Extraterrestres. Le problème du “non-contact”. (4) Les sources “extraordinaires”

reflexions-sur-le-destin-de-la-terre-et-de-l-univers-le-point-de-vue-d-un-extraterrestre-de-jean-de-raigualgue-928459689_MLDans la première partie consacrée au problème du “non-contact”, j’évoque notamment le paradoxe de Fermi et le projet SETI.

La deuxième partie est consacrée à l’analyse de l’ufologue Christel Seval.

La troisième partie est consacrée aux prétendus “Ummites”.

Cette quatrième et dernière partie donne la parole aux sources “extraordinaires” : récits de contactés, informations reçues par “voie psychique” (channeling, sortie hors du corps), etc.

 

 

I. Sources extraterrestres :


1. Jean de Raigualgue :

Dans une interview publiée dans le n° 32 (août/septembre 2007) de « Top secret », Jean-Jacques Velasco dit qu’il y a une incompatibilité notoire, fondamentale, entre la civilisation terrestre et des civilisations beaucoup plus avancées sur le plan scientifique et technologique, ce qui rend le contact entre nous et elles non envisageable. Nous sommes, dit-il, des fourmis au regard de ce qu’elles représentent. Ceci n’est pas faux. Le témoignage suivant d’un « contacté » apporte cependant, sur ce sujet, les développements nécessaires.

En 2000 est paru un ouvrage surprenant relatant le témoignage d’un homme, Jean de Raigualgue, qui dit avoir été contacté, en 1984, par un être extraterrestre. Voici ce que le « visiteur » (qui, contrairement aux prétendus Ummites, reconnaît la réalité de la réincarnation !) a dit au témoin à propos du sujet qui nous intéresse ici :

L’impossibilité d’un contact avec les créatures avancées qui peuplent l’Univers est en grande partie due à la différence de niveau de conscience, les contacts entre civilisations cosmiques dépendant de l’homogénéité relative de leur niveau de conscience. A niveau de conscience égal ou comparable, les contacts sont possibles.

Il existe des confédérations galactiques, toutes étant régies par la même déontologie en relation avec les civilisations moins développées. Il s’agit du principe de « non-interférence ».

La plupart des civilisations galactiques sont plus avancées que nous.

« De façon générale, une civilisation ne peut atteindre un niveau de conscience supérieur sans avoir progressé de façon équivalente dans la science de l’Amour. Aussi, les contacts entre civilisations avancées homogènes sont-ils basés sur l’entraide, la coopération et le respect réciproque. »

le-commandant-de-la-flotte-spatiale-ashtar-sheranAu-delà d’un certain seuil, le Mal n’est plus possible. Ce seuil est habituellement déterminé par une valeur quantifiable qui mesure le niveau de conscience moyen des individus qui composent une civilisation. Certaines civilisations galactiques sont encore animées par un atavique désir de domination, mais celles-ci sont les moins évoluées des civilisations matérielles avancées, « si je puis utiliser ce vocabulaire un peu spécieux ». Il s’agit de civilisations qui n’ont, sur le plan technologique, que quelques siècles d’avance sur nous. Elles ne sont cependant pas à craindre, car ces civilisations sont surveillées par d’autres civilisations beaucoup plus avancées, lesquelles ne permettraient pas qu’il soit fait du mal à la civilisation terrestre. En outre, les plus mal intentionnées des civilisations matérielles galactiques qui nous visitent n’ont aucune intention agressive. Elles se fichent complètement de nous. Tout ce que désirent leurs représentants est de pouvoir étudier en toute tranquillité, et parfois même utiliser, les ressources naturelles de la Terre. Les ressources terrestres sont en effet plus riches et plus abondantes que celles de l’immense majorité des autres planètes. Par ressources naturelles, l’interlocuteur extraterrestre de Jean de Raigualgue inclut également la faune et la flore, lesquelles sont incroyablement diversifiées sur la Terre.

« Cette richesse et cette abondance suscitent de la curiosité, parfois même des convoitises. Il est de notre devoir de veiller à ce que la curiosité des uns et les convoitises des autres restent dans les limites du raisonnable et n’entraînent aucune nuisance pour vous et votre environnement. »

De la part de ceux qui nous observent, c’est ce que l’on pourrait appeler de la non-interférence égoïste !

« Si vous voulez. Notez au passage que la ‘‘non-interférence égoïste’’ est préférable à l’interférence justifiée par de faux bons sentiments. Il suffit de vous renvoyer à l’histoire récente de votre planète. La quasi-totalité de vos problèmes actuels découle des conséquences de chocs économiques et culturels non maîtrisés. »

Les voyages spatiaux sont, avec des nuances et à des degrés divers, le fait de toutes les civilisations avancées. Néanmoins, les voyages spatiaux, au sens physique du terme, sont l’apanage des « plus barbares » parmi les civilisations avancées. Le vocable « civilisations avancées » n’a de sens que par rapport à la Terre.

