Dieu, athées, science et spiritualité

I. « Pourquoi les intellectuels ne croient pas en Dieu ? »

Sur le site www.slate.fr, on trouve un résumé (daté du premier janvier 2015), fait par Eric Leser, d’un texte anglais rédigé par John G. Messerly (www.salon.com) et daté du 21 décembre 2014. Voici d’abord le texte d’Eric Leser avec pour titre : Pourquoi les intellectuels ne croient pas en Dieu ? :

« Devons-nous croire en Dieu ? Non, pour la plupart des professeurs de philosophie des grandes universités. Selon une étude menée dans 99 universités anglo-saxonnes, seulement 14% des philosophes interrogés ont la foi. Et la situation est encore plus nette pour les scientifiques. Les membres de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis sont seulement 7% à avoir une croyance religieuse ! Surprenant dans un pays où il existe encore sept Etats où vous ne pouvez occuper une fonction officielle si vous n’êtes pas croyant !

Il y a trois siècles, la croyance en Dieu était universelle, y compris parmi les savants et les instruits. Tout cela a changé à la suite du développement de la science moderne et de la capacité de l’Homme à dominer et comprendre la nature par l’usage de la raison. Les croyances, et autres révélations et doctrines religieuses, sont aujourd’hui considérées par une majorité de grands intellectuels comme des légendes pour enfants et des créations humaines afin de conforter des pouvoirs eux aussi très humains.

Pour autant, si les fondements historiques et scientifiques des religions sont mis à mal, les croyances sont loin d’avoir disparu, au contraire. Pourquoi, s’interroge ‘Salon Magazine’ ?

La génétique et les comportements humains jouent un rôle considérable. L’attirance universelle qu’exercent les croyances religieuses a une origine biologique que confirme la science. Il y a un consensus scientifique pour considérer que la façon dont notre cerveau réagit est notamment le fruit de la sélection naturelle. Quel rôle dans la survie et la reproduction ont donc joué les pratiques et les croyances religieuses ?

Il y a deux types d’explications. La première est que la religion donne un avantage en terme d’évolution. Elle a pu contribuer à augmenter la cohésion sociale des groupes humains et donc à améliorer leurs chances de survie.

La seconde explication, c’est que les croyances et les pratiques religieuses sont la conséquence d’autres capacités d’adaptation issues de la sélection naturelle. Par exemple, l’intelligence contribue à la survie. Et la façon dont l’intelligence humaine fonctionne consiste à lier les causes et les effets, et à postuler l’existence d’autres esprits derrière ces causes et ces effets. L’idée de dieux expliquant les phénomènes naturels pourrait être née ainsi.

Et puis il y a des facteurs psychologiques. Le monde qui nous entoure prouve en permanence les progrès permis par la science et la raison, mais cela n’empêche pas les gens de préférer les pseudo sciences et la superstition. La réponse simple est que les gens croient ce qu’ils veulent croire, ce qu’ils jugent réconfortant, pas ce que les preuves réelles démontrent. En règle générale, les gens ne veulent pas savoir, ils veulent croire.

Les facteurs sociaux, enfin, jouent aussi un rôle important dans les croyances religieuses. Les religions sont évidemment un facteur de pouvoir et également une façon de gérer une partie des dysfonctionnements de la société. De les rendre supportables et même de les justifier, mais pas forcément de les corriger.

Même si aucun lien de causalité n’a été établi, dans la liste des Nations-Unis des 20 pays au monde où la qualité de la vie est la meilleure, ce sont généralement des nations où le poids de la religion est le plus faible. Et la grande majorité des pays en bas de ce classement sont considérés comme très religieux. Il y a ainsi de sérieuses raisons de douter du fait que la religion améliore la vie. Pour ‘Salon Magazine’, ‘les hommes doivent sortir de l’enfance. Ils doivent faire face à la vie avec toutes ces beautés et son côté sombre, la luxure et l’amour, la guerre et la paix. Ils doivent rendre le monde meilleur. Et personne ne le fera à leur place’. »

Voici le texte en anglais de John Messerly, ce dernier étant l’auteur de « The Meaning of Life : Religious, Philosophical, Scientific, and Transhumanist Perspectives » :

« Should you believe in a God ? Not according to most academic philosophers. A comprehensive survey revealed that only about 14 percent of English speaking professional philosophers are theists. As for what little religious belief remains among their colleagues, most professional philosophers regard it as a strange aberration among otherwise intelligent people. Among scientists the situation is much the same. Surveys of the members of the National Academy of Sciences, composed of the most prestigious scientists in the world, show that religious belief among them is practically nonexistent, about 7 percent.

Now nothing definitely follows about the truth of a belief from what the majority of philosophers or scientists think. But such facts might cause believers discomfort. There has been a dramatic change in the last few centuries in the proportion of believers among the highly educated in the Western world. In the European Middle Ages belief in a God was ubiquitous, while today it is rare among the intelligentsia. This change occurred primarily because of the rise of modern science and a consensus among philosophers that arguments for the existence of gods, souls, afterlife and the like were unconvincing. Still, despite the view of professional philosophers and world-class scientists, religious beliefs have a universal appeal. What explains this ?

Genes and environment explain human beliefs and behaviors – people do things because they are genomes in environments. The near universal appeal of religious belief suggests a biological component to religious beliefs and practices, and science increasingly confirms this view. There is a scientific consensus that our brains have been subject to natural selection. So what survival and reproductive roles might religious beliefs and practices have played in our evolutionary history ? What mechanisms caused the mind to evolve toward religious beliefs and practices ?

Today there are two basic explanations offered. One says that religion evolved by natural selection – religion is an adaptation that provides an evolutionary advantage. For example religion may have evolved to enhance social cohesion and cooperation – it may have helped groups survive. The other explanation claims that religious beliefs and practices arose as byproducts of other adaptive traits. For example, intelligence is an adaptation that aids survival. Yet it also forms causal narratives for natural occurrences and postulates the existence of other minds. Thus the idea of hidden Gods explaining natural events was born.

In addition to the biological basis for religious belief, there are environmental explanations. It is self-evident from the fact that religions are predominant in certain geographical areas but not others, that birthplace strongly influences religious belief. This suggests that people’s religious beliefs are, in large part, accidents of birth. Besides cultural influences there is the family; the best predictor of people’s religious beliefs in individuals is the religiosity of their parents. There are also social factors effecting religious belief. For example, a significant body of scientific evidence suggests that popular religion results from social dysfunction. Religion may be a coping mechanism for the stress caused by the lack of a good social safety net – hence the vast disparity between religious belief in Western Europe and the United States.

There is also a strong correlation between religious belief and various measures of social dysfunction including homicides, the proportion of people incarcerated, infant mortality, sexually transmitted diseases, teenage births, abortions, corruption, income inequality and more. While no causal relationship has been established, a United Nations list of the 20 best countries to live in shows the least religious nations generally at the top. Only in the United States, which was ranked as the 13th best country to live in, is religious belief strong relative to other countries. Moreover, virtually all the countries with comparatively little religious belief ranked high on the list of best countries, while the majority of countries with strong religious belief ranked low. While correlation does not equal causation, the evidence should give pause to religion’s defenders. There are good reasons to doubt that religious belief makes people’s lives go better, and good reasons to believe that they make their lives go worse.

Despite all this most people still accept some religious claims. But this fact doesn’t give us much reason to accept religious claims. People believe many weird things that are completely irrational – astrology, fortunetelling, alien abductions, telekinesis and mind reading – and reject claims supported by an overwhelming body of evidence – biological evolution for example. More than three timesas many Americans believe in the virgin birth of Jesus than in biological evolution, although few theologians take the former seriously, while no serious biologist rejects the latter !

Consider too that scientists don’t take surveys of the public to determine whether relativity or evolutionary theory are true; their truth is assured by the evidence as well as by resulting technologies – global positioning and flu vaccines work. With the wonders of science every day attesting to its truth, why do many prefer superstition and pseudo science ? The simplest answer is that people believe what they want to, what they find comforting, not what the evidence supports : In general, people don’t want to know; they want to believe. This best summarizes why people tend to believe.

Why, then, do some highly educated people believe religious claims ? First, smart persons are good at defending ideas that they originally believed for non-smart reasons. They want to believe something, say for emotional reasons, and they then become adept at defending those beliefs. No rational person would say there is more evidence for creation science than biological evolution, but the former satisfies some psychological need for many that the latter does not. How else to explain the hubris of the philosopher or theologian who knows little of biology or physics yet denies the findings of those sciences ? It is arrogant of those with no scientific credentials and no experience in the field or laboratory, to reject the hard-earned knowledge of the science. Still they do it. (I knew a professional philosopher who doubted both evolution and climate science but believed he could prove that the Christian God must take a Trinitarian form! Surely something emotional had short-circuited his rational faculties.)

Second, the proclamations of educated believers are not always to be taken at face value. Many don’t believe religious claims but think them useful. They fear that in their absence others will lose a basis for hope, morality or meaning. These educated believers may believe that ordinary folks can’t handle the truth. They may feel it heartless to tell parents of a dying child that their little one doesn’t go to a better place. They may want to give bread to the masses, like Dostoevsky’s Grand Inquisitor.

