Ascension Prédictions Mission de vie Théories conspirationnistes Implants Channeling New Age

prophties-pour-les-temps-nouveauxVous pouvez lire, dans la même rubrique « Spiritualité du troisième millénaire », une notice relative aux divers livres de Nathalie Chintanavitch. Les sources de cette auteure font parfois des commentaires non conformes à ce que l’on lit ou entend d’habitude à propos de certains thèmes plus ou moins liés à la « spiritualité alternative » (hors religion). Voici quelques-uns de ces thèmes, avec mes propres commentaires. J’évoque aussi un peu le New Age.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. L’illusion de l’Ascension :

Le thème de l’Ascension est un « grand dada » de la « spiritualité hors religion » actuelle. J’y ai consacré trois chapitres dans mon quatrième livre paru en janvier 2014 : « Prophéties pour les temps nouveaux » (éditions Le Temps Présent), ainsi qu’un texte (même rubrique : « Spiritualité du troisième millénaire ») sur le présent site : « Nouvel éclairage sur les divers types d’Ascension ».

A contre-courant de la littérature et des propos « New Age » des individus s’exprimant dans le secteur de la « spiritualité alternative », Sandalphon, « l’Archange immortel » (l’auteure ne précise pas s’il a été « canalisé » ou s’il s’agit d’une rencontre physique), parle d’illusion à propos de l’Ascension :

« L’illusion de l’Ascension est sans aucun doute le plus grand plan de manipulation globale de toute l’histoire de l’humanité. Plus qu’une supercherie, il s’agit d’un véritable plan pensé il y a plusieurs millénaires. La mise en place de l’asservissement mondial par la croyance est l’un des trois moyens les plus efficaces d’obtenir l’accord de chaque individu pour servir de faux desseins lumineux en apparence mais profondément obscurs en essence. » (Sandalphon)

Tout ce qui nous est donné en pâture n’est là que pour satisfaire notre besoin et notre demande de voir apparaître comme par magie un monde de paix, un monde où tous les êtres seraient en harmonie les uns avec les autres, et où le mal, tel que nous le nommons, aurait été anéanti. Ce monde n’existe pas et il n’est qu’un leurre. Nous devons accepter l’état de dualité de notre vie, ainsi que la dualité qui existe en nous. Sans cette acceptation, on demeure dans l’illusion.

« Le monde ne va pas changer, ni ascensionner. » (Sandalphon)

L’Ascension est « un gigantesque mensonge » mis en place depuis plusieurs centaines d’années.

« Ceux qui continueront à se perdre dans l’illusion de l’Ascension et de mondes imaginaires seront les premiers à tomber. N’oubliez pas, les premiers seront les derniers. Vous avez le droit de vous tromper et, surtout, de reconnaître que vous vous êtes trompés. Vous avez été dupés, cela ne fait en aucun cas de vous des êtres faibles. (…) » (Sandalphon) (1)

Précisons quand même qu’il existe plusieurs types d’Ascension, et pas seulement celui véhiculé par la gourelle Laura Marie : descente de la « Conscience Cosmique » en l’être humain, ce qui peut correspondre, en réalité, à l’éveil de la conscience christique en chaque être humain, l’une des trois significations du « retour du Christ » que j’évoque dans mon livre (éditions Le Temps Présent, 2012) : « Le retour du Christ : une réalité imminente ? »… Pour ces types d’Ascension, voyez mon texte sur le présent site : « Nouvel éclairage sur les divers types d’Ascension ». Disons seulement ici que l’Ascension planétaire (passage à un autre niveau fréquentiel ou dimensionnel de l’humanité résidentielle de la planète, suite à l’atteinte d’un niveau de conscience collectif permettant un tel « saut quantique ») n’est absolument pas possible pour notre époque, contrairement à ce qu’ont affirmé moult sources canalisées (par ailleurs valables sur nombre d’autres points). D’ailleurs, au moment où j’écris nous sommes fin 2016 et cette Ascension prophétisée depuis des années ne s’est toujours pas produite. Et on va encore attendre très longtemps ! A notre stade évolutif actuel, seule l’Ascension personnelle est possible (le cas de Jésus étant un cas historique bien connu).

 

2. Les prédictions :

Sandalphon note avec justesse que la prédiction d’événements crée des attentes et des espérances, ce qui a pour effet de regrouper des synergies mentales et de créer une masse énergétique facile à orienter « en la nourrissant avec ce qu’elle demande ». Il s’agit ensuite d’invoquer, ajoute Sandalphon, l’effet de création illusoire de masse qui tend à faire penser que si tel ou tel événement prédit n’a pas eu lieu, cela est dû soit au fait que les gens ont été assez nombreux pour le contrer et faire changer le cours des choses, « soit que les forces négatives ont été trop fortes et ont empêché cet événement d’effectivement se produire dans la matière ».