« Certaines des civilisations que nous qualifions de ‘‘barbares’’ sont beaucoup plus avancées que vous, sur le plan scientifique et technique notamment. »

Nous sommes, sur l’échelle de l’évolution, à un niveau très modeste. Nous sommes en train de « terminer un cycle ». Ce cycle terminé, nous passerons à une nouvelle étape du développement de notre niveau de conscience, ce qui aura pour effet de démultiplier nos capacités d’appréhension des réalités matérielles et spirituelles. Ceci se produira sous la forme de mutations successives. On verra apparaître chez nous des individus « vraiment supérieurs », dans tous les domaines, y compris celui de l’intelligence pure. Ils deviendront de plus en plus nombreux et supplanteront progressivement « l’homme ancien ». Ce renouvellement prendra plusieurs générations. Ce processus de transformation a déjà commencé…

L’idée que les voyages spatiaux sont le propre des civilisations les moins évoluées ressemble à un paradoxe, mais cela n’en est pas un.

ovni4578« Pour voyager d’un système à un autre, voire même d’une galaxie à une autre, il y a des moyens purement technologiques. Mais il existe également d’autres moyens, notamment ceux d’ordre spirituel. Ces derniers sont de loin les plus simples et les plus efficaces. »

A un niveau supérieur au nôtre, mais pas fondamentalement différent dans son principe, la technologie permet de mettre au point des machines susceptibles de se déplacer dans le cosmos, à des vitesses prodigieuses.

Plus vite que la lumière ?

« Stricto sensu, oui, même si en théorie c’est impossible. Je m’explique : en utilisant certaines propriétés de l’espace que vous n’avez pas encore découvertes, il est possible de jouer sur le rapport entre les deux dimensions que sont l’espace et le temps, et de parcourir des distances considérables en un temps très court. Mais ce n’est pas le seul moyen de se déplacer.

ovnis-dans-bible-jesus-soucoupes-noires-543poLes individus des civilisations spirituellement avancées ont la possibilité de se déplacer par la seule force de la pensée. Ils peuvent diriger leur corps psychique vers telle ou telle région de l’espace matériel et même occuper temporairement le corps d’une autre créature. Ils peuvent également tirer du vide la substance qui leur permet de constituer un corps virtuel et de l’occuper. De la pensée ‘‘solidifiée’’ en quelque sorte. »

Le visiteur extraterrestre précisa à Jean de Raigualgue que le corps physique que ce dernier a devant lui n’est en fait qu’une apparence, une image virtuelle « objectivée ».

« Bien que nous puissions nous parler, nous toucher, échanger des idées, je ne fais qu’habiter une image solidifiée que je crée et que je dirige par la force de la pensée. En réalité, je vis sur une planète située à des millions d’années-lumière d’ici. »

Il pouvait faire cela avec la seule force de la pensée et avec l’aide d’un instrument en forme de boule qu’il avait le pouvoir de matérialiser et de dématérialiser. Cet instrument aidait le visiteur à stabiliser l’image virtuelle qu’il avait choisie et avec laquelle Jean de Raigualgue conversait.

Alors, vous devez faire partie de ces civilisations qui ont déjà émigré vers les sphères spirituelles ?

« Pas tout à fait ! Disons que ma race est à cheval entre les deux mondes. Nous nous trouvons nous-mêmes à la fin d’un stade d’évolution. Nous sommes destinés à quitter notre enveloppe matérielle dès que la mission qui nous a été impartie sera terminée. »

Cette mission consiste à veiller sur les civilisations retardataires comme la nôtre.

« Nous sommes, en quelque sorte, vos ‘‘anges gardiens’’, des intermédiaires entre les hautes entités du monde spirituel et le monde matériel. » (1)

 

2. Robert L. :

ville -exttraterrestreLe cas de Robert L., évoqué dans plusieurs numéros de « Lumières dans la nuit », est l’un des cas les plus extraordinaires parvenus à la connaissance des ufologues, le témoin, Robert L., disant notamment avoir séjourné, en 1969, dans une base extraterrestre localisée au nord de l’Inde, près de la frontière chinoise.

Je considère ce cas comme étant authentique. Dans la « grotte » (la base), la « biologiste » a dit au contacté que nos dirigeants sont des malades mentaux, des conquérants et des arrivistes. On verra arriver une société qui ne pense qu’à l’argent (c’est fait !), mais elle va se « casser la gueule ». Mais, après tout, c’est à nous de trouver nos propres solutions.

Un jour que Robert L. avait posé à son « guide » la question suivante : « Pourquoi n’intervenez-vous pas ? », le “guide” répondit que les dirigeants de notre planète sont trop conquérants et qu’ils n’ont rien à apprendre aux visiteurs extraterrestres.

« On n’a rien à faire avec vous. Votre planète, depuis qu’on y vient, on vous connaît. De toute manière, on a au moins 20.000 ans d’avance sur votre technologie. Si on voulait détruire votre planète, avec un petit appareil on pourrait vous rayer de la carte en quelques secondes. Mais on l’aurait fait depuis longtemps si on voulait le faire. » (2)

 

II. La source “Kylian” :

Un « berger » nommé Kylian, dont l’identité exacte est inconnue, a donné un enseignement sur divers sujets « ésotériques », l’information correspondante ayant été diffusée dans deux livres parus aux éditions Hélios. Voici les éléments d’information qui nous intéressent ici :

Toutes les planètes habitées ne se trouvent pas au même niveau scientifique et spirituel que nous. Mais pourquoi les êtres extraterrestres ne font-ils que passer sur la Terre (sans prendre contact avec nous) ? A cette question, Kylian répond qu’il existe une diversité de races extraterrestres qui ne sont pas toutes animées des mêmes intentions. Elles visitent la Terre pour des motifs différents : ennui technique à réparer, curiosité (dans le cas de visiteurs se rendant à un endroit particulier et « croisant » notre planète)… Mais les visiteurs extraterrestres qui viennent à dessein sur Terre le font pour deux raisons essentielles : la surveillance et même la protection des Terriens, l’énergie tellurique dégagée par la planète.