Our sophisticated believers may be manipulating, using religion as a mechanism of social control, as Gibbon noted long ago : ‘The various modes of worship which prevailed in the Roman world were all considered by the people as equally true; by the philosophers as equally false ; and by the magistrate as equally useful.’ Consider the so-called religiosity of many contemporary politicians, whose actions belie the claim that they really believe the precepts of the religions to which they supposedly ascribe. Individuals may also profess belief because it is socially unacceptable not to ; they don’t want to be out of the mainstream or fear they will not be reelected or loved if they profess otherwise. So-called believers may not believe the truth of their claims ; instead they may think that others are better off or more easily controlled if those others believe. Or perhaps they may just want to be socially accepted.

Third, when sophisticated thinkers claim to be religious, they often have something in mind unlike what the general populace believes. They may be process theologians who argue that god is not omnipotent, contains the world, and changes. They may identify god as an anti-entropic force pervading the universe leading it to higher levels of organization. They may be pantheists, panentheists, or death-of-god theologians. Yet these sophisticated varieties of religious belief bear little resemblance to popular religion. The masses would be astonished to discover how far such beliefs deviate from their theism.

But we shouldn’t be deceived. Although there are many educated religious believers, including some philosophers and scientists, religious belief declines with educational attainment, particularly with scientific education. Studies also show that religious belief declines among those with higher Iqs. Hawking, Dennett and Dawkins are not outliers, and neither is Bill Gates or Warren Buffett.

Or consider this anecdotal evidence. Among the intelligentsia it is common and widespread to find individuals who lost childhood religious beliefs as their education in philosophy and the sciences advanced. By contrast, it is almost unheard of to find disbelievers in youth who came to belief as their education progressed. This asymmetry is significant ; advancing education is detrimental to religious belief. This suggest another part of the explanation for religious belief-scientific illiteracy.

If we combine reasonable explanations of the origin of religious beliefs and the small amount of belief among the intelligentsia with the problematic nature of beliefs in gods, souls, afterlives or supernatural phenomena generally, we can conclude that (supernatural) religious beliefs are probably false. And we should remember that the burden of proof is not on the disbeliever to demonstrate there are no gods, but on believers to demonstrate that there are. Believers are not justified in affirming their belief on the basis of another’s inability to conclusively refute them, any more than a believer in invisible elephants can command my assent on the basis of my not being able to ‘disprove’ the existence of the aforementioned elephants. If the believer can’t provide evidence for a god’s existence, then I have no reason to believe in gods.

In response to the difficulties with providing reasons to believe in things unseen, combined with the various explanations of belief, you might turn to faith. It is easy to believe something without good reasons if you are determined to do so – like the queen in ‘Alice and Wonderland’ who “sometimes… believed as many as six impossible things before breakfast.” But there are problems with this approach. First, if you defend such beliefs by claiming that you have a right to your opinion, however unsupported by evidence it might be, you are referring to a political or legal right, not an epistemic one. You may have a legal right to say whatever you want, but you have epistemic justification only if there are good reasons and evidence to support your claim. If someone makes a claim without concern for reasons and evidence, we should conclude that they simply don’t care about what’s true. We shouldn’t conclude that their beliefs are true because they are fervently held.

Another problem is that fideism – basing one’s beliefs exclusively on faith – makes belief arbitrary, leaving no way to distinguish one religious belief from another. Fideism allows no reason to favor your preferred beliefs or superstitions over others. If I must accept your beliefs without evidence, then you must accept mine, no matter what absurdity I believe in. But is belief without reason and evidence worthy of rational beings ? Doesn’t it perpetuate the cycle of superstition and ignorance that has historically enslaved us ? I agree with W.K. Clifford. ‘It is wrong always, everywhere and for everyone to believe anything upon insufficient evidence.’ Why ? Because your beliefs affect other people, and your false beliefs may harm them.

The counter to Clifford’s evidentialism has been captured by thinkers like Blaise Pascal, William James, and Miguel de Unamuno. Pascal’s famous dictum expresses : ‘The heart has its reasons which reason knows nothing of.’ William James claimed that reason can’t resolve all issues and so we are sometimes justified believing ideas that work for us. Unamuno searched for answers to existential questions, counseling us to abandon rationalism and embrace faith. Such proposals are probably the best the religious can muster, but if reason can’t resolve our questions then agnosticism, not faith, is required.

Besides, faith without reason doesn’t satisfy most of us, hence our willingness to seek reasons to believe. If those reasons are not convincing, if you conclude that religious beliefs are untrue, then religious answers to life’s questions are worthless. You might comfort yourself by believing that little green dogs in the sky care for you but this is just nonsense, as are any answers attached to such nonsense. Religion may help us in the way that whisky helps a drunk, but we don’t want to go through life drunk. If religious beliefs are just vulgar superstitions, then we are basing our lives on delusions. And who would want to do that ?

Why is all this important ? Because human beings need their childhood to end ; they need to face life with all its bleakness and beauty, its lust and its love, its war and its peace. They need to make the world better. No one else will. »

Le contenu de cet article reflète bien l’esprit scientiste de son auteur (et des intellectuels matérialistes athées en général). Je relève pour ma part un passage qui concerne certains de mes centres d’intérêt. Il est en effet tout à fait faux de prétendre que des phénomènes comme les « abductions » et la télékinésie sont « complètement irrationnels » (sic). Il existe des éléments qui, pour les personnes informées, vont dans le sens de la réalité de ceux-ci… Et le fait que les scientifiques et philosophes n’adhèrent pas, dans leur majorité, à l’existence de certains phénomènes témoigne avant tout de leurs préjugés, de leur ignorance et de leur incompétence vis-à-vis des sujets abordés. Ce type de phénomènes ne relève pas seulement de la croyance mais relève, pour beaucoup de personnes, de l’expérience personnelle…

Quant à l’idée d’une Intelligence Supérieure, elle ne se confond pas avec les représentations primaires (l’idée d’un Dieu anthropomorphique créé à l’image de l’Homme, l’attribution de sentiments humains – colère, etc. – à Dieu) que s’en font souvent les religions.

Le reste du texte exprime les poncifs habituels des matérialistes « scientifico-athées »… Ainsi, en 2018 j’ai lu sur le site de futura-sciences.com un petite texte d’un physicien anglo-saxon disant que les fantômes (je suppose qu’il veut dire : un monde spirituel) n’existent pas car autrement ils auraient été détectés par le collissionneur de particules au CERN !! Comment peut-on dire et écrire de telles âneries, surtout émanant d’un scientifique ? La journaliste de futura.sciences a « répercuté » cette « nouvelle » sans la moindre critique, ce qui n’a rien de surprenant, le physicien et cette journaliste « scientifique » étant aussi ignares et incompétents en matière de phénomènes qui témoignent de l’existence effective d’un monde spirituel, un monde que le collissionneur de particules n’est évidemment pas habilité à mettre en évidence… Bien sûr, tous les « philosophes » (qui n’arrivent pas à la cheville de Platon !) et scientifiques/scientistes à l’esprit sectaire et borné souffrent d’une ignorance crasse et d’un parti-pris interprétatif vis-à-vis des multiples phénomènes qui témoignent de la survie de la conscience après la mort : communications médiumniques, récits de sorties hors du corps et expériences au seuil de la mort, souvenirs de vies antérieures, enregistrements de sons et d’images en TCI (transcommunication instrumentale), TCH (transcommnication hypnotique)… Et qui dit survie de la conscience dit aussi, bien sûr, existence d’une Intelligence Supérieure à l’origine de la Création (dans ses aspects visible et invisible).

 

II. Des illusions dangereuses ?

Un auteur d’origine russe,Vitaly Malkin, est l’auteur d’un livre de plus de 400 pages paru en 2018, livre intitulé : « Illusions dangereuses ». Voici le texte de présentation sur la page Amazon concernée :

« Nous vivons une époque paradoxale : les extraordinaires progrès scientifiques et techniques des dernières décennies ont bouleversé notre existence, mais, dans le même temps, un fulgurant retour de la barbarie sape nos valeurs laïques fondamentales, héritées des Lumières. Religions et utopies sociales, ces illusions dangereuses constituent la pire malédiction de l’humanité ; elles assaillent notre liberté de penser et de nous exprimer librement. Elles nous imposent leurs critères absolutistes du Bien et du Mal ainsi que leur foi dans un au-delà ou un avenir radieux et chimérique. Leur but est évident : nous empêcher de vivre sereinement et nous priver du bonheur quotidien. Homme ou Dieu ? Raison ou foi ? Plaisir ou ascèse ? Vivre ici et maintenant, ou attendre la vie après la mort ?

Ce livre très documenté n’en est pas moins un ouvrage grand public : écrit dans un style simple et accessible, il se veut un essai-coup de poing, un pamphlet choc et sulfureux pour nous libérer des fausses promesses et des mensonges qui nous emprisonnent. »

On trouve ce commentaire pertinent d’un lecteur du livre :

« Il est étrange que ce milliardaire athée prếche ainsi son athéisme, et que cette prédication, appelant à adorer sans doute le dieu Mammon (ou la Grande Babylone ?), bénéficie d’un tel battage médiatique… mondial ! Cela ne relève à l’évidence pas d’un échange, qui serait en vue d’une recherche commune de la vérité : ce Monsieur, à en juger par le titre, prétend asséner à toute la planète que toute vérité spirituelle est forcément illusoire, et dangereuse de surcroît ! Si une telle généralisation a priori n’est pas là un préjugé, irrationnel et tendancieux, on se demande bien ce que c’est… Une intoxication ? »

Voici ce qu’on lit à propos de ce livre sur le site www.focusur.fr, à l’occasion du salon du livre à Paris qui s’est tenu en mars 2018 :

 

« Illusions dangereuses : face aux Chimères, la raison victorieuse ?