« Dans les deux cas, la théorie qui vous est donnée vous convient et vous l’acceptez car elle est argumentée de façon à vous faire prendre une place importante dans le scénario créé. Cette théorie vous convient car on vous donne une raison logique, ou du moins qui semble logique, justifiant du déroulement des événements. » (Sandalphon) (2)

J’évoque moi-même cet aspect de l’absence de réalisation des prophéties datées dans mes livres : « Le livre des prophéties » (2011) et « Prophéties pour les temps nouveaux » (2014), les deux ayant été publiés aux éditions Le Temps Présent. Je suis « en phase », sur ce point, avec ce que dit Sandalphon.

le-livre-des-propheties

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Néanmoins, Nathalie Chintanavitch fait, dans le tome 1 de « Terre 2035 », une prédiction pour 2021 :

« Le milieu de l’année 2021 sera marqué par un événement important, qui est prévu depuis longtemps et qui causera des désagréments et des discordances dans les cultures. Cet événement s’ouvrira sur un temps très long qui aura pour effet de maintenir les individus dans ce constat post-événement tandis qu’un programme bien plus sournois se mettra silencieusement en place. (…)

Les modifications temporelles sont étroitement liées aux modifications structurelles dont l’événement prévu pour 2021 fait partie. Il s’agit de modifications qui toucheront particulièrement la culture, les traditions aussi, et surtout les délimitations géographiques et les regroupements politico-économiques. Ces mouvements structurels vont remplacer d’anciens schémas, parfois de façon très abrupte, et iront dans le sens de ce que l’on nomme le transhumanisme, bien que les motivations profondes de ces programmes soient beaucoup plus sombres encore. (…) Les modifications structurellles s’étendront sur plusieurs années et signeront la mise en place du système appréhendé depuis longtemps, après 2027. Sous le couvert d’ambitions et de motivations humanistes, écologiques et surtout profondément humaines, ces modifications structurelles sombres par essence seront acceptées, voire demandées, par la majorité de la population. (…) » (N. Chintanavitch) (3)

C’est, bien sûr, prendre le risque que rien de particulier ne se passe à la moitié 2021…

3. Avoir une mission :

« Mission de vie » : voilà une expression devenue courante dans la phraséologie utilisée de nos jours par diverses personnes, comme la « gourelle » Laura Marie, s’exprimant dans le cadre d’une « spiritualité hors religion ». Voici ce que pense Sandalphon à propos du terme « mission » :

« Arrêtez de croire que vous avez une mission à accomplir sur cette Terre. La seule que vous puissiez avoir serait celle de retrouver votre propre pouvoir divin, votre autonomie énergétique, celle d’ouvrir les yeux sur la réalité et de vous réveiller. Le simple fait de croire que vous avez une mission ne fait que resserrer l’étau qui contient votre véritable pouvoir. Vous n’avez pas de mission. L’être, dans son essence profonde, s’incarne sur la Terre pour être. C’est ensuite à vous d’orienter cette façon d’être. Mais elle n’est pas définie à l’avance comme vous le pensez trop souvent.

(…)

Considérez, à partir d’aujourd’hui, que vous n’avez aucune mission. Ce point est essentiel à votre devenir et à votre réveil à vous-même. Il s’agit du plus ancien conditionnement inscrit en vous. Voyez par vous-même : la notion de mission est liée à l’obéissance et l’obéissance anéantit la volonté de l’Homme. (…) » (Sandalphon) (4)

Disons qu’il vaut mieux utiliser, à la place du mot « mission » (qui fait en effet un peu « too much »), l’expression « projet d’incarnation »

sandalphon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4. Théories conspirationnistes :

Beaucoup de personnes se sont posées des questions à propos du « véritable » scénario des attentats du 11 septembre 2001. Depuis, les théories complotistes font florès sur le Web et ailleurs. On connaissait déjà l’absurde affirmation selon laquelle les astronautes n’ont pas marché sur la Lune, mais bien d’autres absurdités ont vu le jour : le projet Blue Beam, Michael Jackson n’est pas mort, les chemtrails, les « attentats sous fausse bannière » tous azimuts (attentats de « Charlie Hebdo » et du 13 novembre 2015) – pourtant clairement de nature et d’origine islamistes -, etc. A tout cela, s’ajoutent la défense de thèses appartenant à un autre âge, comme la Terre plate – remise « à l’honneur » (!) en 2016 dans un numéro de « Top secret » et également évoquée dans le numéro 54 (novembre-décembre 2016) de « Science et inexpliqué » – et l’affirmation stupide selon laquelle les dinosaures n’ont pas existé (« thèse » évoquée dans le numéro 88 – décembre 2016/janvier 2017 – de « Top secret », avec comme titre : « Le Jurassique, le plus grand canular de la science » !, décidément une revue qui part « en capilotade »), sans oublier une page Web où on nous dit que les bombes atomiques, cela n’existe pas ! Ah oui, il paraît aussi que la station spatiale internationale n’existe pas ! Et n’oublions pas cette autre lubie appelée « récentisme » : ses quelques promoteurs soutiennent que le Moyen Âge n’a pratiquement pas existé, la Renaissance succédant très rapidement à l’Antiquité !! Soit des siècles en moins dans l’Histoire ! On trouve, dans le numéro 55 (janvier-février 2017) de « Science et inexpliqué » (pages 41-43), un article de François de Sarre défendant cette ineptie. Auparavant, le numéro 9 hors-série de « Top secret » avait été consacré à cette dernière avec comme titre : « L’invention du Moyen Âge », et avec comme sous-titre tout aussi absurde : « La plus grande falsification de l’Histoire ».

