qui se sont unis par les liens sacrés du mariage sont autorisés à procréer. Puisque l’éducation d’un enfant y est un projet de longue haleine, les couples qui souhaitent devenir parents doivent d’abord recevoir une formation spéciale à cet effet. (…)

Les enfants qui naissent chez nous passent deux ans sous la supervision constante de leurs deux parents. Ce passage est absolument nécessaire pour que chaque enfant se structure bien psychologiquement. Le père s’absente de ses devoirs civiques pendant les deux premières années de la vie de son nourrisson, de façon que celui-ci passe un temps égal avec les représentants terrestres du Dieu Père/Mère. Puisque le gouvernement subvient à tous les besoins vitaux, le Temple s’assure que tous les parents se plient à cette exigence.

Peu après la naissance d’un nouveau-né, dix parrains et marraines lui sont attribués. C’est là une prérogative tout à fait avantageuse. Dans notre cité, l’enfant ne manquera donc jamais d’attention, puisque vingt figures parentales le guideront au fil de ses premières années. D’habitude, les parrains et marraines choisis sont eux-mêmes parents d’un nouveau-né. C’est pourquoi même les enfants uniques ont des frères et des sœurs de substitution avec qui jouer et échanger. A mesure que l’enfant grandit, il passe du temps – un jour ou deux ici et là – auprès de ses parrains et marraines. Cette coutume lui insuffle la conviction subconsciente que Dieu Père/Mère sera toujours présent auprès de lui, puisqu’il aura reçu beaucoup d’amour de plusieurs sources différentes. Les jeunes apprennent très tôt qu’ils seront toujours chéris sans condition, que l’on s’occupera d’eux et que l’on pourvoira à leurs besoins. »

L’école commence à l’âge de 3 ans et l’instruction de base se poursuit jusqu’à l’âge de 18 ans. De 3 à 5 ans, les enfants apprennent, cinq demi-journées par semaine, les aptitudes sociales de base et développent des habiletés artistiques dans un cadre récréatif. Les notions fondamentales (comme les couleurs et les chiffres) sont assimilées grâce à des jeux divertissants. A partir de l’âge de 5 ans, les enfants vont à l’école toute la journée.

On enseigne à Telos la langue lémurienne, laquelle dérive de la langue universelle de notre galaxie, le Solara Maru.

« Certains langues planétaires originelles, telles que le sanskrit, l’hébreu et l’égyptien, découlent également du Solara Maru. L’anglais n’est pas obligatoire à l’école, on l’enseigne comme langue seconde. Naturellement, nous souhaitons ardemment que notre peuple l’apprenne, et une majorité y arrive, car Telos se situe sous un continent anglophone. D’ailleurs, les enfants prennent grand plaisir à écouter certaines émissions de radio et de télévision de la surface qui auront été, auparavant, supervisées par nous.

Tous les élèves ont, sur leur pupitre, un ordinateur qui les relie à l’intelligence centrale. Notre système informatique utilise les acides aminés, une dynamique vivante ; de ce fait, il est alimenté par les annales akashiques et les éléments supérieurs des directives du Christ, et ne peut être corrompu. En conséquence, nos ordinateurs contiennent un savoir historique précis et véridique. Ils sont exempts de données faussées par des conquérants partiaux ou des historiens ignares, et ne présentent que les faits véritables !

Les enseignants des écoles de Telos sont tous prêtres et prêtresses formés à la tradition de Melchizedek. Cette spécialisation permet aux enfants de s’initier en très bas âge aux instruments simples du temple, comme la projection astrale. »

Vers l’âge de 12 ans, les jeunes de Telos entrent dans ce que l’on nomme le « groupe ». Il s’agit d’une sororité/fraternité d’enfants du même âge regroupant habituellement de dix à douze jeunes. Ce « groupe », formé d’un nombre égal de garçons et de filles, tisse des liens qui perdurent jusqu’à l’âge adulte et bien après. Un prêtre et une prêtresse de Melchizedek appartenant au Temple sont choisis en vue de guider les jeunes gens au travers des différents stades de la croissance. Ils tiennent un rôle très proche de celui de tuteur auprès des adolescents.

A l’âge de 18 ans, lorsqu’ils ont terminé leur instruction de base, les jeunes adultes choisissent la direction qu’ils souhaitent donner à leur vie.

« La possibilité d’études supérieures dans un domaine qui les intéresse est offerte à chacun. De vastes encyclopédies élaborées par des civilisations avancées et archaïques sont conservées sous forme de cristaux servant à la préservation d’annales dans les bibliothèques de Telos. Rarement, un adolescent choisira d’entrer directement au Temple de Melchizedek comme novice.

Les jeunes diplômés peuvent également se joindre directement à la Flotte d’argent (l’armada télosienne de vaisseaux spatiaux). Puisque toutes les cités souterraines sont membres actifs de la Confédération, il est du devoir de chaque citoyen vivant à Telos de servir au moins six mois dans la Flotte d’argent. »

Une autre option s’offre aux jeunes adultes : celle de se former pour le travail qu’ils accompliront à Telos toute leur vie. En tant que jeunes adultes, ils doivent s’intégrer à la structure globale de la société télosienne. A partir d’un certain âge, chaque citoyen se doit de contribuer à la main-d’œuvre.

Cinq journées de quatre à six heures sont consacrées au travail, favorisant ainsi le bon fonctionnement de la cité.

« Chacun choisit l’activité dans laquelle il souhaite investir ses énergies ; ainsi, nous évitons l’ennui et préservons un certain enthousiasme. Par exemple, un adolescent qui affectionne particulièrement la terre, les plantes et les fleurs, peut travailler dans les jardins hydroponiques afin d’assurer à la cité une abondance de fruits et de légumes. Si une jeune fille affiche une forte prédisposition pour la danse, elle peut entrer au Temple afin d’acquérir une formation auprès des artistes du sanctuaire. D’autres carrières sont ouvertes dans le domaine des communications, du transport, de la nutrition, de la production manufacturière, des produits domestiques. A dix-huit ans, nos rejetons commencent la valse de la vie ! »

 

9. Les vaisseaux spatiaux :

* La Flotte d’argent.

* La Flotte améthyste.

La Flotte d’argent se compose presque exclusivement de Terriens. Ils proviennent surtout de Telos et de Posid (la cité atlante située sous le Mato Grosso au Brésil).