L’écrivain Vitaly Malkin sera présent au salon Livre Paris pour présenter son premier essai philosophique, ‘Illusions dangereuses’. Ce plaidoyer pour le bonheur terrestre part en croisade contre l’influence néfaste des religions monothéistes sur nos sociétés. Une voix engagée et profondément ancrée dans la tradition intellectuelle directement héritée des Lumières.

 

Livre Paris 2018

Cette année, le salon du livre de Paris se tiendra du 16 au 19 mars, Porte de Versailles. Pour cette nouvelle édition, le grand rendez-vous national des amateurs de littérature a choisi de mettre en avant la littérature russe qui connait, depuis plusieurs années, un véritable renouveau intellectuel et spirituel.

Cet évènement est aussi l’occasion de mettre à l’honneur d’autres auteurs russes indépendants, comme Vitaly Malkin, qui y organise une rencontre avec les trente premiers lecteurs de son livre ‘Illusions dangereuses’ en partenariat avec Babelio.

Vitaly Malkin est né en URSS. Après des études scientifiques, il commence sa carrière professionnelle comme physicien-chercheur. La chute de l’URSS marque un tournant dans sa carrière, puisqu’il se détourne alors de la recherche scientifique pour se lancer dans le monde des affaires. Il devient alors banquier et crée l’une des plus grosses banques privées de Russie.

En 2004, il décide de participer à la vie politique de son pays et est élu sénateur de la République de Bouriatie. Il conserve ce poste jusqu’en 2013.

Cet intellectuel polyglotte et francophile s’est installé en Europe ces dernières années, où il se consacre à la littérature, à la philosophie et à différentes œuvres humanitaires. Se définissant lui-même comme un citoyen du monde, inspiré par Kafka, Proust ou encore Nabokov, Vitaly Malkin s’inscrit dans une démarche exhaussant la Raison au cœur de sa pensée et de sa réflexion.

 

Vitaly Malkin : le bonheur terrestre à l’épreuve des ‘Chimères’ monothéistes

Son pamphlet, ‘Illusions dangereuses’, s’attaque de front à ce qu’il perçoit comme un renouveau religieux dans nos sociétés. Il y dénonce le poids des pratiques religieuses monothéistes sur les hommes et cherche ainsi à démontrer comment elles imposent des valeurs arbitraires aux individus, en annihilant leur liberté d’expression et de penser. L’ouvrage de Vitaly Malkin repose sur un sens aigu de l’immédiateté et des plaisirs charnels, largement inspiré de la pensée nietzschéenne. C’est en ce sens que Vitaly Malkin déploie une grande partie de son ouvrage sur la sexualité. En cherchant par exemple à déconstruire la perception que nous avons communément de la Vierge Marie, l’auteur tend ainsi à replacer les femmes au centre de la réflexion. En écartant les femmes du bonheur, par une vision privative et volontairement souillée de la sexualité, les religions monothéistes se rendraient ainsi coupables d’une annihilation de la liberté des femmes à jouir des plaisirs charnels.

Pire, ces religions nous priveraient tout simplement de bonheur, selon la vision de Vitaly Malkin, qu’il exprime avec clarté dans ces ‘Illusions dangereuses’.

Une vision radicale, osée, mais profondément ancrée dans une tradition d’irrévérence irréligieuse très française. Pour autant, l’irréligion de Vitaly Malkin ne repose pas sur un rejet des croyances de chacun mais plus sur un culte affirmé de la raison et une croyance profonde en la capacité de l’Homme à s’orienter sur le chemin du progrès. Dans un contexte international empreint d’un retour en masse du fondamentalisme religieux, mais également loin d’un transhumanisme désincarné et artificiel, cet essai de Vitaly Malkin propose une réponse aux angoisses existentielles de notre temps par un éloge de la pulsion vitale des hommes. »

Voici en outre un texte de Nicolas Gary mis en ligne (le 21 mai 2018) sur le site http://actualitte.com :

« ‘Tout monothéisme incarne un puissant moyen de diviser l’humanité’, Vitaly Malkin. Historiquement, Dieu et moi avions toujours partagé une indifférence réciproque’, commence Vitaly Malkin. Tant que le premier n’empiétait pas sur la vie du second, en fait. Mais au début des années 2000, le retour d’un religionnisme commence à déranger l’ancien banquier russe, devenu sénateur, puis logiquement, philanthrope, plaisante-t-il. À cet instant, la moutarde lui monta au nez : Illusions dangereuses découle de cet agacement.

Faire un livre, c’est graver dans le marbre des idées. J’aime cette image du tailleur de pierre qui laissera une trace : c’est celle de mon mécontentement’, explique Vitaly Malkin. Tout a débuté avec cette prise de conscience, à Genève : des femmes en burka. Impensable une trentaine d’années plus tôt. J’avais dans l’idée qu’un changement sociétal se produisait, alors j’ai commencé des recherches.

Une équipe est mise sur pied pour fouiller les sujets – au départ, la réflexion portait sur la monogamie, un exemple de la chimère qu’induit le système religieux’. Avec les années, les documents s’accumulent : plus de 10.000 pages de notes, de commentaires, et finalement une nouvelle approche se dessine.

À lire les textes anciens, on comprend que le monothéisme porte en lui les germes de l’intolérance, quand le paganisme, lui, sait se montrer plus ouvert.’

Indissociable des mouvements politiques, le système religieux sera alors minutieusement décortiqué par Vitaly Malkin. Mon idée rejoint celle de Nietszche : Dieu est mort, mais des groupes cherchent désespérément à le ressusciter.’ Pourtant, rien dans les promesses du dogme, de ceux qui l’orchestrent et l’ont imposé au fil des siècles, n’est en réalité compatible avec une société humaine.

‘Aux commencements, le judaïsme établit une forme de mode de vie en communauté : on comprend l’émergence de la foi, en ce que le message religieux est toujours celui de la dépendance et du désespoir.’

En premier lieu, le corps, véhicule de contrôle de l’espèce humaine.

Personne n’a la tendance naturelle de se rendre dans une église chrétienne pour s’entendre dire qu’il est un pécheur, qu’un Christ s’est sacrifié et que nous lui sommes redevables.’

 

La mort de la chair et de ses plaisirs :

Premier point de l’essai : toutes les religions s’appliquent à limiter les plaisirs terrestres, promettant ceux d’un autre monde.

C’est tout de même le fonctionnement premier des régimes totalitaires – et je n’exclus certainement pas l’époque soviétique de cette critique.’

La stratégie qui fonctionne revient à mettre un terme au bonheur, ici et maintenant, parce que le bonheur détruit la nécessité même du fait religieux’.

C’est l’évidence : Dieu est jaloux.’ Alors il existe ? Non, mais s’il existe alors il est jaloux !’ Et pour cause : il fait de l’humain sa créature dépendante, mue dans l’existence par la honte, la soumission, l’ascèse, les restrictions sexuelles.

Pourquoi aucune religion n’encourage au bonheur et aux plaisirs de toutes les chairs ? Parce que la promesse d’un bonheur post-mortem, transitant par le jugement dernier, c’est la marchandise qu’on nous vend.’

En fin de compte, l’humain n’exerce cette troublante tendance à se tourner vers Dieu qu’au moment où il est dans les plus grands malheurs.

Ce qui fait de nous des hypocrites : depuis des siècles, nous avons entendu ce discours, et il nous revient à l’esprit dans les instants de détresse.’

D’ailleurs, l’idée que les faibles de cette vie seront promus alors que les forts seront destitués dans l’autre monde a largement participé à l’adhésion.

‘D’abord, il est séduisant d’appartenir à une caste – souvent une caste d’élus – et d’entretenir le mythe de la révolte des faibles contre les puissants. L’avenir radieux promis par le monde soviétique alimentait cette idée, autant qu’il s’en nourrissait.’

L’humanité a toujours apprécié les belles histoires, et la nécessité anthropologique de croire – fût-ce au Père Noël ou à la Petite souris – nous montre bien le schéma de pensée qui sous-tend l’espèce, pointe Vitaly Malkin.

Et de poursuivre :

L’idée acceptable serait celle d’un grand horloger qui a lancé toute la boutique et la fait tourner. Mais l’application qui impose des contraintes pesantes pousse en réalité les peuples vers la prière et non vers les progrès sociaux. Quand le recueillement et la piété sont présentés comme une source de plaisir, alors l’exercice de manipulation est à son paroxysme.’

Cet asservissement est connu et, pourtant, revient en force : les attentats du 11 septembre peuvent en être une illustration. Avec une violence que l’on avait presque oubliée. La multiplication d’attaques terroristes sous couvert d’un certain islam devenu fou l’illustre une fois de plus. Simplement parce que, dans son développement, le système religieux établit une fondamentale distinction entre les authentiques croyants et le reste de l’humanité.

Société, morale et spiritualité : trois impostures

On tue les mécréants, comme il se doit : les mauvais élèves n’ont pas leur place ici-bas.

Le deuxième centre de la réflexion part de l’impossibilité de constituer un système moral probant dans un contexte religieux.