Je ne suis pas du tout fan des thèses complotistes qui pullulent notamment sur le Web (et dont Laura Marie, citée ci-dessus, est aussi friande), le tout étant assaisonné d’assertions farfelues. Ce qui suit me va donc :

« La théorie du complot est une vaste supercherie visant à masquer la réalité. (…) » (Sandalphon)

S’agissant du schéma lié à la théorie du complot mondial, Sandalphon dit que tout est parfaitement défini et présenté de façon à ce que ce schéma soit crédible et accepté, consciemment ou non.

« Vous êtes nourris de ce que vous demandez. Vous êtes en demande de l’existence d’un secret caché qui viserait à contrôler, dominer et asservir l’humanité. (…) » (Sandalphon)

Les théories conspirationnistes sont montées de toute pièce pour correspondre à « la demande de voir une grande révélation apporter des réponses aux questionnements fondamentaux ».

« Il y a effectivement un Plan originel, initial, mais il n’est dicté ni par des consciences extraterrestres ni par des êtres venant d’une autre dimension. » (Sandalphon)

Par les théories présentées, les forces obscures provoquent la crainte, suscitent les peurs. Ces théories ne font que faire perdre du temps. (5)

 

Sandalphon s’en prend à la notion de « sauveur du monde » :

« Toutes les versions de la spiritualité actuelle ont pour objectif de vous faire attendre dans un premier temps le chaos et la destruction, puis dans un second temps le sauveur du monde. Bien sûr, il vous sera présenté et ses traits vous conforteront dans la certitude qu’il s’agit bien du sauveur présenté dans toutes les prophéties. Mais en réalité, cela sera le plus grand mensonge de tous les temps. Cet aspect du plan est effectivement prévu. Ensuite, de là à savoir s’il sera appliqué et s’il pourra effectivement se mettre en place, c’est une autre histoire. Tout dépend de comment vous allez orienter dès à présent votre façon de penser et d’agir. » (6)

Je ne suis pas du tout d’accord avec ces propos de l’« Archange immortel ». Certes, la notion de « Sauveur » – comme celle de « Messie » – appartient à un passé révolu, et beaucoup de gens, essentiellement des fondamentalistes religieux, en sont « encore là » en ce début de vingt et unième siècle. Néanmoins, cela n’a aucune incidence sur le fait qu’un Instructeur est associé à chaque ère zodiacale, la fonction de cet Instructeur (comme le Maître Jésus, etc.) n’ayant rien à voir avec les qualificatifs obsolètes : « Messie » et « Sauveur », qui sont attribués à celui-ci par des personnes spirituellement immatures. Voyez ce que je dis à ce propos dans mes deux textes consacrés à l’émergence de Maitreya et au retour du Christ, la manifestation (qui est « imminente ») de l’Instructeur pour l’ère du Verseau n’étant aucunement « le plus grand mensonge de tous les temps »… (Et mettez-moi à la poubelle les conneries relatives au « projet Blue Beam »…)

le-retour-du-christMon livre paru en 2012 dans lequel j’évoque notamment l’information de B. Creme (1922-2016) à propos de l’émergence de Maitreya

 

 

 

 

 

 

 

 

6. Les implants :

De nombreux soi-disant « thérapeutes » prétendent pouvoir extraire, chez les gens, des « implants ». C’est une marotte qui est en passe de devenir au moins aussi populaire, dans certains milieux « spiritualistes », que l’Ascension et que « les enfants Indigo ». La gourelle Laura Marie en parle abondamment dans ses interventions écrites (sur son site Web et sa page Facebook) et parlées (dans son stage dit de « reconnexion Indigo/Starseeds » – 77 euros pour accéder, sur son site, à son contenu)… Il existerait ainsi des implants de nature non physique qui seraient… implantés par de méchants extraterrestres « d’autres dimensions », dans un but de contrôle, de manipulation des gens. Personnellement, les seuls vrais implants extraterrestres que je connaisse sont ceux relatifs à divers cas d’« abduction », ces implants étant de nature physique et non éthérique. Mais passons… Si certaines prétendues « vérités » ne sont pas reconnues, on est, paraît-il, « dans le déni » (sic), quand on ne manque pas de « discernement vibratoire »

Nathalie Chintanavitch évoque « le mensonge des implants », les informations données sur Internet (notamment) au sujet de ces derniers ne concernant qu’une partie de la réalité des implants et de leurs fonctions. Ces dernières, diverses, ne sont pas toutes néfastes pour l’évolution humaine.