« La plupart des éclaireurs, plus fréquemment désignés sous l’appellation d’ovnis par les humains qui les aperçoivent dans les cieux, sont des patrouilles de la Flotte d’argent de Telos et de Posid. Plusieurs Telosiens y font carrière, alors que d’autres se contentent d’y faire leur service et bifurquent ensuite vers une profession autre. »

 

10. Autres aspects de Telos :

A Telos, plusieurs espèces animales furent sauvées de l’extinction. Avant la disparition du continent, on a sélectionné quelques spécimens appartenant à chaque espèce.

La plupart de nos animaux sont d’une taille supérieure aux vôtres. Par exemple, les plus grands félins ont deux fois la taille des vôtres à la surface. Il en va de même pour les chevaux, bien que beaucoup aient conservé une dimension qui vous conviendra.

Nous chérissons nos animaux ; soyez certains que nous n’en relâcherons pas un seul à la surface tant qu’il y aura la moindre possibilité qu’on leur fasse du mal ou qu’on leur donne moins d’amour que ce qu’ils ont l’habitude de recevoir.

Tous nos animaux sont doux ; ils n’ont jamais été exposés à la violence ou à la négativité. Il est possible de les approcher sans danger et de les caresser.

Ils ne nous craignent aucunement. Par ailleurs, ils ne s’entretuent pas car ils sont végétariens.

Ils n’ont jamais été chassés ni mis en cage. On leur permet de vivre jusqu’au terme de leur existence naturelle, beaucoup plus longue que celle des bêtes de la surface.

Nous reconnaissons l’intelligence unique dont est nantie chaque espèce animale. C’est pourquoi nous n’avons jamais tenté de les assujettir à une quelconque soumission. Ces animaux dociles ne cherchent qu’à plaire. La simple communication télépathique suffit à nous assurer leur entière coopération » (Adama).

 

– L’ADN :

L’ADN des Telosiens comporte douze brins. Dans notre cas, seuls deux brins sont actifs, les dix autres demeurant latents. C’est ainsi que nous avons survécu depuis les 18.000 dernières années. Il existe vingt-quatre autres brins à l’état de potentiel. Nous opérons actuellement avec 5 à 10% seulement de notre potentiel total. A l’époque de la Lémurie, l’humanité presque entière et l’ensemble de la population lémurienne opéraient avec trente-six brins d’ADN. Au cours du déclin – un abaissement progressif de la conscience qui se prolongea sur environ 200 000 ans -, peu à peu vingt-quatre de ces brins s’ankylosèrent jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus que douze en activité. Une fois les continents de la Lémurie et de l’Atlantide anéantis, dix autres brins d’ADN se désactivèrent. Voici ce que précise Adama :

« Depuis, ils se réactivent graduellement, à mesure que vous vous ouvrez à la vibration d’amour inconditionnel et à une conscience supérieure. On mentionne souvent que des extraterrestres malveillants auraient manipulé l’encodage génétique de l’humanité, et c’est effectivement le cas pour ce qui concerne certaines civilisations de la Terre. Mais comprenez qu’il s’agissait du karma de la race humaine d’alors, et que cette manipulation s’est effectuée avec l’assentiment des hiérarques de la Terre.

En ces temps-là, l’humanité s’était dégradée et avait atteint un niveau de conscience si vil qu’il aurait été impossible pour elle d’opérer avec ses douze brins d’ADN. Cette dégénérescence eut des conséquences graves, très douloureuses pour l’humanité ; soyez certains, par contre, qu’il s’agissait d’une décision motivée par une sagesse pénétrante et qu’il n’y avait pas d’autres moyens de procéder. Si l’humanité n’était pas tombée à des niveaux de conscience aussi abjects, cette altération de l’ADN ne se serait jamais produite. Elle vous a permis de reprendre votre évolution à zéro, mais d’un point de vue différent excluant la possibilité d’abuser de vos pouvoirs comme ce fut le cas pour l’Atlantide et la Lémurie. Cela vous a également amenés à jouir pleinement de votre libre arbitre sans avoir à subir les conséquences des graves abus de pouvoir de l’amour divin, et aussi à développer la sagesse à partir de vos erreurs et de vos expériences.

La triple flamme vivante d’amour, de sagesse et de puissance divins s’étendait naguère sur un diamètre de trois mètres dans votre champ aurique ; au sein du cœur intérieur, elle vous assurait de fonctionner nantis de toutes vos facultés célestes, votre héritage cosmique. Grâce à elle, vous pouviez vivre jusqu’à 20 000 ou 30 000 ans, à votre guise et aussi longtemps qu’il vous plaisait ; vous quittiez votre corps quand vous le désiriez. Cette triple flamme vous conférait une immortalité naturelle et l’emploi miraculeux des attributs inhérents à votre état divin. Dieux immortels, vous étiez façonnés à l’image de votre Créateur, exempts de limites. Voilà comment se déroulait la vie sur Terre il y a fort longtemps, et ce, pendant des centaines de milliers d’années. En tant qu’êtres divins, vous aviez accès à tout. L’ensemble du savoir appartenant à la conscience universelle était à portée de votre main. C’était en quelque sorte votre legs. Malheureusement, en tant que collectivité, vous avez gravement abusé de ces privilèges.

Une fois que l’humanité s’est mise à employer ces dons divins prodigieux à mauvais escient, elle a subi une dégradation directement proportionnelle à ce mauvais usage. »

En raison de l’abus de ces attributs divins à l’époque de la destruction des continents lémurien et atlante, le niveau de conscience sur Terre s’est abaissé à un degré tel que le Dieu Père/Mère décréta que le seul moyen de sauver la race humaine et de la ramener à la plénitude de la conscience-Dieu originelle serait de réduire cette triple flamme à un millimètre…

 

– Le climat :

A Telos, le paysage garde sa verdure puisque le climat ne varie pas. C’est, toute l’année, le printemps. Les températures oscillent entre 20 et 25 degrés, et il est possible, toute l’année, de se vêtir légèrement, sans avoir trop froid ni trop chaud.

Dans les cités souterraines, les conditions climatiques ne connaissent aucune fluctuation parce que l’environnement est fermé et protégé contre les forces de la nature qui sévissent sur la planète. La température à Telos est constamment suave, fraîche.

 

– Le mont Shasta :

C’est sous le mont Shasta que se trouve la cité lémurienne de Telos. Celui-ci se trouve à l’extrémité de la cordillère du Sierra Nevada dans le comté de Siskiyou au nord de la Californie, près de la frontière de l’Oregon. Cime d’un volcan éteint, il s’élève à 4700 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il s’agit du plus haut sommet volcanique aux Etats-Unis. Il est considéré comme l’un des sites les plus sacrés de la planète.