La Terre est constituée d’un noyau, d’un manteau et de l’écorce terrestre. Le noyau tourne dans un sens, le manteau en sens inverse, et l’écorce terrestre tourne dans le même sens que le noyau. L’ensemble génère un courant dit tellurique. Kylian dit que notre planète est la seule, dans notre « secteur cosmique », à produire une importante énergie tellurique. Or, il se trouve que les vibrations de cette énergie correspondent à celles des systèmes à quartz de certains vaisseaux. Les systèmes à quartz regroupent, de façon générale, tous les systèmes de commande de ces engins. Pour fonctionner, les vaisseaux ont besoin de l’énergie tellurique, laquelle est disponible, sur Terre, en quantité considérable.

D’autres visiteurs ne considèrent pas la planète comme une « station d’essence », et c’est d’eux qu’il faut se protéger. Certaines planètes ont entamé un processus d’involution, et certains habitants envisagent une sorte de « cohabitation » avec les Terriens.

« Mais il ne faudrait pas que cette cohabitation se fasse à l’unique profit des uns et au détriment des autres. C’est en cela que la Terre est protégée, pour qu’elle puisse conserver son libre arbitre et son intégrité. »

La source Kylian distingue deux types de mondes : les plans ou mondes carbones, et les plans ou mondes ammoniaques. Les “mondes carbones” correspondent aux mondes matériels (de type 3 D), alors que les “mondes ammoniaques” sont l’équivalent des mondes spirituels. Il existe 7 « plans carbones », ces plans correspondant à des mondes plus ou moins évolués. Chaque plan se subdivise en niveaux, échelons et stadesLe chapitre 4 de : “Connaissance. Point 2”, donne des informations, que je ne détaille pas ici, sur ces « plans ». Nous sommes au « troisième plan ».

voyage-interstellaireDès la fin du “troisième plan”, les entités incarnées atteignent, généralement, un niveau de technique assez développé pour leur permettre de naviguer entre planètes ou galaxies. Ces visites génèrent, en fonction de leur but et de leurs motivations, des rapports plus ou moins cordiaux entre des habitants d’horizons très divers. C’est pour cette raison que, dès la fin du “troisième plan”, au quatrième, au cinquième et encore au début du sixième, peuvent naître des rapports conflictuels qui peuvent dégénérer en guerres ouvertes. Ces dernières sont parfois à l’origine d’importantes migrations d’entités d’une planète à une autre, et ceci pour des raisons « politiques » en rapport avec les belligérants. A partir des derniers niveaux du “sixième plan”, une sorte de « contrôle » interplanétaire se met en place afin de contrôler et réguler ces vastes déplacements de population. Son rôle est, d’abord, de s’assurer de la compatibilité des formes de vie émigrantes avec la nouvelle planète à habiter. Le but est aussi d’éviter que les civilisations les plus fortes ne dominent trop les plus faibles. En dernier lieu, le contrôle permet d’aider les formes de vie connaissant des difficultés d’adaptation sur les planètes où elles ont été envoyées. On voit s’il n’est pas plus souhaitable de diriger les entités vers d’autres endroits qui leur conviendront mieux. (3)

 

III. Les sources “paranormales” :

Que disent les quelques sources « paranormales » consultées à propos du programme SETI et de l’absence de contact ? Prévoient-elles un contact extraterrestre officiel pour le vingt-et-unième siècle ?

 

– Voici ce dont a été informée Anne Givaudan à l’occasion d’une sortie hors du corps (ou décorporation) :

seti« Sur Terre, des systèmes, que leurs constructeurs pensent sophistiqués et au point, sont en place pour capter des signes que nous pourrions envoyer, des messages. Ils oublient que ces machines, pour aussi précises qu’elles soient, ne peuvent entrer en contact avec nous. Anne-Givaudan-crop-circleLeurs ondes sont trop lourdes pour que nous puissions y laisser des signes traduisibles. Ces constructeurs doivent considérablement simplifier leurs capteurs et tenir compte du son primordial et de l’espace-temps dans l’élaboration de leurs appareils. Il est aussi essentiel qu’ils prennent en considération les énergies du lieu sur lequel ils les posent, mais aussi la forme et les nombres sur lesquels ils bâtissent ces capteurs. » (4)

On peut penser, en outre, que les civilisations de type 3 (voyez mon premier texte sur le problème du “non-contact”) ont, en matière de communications interstellaires, des moyens autrement plus « performants » que l’utilisation d’émissions radioélectriques. Ceci est confirmé par la source suivante.