Cela découle du premier point : si l’on m’apprend à mépriser l’autre, parce qu’il ne croit pas comme moi, quelle morale peut sortir ?’

Une pensée par nature exclusive et discriminante n’aboutira qu’à l’intolérance et à la haine.

Le monothéisme, en tant que mouvement expansif, ne vise pas la morale : il recherche le pouvoir par la division. Le système est biaisé…’

Plus qu’une société religieuse, il importerait de tourner les jeunes générations vers un modèle de société civile ; la démocratie, le pire à l’exception de tous les autres, est une perspective plus réjouissante.

Le dernier élément que dénonce Vitaly Malkin est celui de la spiritualité trompeuse. Il prend cet exemple d’un ami en Israël, qui, durant trente années de son existence, a multiplié les allers-retours entre son domicile et la synagogue… sans jamais aller à la mer ! On lui a enseigné que la spiritualité, c’était l’étude de livres anciens, et, durant tout ce temps, il a oublié de vivre’.

Presque une escroquerie intellectuelle.

D’où vient la spiritualité ? C’est avant tout ce qui apporte un épanouissement. Oublions ces idées – toujours discriminantes – de matière et d’esprit, qui nous proviennent de l’antagonisme qu’entretient le système religieux. Le développement du cerveau, de l’esprit et donc de l’humain, passe par une ouverture au monde, pas par la réclusion dans des textes sacrés qu’il faut vénérer et auxquels le sujet se soumet.’

La nuance entre l’artisan, qui étudie et reproduit, et le créateur, qui vient agrandir le cercle des connaissances humaines, est la même. Et, chose qui nous ramène à l’idée première de division : ceux qui étudient tels textes sont meilleurs que les autres. Non seulement on s’entête dans ce cercle vicieux, mais il aboutit à une humanité qui va se dévorer, plutôt que de grandir’, déplore l’ancien chercheur en physique.

Une fois ces constats posés – division, morale et spiritualité -, que faire ? Éduquer les jeunes ! Nous avons là toutes les bases pour que les systèmes éducatifs enseignent aux élèves comment échapper à la radicalisation et comment apporter une réflexion profonde sur l’évolution de nos comportements. Nous n’avons pas besoin de Dieu.’

 

[Extrait – Préface] ‘Illusions dangereuses’ de Vitaly Malkin

 

Progressivement, montrer l’imposture, pour aboutir à une humanité déreligiosée ?

Je l’espère, dans quelques générations : l’exercice du culte dans l’intimité continuera de poser problème. La laïcité établit un périmètre de tolérance et d’acceptation. Mais aucune religion ne prévoit d’accepter celui qui diffère, par sa pensée, ses habitudes ou son mode de vie.

Tenter, surtout, d’enrayer, d’une manière ou d’une autre, le mouvement terroriste.

‘Il n’y a rien de plus romantique qu’un djihadiste, et en ce sens rien de plus dangereux. Le romantique rêve le monde, tout en entretenant une fascination mélancolique : ce sont des émotions utilisables à des fins terriblement sinistres. Quand le romantique se retrouve armé, et intoxiqué, alors il fait face à la désillusion d’un monde loin de celui qu’il avait fantasmé. Il est alors en mesure de tout faire pour le changer et le rendre semblable à son rêve.’

Ou comment une perception faussée du réel à laquelle s’ajoute une méthodique manipulation religieuse conduisent à des actes meurtriers.

‘Si le monde n’obéit pas à sa conception, il sera même en mesure de le détruire en cherchant à imposer cette vision.’ »

Voici le commentaire pertinent que l’on trouve à la suite de cette présentation :

“M. Malkin fait ce qu’il reproche aux religieux excessifs et fanatiques. Il choisit les attitudes les plus négatives de partisans fanatiques de religions ‘monothéistes’ pour tenter de détruire le monde mental de millions d’adeptes qui, tous ‘monothéismes’ confondus, vivent paisiblement, librement et, la plupart du temps, pas plus malheureux que des athées prisonniers fanatiques de croyances politiques ou autres (consumérisme, etc). Question 1 : Y a-t-il de fanatisme que religieux ? Question 2 : Était-ce vraiment utile de détruire des arbres pour ce livre ?”

Ce Vitaly Malkin milliardaire ”copie” en fait, en quelque sorte, le pamphet, publié dans les années 2000, du philosophe athée hypermédiatisé Michel Onfray : « Traité d’athéologie ». On retrouve, dans « Illusions dangereuses », les mêms thèmes et les mêmes « dénonciations » à propos des monothéismes et des religions en général. (Quelques minutes après avoir écrit cela, j’allume ma télé, et qui vois-je dans l’émission de Ruquier dans la nuit de samedi à dimanche – 2 à 3 juin 2018 ? Michel Onfray pour parler de son nouveau livre !) Vitaly Malkin surfe sur la vague d’athéisme qui submerge la France puisque, si l’on en croit un sondage, il y a 67% de Français qui ne croient ni en Dieu ni en une vie après la mort. Nous avons donc 67% « d’incultes spirituels » qui vouent un culte au dieu Hasard !! Heureusement que quelques personnes travaillent assidûment à contrecarrer cette ignorance spirituelle (mais pas religieuse, j’insiste), notamment Jean-Jacques Charbonier (avec ses séances de TCH) et ses près de 60.000 « likers » (en juin 2018) sur sa page Facebook

Certes, des auteurs comme Michel Onfray et Vitaly Malkin n’ont pas tort de dénoncer les errements des religions, et nul doute que je suis d’accord avec de nombreux propos tenus à ce sujet par ces deux nihilistes. Moi-même j’aurais été athée si je ne m’étais pas intéressé, très jeune, à d’autres sources que les vieux textes religieux datant de x siècles ou millénaires. Quand j’étais jeune, je n’ai en effet jamais « accroché » à l’enseignement de l’Eglise catholique. Bien qu’étant théoriquement « catholique » (à l’époque, ma mère – qui se prénommait Marie ! – m’avait fait suivre le ”cursus” habituel, jusqu’à la « communion »), je ne le suis absolument pas en esprit. Mes lectures personnelles m’ont vite appris, très jeune, « ce qui était vrai et ce qui était faux »…

En fait, le tort fondamental de ces nihilistes de la transcendance, c’est – pour utiliser l’expression consacrée – de « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Dénoncer les errements des religieux (notamment monothéistes), les fondamentalismes et les (vrais) obscurantismes, c’est une très bonne chose, mais cela ne devrait pas s’accompagner de la négation de toute transcendance (et notamment de l’existence d’une Intelligence Supérieure à l’origine de la Création dans ses aspects visible et invisible, et d’une après-vie). On notera que les athées intellectuels ci-dessus fustigent les représentations de l’Au-delà dans les monothéismes (Bible et Coran), ce dont on ne peut pas leur reprocher dans la mesure où ces représentations et ces attentes sont en effet fantaisistes (l’enfer éternel, les « 72 vierges », etc !). Mais il existe des sources contemporaines (du 19ème siècle à nos jours) infiniment plus intéressantes et qui apportent des informations éclairées sur ce sujet fondamental. Bien sûr, les scientistes et philosophes athées ignorent complètement ces sources, préférant s’en prendre à certaines conceptions fantaisistes associées aux religions.

C’est le problème des croyants orthodoxes (ici : ceux qui suivent l’enseignement – et donc les dogmes et les rites – de leur Eglise ou de leur confession) : ils ne « jurent » que par un texte vieux de x siècles ou millénaires, alors que la « Révélation » est continue dans le temps et n’est pas limitée à une époque précise ou à une source particulière. Les croyants « orthodoxes » sont incapables de reconnaître les quelques vérités élémentaires suivantes :

Les fanatismes et intégrismes sont directement en lien avec la non prise en considération de ces éléments simples.

 

III. Les scientifiques, l’athéisme et la Rose-Croix :

Je reproduis ci-après deux textes extraits du blog (http://www.blog-rose-croix.fr) du Rosicrucien Serge Toussaint. Ces deux textes constituent, en quelque sorte, une excellente réponse aux propos tenus, dans les textes ci-dessus, par John Messerly (propos résumés en français par Eric Leser) et Vitaly Malkin (auxquels on peut ajouter, par exemple, ceux de Michel Onfray). Serge Toussant est le responsable rosicrucien, pour les pays de langue française, de l’Ordre Rosicrucien AMORC, dont j’ai été membre de 1976 à 1998. (Voir : www.rose-croix.org)

 

1. Lettre ouverte aux athées :

« Tout d’abord, je souhaiterais préciser que cette lettre ouverte n’est animée d’aucune intention vindicative à l’encontre des athées et n’a pas pour but de les convaincre de quoi que ce soit, en supposant même qu’on puisse le faire. Elle s’apparente plutôt à une réflexion générale sur l’athéisme, non pas à travers des considérations empruntées à la philosophie académique, universitaire, classique, moderne ou autre, mais à la lumière de la pensée rosicrucienne. Elle ne s’adresse donc pas à une élite intellectuelle, mais à quiconque accepte, le temps de sa lecture, de s’interroger sur lui-même et sur le sens qu’il donne ou ne donne pas à sa vie. J’ajouterai qu’elle est dénuée de toute arrière-pensée moralisatrice, chacun devant l’interpréter à l’aune de ses convictions personnelles.