« Les gens doués de perceptions extrasensorielles sont en mesure de percevoir la gigantesque pyramide éthérique qui enceint le mont Shasta et dont la pierre de tête se dresse loin dans l’espace, par-delà l’atmosphère de notre globe, pour établir un lien intergalactique avec la Confédération des planètes en ce secteur de la Voie lactée. Cette prodigieuse pyramide est également reproduite en une version inversée d’elle-même qui s’enfonce dans les profondeurs de la Terre. »

(1)

 

– Relations amoureuses et sexualité à Telos :

Les relations amoureuses à Telos ne sont pas sujettes aux difficultés matérielles qu’entraînent la survie et l’argent, et qui sont notre lot à la surface.

« Nous n’avons pas à gagner l’argent pour payer le loyer, nourrir les enfants, régler les frais médicaux, et nous ne sommes pas assujettis à de lourds impôts. Les commodités sont gratuites pour tous. »

Si, à un moment donné, les deux compagnons jugent leur expérience ensemble terminée, ils se séparent en toute amitié, à la suite d’un accord mutuel.

Deux âmes très longtemps liées par un mariage peuvent adresser une requête auprès du Haut Concile lémurien pour obtenir l’autorisation de s’unir en un mariage sacré, en une union permanente.

« Une fois deux personnes ainsi liées, il n’y aura plus de séparation entre elles. (…) Les époux envisagent de demeurer ensemble à jamais ou jusqu’à ce qu’ils quittent notre société. Le mariage sacré n’autorise aucune séparation ; ce que vous nommez divorce n’est plus possible. »

L’acte sexuel est aux yeux des Telosiens une union avec le Divin. A Telos, on ne se livre pas à l’acte sexuel en dehors d’un amour profond entre les deux amants, « ou dans le but d’obtenir quelque chose ou de manipuler l’autre ». Un plus grand nombre des chakras des Telosiens est activé. Ils utilisent les douze principaux chakras, ainsi que les douze sous-chakras de ceux-ci. Leur sexualité fait donc appel à 144 chakras.

Chez les Telosiens, la reproduction n’est possible que lorsqu’une âme est conviée intentionnellement à venir évoluer dans leur communauté. Et seuls les couples unis par le mariage sacré sont autorisés à donner naissance.

« Quand l’un d’entre eux décide d’avoir un enfant, il se rend au temple pour discuter de ses intentions avec le grand prêtre et adresser une requête en vue de se prévaloir de ce privilège. Seuls les couples qui ont atteint un haut degré de maturité spirituelle se qualifient quand il s’agit d’amener une âme à s’incarner. Ce principe s’applique à toutes les civilisations éclairées.

Obtenir la permission d’introduire une âme nouvelle dans notre communauté est considéré comme une mission des plus nobles. Les futurs parents sont en contact direct avec un ou plusieurs candidats en provenance des royaumes de lumière. Une fois celui-ci choisi, plusieurs rencontres ont lieu sur les plans intérieurs entre l’âme à naître et les parents. Il faut de six mois à un an pour parachever les préparatifs de la conception. La voie spirituelle et les objectifs sont examinés minutieusement jusqu’à ce que tout soit fin prêt pour l’accomplissement de ce serment sacré.

Dans notre société, il est impensable d’amener un être à s’incarner sans avoir d’abord terminé les préparatifs les plus complets et minutieux. Nous avons tout à fait conscience des répercussions de la naissance d’une nouvelle âme sur notre communauté et nous accueillons cet événement avec joie.

Une fois l’enfant conçu, au cours de la gestation de neuf semaines, les futurs parents s’installent temporairement au temple pour se préparer pleinement à cette arrivée. Durant cette période, ils partagent un amour des plus purs en écoutant une musique qui élève leurs vibrations et ils s’abandonnent sublimement l’un à l’autre. Le grand prêtre du temple, quant à lui, rend hommage et accueille l’âme destinée à devenir un membre de notre communauté. Nos enfants sont tous pleinement désirés. Au cours de la gestation, l’âme perçoit tout l’amour qui l’attend dans sa nouvelle existence. Nos enfants naissent déjà un peu plus grands que les vôtres et se développent plus rapidement. Ils grandissent en sagesse et en connaissance. »

Bien qu’ils subissent quelques-unes des épreuves des enfants de la surface, notamment à la puberté, ils ont accès à maintes formes de soutien qui les amèneront à mûrir en traversant ces difficultés. (2)

 

– Hyrham, Luriel et Angelina :

Hyrham est un membre de la communauté scientifique de Telos. Parmi les autres personnages ayant canalisé un message, il y a Luriel et Angelina, cette dernière étant une enseignante et un maître de guérison.

On mentionne aussi l’existence, à Telos, d’un instrument musical que l’on joue en caressant ses trois cordes plutôt qu’en les pinçant avec le pouce et l’index. (3)

 

11. Mikos et la bibliothèque de Porthologos :

Dans cet endroit immense, il est possible d’étudier l’histoire des planètes et des systèmes solaires. Des cristaux gardent en mémoire tous les événements.

« Dans son périmètre, elle comporte des mini-cinémathèques où l’on peut sélectionner et visionner en tout confort n’importe quelle actualité ou n’importe quel fait survenus sur Terre ou dans notre univers à une époque ou l’autre. Voilà l’authentique cinéma-vérité : des personnages réels jouant leur rôle au cours d’un événement spécifique dans le temps. C’est la meilleure école sur les événements dans notre galaxie. »

Les livres de la surface, dit Mikos, « sont remplis d’informations mensongères compilées au travers du filtre des opinions, croyances et théories des humains, qui ont peu à voir avec les faits ou conditions véridiques ».

« Si jamais nous désirons apprendre quelque chose et le mettre en pratique dans notre vie, nous nous rendons dans la salle des enregistrements sur cristaux et repassons la séquence d’événements qui nous donnera la possibilité d’assimiler la sagesse et les enseignements dont nous avons besoin pour régler un problème, approfondir notre compréhension des faits ou de notre existence. »

Des pelouses entourent la grande bibliothèque de Porthologos. Il y a d’énormes fleurs. Mikos parle du Soleil central interne suspendu dans le « firmament ».

« Le ciel constitue le centre même du globe creux et le Soleil ne bouge pas, comme le vôtre semble le faire. Le nôtre est simplement accroché au beau milieu de l’espace, maintenu à cet endroit par les forces de la gravité agissant sur sa circonférence, de façon qu’il s’équilibre parfaitement et reste en place.