C’est à l’époque atlante que les implants, ou technologies non-humaines placées dans le corps physique, ont vu le jour. Il existait alors des endroits construits pour régénérer le corps. Cependant, les capsules de régénération utilisées avaient leurs limites, le temps finissant par l’emporter. Il fallait régulièrement des séances « encapsulées ».

la-confrerie-du-serpent« Alors ont été mises au point de minuscules capsules, de forme oblongue, ressemblant à des tubes très fins d’une dizaine de centimètres de longueur. Ces tubes étaient remplis de minéraux organiques liquides provenant de l’espace galactique. Ils avaient été obtenus par le commerce et les échanges interplanétaires. Ce liquide était celui des dieux créateurs. Il avait une couleur rose foncée, entre le fuschia et le violet. Il avait une action directe sur l’ADN car il contenait des micro-particules cristallines et organiques qui étaient orientées, c’est-à-dire programmées à l’avance. Ce liquide avait été programmé pour déceler les faiblesses du corps physique, qui entraînaient la dégénérescence au fil du temps, pour les reprogrammer régulièrement de façon autonome à partir de l’intérieur du véhicule humain. Ces micro-capsules étaient placées dans le dos, au niveau de la moelle épinière qui mettait en contact les oligames athoriques du corps avec les particules cristallines organiques programmées. Ces particules, de par leurs propriétés organiques, pouvaient circuler au-delà du tube qui les contenait et qui, au contact de la structure humaine, fusionnait avec celle-ci. Lorsque le corps en avait besoin, l’implant envoyait ses particules, via la moelle épinière, vers les oligames athoriques qui les relayaient alors à toutes les cellules du corps. Ce fut le premier implant visant à améliorer le corps depuis la strate purement physique. » (N. Chintanavitch)

Les technologies ou implants visant à optimiser les capacités du corps ont pour objectif de préserver celui-ci de certaines maladies et de la dégénérescence des cellules.

« L’implant nocif et destructeur pour le corps est une idée qui est communément acceptée et admise. Cela a été voulu. La peur permet de figer, de renoncer, repousser. La peur est un excellent outil utilisé à la perfection par ceux qui sont au contrôle. Des implants sont présents dans l’organisme car ils ont été placés là pour préserver certains aspects, pour protéger de certaines fréquences ou ondes. Ce sont des implants physiques, visibles dans le monde de matière. Les individus qui les portent ne se souviennent pas de l’instant où ceux-ci ont été placés en eux car ces souvenirs seraient traumatiques du fait de la peur généralisée au sujet des implants et de toutes les théories qui ont créé dans le mental humain une fausse réalité de ce qui est. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas d’implant négatif et déséquilibrant. Ils existent également. Mais la plupart du temps, ceux-ci sont intégrés et assimilés sous forme de particules véhiculées dans l’air, la nourriture, l’eau.

Certains implants, certaines technologies, visent à prendre le contrôle du corps, comme les micro-puces dont certains vantent les mérites en termes de sécurité de la personne. Mais les véritables implants, qui sont visibles physiquement bien que conçus avec des matériaux et des technologies inconnus sur la planète, sont placés dans le corps physique pour l’optimiser, l’améliorer, le rendre plus fort et plus résistant face aux menaces qui le traversent constamment sous forme d’ondes, de fréquences et de particules inconsciemment ingérées.

Les technologies qui visent à affaiblir le corps sont transmises à grande échelle par l’air que l’on respire, la nourriture que l’on ingère, l’eau que l’on boit. » (N. Chintanavitch)

L’auteure évoque la paranoïa créée face à l’implantation, dans le corps, de puces RFID :

« Cette paranoïa a été créée de toutes pièces pour générer une peur face à toute technologie qui pourrait interférer, interagir, ‘co-créer’, avec et pour le bien-être du corps humain. Le corps est déjà gorgé de particules et d’implants qui le déséquilibrent, qui s’attachent et se greffent aux cellules, à l’ADN, pour les affaiblir, les reprogrammer, bloquer le réveil de certains codes et de certaines facultés. Cela existe déjà et pourtant ceux qui sont au contrôle veulent créer une peur massive et généralisée d’une future micro-puce qui serait implantée sous la peau. » (N. Chintanavitch)

Nathalie Chintanavitch écrit que l’un des plus gros mensonges existant actuellement au sujet des implants « est le foisonnement de soi-disant thérapeutes qui disent et croient fermement être capables de retirer des implants du corps humain par des soins énergétiques ».

« Ces personnes ne sont pas à blâmer car elles sont persuadées d’agir pour le bien de l’humanité et pourtant elles ne sont que des instruments au service des forces sombres. Premièrement, les implants, quels qu’ils soient, ne peuvent pas être ‘enlevés’ par un simple soin énergétique ou quoi que ce soit du même genre. L’implant est physique par nature. Il n’est pas uniquement fréquentiel. Tous ces thérapeutes participent en réalité à l’affaiblissement des fréquences émises, dans le corps, par certains implants qui sont bien physiques et qui sont destinés à protéger et préserver l’organisme. Ces implants bénéfiques sont les seuls à pouvoir contrer les implants négatifs et toutes les particules néfastes que le corps reçoit en permanence. Le but des forces sombres est d’affaiblir ces technologies bienveillantes. Et cela fonctionne à merveille. Je sais bien qu’à ce stade de la lecture, beaucoup vont fermer ce livre car ces informations heurtent profondément l’ego des thérapeutes et personnes qui se sentent ‘missionnées’ ou ‘investies d’une mission de vie’, ou en contact avec je ne sais quel être qui leur délivre certainement des messages remplis de jolis mots mais qui en réalité ne fait que caresser l’ego dans le sens du poil pour mieux le contrôler.