Par définition, l’athéisme est l’opinion de toute personne qui nie l’existence de Dieu, et par extension celle de l’âme. Il est impossible de dire combien d’athées il y a dans le monde, mais des enquêtes récentes montrent que son nombre n’a cessé d’augmenter au cours de ces dernières années, notamment dans les pays développés. En Europe, c’est la France qui en compte le plus, avec environ 30 % de la population. Est-ce là un héritage de cet esprit que l’on dit cartésien et que beaucoup de Français revendiquent et cultivent ? Si oui, peut-être faut-il rappeler que René Descartes fut en contact étroit avec les Rose-Croix de son époque et montra un intérêt évident pour la spiritualité. Dans l’un de ses livres, il déclara d’ailleurs :

‘Comment serait-il possible que je puisse savoir que je doute, c’est-à-dire qu’il me manque quelque chose et que je ne suis pas parfait, si je n’avais en moi aucune idée d’un Être plus parfait que le mien par la comparaison duquel je puis connaître les défauts de ma nature ? […] Puisque je suis une chose qui pense et qui a en soi quelque idée de Dieu, quelle que soit la cause que l’on attribue à ma nature, il me faut nécessairement avouer qu’elle doit pareillement être une chose qui pense, et posséder en soi l’idée de toutes les perfections que j’attribue à la Divinité.’

De nombreux athées, dont peut-être vous-même, ne l’étaient pas à l’origine, mais le sont devenus. Certains ont perdu la foi suite à des épreuves qui ont généré en eux un profond sentiment d’injustice : la mort d’un être cher, une maladie grave dont ils n’ont pas guéri, la destruction de leur habitation lors d’une catastrophe naturelle, etc. C’est alors qu’ils ont commencé à douter et à remettre en cause l’existence de Dieu, considérant à tort que leur croyance en Lui aurait dû les préserver de telles épreuves. Bien que compréhensible sur le plan humain, une telle réaction montre en fait que leur conception de Dieu était erronée. Contrairement à ce qu’ils pensaient, il ne s’agit pas d’un Être anthropomorphique, soucieux d’intervenir personnellement dans notre vie pour nous préserver des vicissitudes de l’existence, et ce, avec d’autant plus d’empressement que l’on suit Ses commandements, tels que les religions les définissent à travers leur credo. Malheureusement, c’est ainsi que nombre de croyants Le conçoivent, d’où leur déception et leur incompréhension lorsque l’adversité les submerge.

Pour rester dans le même genre de raisonnement, nombre d’athées nient l’existence de Dieu car ils pensent que s’Il existait il n’y aurait ni guerres, ni pauvreté, ni maladies, etc. Or, ce n’est pas Lui qui fait les guerres, mais les hommes ; s’ils s’aimaient les uns les autres, elles n’auraient plus cours. De même, s’ils étaient plus fraternels et plus solidaires, il n’y aurait quasiment plus de pauvres. S’ils avaient une meilleure hygiène de vie et respectaient davantage les lois naturelles, il y aurait infiniment moins de maladies, etc. D’une manière générale, la cause majeure des difficultés, des problèmes et des épreuves auxquels nous sommes confrontés se situe dans le comportement humain. Cela veut dire que si les hommes, dans leur ensemble, faisaient preuve de sagesse et s’évertuaient à exprimer le meilleur d’eux-mêmes, le paradis que les religions situent quelque part dans l’au-delà serait accessible ici-bas. C’est ce qui a conduit nombre de penseurs et de philosophes à dire que l’humanité est capable de créer sur Terre la société idéale.

Que faut-il entendre par ‘exprimer le meilleur de nous-mêmes’ ? Comme l’enseigna Socrate, il s’agit de manifester les vertus qui font la dignité de l’être humain, telles que l’intégrité, l’humilité, la générosité, la tolérance, etc. Or, ces vertus ne résultent pas du cerveau ; la science n’a d’ailleurs jamais décelé de zones cérébrales dont l’activité ou la stimulation inciterait à être modeste, intègre, bienveillant, tolérant, etc. Il ne s’agit donc pas de facultés mentales ou intellectuelles, pas plus que ne l’est la ‘voix de la conscience’. Elles sont des attributs de l’âme et sont donc de nature spirituelle. Vue sous cet angle, la spiritualité est fondée sur la conviction qu’il existe en tout être humain une dimension transcendantale, pour ne pas dire divine, et que le but de la vie est d’exprimer cette dimension à travers notre comportement. Cela suppose d’avoir la volonté de s’améliorer sur le plan humain, et par conséquent de travailler sur soi-même pour sublimer ses défauts et ses faiblesses. C’est précisément ce à quoi les Rose-Croix se consacrent en application de leur philosophie.

L’athée que vous êtes peut-être se dira probablement que l’on peut œuvrer à son perfectionnement sans pour autant être spiritualiste, et donc sans croire en Dieu. C’est vrai ; mais toute personne ouverte à la spiritualité fait de ce travail personnel un but en soi et l’inscrit dans la durée, au-delà même de sa vie présente. Autrement dit, elle s’y consacre avec l’idée qu’il bénéficiera à son âme, non seulement durant son existence en cours, mais également par-delà ce que l’on appelle communément ‘la mort’, cette échéance qui constitue le mystère des mystères et à laquelle aucun être humain ne peut se soustraire. Ainsi, là où un athée voit la fin définitive de ce qu’il était en tant que personnalité, et donc des efforts éventuels qu’il a faits pour s’améliorer, un spiritualiste entrevoit le début d’un nouveau cycle d’existence, avec la survivance des qualités qu’il a éveillées au contact des autres.

Puisque je viens de me référer à la mort, il me semble utile d’expliquer brièvement comment les Rose-Croix la conçoivent. Après que le défunt ait rendu son dernier souffle, l’âme qui l’animait se libère graduellement de son corps et recouvre l’état d’énergie-conscience qu’elle avait avant de s’incarner. Elle est alors consciente que sa vie est achevée, d’autant qu’elle perçoit tout ce qui se déroule autour de ce qui était son ‘enveloppe charnelle’. Durant les heures et les jours qui suivent le décès, elle demeure à proximité des êtres qui lui sont chers et irradie vers eux des ‘pensées’ destinées à les réconforter. Malheureusement, leur peine et leur ignorance de ce qu’est vraiment la mort les empêchent souvent de recevoir cette aide purement spirituelle. À un moment donné, l’âme se sent comme attirée vers ce que l’on appelle couramment ‘l’au-delà’, qui correspond en fait à une autre dimension de l’univers, ou si vous préférez à un univers parallèle. Après avoir fait le bilan de la vie qu’elle vient d’achever, elle se réincarne afin de poursuivre son évolution spirituelle.

Après la mort, l’âme ne se rend donc ni en enfer ni au paradis, fût-ce après un séjour plus ou moins long au purgatoire. Ces destinations post-mortem n’ont aucun fondement ontologique et ne correspondent à aucune réalité. Bien que respectables en soi, elles ont été conçues par les fondateurs des religions afin d’encourager les hommes à faire le bien et les dissuader de faire le mal, ce que l’on peut comprendre. De même, le diable n’a jamais existé, pas plus que les démons censés le servir ; il s’agit là aussi d’un concept qui a été imaginé pour inciter les fidèles à suivre scrupuleusement les credo religieux, de crainte qu’il ne prenne possession de leur âme durant leur vie ou après leur mort. Durant des siècles, ces croyances ont conditionné le comportement de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Mais de nos jours, la grande majorité des croyants n’y adhèrent plus, toutes religions confondues. C’est notamment le cas des jeunes, car ils sont plus instruits que ne l’étaient leurs aînés, et beaucoup moins manipulables.

Pour faire suite aux remarques précédentes, chacun sait que de nombreux athées le sont parce qu’ils n’adhèrent pas aux croyances perpétuées par les religions : le paradis, l’enfer, le purgatoire, le diable, mais également Adam et Ève en tant que premier homme et première femme ayant vécu sur Terre, le péché originel, l’univers créé en six jours, la résurrection des corps, etc. Il est un fait que l’évolution des consciences et les progrès de la science ont rendu ces croyances obsolètes aux yeux de nombreuses personnes. Malheureusement, cette incrédulité s’est transformée en incroyance, laquelle s’est elle-même mutée en athéisme. Ceci est d’autant plus dommage qu’il ne faut pas confondre ‘religiosité’ et ‘spiritualité’. En effet, on peut tout à fait être spiritualiste sans suivre un credo religieux et se soumettre aux dogmes qui lui sont propres. Par ailleurs, le seul fait de croire en Dieu ne rend pas meilleur, à tel point que nombre de guerres ont été menées en Son nom, parfois même à la demande des plus hautes autorités de certains clergés.

Mais s’il est vrai que la religiosité a généré des guerres au cours des âges, ce n’est pas une raison pour prôner l’athéisme avec véhémence, comme certains le font de nos jours. En effet, la politique, au sens large du terme, en a causé beaucoup plus. Dans ce dernier cas, l’enjeu n’était pas de convertir tel peuple à telle religion, mais d’envahir, de conquérir et d’asservir, le plus souvent à des fins idéologiques, géopolitiques ou économiques. Que dire également de l’économie elle-même, qui dresse les nations les unes contre les autres, et à l’intérieur d’elles les classes sociales ? Ce n’est pas pour autant que l’on se détourne de la politique ou de l’économie. De même, il n’est ni rationnel ni raisonnable de se désintéresser de la spiritualité, ou pire encore de s’y opposer, sous prétexte qu’aucune religion ne nous intéresse. Réagir ainsi ne peut que nous éloigner de nous-mêmes, avec le risque de cultiver en nous un scepticisme qui confine au sectarisme à l’encontre des croyants.