L’intérieur de la Terre est concave et s’élève en spirale tout autour de nous. »

akashic3« Nos fonctions à la bibliothèque ne ressemblent pas à ce que vous entendez par travail ; elles sont en soi une œuvre joyeuse. Nous nous livrons à ce que nous aimons, librement. Il n’y a pas d’horaire à respecter, ni d’horloge indiquant la fin de la journée de travail. Nous savons très bien ce qu’il faut accomplir chaque jour ; nous y passons le temps que nous voulons ou restons jusqu’à ce que nos tâches soient terminées. Par ailleurs, nous évitons de fixer d’interminables heures de boulot, comme vous le faites. Par rapport à la vôtre, notre journée de travail est courte ; elle compte moins de la moitié de vos heures. Les heures supplémentaires sont possibles, mais n’empiètent jamais sur d’autres domaines d’activité. Nos vies sont toujours en équilibre parce que nous avons des loisirs qui assurent quotidiennement des distractions variées, outre les heures passées au boulot. »

Partout, il y a des conservatoires de musique et de danse, des théâtres. Aucun bien ne constitue la propriété de quiconque. Tout est gratuit et à la disposition de chacun.

Le paysage de Porthologos est surplombé d’énormes arbres. Ils sont semblables à nos gratte-ciel. (4)

Dans le premier site Web d’Olivier de Rouvroy (www.erenouvelle.com), on trouvait des informations complémentaires sur la bibliothèque de Porthologos, celles-ci ayant été obtenues par Dianne Robbins.

 

12. Galatril et l’Atlantide :

Galatril est membre de troisième grade du Concile de Posid, sous le Mato Grosso au Brésil. Il occupe ce poste depuis plusieurs siècles, l’essentiel de sa mission ayant consisté « à guérir les énergies du passé ».

Il évoque la mauvaise utilisation, en Atlantide, de la technologie.

« Une bonne part de notre travail consiste à programmer des outils de cristal qui émergeront sous peu. Nous avons la technologie nous donnant la possibilité de créer, à partir de la structure organique des strates souterraines, une nouvelle forme de cristal qui émet une vibration énergétique bien supérieure. »

A Posid, les édifices sont fabriqués d’un matériau cristallin. (5)

 

13. Les Temples :

 

– Le Temple de l’Union et Ahnahmar :

 

Ahnahmar a vécu à la surface pendant plus de 2000 ans avant la disparition de la Lémurie. Il a préservé un corps juvénile depuis environ 14.000 ans.

« Grand, dynamique et beau, il paraît en fait avoir de 35 à 38 ans.

A l’époque de la Lémurie, Ahnahmar et sa flamme jumelle érigèrent un temple d’une beauté exquise qui se nomme Temple de l’union. Cet édifice rend hommage à l’amour et à l’union des flammes jumelles. Depuis, ils sont les gardiens planétaires de cette étincelle inassouvie d’amour immortel. »

Ahnahmar :

« A l’époque de la Lémurie, la plupart des hommes et des femmes partageaient leur vie avec leur bien-aimée flamme-jumelle. Les mariages prenaient place dans ce temple majestueux. »

Lorsque le continent fut détruit, le Temple de l’Union fut élevé « vers une vibration de la quatrième Dimension ». Il existe encore près du mont Shasta, à l’endroit où il fut érigé autrefois, mais il vibre désormais « à une fréquence de la cinquième Dimension ». Ce monument est sis dans la cité de lumière existant sous forme éthérique près du mont Shasta. Il a un diamètre de près de 65 kilomètres. Cette prodigieuse cité lémurienne devait, vers la fin de la décennie (2001-2010), être perceptible à certaines personnes dont la « vibration spirituelle » devait correspondre à celle de la cité.

Aurelia Louis Jones fut, à l’époque de la Lémurie, attachée à ce temple. La construction d’un sanctuaire plus petit est envisagée, un lieu où seront célébrés des mariages et où se tiendront des cours sur le développement spirituel. Le 1er novembre 2001, Aurelia Louise Jones y a célébré un mariage. Elle avait suggéré ce lieu au couple de flammes jumelles qui souhaitait qu’elle consacrât leur union. A cette occasion, la population entière de Telos et du royaume de lumière semblait s’être réunie, des centaines de milliers ou millions d’êtres des domaines invisibles ayant assisté, dans leur corps éthérique, à ces épousailles. (6)

 

– Le Temple de la Volonté de Dieu :

Un temple consacré à la volonté de Dieu existe à Telos et à Darjeeling (Inde, près de la frontière avec le Tibet). Ce sanctuaire, dans les deux endroits, est sous la surveillance du Maître El Morya. Le temple de Darjeeling, qui existe depuis quelques millions d’années, constitue le temple originel. Tous deux, précise Adama, sont dans la cinquième Dimension. Celui de Darjeeling n’est pas perceptible par nos sens, mais celui de Telos est plus tangible.

Une méditation guidée par Adama, à destination du temple de Telos, mentionne une structure bleue opalescente de grande dimension, très haute et ayant la forme d’une pyramide à six faces. Un escalier de nacre mène à l’entrée principale du temple. De divers geysers émanent des fontaines majestueuses aux jets bleus. Des fleurs bleutées, qui poussent dans des jardinières blanches et dorées, abondent à l’abord des fontaines. Par le portail, un ange de la flamme bleue souhaite la bienvenue…

On aperçoit alors une antichambre contenant un énorme diamant à flamme bleue, qui mesure de cinq à six mètres de haut. Ce diamant contient plusieurs milliers de facettes. On est ensuite accueilli par le Maître El Morya (haute taille, yeux bruns, turban blanc et doré, robe bleue partiellement recouverte d’une cape blanche luminescente)… (7)

 

– Le Temple de Jade :

Ce Temple avait une forme tangible au temps de la Lémurie, sa fonction première étant la guérison. Dans ce sanctuaire, brûlait la flamme de guérison.

Le continent lémurien étant en péril, on s’est efforcé d’en façonner une réplique à Telos, mais de dimension moindre que l’original. La planification pour la construction de cette réplique eut lieu environ 2000 ans avant la chute de la Lémurie. A cette époque, plusieurs autres reproductions de temples importants ont aussi été bâties de la sorte. Pour sauver la civilisation lémurienne, il a fallu élaborer une stratégie cinq millénaires avant le moment du cataclysme prévu.

Le grand Temple de Jade n’est pas dédié à l’usage exclusif de la race humaine ou de celui de Telos, car il sert aussi aux êtres galactiques. Ce sanctuaire est construit dans le jade le plus pur. C’est un immense édifice de forme pyramidale à quatre côtés. Le sol est carrelé de tuiles de jade et d’or pur, et des fontaines luminescentes aux reflets d’un vert doré lancent des jets de leur essence à dix mètres dans l’air. Il s’agit de fontaines d’énergie de guérison pure. Il y a des fleurs aux mille formes et teintes, ainsi qu’une multitude de plantes couleur émeraude, qui se trouvent dans de grandes jardinières.