 

– La scène suivante se déroule à l’époque de l’Atlantide, l’information étant « canalisée » par Joseph Whitfield (1983). Une communication fut établie depuis “Ciudad de Oro” (un immense vaisseau d’origine extraterrestre dissimulé sous les jungles d’Amérique du Sud) jusqu’à une planète gravitant autour d’Arcturus :

« Cassandre voulut alors savoir comment une telle communication avait été technologiquement possible. (…)

Ciudad-de-Oro2Ce qui apparaissait comme une simple communication télévisée, d’un monde physique à un autre monde physique très éloigné, était en réalité un triomphe technologique complexe impliquant une série de transductions d’une dimension à l’autre. Cela fonctionne de la manière suivante. Le son et l’image sont d’abord convertis par des transducteurs du niveau physique de manifestation jusqu’à la vibration mentale. De là, ils sont ensuite transférés jusqu’au niveau de fréquence des vibrations spirituelles. Des niveaux spirituels, ils sont émis par des faisceaux dirigés par ordinateur et activés par des lasers spirituels vers la planète éloignée. La transmission sur la fréquence spirituelle est instantanée. A la réception de la transmission, le processus est adapté à la fréquence vibratoire appropriée de la planète réceptrice. (…)

La raison pour laquelle la transmission ne peut être instantanée que sur une fréquence spirituelle réside dans le fait que la création entière est reliée par le plasma spirituel et forme ainsi un tout unifié, alors que les unités physiques et mentales sont, pour la plupart, détachées l’une de l’autre, tout en étant reliées par le plasma spirituel. » (5)

 

– Voici, à propos des déplacements spatiaux, ce que Jésus a précisé à Glenda Green (lors d’une communication de type télépathique) :

jesussoigne..« Il est impossible, dit-il, de voyager dans l’Univers « avec la technologie du génie aéronautique fondée sur la force ». La force fonctionne sur des distances limitées (dans le système solaire), mais l’humanité ne pourra pas traverser la galaxie grâce à la force. Nous entrerons bientôt dans un monde de technologies très avancées non fondées sur cette force. »

Glenda Green eut l’impression que Jésus ne voulait pas aborder un sujet aussi vaste que celui des autres planètes habitées, même s’il était clair qu’il en savait plus qu’il ne voulait le reconnaître. Il déclara que nous avons « des frères plus jeunes et plus vieux ailleurs ».

« Il faut tout d’abord que survienne un changement sur le plan de la conscience avant qu’une grande avancée technologique soit possible. Votre planète et d’autres du genre sont comme des îles flottant dans un immense océan où la distance entre elles ne peut être couverte mécaniquement. Les êtres qui y arrivent ont développé la conscience qui leur permet de voyager dans l’espace sans faire appel à la force. Bien plus que les habitants de votre planète, ils respecteraient le besoin de communiquer et d’échanger par consentement mutuel. Cet esprit de mutualité constitue la loi des échanges intergalactiques. Les civilisations qui sont vos égales ou vos inférieures ne peuvent pas plus vous atteindre que vous ne le pouvez. La distance qui vous sépare est suffisamment grande pour faire en sorte que cela reste ainsi, du moins jusqu’à ce que le paradigme de la force ait été délaissé.

Je vous induirais en erreur si je vous disais que la collectivité galactique est dénuée d’agitations et de mauvaise conduite, car le libre arbitre est TOUJOURS une constante. Cependant, une règle s’applique en général, sur laquelle vous pouvez compter pour trouver un certain réconfort. Ceux qui pourraient vous faire du mal ne peuvent pas arriver jusqu’à vous. Et ceux qui le peuvent ne vous feraient probablement aucun mal. Dans son immense sagesse, le Créateur jugea bon de suffisamment espacer les planètes porteuses de vie pour que cette règle prévale toujours. Ceci se combine avec le fait secondaire que toutes les véritables technologies de pointe sont fondées sur les principes de la synchronicité, le modèle holistique et le respect des mécanismes de la vie. L’idée que des maraudeurs voyagent à la vitesse de la lumière ou plus vite, par pur besoin de conquête, est de la pure fiction. La synchronicité requise pour aboutir à cette technologie ne pourrait pas provenir d’une conscience basée sur le conflit. » (6)

 

Maurice Cooke est un channel canadien qui a canalisé le Maître de sagesse Hilarion. On trouve, dans un message datant des années 1970, un passage relatif aux civilisations extraterrestres.

Au sein de l’Organisation galactique à laquelle la famille humaine va bientôt appartenir, il y a des règles générales qui déterminent et limitent le niveau technologique qui peut être autorisé, en fonction du palier spirituel atteint par chaque civilisation. Six niveaux ont ainsi été établis, « à l’intérieur desquels les collectivités d’âmes sont réparties en fonction de leur tonalité vibratoire ».

Hilarion« Jusqu’à présent, la Terre a figuré depuis son origine dans la plus basse et la plus mauvaise de ces catégories, à cause de la noirceur spirituelle des âmes qui ont habité sa surface. Même au temps atlantéen, quand existaient de grands moyens technologiques, l’état spirituel de l’humanité restait insuffisant pour lui permettre d’entrer dans la seconde catégorie. L’utilisation de certaines technologies fut autorisée, au-delà de ce qui est normalement admis dans la basse catégorie, afin que le plan spécifique au règlement du karma de la race atlantéenne puisse être conduit à son terme. Mais il s’agit d’une exception à la règle générale.

En principe, les civilisations appartenant à la plus basse catégorie sont autorisées à développer différentes inventions électromagnétiques, telles que les moteurs électriques, les communications radio et télévision relayées par la génération et la réception de signaux de fréquences de premier niveau, des moyens rudimentaires de transport et de locomotion, comme ceux qui utilisent le charbon ou le pétrole, des armes et des explosifs conventionnels, ainsi que diverses technologies peu sophistiquées. Cependant, aucune civilisation de la catégorie basse n’a normalement la permission d’avoir recours aux gaz inertes ni à l’énergie atomique. Dans le cas de la Terre, une seconde exception a été faite à cette règle générale concernant la force nucléaire. Et, en réponse à la requête spécifique des Guides de l’humanité, l’utilisation de cette énergie a une nouvelle fois été autorisée, comme au temps de l’Atlantide.