Certains implants sont placés dans le corps pour l’affaiblir. D’autres sont là pour le régénérer et le préserver. » (N. Chintanavitch)

Personne ne peut prétendre pouvoir enlever des implants négatifs dans le corps d’une autre personne. On ne peut pas non plus activer des fréquences, des codes, des implants, contenus dans le corps d’un autre individu.

L’implant le plus dangereux est celui que la population mondiale réclamera car les gens seront convaincus de la nécessité de celui-ci.

S’il est possible d’« énergétiser » de l’eau, on ne peut pas déprogrammer les particules néfastes qui, prétend l’auteure, sont sciemment déposées dans l’eau par ceux qui ont « le contrôle », l’eau pure étant, selon elle, étant peu à peu retirée de la surface pour être remplacée par « une eau fabriquée, structurée, porteuse de programmes, de particules, contribuant aux plans de contrôle et d’asservissement ». C’est par l’eau que l’on boit que sont censées être transmises les particules qui se fixent aux brins d’ADN, ceux-ci émettant une onde visible par une couleur fluorescente. Les couleurs indiquent la « provenance de la personne », sa « lignée », le niveau de son évolution et celui du développement de ses capacités inscrites dans ses gênes. Chacun des deux brins d’ADN est composé de six brins qui donnent les couleurs spécifiques liées à l’évolution de l’individu. La transmission de fréquences par ce qui est appelé implant provoquent des mouvements circulaires amplificateurs, la programmation, la forme et l’orientation des flux générés par ces circulations d’énergie permettant de faire évoluer comme prévu les codes maintenus bloqués et les brins endormis, « outrepassant les ondes destinées à leur faire barrage ».

« Il est donc important de ne pas rejeter ces implants qui ne sont en aucun cas similaires à ceux qui agissent de façon contraire. (…) En aucun cas une personne extérieure à soi-même, que celle-ci soit thérapeute ou soi-disant maître en ceci ou cela, ne peut dire si un implant dans le corps d’un individu est positif ou négatif. (…) Il est temps de ne plus remettre votre pouvoir entre les mains d’individus qui n’ont même pas conscience que leurs agissements sont dictés par leur ego. Ceux-ci auront tendance à faire valoir leur capacité de dépasser leur ego et poursuivront leur chemin dans l’illusion tant qu’ils ne se rendront pas compte qu’en voulant à tout prix sauver ou aider l’autre, ils ne font qu’exercer leur pouvoir de contrôle qui plaît tant à l’ego et à ceux qui en sont à l’origine. » (N. Chintanavitch)

L’auteure annonce la future mise à disposition d’un « remède miracle » constitué d’une sorte d’implant voulu et désiré par tous les individus :

« (…) En effet, il faut une demande globale, une volonté, un désir provenant de la population, pour que certains programmes de contrôle puissent être effectués. Notamment les programmes d’implants spécifiques qui permettront d’avoir le contrôle total de la population. Tant que la population aura des a priori et des réticences vis-à-vis de ces implants technologiques à visée destructive, leur véritable pouvoir, qui va au-delà de leurs effets purement matériels et technologiques, ne pourra pas totalement être déployé. » (N. Chintanavitch)

Les mouvements d’action mis en place par le Plan permettent de transformer doucement les mentalités, sur un temps assez long, les tentatives de changement abrupt n’ayant jamais l’effet escompté.

« Ici, tout se fera en douceur et l’individu ne s’en rendra presque pas compte, finalement. Il verra que les choses dégénèrent et ne vont pas dans le bon sens, au niveau général, et il arrivera à un trop plein, un débordement de ce malaise qui aura duré trop longtemps. Alors il acceptera le remède miracle comme LA solution venue ‘du ciel’ (c’est le cas de le dire) et aura le sentiment que ses prières auront été entendues. » (N. Chintanavitch)

L’humanité entière croira à une transformation bénéfique et positive pour la planète, beaucoup de domaines étant plus ou moins touchés. L’illusion sera parfaite. (7)

 

Selon l’auteure, le puçage global de la population est un vaste mensonge qui cache « en réalité une partie de vérité, bien que les objectifs restent voilés ».