On note une immense pierre de jade, ovale, d’un diamètre de 3 mètres et d’une hauteur d’1 mètre 80.

« Cette gemme présente la plus pure et la plus élevée des vibrations curatives. Au sommet de ce jade, repose un calice d’or et de jade. Sa base est plate et ses côtés mesurent environ vingt-cinq centimètres ; il abrite la flamme perpétuelle de guérison, couleur émeraude, qui se consume d’elle-même depuis des millions d’années. »

Cette flamme prodigieuse, qui brille à jamais, contient « une matrice d’énergie curative destinée à la Terre entière ». Elle est « douée de conscience ». Le gardien de la flamme invite à s’asseoir sur un siège de cristal et de jade, et à méditer sur ce qui, dans l’existence de la personne, demande d’abord à être guéri, et sur les modifications de la conscience que l’on est disposé à effectuer en vue de la guérison… (8)

 

– Le Temple de la Flamme Violette :

Dans divers temples de Telos, les prêtres et nombre de volontaires invoquent perpétuellement les énergies des feux sacrés. Le temple principal, celui de Ma-Ra, abrite une aire dédiée à chacune des flammes sacrées. Tour à tour, la population se charge de nourrir les flammes, jour et nuit.

A l’extérieur de Telos, dans la zone des cités cristallines lémuriennes de la cinquième Dimension, il y a des temples consacrés à chacune des flammes célestes.

« Règle générale, ceux-ci sont de vastes dimensions et les êtres qui vivent dans leurs parages les alimentent aussi par leur amour, leur dévotion et les invocations qui leur sont adressées nuit et jour. La population appartenant à la cinquième Dimension est importante en ces lieux, et des maîtres, des anges des feux sacrés ainsi que des membres de la prêtrise des temples, alimentent et invoquent chacun à leur tour les qualités et attributs de ces flammes pour eux-mêmes, la planète, l’humanité, et pour l’énergie requise afin de préserver et de hausser le degré de perfection de la Dimension qu’ils habitent. Ce type de rituel, chers amis, se pratique dans chaque Dimension. Les anges des feux sacrés et ceux de chœurs variés participent au soutien des flammes sacrées que nous nourrissons, et c’est ce qui rend les Dimensions supérieures si belles, si merveilleuses. Cette activité avait également cours au temps de la Lémurie, de l’Atlantide, de l’Egypte, et dans toutes les civilisations de lointains âges d’or. »

Il existe, dans la cinquième Dimension, un Temple de la Flamme violette qui se trouve au centre de Telos. Il s’agit d’un sanctuaire qui est davantage éthérique que physique.

« Ce Temple abrite la Flamme violette qui se consume perpétuellement, alimentée par l’amour et la dévotion de notre peuple, bénissant toute vie, l’humanité et la planète. En ces lieux, le Maître Saint-Germain passe beaucoup de temps en compagnie de sa flamme jumelle, Portia, et des légions d’anges de divers chœurs, à recharger et à alimenter les énergies de cette flamme divine. »

Il y a une vaste pièce circulaire, aux plafonds hauts, où la Flamme violette est partout présente. Les murs sont faits d’améthystes mauves pures, et le sol est aussi composé d’un cristal de cette gemme, d’une texture plus lisse et d’une couleur plus tendre. Des myriades de rayons aux tons violacés pénètrent les parois d’améthystes. Il y a des dizaines de fontaines de toutes dimensions et toutes formes qui diffusent un jeu de couleurs et de tons violets d’une grande beauté.

« Des fées aquatiques batifolent au sein de ces énergies ; elles exhalent un bonheur enjoué. Des fées florales s’amusent aussi à composer de somptueux bouquets de tous les tons de blanc, de doré et de violet, avec cette énergie lumineuse. »

Il y a un grand nombre d’anges attachés à la Flamme.

Plusieurs chaises sont disposées autour de la pièce. Ces sièges sont fabriqués de pur cristal violet, et il y a, sous chacun, une flamme violacée qui s’élève pour envelopper la personne qui s’y trouve. La flamme se consume de dessous et infuse chaque partie du corps. Au-dessus de la tête, une autre flamme pénètre le chakra de la couronne et se diffuse à tous les autres chakras. Plusieurs anges entourent la personne et déversent le feu violet dans le champ aurique ainsi que sur divers aspects de la vie de la personne qui exigent une guérison…

Les anges, notamment ceux qui travaillent avec l’humanité, viennent ici se recharger avec la vibration de la Flamme violette, plusieurs fois par semaine et souvent au quotidien. L’énergie négative à la surface contaminant leur champ aurique, ils viennent se purifier et se revitaliser. (9)

 

– Autres temples :

Il y avait, sur le continent de la Lémurie, des milliers de temples à l’image de centaines d’attributs du Créateur. Plus d’une centaine de temples étaient consacrés aux « rayons ».

Les assemblées du Concile des anciens de Telos durent de quatre à six heures. Dans le grand temple du savoir, à Telos, se trouve la bibliothèque de la lignée lémurienne, « un conservatoire d’expériences sous forme cristalline », ces cristaux ayant diverses formes, couleurs et dimensions.

Les Telosiens se saluent avec un geste d’amitié en joignant les mains sur le chakra du cœur, en inclinant un peu la tête et en souriant. Il n’est pas toujours nécessaire de dire quelque chose tout haut, les paroles pouvant se limiter à un simple message télépathique du genre : « Que la paix soit avec toi ».

Il existe, à Telos, un Temple de l’Illumination, qui est une reproduction plus modeste du temple principal situé près du lac Titicaca, en Amérique du Sud. Ce majestueux temple sud-américain est sous la tutelle du dieu et de la déesse Mérou, des êtres hautement évolués. Lorsqu’on arrive au portail du temple de Telos, on aperçoit, au loin, une structure dorée à huit faces d’où se dégagent des rayons scintillants. Vingt-quatre marches mènent au portail de lumière, et en posant le pied sur la dernière marche on est accueilli par deux membres de la cité, les gardiens du portail. On se trouve alors devant un immense portique. Il y a des fleurs scintillantes, de tons dorés. Lorsqu’on avance vers la façade du temple, on aperçoit un grand contenant où brille la flamme immortelle d’illumination. Face à la flamme chatoyante, il y a un siège de cristal doré.

Deux autres temples, présents à Telos, sont le Temple de la Flamme de l’Amour et le Temple de l’Ascension.