Avant 1940, il n’aurait été possible à aucun humain d’achever la réalisation d’une réaction nucléaire, du fait de l’interdiction qui en avait été imposée par les Observateurs galactiques. L’une de leurs missions consiste en effet à veiller à la compatibilité des expérimentations humaines avec le développement harmonieux de la vie à travers le cosmos. Cependant, ce champ défendu a été supprimé au cours de l’année 1940, et l’humanité a ainsi réussi à développer la bombe atomique puis la bombe à hydrogène.

L’une des raisons pour lesquelles les humains ont une nouvelle fois été autorisés à avoir à leur disposition ces terribles engins de destruction, fut de donner aux Américains et à leurs alliés la possibilité de mettre un terme à la seconde guerre mondiale en faisant brutalement pencher l’équilibre des forces en leur faveur. Mais ce ne fut pas la raison principale. » (Hilarion)

Selon cette source, la raison principale était de fournir à l’Homme l’arme ultime grâce à laquelle il pourrait, lors des « tribulations » (catastrophes de la « Fin des Temps »), aller jusqu’au bout de son aveuglement…

Quelques années après la fin des « tribulations », la Terre sera autorisée à entrer dans la deuxième des six catégories.

intergalactic« Dans cette catégorie, le contact et la collaboration permanents avec les autres races de la galaxie sont permis et encouragés. C’est aussi une catégorie où sont développées des technologies avancées comme l’utilisation du nucléaire et des gaz inertes, l’emploi de structures pyramidales à des fins médicales, ainsi que plusieurs autres dont le principe n’a pas encore été découvert. » (Hilarion)

La Terre ne restera pas longtemps dans la deuxième catégorie car elle passera, en quelques décennies, dans la troisième catégorie. Dans cette troisième catégorie, les civilisations sont autorisées à mettre au point des moyens technologiques capables de dilater ou de contracter le temps. Une civilisation du troisième degré a aussi la possibilité de fabriquer une machine à explorer le temps, capable de lire les enregistrements “akashiques” du passé et de les retranscrire sans aucune altération, ou de présenter une projection dans le futur, en images, des tendances présentes.

« Les trois catégories supérieures permettent d’atteindre des réalisations qui sont bien au-delà de ce que le langage humain est capable de décrire, et dont le concept lui-même n’est pas encore accessible aux intelligences terrestres. » (Hilarion)

Selon cette source, la Terre a été programmée de manière à pouvoir progresser rapidement à travers ces catégories et atteindre la sixième avant la fin des 1000 ans succédant aux « tribulations ». Lorsque le grand changement se produira, celui que les Révélations appellent « le nouveau ciel et la nouvelle Terre », toutes les phases de l’existence dans le plan physique auront, selon cette source, été expérimentées. (7)

 

IV. Un contact officiel au vingt-et-unième siècle :

“Xénocide” ou pas, il s’avère que diverses sources « paranormales » font état d’un contact officiel, durant le vingt-et-unième siècle, avec des êtres extraterrestres. Ce contact est susceptible de se produire dans deux contextes événementiels distincts.

ascension-indirecte-evacuationDans le premier cas, ce contact aurait lieu dans le cadre des « tribulations » (basculement des pôles, astéroïde, guerre nucléaire) prophétisées par de nombreuses sources. De nombreux auteurs ont en effet fait référence à un plan d’évacuation extraterrestre en cas de catastrophes d’ampleur planétaire. Citons Jean d’Argoun et son « Opération Diotima », le « projet Boule de feu » du contacté sud-africain Edwin, les informations données par le Brésilien José Trigueirinho Netto, etc. Dans ce contexte « apocalyptique », une partie de la population mondiale serait ainsi sauvée de l’anéantissement par des nefs spatiales originaires d’autres mondes (et du monde souterrain de l’Agartha, selon certaines sources). Néanmoins, les sources sérieuses actuelles précisent que le scénario apocalyptique (dit “d’Harmaguedon”) n’est plus d’actualité et donc que le plan extraterrestre d’évacuation ne l’est pas non plus… Voyez à ce sujet mon livre : “Prophéties pour les temps nouveaux” (éditions Le Tempos Présent).

contact-extraterrestreDans le second cas, ce contact serait consécutif au survol préalable de vaisseaux au-dessus de grandes villes de la planète, des représentants de la Confédération galactique devant par la suite rencontrer des personnalités gouvernementales. La mise en quarantaine de notre planète par rapport aux autres sociétés galactiques sera ainsi achevée, la Terre devenant dès lors elle-même, progressivement, une société galactique intégrée à la communauté des mondes habités, avec toutes les répercussions considérables que l’on peut imaginer dans des tas de domaines (scientifique, religieux, économique, politique…). Cet événement majeur devrait se produire dans le courant de notre vingt-et-unième siècle (donc d’ici 2100). Le channel Ramathis-Mam a reçu l’information selon laquelle, après la première décennie du vingt-et-unième siècle, « les conditions seront probablement idéales » pour nos premiers contacts avec les êtres stellaires. Il s’agira de contacts à grande échelle qui marqueront l’histoire de l’humanité. (8) Cependant, au moment de la dernière mise en page du présent texte, nous sommes en 2015 et on attend toujours, sachant que la deuxième décennie du vingt-et-unième siècle s’achève en 2020…

L’entité Soria, canalisée par Régine Fauze, a aussi annoncé que notre planète va devenir, durant le vingt-et-unième siècle, une terre d’accueil pour des êtres originaires d’autres planètes. Les vaisseaux profiteront d’aires d’atterrissages… (9) Malheureusement, Soria – à un channeling de laquelle j’ai assisté à Biarritz en 2003 ou 2004 – avait annoncé que l’année 2012 serait la fin de notre quarantaine galactique… (Dans “Prophéties pour les temps nouveaux”, je consacre un chapitre aux déclarations de Soria à propos du futur contact extraterrestre.)