« Les théories au sujet des implants et du puçage de la population foisonnent sur Internet et sur les réseaux de communication divers. Ces théories s’appuient sur une fausse idée qui a été volontairement diffusée et qui reste volontairement présentée aux masses : celle de pouvoir contrôler la population comme l’on contrôle le bétail, de pouvoir surveiller, manipuler à distance, les actes et les pensées. Le Plan dépasse cette idée, en vérité. Ce qui est appelé puce, ou implant, et qui serait à l’avenir placé dans le corps physique de tout individu vivant sur cette planète, vise à satisfaire d’autres objectifs. Ce n’est que le début d’un vaste programme prévu pour amener la population dans une réalité augmentée réelle jusqu’à ce qu’elle ne fasse plus de différence entre la réalité terrestre véritable et la réalité augmentée, imbriquée, qui sera placée au même endroit via l’implant en question. Cet implant sera en réalité non pas uniquement un GPS ou une puce permettant de traquer les individus en permanence, mais un outil technologique créant une interface, au sein même du corps physique, grâce à une fusion fréquentielle particulière avec les cellules humaines, pour amener les individus à percevoir un monde holographique différent. Ce monde se placera progressivement sur la réalité physique. L’implant, en tant qu’interface, agira sur les sens et sur les perceptions humaines. Ce ne sera pas une détérioration de la réalité, ni une distorsion de celle-ci, mais une apposition d’un monde holographique que l’individu percevra comme étant la réalité. Voilà l’objectif fondamental de l’implantation globale de la population. Le programme de développement holographique ne peut se faire que si le corps physique possède l’interface adaptée pour intégrer les données et pour que ses sens puissent être ‘fréquencés’ sur la longueur d’onde voulue. C’est ainsi que le contrôle de la population pourra être total. Cette interface est obligatoire, nécessaire, pour que les sens puissent percevoir les programmations holographiques depuis n’importe quel endroit du globe et à n’importe quel moment. Il est nécessaire que le corps humain possède les capteurs, les récepteurs, nécessaires, pour accéder à cette réalité. Mais à quoi servira ce programme ? Ce programme servira à mieux manipuler les masses, à proposer des solutions qui seront en réalité des illusions, à faire croire à l’homme que le temps est venu pour lui d’obtenir tout ce dont il rêve, d’accéder à une réalité plus glorieuse, plus élevée. Ce programme va de pair avec la mise en place d’une religion mondiale. (…) » (N. Chintanavitch)

Toujours selon l’auteure, la réalité virtuelle holographique sera aussi proposée, sous forme de divers projets, avant l’implantation, pour surveiller et étudier les réactions de la population.

« En vérité, elle ne sera pas proposée mais sera insérée de temps à autre à la réalité physique. Le problème est ici que les technologies demandent des moyens considérables pour pouvoir permettre des projections holographiques de masse. Ce problème n’existerait plus si l’interface, via l’implant dans le corps humain, était présente et active. Les projections holographiques seraient pilotées depuis une sorte d’ordinateur central et ne nécessiteraient pas des points relais terrestres puisque les données seraient directement envoyées aux interfaces, c’est-à-dire aux implants dans les corps physiques, pour que les informations et les projections puissent s’effectuer instantanément. L’implantation de la population répond à la fois à une nécessité budgétaire pour que le programme de réalité augmentée par projection holographique puisse être mis en place sans avoir à installer des points relais, des machines ou autres ordinateurs et diffuseurs de données à différents endroits terrestres, et à une facilitation de la surveillance globale. C’est ainsi que les théories concernant l’implantation, les puces, les nanotechnologies, sont incomplètes. (…) » (N. Chintanavitch)

Selon ce que prétend l’auteure, la réalité virtuelle augmentée ou réalité holographique qui est prévue a été divisée en trois actes :

Le premier acte est celui qui amènera les gens, à l’échelle mondiale, « à adhérer à une seule croyance qui remplacera alors toutes les religions ». Cette réalité amènera, lit-on, l’individu à penser qu’il est entré « dans une strate différente », une dimension supérieure à la dimension terrestre…

« Le premier acte concernera donc les croyances, la religion qui deviendra unique, et l’idée que l’humanité a évolué en passant dans une dimension plus haute. » (N. Chintanavitch)

Le deuxième acte est relatif à « la sélection, la classification, des individus », ce que l’implantation est censée permettre (via des couleurs visibles au niveau de l’ADN).

Pour le troisième acte, il est prévu, annonce l’auteure, « plusieurs scénarios holographiques destinés à moissonner l’être humain », ceux qui sont à l’origine du Plan considérant la dernière phase du cycle comme une moisson, une récolte.

L’un des points clés de l’implantation est de pouvoir réinitialiser, en quelque sorte, l’ADN humain. C’est à cela que l’implant servirait si sa conception finale était un succès.

« Il aura la capacité de pouvoir réinitialiser le contenu de l’ADN, toutes les données, pour que les sphères physiques, mentales et émotionnelles, soient vierges. Les connaissances inscrites, génétiques, transgénérationnelles et collectives, disparaîtraient. L’ADN serait tout aussi vierge que les corps vitaux. L’humain serait réinitialisé sur tous les plans cette fois-ci. » (N. Chintanavitch) (8)

Que penser de ce scénario « holographique » concocté par l’auteure ? Je note qu’il ressemble beaucoup, par certains de ses éléments, au projet Blue Beam évoqué par Serge Monast (décédé en 1996), une thèse complotiste attribuée par ce dernier à… la NASA ! Personnellement, je ne crois pas à ces fadaises. Voyez à ce sujet mon texte : « A propos du projet Blue Beam » (Rubrique « Inclassables »).