Le Temple de l’Ascension est une immense pyramide de lumière blanche scintillante, présentant quatre faces, sans contrepartie tridimensionnelle. Un couloir mène à une chambre où se trouve « l’accélérateur de particules atomiques ». Une immense pièce contient des centaines de petites pyramides cristallines blanches qui tournent autour du point central de la flamme, au centre de la pièce. La flamme s’élève à près de soixante-dix mètres à partir d’une base mesurant près de trente mètres de diamètre, et elle émet un chant mélodieux produit par son champ énergétique. Un doux parfum émane d’elle. Chaque petite pyramide lumineuse contient un « activateur atomique », et l’on peut s’y asseoir confortablement. Cet activateur a pour but d’augmenter la fréquence vibratoire à un niveau avec lequel on est à l’aise. Le Maître Saint-Germain est l’un des concepteurs de cette technologie. Cet accélérateur atomique est un fauteuil de cristal doté d’un dispositif qui induit la fréquence de la Flamme de l’Ascension chez ceux qui s’y installent. Il est possible d’en contrôler la fréquence. Une fois installé à l’intérieur, si on médite sur cette flamme en y répandant tout son amour, on est infusé d’une fréquence précise. (10)

 

– Flammes et Temples :

Il existe, sur la planète, plusieurs sanctuaires ou temples (dont un à Telos) de la flamme de l’amour. Il y a aussi un sanctuaire sacré des Elohim de l’amour, Heros et Amora (“flammes jumelles d’amour”), près du lac Winnipeg, au Manitoba, au Canada. Un autre temple éthérique, créé et gardé par Chamuel et Charity (archanges du troisième Rayon), se trouve au-dessus de Saint Louis, au Missouri (Etats-Unis). Il s’agit du Temple d’amour de la flamme cristalline rose. Il y a, au niveau de ce temple, un vaste dôme de cristal rose, à plusieurs niveaux. Un tapis velouté d’un rose cristallin mène jusqu’au portail du temple. On est accueilli à l’entrée par plusieurs anges du rayon d’amour, lesquels mesurent environ dix mètres de haut… Le sanctuaire est trois fois plus grand que le Vatican et comporte plusieurs sections de diverses “énergies dimensionnelles”, consacrées aux diverses activités du temple. Dans un long corridor, il y a des milliers d’anges de la flamme d’amour, ces êtres angéliques allant des plus petits chérubins aux immenses séraphins. Les douze chœurs du royaume angélique sont représentés là. En divers endroits, coulent un grand nombre de cascades et de fontaines de pure énergie d’amour. Les énergies qui émanent de ces sources font entendre leurs chants d’amour et de gratitude montant vers le cœur du Créateur… Il y a aussi des “cygnes d’amour immaculés”, beaucoup plus grands que ceux de la surface, et une grande diversité de fleurs, de plantes et de fruits jalonnant le sentier. Sur la droite, une entrée mène à la Salle de la flamme éternelle d’amour cosmique, une flamme immortelle qui se consume perpétuellement en vue de glorifier le Créateur. Ceux qui sont dédiés au Temple rose cristallin alimentent la flamme éternelle d’amour “par les feux en leur cœur”. Cette flamme s’élève à plus de trente mètres de haut et fait trois mètres de diamètre.

Le Maître Serapis Bey est le gardien et le directeur du Temple de l’Ascension à Louxor (Egypte). Il occupe ce poste depuis l’anéantissement de l’Atlantide. Il est accompagné de son entourage composé d’un groupe de Maîtres spécialisés dans cette forme de service. Ils portent le nom de Fraternité de l’Ascension. (11)

 

14. Le vaisseau de Mu :

Si la Lémurie a sombré dans l’océan il y a 12.000 ans, la contrée de Mu existe dans « l’univers de Dahl », tout près de la constellation de Cassiopée.

Le nom de Mu a aussi été donné à l’immense vaisseau amiral dans lequel voyagèrent les premiers Lémuriens originaires de cet univers. A la demande du Créateur, ces derniers quittèrent leur terre natale pour entreprendre, il y a quatre millions d’années, un voyage vers la Terre. A leur arrivée, la Lémurie était peu peuplée. Le vaisseau original de Mu n’existe plus, mais il a été reconstruit et adapté à la technologie galactique de pointe. Certaines personnes aperçoivent parfois ce vaisseau, dans le ciel, au-dessus du mont Shasta. Aurelia Louise Jones fut parmi les précurseurs qui accompagnèrent, à l’époque, Adama. Lorsque la Lémurie fut détruite, le vaisseau observa, depuis l’espace, sa disparition, avant de retourner vers son lieu d’origine. La Lémurie fut élevée vers la quatrième Dimension.

Lorsque Jésus/Sananda s’est incarné, il y a 2000 ans, ce fut ce grand vaisseau, pris pour une étoile, qui apparut dans la voûte céleste. De nos jours, ce vaisseau va et vient près du mont Shasta, les êtres à bord de ce vaisseau étant les Aînés, les Anciens.

Les nuages, autour de la montagne, ne dissimulent pas tous des vaisseaux de lumière. Le mont Shasta reçoit constamment la visite de milliers de vaisseaux, mais ceux-ci ne s’entourent pas systématiquement de nuages lenticulaires. Il s’agit de vaisseaux de la cinquième Dimension qui demeurent imperceptibles à nos yeux. Certains êtres donnent parfois à leurs vaisseaux, pour signaler leur présence, la forme de nuages lenticulaires. Ils prennent l’humidité de l’atmosphère et s’entourent d’une énergie s’apparentant à un nuage. (12)

 

15. Machu Picchu et Zohar :

machu-pichuIl existe une cité intraterrestre à Machu Picchu, au Pérou. Cusco préside au Conseil des Anciens de cette cité localisée à six kilomètres sous la montagne de Machu Picchu (mot quechua signifiant « vieille montagne »). Par rapport à Telos, cette cité est plus récente d’environ 2000 ans. A une certaine époque, parallèlement à la Lémurie, ses habitants résidaient à la surface, là où se trouve actuellement la ville de Machu Picchu.

La cité souterraine fut d’abord habitée par le peuple de la « civilisation inca ascensionnée », puis peu à peu quelques scientifiques lémuriens et atlantes se joignirent à celui-ci. Leur mode de vie est très similaire à celui de Telos. La population de la cité s’élève à un peu plus d’un million d’habitants. A la différence de Telos, la communauté intraterrestre de Machu Picchu se compose de trois cultures différentes, alors qu’à Telos la civilisation lémurienne prédomine.

inca2Il y eut l’époque des conquérants espagnols qui anéantirent sauvagement la presque totalité des sociétés d’Amérique du Sud. A l’époque, il y avait une communauté inca paisible qui habitait à la surface du Machu Picchu. Quand les ravages perpétrés par les Espagnols débutèrent, cette communauté fut invitée à se joindre à la cité intraterrestre en emportant ses trésors.