Comme vous le savez certainement, Blaise Pascal, dans ses Pensées, a fait de l’existence ou de la non-existence de Dieu l’enjeu d’un ‘pari’. Dans un style très vivant et démonstratif, il amène progressivement le lecteur à la conclusion, non pas que Dieu existe nécessairement, mais qu’il y a fort à parier qu’Il existe. Dans un texte intitulé ‘Les deux infinis’, il franchit une étape supplémentaire puisqu’il va jusqu’à dire que ‘c’est le plus grand caractère sensible de la toute-puissance de Dieu que notre imagination se perde dans cette pensée’ (celle qui consiste à comprendre que ‘l’homme est un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant’). Considérant queDieu est une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part’, Blaise Pascal consacra un grand nombre de ses écrits à s’opposer à l’athéisme, dans lequel il voyait une source d’ennui et de tristesse. Quelle que soit votre opinion en la matière, vous conviendrez que ce grand penseur fut loin d’être un ignorant…

À propos de la tristesse, il est avéré que les croyants sont en grande majorité plus heureux que les athées, car le fait d’admettre l’existence de Dieu, quelle que soit la conception qu’on en ait, rend généralement plus optimiste et plus confiant en la vie. Par ailleurs, s’il est vrai que certains d’entre eux perdent la foi face à des épreuves particulièrement pénibles, la plupart puisent en elle la force intérieure de les affronter et de les surmonter, de sorte qu’ils ne cèdent ni au pessimisme ni à l’aigreur. Il a été prouvé également que des pratiques comme la prière et la méditation ont un effet positif sur la santé et favorisent la guérison des maladies. Un autre fait a été confirmé par le personnel médical : un croyant a une approche de la mort beaucoup plus positive qu’un athée et l’aborde avec une sérénité qui bénéficie, non seulement à lui-même, mais également à son entourage.

Naturellement, je n’ai pas la prétention de me situer au niveau de Blaise Pascal, mais je vous propose de voir en quoi, me semble-t-il, l’existence de Dieu est indéniable : nul ne peut nier que l’univers, désigné sous le nom de ‘cosmos’ (univers organisé) par les philosophes grecs, est une réalité tangible, de même que la Terre sur laquelle nous vivons. Or, d’un point de vue rationnel, il y a nécessairement une cause à l’origine de toute chose et de tout être, car rien ne peut être généré par le néant ou par le vide. Il en résulte que la Création dans son ensemble est nécessairement l’œuvre d’un Créateur. Et puisque les scientifiques eux-mêmes reconnaissent que l’univers et la nature sont régis par des lois admirables, il en résulte que ce Créateur est prodigieusement intelligent. Dès lors, pourquoi ne pas l’appeler ‘Dieu’ et voir en Lui, à l’instar d’Isaac Newton et d’Albert Einstein, une Intelligence absolue, ordonnée et ordonnatrice ? Depuis quelques années, de plus en plus de scientifiques, et non des moindres, vont d’ailleurs dans ce sens.

De mon point de vue, la question essentielle qui se pose au sujet de Dieu n’est donc pas de savoir s’Il existe ou non, mais de savoir s’Il intervient ou non dans la vie des êtres humains que nous sommes. À cette question, je répondrai ceci : En tant qu’Intelligence, Conscience, Énergie, Force (peu importe le terme), Dieu intervient dans nos vies à la mesure du respect que nous accordons aux lois par lesquelles Il se manifeste dans l’univers, dans la nature et en nous-mêmes. Au regard de l’ontologie rosicrucienne, ces lois sont de trois sortes : naturelles, universelles et spirituelles. Plus nous vivons en harmonie avec elles, plus nous posons en nous et autour de nous les conditions d’une vie heureuse. Cela suppose de les étudier, ce que font les membres de l’A.M.O.R.C. à travers leur enseignement. Vous noterez que cette approche de Dieu est plus scientifique que religieuse, et qu’elle fait davantage appel à la raison qu’à la foi ; elle ne devrait donc heurter aucun athée.

Revenons-en à l’âme humaine. Certes, il est impossible de prouver objectivement son existence. Cela étant, comment expliquer les milliers d’E.M.I. (Expérience de Mort Imminente) répertoriées par des scientifiques à travers le monde ? Tous les témoignages recueillis confirment que les personnes concernées sont ‘sorties’ de leur corps et ont eu accès à un monde parallèle qu’elles ont qualifié de ‘spirituel’, à défaut peut-être d’un mot mieux approprié. De même, des milliers d’individus, dont un grand nombre d’enfants, ont décrit qui ils étaient dans leur vie antérieure, où ils habitaient, comment ils s’appelaient, etc., après en avoir eu des réminiscences. Vérifications faites par des observateurs indépendants, il s’est avéré que la plupart des récits étaient fondés. Dès lors, n’y a-t-il pas davantage de raisons d’admettre l’existence de l’âme que de la nier ? Si oui, n’y en a-t-il alors pas davantage également pour considérer que Dieu existe plutôt que le contraire, du moins au sens rosicrucien du terme ?

Comme le montre l’histoire du monde, ce sont les civilisations les plus ouvertes à la spiritualité, et même à la religiosité, qui ont le plus contribué à l’évolution de l’architecture, de la littérature, de l’art, et d’une manière générale de la culture. Pour prendre deux exemples marquants, rappelons-nous le rayonnement atteint par l’Égypte et la Grèce antiques. Si l’humanité actuelle poursuit sa conversion à l’athéisme, il me paraît évident qu’elle sombrera davantage encore dans le matérialisme et le laïcisme, avec le risque d’enfanter des systèmes socio-politiques liberticides et sans âme, ayant pour but exclusif de faire le bonheur des gens malgré eux. L’homme a toujours éprouvé le besoin de croire en ‘quelque chose’ de transcendantal. S’il en est ainsi, c’est parce qu’il est d’essence spirituelle et ressent la nécessité de comprendre le sens profond de l’existence. L’athéisme est donc contre nature, ce qui explique pourquoi il ne peut rendre quiconque heureux à long terme.

En conclusion de cette lettre ouverte, je dirai simplement que si vous êtes athée, ce qui est votre droit le plus absolu, j’espère ne pas avoir porté atteinte à votre non-foi, tant il est évident que chacun est libre de ses croyances, dès lors, naturellement, qu’elles ne donnent pas lieu à des pratiques contraires aux valeurs éthiques les plus élémentaires. La grande majorité des philosophes et des penseurs qui ont jalonné l’histoire de l’humanité étaient spiritualistes et se sont évertués à démontrer que l’athéisme est aliénant, en ce sens qu’il empêche l’être humain de se réaliser pleinement. Le moment est donc peut-être venu de redécouvrir leurs œuvres et de nous en faire l’écho. Qu’en pensez-vous ? » (S. Toussaint)

 

2. Lettre ouverte des Rose-Croix aux scientifiques (pour un rapprochement entre la science et la spiritualité) :

« Le plus noble emploi que nous puissions faire de la pensée est l’étude des œuvres du Créateur… L’émotion la plus belle et la plus profonde que nous puissions vivre est celle du sentiment mystique ». Albert Einstein (1879-1955)

« De nos jours, la majorité des astrophysiciens s’accordent à dire que l’univers est apparu il y a environ 13,7 milliards d’années, suite à une gigantesque explosion cosmique que la communauté scientifique désigne sous le nom de ‘big bang’. En moins de trois minutes, cette explosion enfanta la lumière, puis les atomes de base (hydrogène et hélium) qui forment les galaxies et les étoiles. Parallèlement, sont apparues les notions de temps et d’espace, telles que nous les connaissons actuellement.

Désormais, nous savons que l’univers contient des milliards de milliards de galaxies, d’étoiles, de planètes et d’astres divers. Par ailleurs, les scientifiques ont acquis la conviction qu’il continue à se refroidir et à s’étendre, mais n’ont pas de certitude quant à la question de savoir s’il est fini ou infini. Si les recherches entreprises depuis de nombreuses années permettent de mieux comprendre la manière dont il s’est formé et comment il évolue, de nombreux points demeurent inexpliqués. De toute évidence, il y a encore beaucoup à apprendre au sujet de l’univers, et il est peu probable que l’homme parvienne un jour à résoudre toutes les énigmes le concernant.

Étant donné que cette lettre ouverte s’adresse avant tout aux scientifiques, il me semble inutile de rappeler les grandes étapes qui ont marqué la création et l’évolution de l’univers, depuis le big bang jusqu’à son état actuel. En effet, ils les connaissent beaucoup mieux que je ne saurais les décrire. Par ailleurs, on peut les trouver aisément dans des livres traitant de ce sujet, ainsi que dans des documentaires réalisés sur ce thème, lesquels sont de plus en plus explicites et attrayants. En cela, il est réjouissant de constater que l’étude de l’univers, fût-elle ‘vulgarisée’, est désormais accessible à de nombreuses personnes, y compris aux enfants.