Signalons également que lors d’une sortie hors du corps datant des années 1970, Daniel Meurois a reçu l’information selon laquelle les premières années du vingt-et-unième siècle verraient l’arrivée d’êtres venus des étoiles. Ceux-ci « s’uniront aux Terriens, renouvelant ainsi le geste » des Elohim bibliques. (10)

ATTENTION, CEPENDANT, AUX PREDICTIONS DATEES AVEC PRECISION. Régulièrement, des « contactés » et des channels/médiums donnent une date précise, ou limitée dans le temps (exemple : jusqu’au 30 avril 2007), pour le contact massif extraterrestre avec l’humanité. Et bien sûr, tout aussi régulièrement, le plus grand événement de l’histoire mondiale ne se produit pas à la date donnée. On notera, au passage, que ceci est vrai pour n’importe quel type de prédiction à l’échelle planétaire (collision avec un astéroïde, etc.). Inutile, ici, de donner une longue liste illustrant ce fait. Donnons cependant, en relation avec notre sujet, quelques cas précis :

– Les sources extraterrestres de la channel américaine Ruth Norman (décédée en 1993) avaient annoncé l’atterrissage officiel, en 2001, de vaisseaux… (11)

– En 2001 est paru en France un livre dont le contenu est présenté comme émanant de la source Kirlion, partie intégrante de la Confédération Intergalactique et Interdimensionnelle. Le présumé channel, prénommé Matthieu, avait annoncé pour 2002 une vague massive d’OVNIs en Amérique du Sud et dans toute l’Europe (Russie, Bulgarie, Hongrie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, France, Angleterre, Allemagne, Suisse, Belgique, Irlande, Portugal, Espagne, Italie, Norvège, Finlande, Suède). Cette vague, qui aurait dû être de courte durée (4 heures), était censée se produire avant la fin de 2002. Le but poursuivi n’était pas d’établir un contact direct, ni d’atterrir, mais de créer une réaction favorisant le travail des « commandeurs en incarnation » pour le plan, c’est-à-dire ceux qui connaissent la situation ! Parmi les multiples apparitions qui étaient censées avoir lieu, cette source évoquait des vaisseaux de formes diverses : sphères, triangles, croix, pyramides, octogones, cubes, soucoupes. Afin de limiter les réactions négatives de peur ou de panique, on devait créer une « forme-pensée » géante destinée à atténuer l’onde de choc liée aux multiples apparitions de 2002. Une « prière pour la co-création » (ou « code énergétique »), appelée « Océane », devait être répétée pendant 144 jours, à la même heure (22 heures 20), d’août à décembre 2001 ! (12) Il semble que, pour rédiger son livre, le prénommé Matthieu se soit référé à des informations extraites de sources canalisées (par voie médiumnique), auxquelles il aurait ajouté la date de 2002 afin de « booster » la vente de son ouvrage.

A. J. Gevaerd, du « Brazilian UFO Magazine », est aussi Directeur du « Brazilian Center for Flying Saucer Research » (www.ufo.com.br). Le 16 novembre 2006, il a adressé au public hors Brésil une rapide présentation d’une interview avec Jan Val Ellam, pseudonyme littéraire de Rogerio de Almeida Freitas, originaire du Rio Grande do Norte. Jan Val Ellam, qui était alors l’auteur d’une quinzaine de livres, avait alors assuré environ 200 conférences chaque année sur le sujet des OVNIs. Il dit avoir eu une première rencontre très rapprochée avec des “aliens” le 18 novembre 1999 à Natal, la capitale du Rio Grande do Norte, à l’hôtel “Ocean Palace”, juste après que s’y soit tenue une réunion avec des techniciens de la NASA, de l’ESA et de l’Agence Brésilienne de l’Espace. A cette époque, il était le directeur général de cet hôtel. Il prétend qu’à cette occasion on lui annonça que le contact attendu entre la race humaine et des espèces extraterrestres se produirait sept années plus tard. Depuis mars 2006, il prétend avoir été contacté de nouveau. Il a reçu l’information selon laquelle ce contact pouvait avoir lieu à tout moment entre le 16 novembre 2006 et le 30 avril 2007.

Il déclara que d’immenses vaisseaux pourraient être vus par tous, en tous points du globe. Cette manifestation ne devait durer que deux heures, et les visiteurs extraterrestres ne devaient pas entrer en contact direct avec les gouvernements, mais seulement avec quelques personnes choisies ici et là. Rogerio de Almeida Freitas affirmait aussi que les apparitions d’OVNIs pourraient être enregistrées par les médias, de telle sorte qu’il ne soit plus possible de douter de leur réalité. Les visiteurs devaient s’en aller après quelques heures, mais ils devaient revenir quelques mois après, et plusieurs fois par la suite, afin que les Terriens soient préparés à leur atterrissage.