Certains êtres sont physiques alors que d’autres sont de nature purement éthérique. Quant à Telos, le niveau de conscience va de la quatrième Dimension aux huitième/neuvième Dimensions.

Le rôle le plus important des résidents de la cité de Machu Picchu réside en leur implication dans la préservation des forêts tropicales, celles-ci étant indispensables à la vie et au bien-être de la planète. La nuit, ils émettent, dans le ciel, d’immenses faisceaux d’une fréquence lumineuse verte spécifique, ce qui a pour effet de purifier l’air, de restaurer et de réparer l’atmosphère terrestre. Des êtres d’autres cités de lumière accomplissent un travail similaire, mais de nature un peu différente.

Des tunnels vont partout en Amérique du Sud et ailleurs, certains allant directement à Telos. Des êtres comme Adama sont en mesure de passer de Telos à Machu Picchu en moins de deux minutes. Il existe tout un réseau de tunnels sillonnant l’intérieur du globe terrestre.

Les résidents de cette cité intraterrestre de Machu Picchu maintiennent aussi des liens étroits avec la cité souterraine de Quetzalcoatl, en Equateur, une cité peuplée par les membres des très anciennes cultures inca et aztèque. Il existe un tunnel entre les deux cités.

 

inca5Les habitants de la cité de Machu Picchu ont un haut Conseil, comme toutes les autres cités, qui administre la cité. Ils habitent, pour la plupart, des maisons de forme pyramidale fabriquées de matériaux de cristal. Des édifices publics et des institutions d’enseignement ont une forme circulaire et sont aussi faits de matériaux de cristal de textures et de couleurs variées. A Telos, c’est plutôt l’inverse : les Telosiens vivent dans des maisons circulaires, alors que leurs édifices publics et lieux de rencontre sont de forme pyramidale.

Dans le tome 3 de « Telos », publié en 2006, on lit que les résidents de la cité de Machu Picchu émergeront à la surface « dans quelques années ». Cusco (la source canalisée) avait annoncé qu’il fallait s’attendre à ce que la « grande purification » survienne d’ici la fin de la décennie 2000, « pas après », mais cette prédiction ne s’est évidemment pas réalisée.

On trouve, à la fin du tome 3 de « Telos », un message émanant de Zohar, de la cité intraterrestre de Shamballa. Il a vécu, écrit Aurelia Louise Jones, 250.000 ans dans le même corps, et il mesure près de quinze mètres de haut ! Il semble avoir environ 35 ans et il a une chevelure blanche lustrée. Son sujet d’enseignement préféré est l’harmonie. Il a assisté les Lémuriens, il y a 12.000 ans, lorsqu’ils emménagèrent dans la cité de Telos, et il les a également aidés et conseillés 5000 ans auparavant, lorsqu’ils préparaient la cité afin de la rendre habitable, conscients que leur continent serait détruit. (13)

 

16. L’émergence des Télosiens :

Les sources canalisées par Dianne Robbins et Aurelia Louise Jones font état de l’émergence prochaine, à la surface terrestre, de Lémuriens résidant dans la cité souterraine de Telos, située sous le mont Shasta en Californie. Quelles sont les conditions requises pour qu’une telle émergence soit rendue possible ? Les voici :

1. Le quotient d’amour et de lumière de la population de la surface. Il est actuellement d’environ 60 %. Pour que les Lémuriens puissent venir, il faudra qu’il soit de 90 %. Ils ne reviendront à la surface que lorsqu’une majorité de gens sur la planète « auront adopté l’amour et la compassion envers toutes les formes de vie et tous les règnes naturels, et lorsqu’ils auront cessé de leur nuire ». (Commentaire personnel : On risque donc d’attendre encore bien longtemps !)

Cette source déclarait qu’ils pouvaient émerger vers 2005 ou peu après, ce qui ne s’est évidemment pas produit. Cette émergence sera un processus graduel. Tout d’abord, un contact sera établi avec ceux qui connaissent déjà l’existence des Telosiens et qui souhaitent les accueillir. Le mont Shasta sera l’un des points de « pré-émergence ». De petits groupes d’habitants de la surface seront invités à Telos, ces visites étant d’abord possibles sur invitation. Il existe à cet égard un code d’entrée plutôt strict. Il faudra pour cela :

1. Avoir atteint un niveau de conscience s’approchant de la « cinquième dimension ». Cela signifie qu’il faudra éprouver « un amour inconditionnel pour le Soi, pour autrui, pour toutes les formes de vie et les trois règnes de la nature ». Il faudra adopter une attitude parfaitement inoffensive, dépouillée de toute nuisance envers un autre être vivant.

Cette source annonçait que, « probablement entre 2005 et 2010 », plusieurs Telosiens surgiraient à la surface terrestre. Certains Telosiens se seraient déjà installés dans certaines régions, notamment en France et au Québec. Certains membres de « l’équipe de surface » ont assisté, physiquement mais clandestinement, à quelques séminaires d’Aurelia Louise Jones. L’émergence devait être progressive. Vers le milieu de 2004, quelques Telosiens auraient eu l’autorisation d’entrer en contact avec certaines personnes de la surface. Ils auraient tenu de petites réunions clandestines. Le critère déterminant, pour les premiers contacts, est celui décrit plus haut, mais il sera aussi tenu compte « du plan, de la mission divine de chaque personne approchée ». Ces personnes devront taire leurs expériences jusqu’à ce que la permission de les divulguer leur soit accordée.

« Nous entrerons d’abord en contact avec ceux qui ont consacré leur vie au service de l’humanité, puis avec ceux qui ont accordé leur temps et leurs ressources financières à la mise en œuvre et au succès de notre émergence, peu importe comment, avec l’attitude et la résonance justes. Au début, cela aura lieu sur invitation exclusive, selon la qualité de l’ouverture du cœur et de la fréquence de l’amour/lumière qu’entretiennent au quotidien les candidats à ce premier rendez-vous. Par la suite, le cercle des élus s’agrandira jusqu’à ce que la majeure partie de la population soit en mesure de nous voir et d’échanger avec nous. A tout instant, seuls les humains qui sont en résonance avec la conscience lémurienne seront invités à communiquer avec nous. »

L’émergence des Telosiens débutera par conséquent par des rencontres secrètes avec de petits groupes déjà ouverts à eux « et dont le degré de vibration reste dans la quatrième dimension en tout temps ». A mesure qu’un nombre croissant de gens « accèderont à leur propre Soi divin et à l’amour inconditionnel », les cercles de rencontres iront grandissant.

