Le Bugarach selon Charly Samson

livre bugarachAu cœur du Languedoc-Roussillon, le Pic du Bugarach n’en finit pas de faire parler de lui : trésors cachés, survols d’OVNIs, base secrète d’extraterrestres, présence des tombeaux de Jésus et de Marie-Madeleine…

Certains individus considéraient que le Pic de Bugarach allait être un refuge contre les catastrophes annoncées, par des prophètes de mauvais augure, pour 2012… Rien de tel ne s’est évidemment produit.

Charly Samson, qui connaît bien l’Aude où il vit, est l’auteur de : « Si Bugarach m’était conté ». Auteur de nombreux ouvrages, Charly Samson a également animé une émission hebdomadaire sur FR3 : « Les mystères de notre temps ».

 

 

 

 

1. La fin d’un monde :

charly-samson2Charly Samson note que les rumeurs de fin du monde sont périodiques. Dès lors que nous annonçons une fin du monde, il faut bien préciser que certaines personnes pourront être sauvées. Dans toute histoire d’apocalypse, il y a des élus. Il s’agit de sélectionner les individus, de distinguer les méritants et les autres.

« Dans cette histoire à dormir debout, le Bugarach remplirait un rôle de protecteur et de sauveur. Il serait ainsi le refuge mondial lors de la fin du monde. »

Comme beaucoup de montagnes calcaires, le Bugarach possède beaucoup de cavités souterraines, de grottes, de points d’eau : un endroit idéal pour accueillir « le peuple élu » ! On ne sait pas où se situe la source de la rumeur, mais, note Charly Samson, cette question de fin du monde et du Bugarach n’est aucunement basée sur une réalité scientifique ou historique. Voici ce qu’il disait avant la date “redoutée” :

« Nous pourrons donc dormir tranquilles le 21 décembre 2012 ! »

Charly Samson note que cette histoire de fin du monde est ridicule, mais que si elle prend autant d’ampleur c’est parce qu’il y a une ambiance favorable à son essor.

« Nous sommes entrés dans une période de bouleversements, nous nous en rendons bien compte. Sur le plan social, politique, économique, international, nous sommes à la fin d’un cycle. Nous ne pouvons plus avancer comme avant. Notre civilisation est à bout de souffle.

L’astrologie met en lumière cette époque troublée. D’ailleurs, dans mon livre, je cite Madame Fanchon Pradalier-Roy, qui est une astrologue de talent. Elle a fait des rapprochements intéressants entre notre période et la ‘‘9ème Porte’’, la ‘‘9ème échelle’’ étudiée par les Mayas.

Pour ma part, je le dis, ‘‘nous allons vivre la fin d’un monde’’. » (C. Samson)

 

2. Une base extraterrestre ?

Charly Samson reconnaît cependant qu’il y a, dans la région, des faits que nous pourrions qualifier d’« anormaux ».

« Certains ont vu des ovnis, d’autres ont été témoins d’apparitions inexpliquées. C’est le cas de Jeannette Blum, qui s’est retrouvée face à une ferme fantôme. Je raconte l’épisode dans mon ouvrage. Ce cas nous fait penser à une ouverture sur la quatrième dimension. »

La légende mentionne l’histoire des lutins qui s’appelaient Buch et Arach (d’où le nom de Bugarach), dont la mission consistait à défendre la région contre le Dieu du vent.

Charly Samson a animé un groupe de recherche en ufologie, dans le cadre du Centre de Recherches Philosophiques et Littéraires du Languedoc, à Montpellier, et ce, jusqu’aux années 1980. Il a travaillé avec Jimmy Guieu et Guy Tarade. (En 1973, un débat sur les OVNIs a réuni, à Sète, près de 1800 personnes.)

Charly Samson a émis l’hypothèse selon laquelle des civilisations très avancées auraient pu participer à leur propre destruction et qu’elles auraient pu se réfugier ailleurs, sur d’autres planètes. Les extraterrestres, spécule-t-il, pourraient donc être ”nos ancêtres”, et ces derniers reviendraient vers nous. Note d’Alain moreau : Certes, des civilisations avancées ont effectivement existé à la surface de la Terre (n’en déplaise aux préhistoriens) et certains vaisseaux proviennent de descendants (originaires en réalité de l’intérieur de la Terre) de ce type de civilisations, mais la plupart des vaisseaux de l’espace sont pilotés par des êtres originaires de planètes n’ayant rien à voir avec une ancienne civilisation terrestre…

Charly Samson évoque Henri Buthion et Jean de Rignies. Le premier, qui venait du Maroc, avait acheté le domaine de l’abbé Saunière, à Rennes-le-Château. A la recherche du trésor associé, il a fouillé le secteur jusqu’en 1995, année de son départ.

« Henri Buthion racontait qu’il voyait tournoyer des ovnis près du Bugarach. Il a enregistré des cassettes audio et, de fil en aiguille, il a attiré l’attention de celles et ceux qui s’intéressaient à l’ufologie. »

Jean de Rignies était un médium qui disait être en rapport mental avec Maître Philippe de Lyon. Quand il est arrivé dans la région, il a pris contact avec Henri Buthion et les deux hommes se sont liés d’amitié. Henri Buthion lui a parlé des OVNIs que l’on voyait vers le pic du Bugarach et qui disparaissaient d’un seul coup. Il pensait qu’ils rentraient dans une base souterraine. Jean de Rignies a fait des observations avec « son œil éthérique », comme il disait. Cela relève d’états de conscience modifiés, pendant lesquels il est possible de voir des choses qui n’existent pas dans notre plan physique.