 

7. Le channeling : une « grande illusion » ?

En novembre 2016, j’ai mis sur le présent site un texte (le précédent) consacré aux livres de Nathalie Chintanavitch. J’avais intitulé celui-ci : « Une channel française : Nathalie Chintanavitch ». Ayant signalé à l’intéressée ce texte, elle m’a répondu en me suggérant d’enlever certains passages du début de texte ainsi que la mention de channel la concernant : « Par contre j’ai un soucis car il ne faut pas que soit mentionné ‘channel’ en ce qui me concerne,… » Venant de sa part, cette opposition au channeling est d’autant plus surprenante qu’un certain nombre de ses écrits sont bien le fruit de messages « canalisés »… Du coup, j’ai rebaptisé mon texte : « Les livres de Nathalie Chintanavitch » (et j’ai enlevé les passages du début de texte). Dans mon email, j’avais précisé que j’avais commandé son dernier livre. Quelques jours après, j’ai eu en mains ce livre et je suis tombé sur le passage suivant qui répondait à ma question : pourquoi cette channel réfutait-elle le channeling au point de qualifier la canalisation (channeling) de « grande illusion » ?

« Les personnes appelées channel ou faisant du channeling, c’est-à-dire laissant entrer dans leur corps des énergies/entités extérieures délivrant par leur intermédiaire des messages ou des connaissances, servent toutes, sans exception, les forces de l’Ombre. Aucun être/énergie/entité de fondement divin et lumineux ne pénètre le corps physique humain. La canalisation est l’une des plus grandes illusions du Plan. Elle incite les individus en quête de vérité à ouvrir la porte d’accès de leur corps physique, de leurs cellules et de leur ADN, à des énergies de l’Ombre. Les véritables énergies divines ne peuvent pas ‘incorporer’ un individu, quel qu’il soit. Elles ne le peuvent pas tout simplement parce qu’elles n’ont pas accès de cette façon au monde de matière, à cette matrice qui a été façonnée par les énergies sombres. Les véritables énergies pures se trouvent au-delà des sphères terrestres imbriquées et n’ont accès à celles-ci que lorsqu’elles s’incarnent véritablement, c’est-à-dire lorsqu’elles passent par le processus naturel de naissance, de vie et de mort, dans un corps physique humain. Les sphères terrestres imbriquées, c’est-à-dire toutes les strates qui constituent cet univers de matière et d’illusion, ont été créées par les énergies sombres, aux origines, et ce sont ces énergies qui les contrôlent, les dirigent, les façonnent et les modèlent à leur image. Parmi ces sphères, plus ou moins denses, plus ou moins astrales, éthérées, se trouvent des mondes qui ont un aspect tout à fait paradisiaque et correspondant à l’image d’harmonie, de perfection, de jardin d’Eden, que se font la plupart des individus. Ces sphères ont été créées pour plaire aux hommes. Elle sont été créées pour les berner, une fois de plus, en leur offrant l’illusion du paradis dont ils rêvent tous, l’illusion de la perfection et de la pureté d’un monde harmonieux auquel ils aspirent. Et ils s’y retrouvent, soit après la mort, soit lors de voyages astraux, confondant cette illusion avec ce qui existe mais qu’ils n’ont encore jamais touché.

(…) Toute canalisation, toute incorporation d’esprit, d’entité, d’énergie, quelle qu’elle soit, est un leurre. La véritable connaissance est transmise directement, sans que l’énergie-source n’ait besoin de pénétrer le corps physique humain. Certaines informations-sources peuvent être reçues par ce que l’on appelle la télépathie, mais encore faut-il avoir le discernement nécessaire pour bien distinguer la source du message et ne pas confondre énergie pure avec énergie sombre qui tenterait de se faire passer pour une énergie pure. Qu’ils soient d’aspect positif et lumineux, tous les messages délivrés par canalisation, c’est-à-dire par descente d’une entité dans un corps physique, que ce soit totalement ou à moitié (car certaines entités descendent à moitié dans le tube de lumière et cela est suffisant), sont une illusion. Ils ne servent qu’à endormir ceux et celles qui ont choisi de s’éveiller, qui sont en quête de bien-être et qui sont friands de ce genre de messages plus ou moins perchés. La réalité est toute autre. Elle ne plaira certainement pas à beaucoup de personnes qui préfèreront continuer de croire à un monde illusoire où des êtres bienveillants accompagnent l’humain en lui délivrant des messages d’amour et de paix. (…) J’ai toujours refusé que l’on me nomme channel car je ne me considère pas comme un channel. Il y a de ça presque quinze ans, lorsque j’ai écrit mon premier livre, on me sollicitait de toutes parts pour que je ‘canalise’. Je l’ai fait, deux ou trois fois, en public, c’est-à-dire que j’ai ouvert l’accès à ces forces que je pensais positives, mais je ne leur permettais jamais de descendre plus bas que le cœur car je sentais que cela me dérangeait. Et je me suis vite aperçue que les véritables enseignants, les véritables énergies pures qui se présentaient lors de mes sorties hors du corps (véritables sorties hors du corps et non pas projection mentale faussée), n’étaient pas ceux et celles qui disaient venir lors de canalisations. Bien que les messages soient positifs et lumineux, bien qu’ils soient porteurs d’informations parfois intéressantes (parce que toute énergie qui pénètre dans le corps physique a la capacité de lire dans l’ADN de son hôte), la canalisation est l’une des plus grandes illusions de ces derniers temps. Les énergies pures ne prennent pas de corps. Elles ne descendent pas dans le corps physique humain. Elles ne s’attachent pas aux cellules et à l’ADN humain. Elles n’ont pas accès à cette matrice terrestre. Toutes les entités, qu’elles se fassent appeler par tous les noms de maîtres ascensionnés, d’enseignants, ou autres, sont des imposteurs qui font croire aux individus qu’ils sont dotés de la capacité de canaliser. Cela ne sert en réalité qu’à nourrir leur ego. J’ai compris cela dès le début. Les informations sont accessibles uniquement par soi-même ou délivrées directement lors de conversations, dialogues, communications, qui ne sont pas des canalisations, c’est-à-dire que ce sont des rencontres et des dialogues véritables. Cela sera certainement difficile à accepter par tous ceux et celles qui, depuis des années, recherchent cette nourriture spirituelle. Je ne canalise pas d’énergie, d’entité, d’esprit, d’être, ou quoi que ce soit. L’information est là, dans notre ADN, et il faut juste savoir la décoder. Des codes et des clés sont transmis pour que chacun puisse décoder l’information et la connaissance dans son propre ADN. Mais en aucun cas il ne s’agit de canalisation.