Le 17 novembre 2006, A. J. Gevaerd précisa qu’il venait de recevoir un nouveau message de Rogerio de Almeida Freitas pour lui annoncer qu’il était certain à 99,9% que la manifestation aurait lieu le lendemain. Cette apparition massive d’OVNIs était censée se produire à 17 heures 30 heure brésilienne.

Vingt-quatre heures après l’échec des prévisions de Jan Val Ellam/Freitas, Gevaerd écrivit que la personne qui avait fait cette annonce était responsable de ses allégations et qu’elle allait être mise à l’épreuve. L’écrivain et « abducté » Whitley Strieber a rappelé à ceux qui l’avaient interrogé sur la fiabilité du Brésilien qu’il était un fait que le créneau pour cette manifestation annoncée courait jusqu’au 30 avril 2007. Finalement, Jan Val Ellam/Freitas s’est ainsi « justifié » :

« Puisqu’il ne s’est rien passé le 18 novembre, je dois apporter quelques éclaircissements. Il n’est pas dans mon intention de me justifier ni d’expliquer, parce qu’il ne s’agit ici que d’une erreur humaine. Dans les livres que je publie, je prends toujours soin d’avertir qu’il faut traiter les informations avec circonspection. Car je suis toujours sujet à des erreurs. Ce n’est pas sur le fond que je peux me tromper, mais dans les détails. Je suis toujours le premier à le reconnaître. J’ai toujours dit que toute l’eau des océans ne saurait être contenue dans une seule tasse, et de même un tel évènement céleste et spirituel ne saurait être entièrement compris à l’échelle de mon modeste cerveau humain. Pour autant, je ne fuis pas mes responsabilités, j’assume les faits, et je reconnais en toute franchise qu’il m’est déjà arrivé de commettre des erreurs lors de communications médiumniques, c’est pourquoi je ne prétend pas être vraiment performant sur ce terrain. Je suis amené à porter des vêtements trop grands pour moi, mais, encore une fois, je ne fuis pas mes responsabilités, et je ne peux pas me détourner de mon devoir spirituel.

En résumé, il fallait sans doute que je perde toute crédibilité personnelle avant que les évènements surviennent. Car je maintiens que cela doit se produire d’un moment à l’autre. » () (13)

Mark Stearn, un channel américain, dit avoir reçu, le 16 novembre 2006, un message télépathique de George Van Tassel, un contacté des années 1950-1960, lequel évoqua l’imminence d’une prochaine manifestation extraterrestre d’envergure. Selon George Van Tassel, certains responsables de l’armée américaine ont été informés que des apparitions globales prématurées des vaisseaux extraterrestres se produiraient dès les prochaines semaines si les actions de ces responsables, relatives à l’épandage des « chemtrails », continuaient ! Ces « chemtrails » répandraient des tonnes de gaz chimiques toxiques destinés à fragiliser la santé humaine, à manipuler la composition de l’atmosphère et du climat terrestres, et à contaminer sur le plan bactériologique l’ensemble de l’humanité pour mieux l’assujettir aux lobbies pharmaceutiques internationaux… L’avertissement ayant été rapporté aux plus hautes instances militaires, celles-ci auraient rapidement pris la décision de mettre fin aux dégazages afin de préserver le secret de la présence extraterrestre ! Ceci semble relever, évidemment, de la plus pure fantaisie.

ashtar“Ashtar” se serait ensuite manifesté pour expliquer comment ce premier grand contact se produirait. Il a déclaré que les apparitions des vaisseaux extraterrestres commenceraient vraisemblablement à partir de la mi-décembre 2006. Il faut, déclara-t-il, se préparer à une couverture médiatique illimitée de ce premier contact. (14) Mais le grand contact annoncé ne s’est évidemment pas produit à la mi-décembre 2006 !

– La médium américaine Sylvia Browne avait annoncé qu’en 2010 les extraterrestres viendraient sur Terre. Ils nous apprendront, écrivit-elle, à utiliser des appareils antigravitationnels, « comme ils l’avaient fait à l’époque de la construction des pyramides ». (15) Dans un autre ouvrage de cette médium, on ne trouve plus la date de 2010, date qui était censée être celle du grand contact. Par contre, Sylvia Browne écrit que des extraterrestres vivent parmi nous, occupant des postes de scientifiques, d’ingénieurs en aérospatial, de physiciens nucléaires, de botanistes, de géologues, de politiciens… Vers 2018, ces individus révèleraient leur origine extraterrestre auprès des Nations Unies, de l’OTAN, de Scotland Yard, de la NASA, et lors d’un sommet à Camp David !

« Ces hommes et ces femmes seront des personnalités connues et respectées dans leurs domaines respectifs – il y aura même un prix Nobel parmi eux –, et leurs déclarations quant à leur origine seront d’abord reçues avec un mélange d’incrédulité, de confusion, de gêne, d’hilarité et d’indignation. Plus la liste s’allongera, plus il deviendra difficile de nier l’évidence, surtout lorsqu’il sera question de gens ayant une réputation irréprochable. »

Sylvia-BrowneFinalement, selon Sylvia Browne, des milliers d’extraterrestres accepteront d’être placés en quarantaine, sous bonne garde, quelque part en Europe de l’Ouest, afin d’être soumis à une batterie de tests psychologiques et biologiques, lesquels confirmeront leur appartenance à une espèce inconnue de la Terre ! Les seules informations que Sylvia Browne a pu obtenir, à propos de leurs origines stellaires, concernent soit Andromède, soit les Pléiades.