Charly Samson explique la rumeur d’une base secrète au Bugarach par le fait que Jean de Rignies, alors en état de conscience modifiée, disait avoir entendu comme un bruit de rotatives.

« Il a pensé qu’il y avait des appareils sous la terre du Bugarach. Il disait même avoir été en contact psychique avec un extraterrestre. Il a aussi donné l’endroit où se tenait la porte d’entrée de cette base : c’était un endroit où les pierres étaient assemblées d’une manière qui ne pouvait pas être naturelle.

Est-ce qu’il s’agissait d’un rêve éveillé ? Faut-il prendre tout ceci à la lettre ? C’est encore un grand point d’interrogation…

L’armée est présente. On m’a rapporté que l’armée, pour des raisons inconnues, était souvent présente sur le secteur du Bugarach.

Avec mon épouse, nous allions quelquefois à Perpignan pour donner des conférences. Nous passions par le Bugarach pour rentrer chez nous, le soir. Par deux fois, en pleine nuit, nous avons vu des véhicules militaires arrêtés, sur le chemin qui mène au sommet du pic. » (C. Samson)

Jean de Rignies avait trouvé une ferme en ruines dans la vallée de la source de la Salz. Il l’a retapée et il s’est installé là. Il a fait des recherches à propos des OVNIs, ainsi qu’en parapsychologie. Grâce à Jimmy Guieu qu’il connaissait, il est passé à la télévision, et c’est ainsi qu’il a été médiatisé.

Jean de Rignies a été le premier à entreprendre de telles recherches sur le site. À son décès, a été créée l’Association des Amis de la Salz. C’est à lui que l’on attribue cette idée de base secrète d’extraterrestres dans les entrailles du pic de Bugarach. (1)

Pour plus de développements à propos du lien « OVNIs/Bugarach », voyez mon texte (rubrique « Présence extraterrestre ») : « Y at-il une présence extraterrestre au Bugarach ? »

 

3. Les tombeaux de Marie-Madeleine et de Jésus ?

Une légende fait état de la présence, dans la région, des tombeaux de Jésus et de Marie-Madeleine. Charly Samson considère, et sur ce point je ne suis pas d’accord, que cette histoire de tombeau de Jésus a un fond de vérité.

« Rappelons que c’est Constantin, l’empereur romain, qui a fait sa religion d’État avec le christianisme, c’est lui qui, en quelque sorte, a écrit l’histoire officielle… Quand les héritiers de l’hébraïsme se sont retrouvés confrontés au totalitarisme de l’empire romain, les juifs de Palestine se sont exilés, ils se sont réfugiés dans des territoires accueillants.

Un grand armateur, Joseph d’Arimathie, ami de Jésus et de Ponce Pilate, les a sans doute transportés là où ils étaient, certains d’avoir le gîte et le couvert. À Lunel, près de Montpellier, on a des traces de colonies juives avant même cette époque.

Des gens proches de Jésus auraient pu débarquer aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Ils ont pu vivre à Alet-les-Bains, près du Bugarach et de Rennes-le-Château. Cette ville, et ce n’est pas une légende, a abrité de tout temps de nombreux juifs. Alors que dit la légende ? On dit que parmi tous ces exilés, il y aurait eu Marie-Madeleine, l’épouse de Jésus… et Jésus lui-même ou seulement son corps embaumé.

De là est née la rumeur que le tombeau du Grand Romain était enfoui dans cette terre décidément porteuse de grands mystères !

Un écrivain connu – dont je ne dévoilerai pas le nom – a été vu, arpentant de nuit le massif du Cardou, le fusil sur l’épaule, à la recherche du tombeau de Jésus… » (C. Samson)

Charly Samson mentionne aussi Nostradamus :

« Nostradamus, qui résida lui-même à Alet-les-Bains, parle du Grand mort du Rasez, dans l’un de ses quatrains. On reconnaît dans ce terme le personnage de Jésus. Le Rasez commence à Alet-les-Bains.

Nostradamus a prédit qu’un jour l’Homme trouverait le tombeau de Jésus. Il a jouté que notre civilisation en sera révolutionnée.

Il a même donné des indications dans le temps : cette découverte sera réalisée lors d’un tremblement de terre, un mois d’avril. Les tombes mal enfouies seront alors découvertes. » (2)

En fait, et contrairement à ce que s’imaginent certaines personnes, Jésus n’a aucunement été enterré dans cette région. Aucune source sérieuse ne dit que Jésus est mort dans le sud de la France. Dans le récit de Daniel Meurois, après la crucifixion – Jésus ne serait pas mort sur la croix -, il est allé vivre pendant un moment au mont Carmel, puis il est parti vers l’Himalaya… (Voir notamment : « Le testament des trois Marie », éditions Le Passe-Monde, 2011.) Néanmoins, selon le récit d’Anna (la grand-mère de Jésus) et d’autres personnes de l’entourage de Jésus, ce dernier a fait des séjours (ainsi que Marie-Madeleine) dans la région du Bugarach. Voyez à ce sujet : « Anna, la voix des Madeleine », aux éditions Ariane, 2010. De même, dans ce récit canalisé, Jésus est parti dans l’Himalaya pour terminer sa vie physique. Impossible donc de retrouver sa sépulture dans la région d’Alet-les-Bains et du Bugarach. Il n’est cependant pas impossible que le corps de Marie-Madeleine s’y trouve…

Alain Moreau

 

Références :

(1) www.besoindesavoir.com

(2) www.besoindesavoir.com

 

A noter :

Le livre : « Si Bugarach m’était conté » est disponible sur le site www.charly-samson.com

Share This:

Les commentaires sont fermés.