Les Télosiens peuvent résoudre nos problèmes de pollution et éliminer nos maladies en quelques minutes.

geodeLes cristaux seront la source première d’énergie qu’utilisera la technologie avancée qui sera accordée lorsque nous viendrons dans les habitations à l’intérieur de la Terre. On découvrira que l’entière bibliothèque vivante de la Terre (contenant, notamment, la totalité de notre histoire) est conservée dans d’immenses rayonnages de cristal… Nous aurons recours à divers types de structures cristallines pour nos édifices publics et nos résidences privées, et nos habitations seront comparables à des palais translucides. Les cristaux serviront à établir des communications interplanétaires… Galatril (membre de troisième grade du Concile de Posid, une cité atlante sous le Mato Grosso, au Brésil) évoque une nouvelle forme de cristal, les ressources technologiques atlantes devant faire leur réapparition à la surface. Mais ni l’Atlantide, ni la Lémurie ne reviendront dans le monde matériel.

« Nous ne souhaitons pas rétablir les cités atlantéennes d’autrefois ; nous voulons plutôt ériger de nouvelles communautés qui s’étendront et évolueront à partir de notre amour mutuel et de notre désir commun d’accomplir cela.

Jamais plus, nous ne vous présenterons des technologies susceptibles d’engendrer une dissociation du mental et du coeur. Nous ne vous les apporterons que lorsque vous aurez atteint une vibration aimante et communale. Par la suite, vous reproduirez ces outils dans les quatrième et cinquième dimensions, en y ajoutant également des technologies de votre cru. »

Des communautés vont s’établir aux environs du mont Shasta. Il y aura des temples de rajeunissement et de guérison. Des temples et des lieux sacrés dans la région du mont Shasta seront réactivés…

Les méthodes de guérison et de rajeunissement comporteront deux aspects :

1. On engagera pleinement, par des rituels d’intention, « l’énergie de l’individu dans le processus d’autoguérison ».

« Le son est le conducteur d’énergies de guérison et de renouveau. La lumière représente l’ensemble des diverses fréquences avec lesquelles nous pouvons résonner. Le son pénètre les couches dimensionnelles et porte la lumière, ou fréquence, requise pour la guérison au travers des différents corps physique, émotionnel, éthérique ou mental.

Le cristal est doué de la capacité subtile de transmettre à la fois le son et la lumière. Le guérisseur, et quelquefois l’individu qui est traité, travaillera avec le toning multidimensionnel, grâce à une combinaison de voix, d’instruments de musique comme les flûtes ou les bols de cristal, et d’énergies angéliques ou élémentales. Ces tons seront par la suite transférés au travers d’un amplificateur de son cristallin qui raffinera les multi-tons en un son à strates multiples qui accédera simultanément au spectre entier du son ; ce sera un son conscient. Ce son conscient transformera l’espace environnant en un conduit pour les fréquences lumineuses thérapeutiques qui se manifesteront sous la forme de couleurs au-delà du spectre courant de la vision humaine. Ainsi, la guérison s’accomplira dans chaque corps simultanément. »

Nous aurons également accès à des outils plus petits qui se porteront près du corps ou que l’on devra garder avec soi. D’autres outils serviront à la méditation quotidienne ou seront disposés partout dans la maison. Certains appareils « seront créés à l’intention d’un individu au moment de son incarnation et resteront avec lui au cours de son existence entière », et d’autres « seront partagés par les membres d’une même famille afin de préserver l’harmonique d’un groupe familial ».

« La connaissance des cristaux et le rapport qu’on entretient avec ceux-ci et avec le spectre entier du son et de la lumière seront inculqués aux enfants dès la petite école. Les édifices, les résidences familiales et les temples seront fabriqués de matériaux cristallins bénis par les tons sacrés ; ils porteront en tout temps, dans leur structure même, une vibration curative. » (14)

mont-shasta2Dans une communication datée de février 2003, Adama (le grand prêtre de Telos) évoque la prochaine formation de nouveaux gouvernements, « véritablement intéressés au bien des citoyens et de la collectivité ». Ceux qui sont « destinés à occuper ces postes ont été préparés et vivent déjà » parmi nous. De plus, la Lémurie ne réapparaîtra pas sous forme physique :

« Au mieux, plusieurs îles du Pacifique qui formaient en fait le sommet de montagnes au temps de la Lémurie s’étendront et de nouvelles terres surgiront des eaux. La topographie actuelle sera considérablement modifiée en raison des transitions vers des états de conscience supérieurs, sans toutefois être bouleversée du tout au tout. »

alain_moreau

 

Références :

1. Aurelia Louise Jones et Dianne Robbins, « Telos », tome 1, éditions Ariane, 2002, p. X-XII, XIV, 29-32, 114-115, 10, 32, 35, 117-119, 132, 135, 143-144, 140-141, 128-129, 6-15, 20-21, 94-95, 62, 29, 33-44, 74-75, 55, 57-62, 65-66, 90-92, 100-101, 1.

2. Aurelia Louise Jones, « Telos », tome 2, éditions Ariane, 2003, p. 66-72.

3. Ibid., p. 201, 163, 167, 29.

4. Aurelia Louise Jones et Dianne Robbins, « Telos », tome 1, op. cit., p. XVIII, 124-126, 139-140, 143-146.

5. Aurelia Louise Jones, « Telos », tome 2, op. cit., p. 153-156.

6. « Telos », tome 1, op. cit., p. 67-70.

7. Aurelia Louise Jones, « Telos », tome 2, op. cit., p. 87-89.

8. Ibid., p. 93-94, 103-105.

9. Ibid., p. 122-126.

10. Aurelia Louise Jones, « Telos », tome 3, éditions Ariane, 2006, p. 145, 5, 50, 80-81, 148, 151-153, 158, 176, 187-189.

11. Ibid., p. 125, 143, 157, 175, 191, 205, 227, 158, 168, 170-172, 175-176.

12. Ibid., p. 93-95, 97-99.

13. Ibid., p. 109-116, 247.

14. Aurelia Louise Jones et Dianne Robbins, « Telos », tome 1, op. cit., p. 47-54, 95, 116, 141-142, 155 ; Aurelia Louise Jones, tome 2, op. cit., p. XVI-XVIII, 15, 32, 155-157, 159, 197, 209-211.

 

Share This:

Les commentaires sont fermés