Vers les années 2020, écrit-elle, un accord sera conclu entre les humains et les extraterrestres, et vers 2060, assister au départ ou à l’arrivée d’un vaisseau extraterrestre sera aussi banal qu’apercevoir un avion dans le ciel.

Selon Sylvia Browne, l’exploration martienne deviendra possible grâce à la collaboration de quatre nations. Nous apprendrions dix ans plus tard que quelques-unes des technologies utilisées lors de cette exploration ont été introduites par des physiciens extraterrestres travaillant pour la NASA. En outre, les extraterrestres contribueraient à la conception de navettes à destination de la Lune. De concert avec une équipe d’astronautes et un conseil œcuménique international, les extraterrestres enseigneront les civils qui utilisent ou utiliseront ces navettes pour voyager dans l’espace. Les enseignements des visiteurs de l’espace déclencheront une « vague étonnante d’unité spirituelle dans le monde, réunissant des pays dont les frontières étaient jusqu’alors infranchissables ». (16)

Les prédictions datées sont systématiquement vouées à l’échec. (Voyez mon livre : “Le livre des prophéties”.) En 2010, par exemple, aucune civilisation extraterrestre n’est entrée en contact officiel avec la Terre…

Il y a aussi ceux qui, sans donner de date précise, nous annoncent que le contact est pour « bientôt ». Ainsi, le 10 novembre 2006, le “Daily News” de Londres a annoncé en gros titre une nouvelle qui a fait sensation dans toute l’Angleterre :

« Un des officiers du MOD (Ministery of Defense), Mr Nick Pope, a été démis de ses fonctions aujourd’hui pour avoir déclaré publiquement, et à plusieurs reprises au cours de ces dernières semaines, que les Aliens vont bientôt débarquer. Depuis des années, Mr Nick Pope était plutôt extrêmement réservé vis-à-vis de la possibilité de l’existence et de la présence extraterrestres sur notre planète. Particulièrement modéré, ce fonctionnaire des services, apprécié pour sa discrétion et souvent cité en référence par les sceptiques, multiplie depuis trois mois les déclarations fracassantes à la télévision anglaise, annonçant que les Aliens sont non seulement déjà entrés en contact avec les humains, mais qu’ils vont bientôt se faire connaître publiquement. » (17)

Nick Pope a participé, le 6 mars 2007, aux « Repas ufologiques de Paris ». La conférence qu’il a faite à cette occasion a été diffusée sur l’antenne de la radio « Ici et Maintenant ! ». Une interview de Nick Pope a aussi été diffusée le 10 mars 2007 sur “Sud Radio”, dans l’émission « Les aventuriers de l’étrange ». Lors de cette interview, il a dit qu’il avait démissionné de son poste, ce qui ne correspond évidemment pas à ce qui a été annoncé dans la presse, comme on peut le constater en lisant la citation ci-dessus. En outre, Nick Pope n’a nullement mentionné que les « aliens » allaient bientôt débarquer ! Etrange, en effet…

Alain Moreau

 alain_moreau

Références :

1. Jean de Raigualgue, « Réflexions sur le destin de la Terre et de l’Univers », éditions de la Lumière, 2000, p. 77-84.

2. Georges Metz, « Lumières dans la nuit », n° 384, daté de janvier 2007 (mais paru en février 2007), p. 32.

3. Frédérique Lunardelli et Jacques Rabitz, « Connaissance. Point 1 », 1997, p. 48, 50-52 ; « Connaissance. Point 2 », éditions Hélios, 1999, p. 92-93.

4. Anne Givaudan, « Alliance », éditions S.O.I.S., 2000, p. 205.

5. Joseph Whitfield, « La quête éternelle », éditions Vivez Soleil, 1991, p. 170-171.

6. Glenda Green, « L’Amour sans fin », éditions Ariane, 2001, p. 166-168.

7. Hilarion, « Le temps des tribulations », éditions Ramuel, 1998, p. 95-98.

8. Ramathis-Mam, « Messages du Grand Soleil Central », éditions Ariane, 2003, p. 77.

9. Soria, « Les grandes voies du Soleil », éditions Ariane, 2001.

10. Daniel Meurois et Anne Givaudan, « Récits d’un voyageur de l’Astral », éditions Arista, 1983, p. 149.

11. Ruth Norman et Charles Spaegel, « Communications from outer space », Unarius Educational Foundation, 1984 et 1991, p. 466.

12. Kirlion, « Messages de StarFleet. 2002, Phase A. L’Ascension », éditions Les Sentiers de Saint Jean, 2001, p. 30-33, 78, 91, 98, 111-112, 116-124.

13. www.ovnis-usa.com

14. www.erenouvelle.com, texte : « Imminence du premier contact ? ».

15. Sylvia Browne, « Aller-retour dans l’Au-delà », éditions AdA Inc., 2003, p. 296.

16. Sylvia Browne (en collaboration avec Lindsay Harrison), « Prophéties », éditions AdA Inc., 2006, p. 120-123.

17. www.ovnis-usa.com ; « Top secret », n° 28, décembre 2006/janvier 2007, p. 7.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.