Si la question de savoir comment l’univers s’est formé est digne d’intérêt, celle qui consiste à se demander pourquoi l’est tout autant. Or, très peu de scientifiques s’y intéressent, et ce, pour deux raisons fondamentales. En premier lieu, nombre d’entre eux considèrent que cette question relève davantage de la métaphysique que de la physique, ce qui est vrai. En second lieu, la science en général est plutôt matérialiste dans sa démarche, de sorte qu’elle exclut a priori toute hypothèse spiritualiste. C’est naturellement son droit, mais ce faisant, elle reste prisonnière d’un rationalisme excessif qui tend à limiter le champ de ses recherches et de ses études.

Nous savons désormais que l’univers se réduisait à l’origine à un centre d’énergie aussi prodigieux que minuscule, puisqu’il était plus petit qu’un atome. Or, de cet ‘atome primordial’, comme certains l’ont appelé, ont jailli toutes les galaxies, tous les soleils, toutes les planètes et tous les astres qu’il contient. Ce constat est un tel défi à la raison que l’on peut être tenté d’y voir un ‘miracle’, à défaut d’un terme mieux approprié. Que dire également du processus qui aboutit à la naissance d’un être humain ? Là aussi, la science connaît les étapes qui marquent le développement de l’embryon puis du fœtus, mais elle est incapable d’expliquer le ‘miracle’ qui permet à un œuf d’à peine un millimètre de diamètre (union d’un spermatozoïde et d’un ovule) de contenir en puissance toutes les cellules et tous les organes d’un corps humain adulte.

Que les scientifiques dont vous faites peut-être partie ne se méprennent pas sur les remarques précédentes. Les Rose-Croix n’adhèrent pas à la notion de ‘miracle’, au sens religieux du terme. Si certains phénomènes nous semblent ‘miraculeux’, c’est uniquement parce que nous sommes incapables, à un moment donné de nos connaissances, d’en comprendre la cause. Pour les hommes préhistoriques, le lever et le coucher du Soleil étaient miraculeux. Désormais, nous savons qu’ils sont dus au fait que la Terre tourne à la fois sur elle-même et autour de lui. Au Moyen-Âge, la moindre guérison tenait du miracle dans l’esprit des gens. Depuis, la médecine a beaucoup progressé et traite la plupart des maladies, sans parler de la chirurgie. Cela étant, la science ne sera jamais capable de tout expliquer, tant est vaste ce qu’il lui reste à découvrir et à comprendre.

Il y a environ 4,5 milliards d’années, en périphérie d’une galaxie ‘ordinaire’, se forme un système solaire probablement semblable à des millions d’autres dans l’univers. Après une très longue période de refroidissement et de transformations en tous genres, l’une de ses planètes, en l’occurrence la Terre, devient le théâtre d’un phénomène absolument extraordinaire, pour ne plus dire ‘miraculeux’ : l’apparition de la vie, d’abord dans les océans sous forme d’êtres unicellulaires, puis sur la terre elle-même, avec les premiers amphibiens. Dès lors, elle ne cessa de se développer et donna naissance à des êtres vivants de plus en plus diversifiés, depuis les animaux préhistoriques jusqu’aux mammifères et à l’homme lui-même. Là encore, la science est capable de retracer la manière dont la vie a évolué sur notre planète, mais elle ne peut expliquer ce qu’est la vie en tant que telle.

Comme vous le savez, la plupart des religions attribuent l’apparition de la vie sur Terre à Dieu. Selon elles, c’est Lui également qui créa l’univers, en six jours si l’on en croit la Bible. Et d’après la Genèse, l’homme lui-même serait apparu le sixième jour, tel qu’il est actuellement sur les plans physique et mental. Les Rose-Croix ne peuvent que comprendre le désaccord des scientifiques face à cette vision des choses. Comme eux, ils sont, non pas créationnistes, mais évolutionnistes. Autrement dit, ils pensent que l’être humain n’a pas été créé ex nihilo par on ne sait quel Créateur, mais qu’il est le résultat d’une très longue évolution de la vie, à travers des êtres de plus en plus complexes et de plus en plus élaborés. En fait, nous souscrivons à l’idée selon laquelle il serait issu d’une branche parallèle aux grands singes anthropomorphes.

Puisque je viens de me référer à Dieu, il me semble utile également de préciser que d’un point de vue rosicrucien, il ne s’agit en aucun cas d’un Surhomme situé quelque part dans le ciel, occupé de tout temps à faire en sorte que l’univers soit ce qu’il a été depuis ses origines et à surveiller ce qui se passe sur Terre, au point d’intervenir personnellement dans les affaires humaines. Nous respectons cette conception anthropomorphique de Dieu, mais ne la partageons pas. En effet, nous pensons plutôt qu’Il s’apparente à l’Intelligence, la Conscience, l’Énergie, la Force (peu importe le terme) qui est à l’origine de toute la Création, et qu’Il agit à travers elle au moyen de lois naturelles et universelles impersonnelles. Selon nous, ces lois sont de deux sortes, physiques et métaphysiques, ce qui nous ramène au clivage apparent qui existerait entre la science et la spiritualité.

Si l’on remonte à la plus haute Antiquité, notamment à la Grèce ancienne, on constate qu’il n’y avait pas de frontière entre la science et la spiritualité. C’est ainsi que la plupart des philosophes de l’époque étaient spiritualistes et admettaient comme une évidence l’existence de l’âme et celle de Dieu. Pour prendre quelques exemples marquants, Démocrite (Ve siècle avant notre ère) voyait en Lui ‘l’Intelligence ordonnatrice du cosmos’. Or, c’est lui qui émit pour la première fois l’idée selon laquelle la matière est constituée d’atomes, mot grec qui signifie littéralement ‘insécable’. Mieux encore, il postula que ces atomes étaient composés de particules auxquelles il donna le nom d’éons. De nos jours encore, il est considéré comme le père de l’atomisme. Que dire également de Pythagore (VIe siècle avant notre ère), qui fut le premier à assimiler Dieu au Grand Architecte de l’Univers et à le symboliser par la Tetraktys, somme des 4 premiers nombres (1 + 2 + 3 + 4 = 10). Pensons également à Empédocle (Ve siècle avant notre ère), qui proposa la première classification des espèces et envisagea ‘une continuité de la vie et de la conscience’ à travers les règnes de la nature.

En fait, c’est l’avènement des religions monothéistes qui créa la rupture entre la spiritualité et la science. Partant du principe que les Livres sacrés (Bible et Coran) contenaient la Vérité divine et toute la Connaissance accessible à l’homme, elles combattirent tous ceux qui cherchaient ailleurs les réponses aux questions qu’ils se posaient. Parallèlement, elles frappèrent d’hérésie tous ceux qui osaient contredire les Saintes Écritures sur tel ou tel point. C’est ainsi que nombre de savants et de philosophes furent condamnés par les autorités religieuses, au mieux à se rétracter, au pire à mourir sur le bûcher. À titre d’exemple, Copernic fut menacé par l’Inquisition pour avoir dit que la Terre est ronde et qu’elle tourne autour du Soleil. Quant à Giordano Bruno, il fut brûlé vif en 1600 pour avoir envisagé que d’autres mondes que le nôtre puissent être habités. Dans ces conditions, on peut comprendre que les esprits les plus éclairés de ces époques sombres aient mené leurs recherches dans le plus grand secret et se soient éloignés de la religion.

Du fait de l’intolérance manifestée à son encontre par la religion, la science adopta par réaction une démarche de plus en plus rationaliste. Cette tendance se radicalisa avec le temps et donna naissance au scientisme, attitude tout aussi dommageable, basée sur l’idée que seule la science peut tout expliquer. Faisant de la raison le fondement exclusif de ses investigations, ce courant de pensée, qui atteignit son apogée au XIXe siècle, séduisit de nombreux penseurs et se perpétua avec vigueur jusqu’à notre époque. Malheureusement, cet état d’esprit prévaut toujours dans la science, de sorte que la plupart des scientifiques actuels ont tendance à exclure de leur mode de raisonnement tout postulat ou tout argument ayant une connotation spiritualiste. En un mot, la majorité d’entre eux demeurent résolument matérialistes, ce que nous regrettons profondément.

Désormais, nous savons que l’univers est le théâtre d’une intense activité : des soleils et des planètes naissent et meurent chaque minute, des explosions cosmiques ont lieu en permanence, des astéroïdes fendent continuellement l’espace, etc. Mais malgré cette incroyable agitation, c’est l’ordre et non le chaos qui prévaut. Les savants grecs l’avaient déjà compris, puisqu’ils parlaient du cosmos, terme qui signifie littéralement ‘univers organisé’. Dès lors, est-il vraiment absurde d’envisager qu’il y ait une Volonté, une Direction, une Intention à l’œuvre dans l’univers ? À ce propos, Isaac Newton (1642-1727), qui fut en relation étroite avec la Fraternité rosicrucienne de l’époque, déclara : Cet arrangement aussi extraordinaire du Soleil, des planètes et des comètes, n’a pu avoir pour source que le dessein d’un Être intelligent et puissant, qui gouverne tout et que l’on pourrait désigner sous le nom de Gouverneur universel’. Quant à la Terre elle-même, des calculs de probabilité ont montré qu’il y avait une possibilité sur un million pour qu’elle réunisse un jour les conditions indispensables à la vie, telle qu’elle s’exprime sur notre planète. Aussi, est-il rationnel d’invoquer le hasard ?

En dernière analyse, il y a deux manières d’envisager l’existence de la Terre et des formes de vie qu’elle abrite, parmi lesquelles l’homme lui-même. Soit on considère effectivement qu’elle est due au hasard et ne poursuit aucun but ; c’est le point de vue de la plupart des scientifiques. Soit on pense au contraire qu’elle s’intègre dans un processus qui a été mis en œuvre par une Cause intelligente et intentionnée ; c’est la position de tous les spiritualistes, notamment des Rose-Croix. Pour eux, il est évident que l’univers s’inscrit dans un Dessein cosmique, pour ne pas dire un Plan divin, et que les êtres humains en sont à la fois des acteurs et des spectateurs. Des acteurs : parce que notre comportement et nos choix influent sur l’humanité dans son ensemble et sur le devenir de notre planète. Spectateurs : parce que nous pouvons observer l’univers et nous laisser émerveiller par tout ce qui en fait la grandeur, la beauté et le mystère.

Précisément, qu’en est-il de l’homme actuel ? D’un point de vue rosicrucien, et comme je l’ai dit précédemment, il est le résultat d’une évolution qui couvre des millions d’années, tant sur le plan physique que sur le plan mental. En cela, nous rejoignons les scientifiques. Désormais, il est prouvé que l’Homo sapiens sapiens (l’homme qui sait qu’il sait), espèce à laquelle nous appartenons, compte parmi ses ancêtres directs ou indirects l’homme de Cro-Magnon, connu pour ses peintures rupestres, l’homme de Néandertal, auquel on attribue le premier culte des morts, l’Homo erectus, l’homo habilis, l’australopithèque et le ramapithèque, apparu il y a environ 10 millions d’années. Durant tout ce temps, le corps de l’homme n’a cessé de se transformer et de s’affiner, pour devenir ce qu’il est de nos jours. Rappelons également qu’il a fallu des millions d’années à nos ancêtres les plus lointains pour marcher debout (la bipédie) et être capables d’opposer le pouce aux autres doigts (la préhension), deux faits déterminants dans l’évolution de l’homme.

Ce qui est vrai pour le corps physique de l’homme l’est également pour son intelligence. Pour s’en convaincre, il suffit de penser à toutes les découvertes et inventions qui ont jalonné l’histoire de l’humanité, ainsi qu’à toutes les sciences et techniques qu’elles ont générées ou qui leur sont associées : astronomie, médecine, physique, chimie, biologie, zoologie, anthropologie, arithmétique, géométrie, géologie, paléontologie, botanique, géographie, météorologie, écologie, etc. Depuis la découverte du feu jusqu’à celle du boson de Higgs (que certains auraient qualifié de ‘particule de Dieu‘), que de chemin parcouru par l’homme dans l’usage de ses facultés mentales ! Grâce à son cerveau, dont on ignore encore beaucoup de choses quant à sa structure et à son fonctionnement, il a donné naissance à la vie en société et à la civilisation. Mais parallèlement, les êtres humains n’ont cessé de s’entretuer, ont massacré des millions d’animaux, épuisé nombre de ressources naturelles, pollué gravement la planète, etc. Cela pose tout le problème d’une faculté qui, selon nous, transcende nos fonctions cérébrales : la conscience.

Qu’est-ce que la conscience ? La plupart des scientifiques considèrent qu’elle est le produit du cerveau et l’assimilent à la pensée, à laquelle ils associent quatre sortes d’ondes cérébrales : les ondes delta, les ondes thêta, les ondes alpha et les ondes bêta, auxquelles certains ajoutent les ondes gamma (entre 30 et 35 Hz). Les Rose-Croix, de leur côté, voient en elle un attribut de l’âme, laquelle utilise le cerveau pour s’exprimer à travers le corps et le mental durant son incarnation. En fait, elle est l’énergie spirituelle qui fait de chacun de nous un être, non seulement vivant, mais également conscient. C’est elle aussi qui est à l’origine de ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine, et c’est sous son impulsion que nous évoluons sur le plan intérieur. En cela, ce que nous appelons communément la ‘voix de notre conscience’ n’est pas une fonction cérébrale, mais une faculté spirituelle. Malheureusement, trop peu de personnes en tiennent compte, ce qui explique l’état chaotique du monde.

Chacun connaît l’adage ‘science sans conscience n’est que ruine de l’âme’, que l’on attribue à François Rabelais, philosophe et médecin du XVIe siècle. Il est un fait que la science, comme tout autre domaine de l’activité humaine, peut être mise au service du bien ou du mal, et faire ainsi le bonheur ou le malheur de l’humanité. Hélas, comme le déclara Francis Bacon, éminent Rose-Croix du XVIIe siècle, père de la science expérimentale : Peu sont poussés vers la connaissance pour se servir du don divin de la raison dans l’intérêt de l’humanité.’ C’est ainsi que les armes nucléaires ou bactériologiques, les pesticides en tous genres, les plantes transgéniques, le clonage reproductif, nombre de vaccins et de médicaments douteux, etc., impliquent directement ou indirectement les scientifiques. S’ils avaient écouté la voix de leur conscience et pensé uniquement au bien commun, auraient-ils utilisé leur intelligence pour créer de telles ‘choses’ ? Je ne le pense pas, car science en conscience est la lumière de l’âme’, laquelle est fondamentalement bienveillante.

Au risque de surprendre les scientifiques qui liront cette lettre ouverte, les Rose-Croix ont souvent été précurseurs, y compris dans les domaines dévolus a priori à la science. Ainsi, ils postulent depuis au moins la fin du XIXe siècle qu’il existe un total de 144 atomes dans la nature. Dans le tableau établi par Mendeleïev en 1869, on en comptait 63. À ce jour, on en a référencé 118, ce qui nous rapproche lentement mais sûrement de 144. Dans le même ordre d’idée, l’enseignement rosicrucien stipule depuis plus longtemps encore que l’être humain a un potentiel génétique qui devrait lui permettre de vivre jusqu’à environ 140 ans. Or, cette hypothèse a été reprise récemment par des savants éminents. Dans un autre ordre d’idée, il est pour nous évident que d’autres humanités peuplent l’univers, certaines étant plus évoluées que la nôtre, d’autres moins. L’avenir prouvera que c’est vrai…

De tout ce qui précède, vous pouvez en déduire que les Rose-Croix ne sont en aucun cas opposés à la science. Ils souhaitent simplement qu’elle rompe avec le matérialisme et s’ouvre à la spiritualité, ce que certains savants, et non des moindres, ont commencé à faire. L’Ordre de la Rose-Croix a d’ailleurs compté parmi ses membres et ses sympathisants des scientifiques célèbres. Outre Isaac Newton et Francis Bacon, citons Théophraste Paracelse, Robert Fludd, Jean-Baptiste van Helmont, Thomas Vaughan, William Crookes, Wilhelm Leibniz, William Harvey, Charles Littlefield, Benjamin Franklin, etc. J’ajouterai que depuis le début du XXe siècle, l’A.M.O.R.C. parraine l’Université Rose-Croix Internationale qui comporte notamment une section en sciences physiques et une autre en médecine. Le résultat de leurs travaux est publié régulièrement dans la revue Rose-Croix, dans des livres ou à travers des conférences ouvertes au public.

En conclusion, nous pensons, non seulement que la science et la spiritualité sont compatibles, mais également qu’elles sont complémentaires. En fait, elles constituent les deux piliers sur lesquels l’humanité doit prendre appui pour s’élever dans la compréhension de ce que l’on désigne couramment sous le nom de ‘mystères’. Plus que jamais, elles doivent s’unir et mettre ce qu’elles ont de meilleur au service de son bien-être matériel et spirituel. Cela suppose que les scientifiques adoptent une démarche spiritualiste, pour ne pas dire mystique, et se rendent à l’évidence : la vie sur Terre et l’homme lui-même ne sont pas le fruit du hasard ou d’un concours de circonstances, et l’univers ne se limite pas à exister ; d’un point de vue rosicrucien, il sert de support à l’Évolution cosmique, telle qu’elle opère depuis le big bang. Pour être plus précis, il permet à l’Âme universelle d’évoluer graduellement vers la prise de conscience de sa perfection latente. Or, tout être humain possède en lui une émanation de cette Âme, de sorte que nous sommes tous, non seulement des enfants des étoiles, mais également des âmes vivantes en quête d’Absolu.

Voici donc les quelques réflexions que je souhaitais partager à travers cette lettre ouverte. N’étant pas un scientifique de formation ni de profession, ceux qui le sont jugeront peut-être certains de mes propos quelque peu approximatifs, voire simplistes. Mais s’il en est au moins un parmi eux qui puise en elle une source de questionnement, au point de sentir une résonance en sa conscience si ce n’est en son âme, alors elle aura été utile. » (S. Toussaint)

J’adhère tout à fait aux pensées développées dans ces deux « lettres », avec cependant un petit « bémol » : je ne partage pas l’idée généralement admise de l’émergence de l’être humain à partir du règne animal (l’Homme qui « descend du singe »), de nombreuses sources, auxquelles je me réfère, faisant état de civilisations (Atlantide, Mu) dans la prétendue « préhistoire », et d’autres sources faisant intervenir une manipulation génétique, d’origine extraterrestre, sur des hominidés, certaines sources faisant par ailleurs état de l’implantation de formes de vie (y compris des humains) par des « Porteurs de Vie » d’origine extraterrestre. (Voyez par exemple « Les Jardiniers de la Terre », de Dolores Cannon, éditions BE Light, 2017.)

Alain Moreau

Share This:

Les commentaires sont fermés