En prenant possession d’un corps qui donne son accord pour être investi, l’énergie sombre a accès à l’information codée dans l’ADN de l’individu. Elle peut à sa guise utiliser ces informations, auxquelles elle peut aussi ajouter ses propres connaissances puisqu’elle connaît le secret des origines, pour donner aux hommes une nourriture spirituelle illusoire qui ne fait qu’augmenter le degré d’endormissement de l’esprit humain. De plus, les personnes qui se nourrissent de ce genre de messages canalisés sont celles qui pourraient facilement développer leurs capacités endormies et les codes contenus dans leur ADN. C’est pour cette raison que ces personnes sont la cible de cette facette du Plan qui concerne la canalisation et le domaine spirituel. » (N. Chintanavitch) (9)

M’intéressant depuis longtemps au channeling, je ne suis pas d’accord avec ces affirmations qu’il convient de tempérer. Dans mes livres, je fais une large place aux informations reçues par channeling, et ce, dans divers domaines : prophéties, présence extraterrestre, etc. On ne peut pas sérieusement dire que toutes les personnes faisant du channeling servent les « forces de l’Ombre » (sic). D’abord, l’état modifié de conscience des channels varie en fonction des cas, ce qui va de la transe profonde (laquelle implique effectivement une prise de « possession » par l’entité communicante) à la transe légère (qui traduit une mainmise moins importante de l’entité communicante), certains cas impliquant une simple forme de communication mentale entre l’entité et la conscience du channel. Il ne s’agit donc pas, dans tous les cas, de prendre possession d’un corps… Il est vrai que, dans le domaine de la médiumnité et du channeling, les sources sont plus ou moins fiables, certaines étant adaptées à un public particulier (comme dans le cas de messages fortement teintés de fondamentalisme religieux et faisant appel à des concepts éculés du genre : Satan, enfer, Fils unique de Dieu, etc.) et relevant d’une forme de désinformation, d’autant que ces cas impliquent une usurpation d’identités de la part des entités communicantes (ce qui est aussi vrai pour certains messages de type « New Age », l’objectif recherché étant de faire passer les messages concernés à des gens réceptifs à ceux-ci). Ainsi, toutes les communications labellisées « Jésus », etc., n’émanent pas réellement des êtres allégués mais d’autres entités se faisant passer pour eux afin d’avoir l’impact nécessaire auprès des personnes ciblées. Néanmoins, prétendre que toute canalisation est un « leurre », c’est totalement inexact car il existe de nombreuses sources que j’estime fiables. (On en a de nombreux exemples dans les channelings publiés aux éditions Ariane.) Voyez, sur ce thème, mon premier livre : « Communications interdimensionnelles » (JMG éditions, 2007), ainsi que mon texte, sur le présent site, dans la rubrique « Au-delà et médiumnité » : « Channeling : le problème de la fiabilité des sources ».

 

8. Le New Age :

A propos du mouvement du New Age, on avait l’habitude de lire les critiques émanant de croyants orthodoxes ou de rationalistes, les membres de ces deux courants de pensée défendant leurs propres dogmes et leur propre vision de la réalité. Depuis un certain temps, on assiste cependant à de virulentes critiques émanant de « spiritualistes hors religion », lesquels, tout en dénonçant les religions, s’en prennent aussi au « New Age », un vocable qui ne semble pas très bien défini chez eux mais qui leur donne l’occasion de se démarquer de certains affirmations et conceptions, alors qu’eux-mêmes seraient à vrai dire catalogués dans le même moule qu’ils prétendent dénoncer. Ces attaques contre le New Age se trouvent sur divers sites Web, dans diverses vidéos YouTube, etc. Voyez par exemple, dans la même rubrique « Spiritualité du troisième millénaire » du présent site, le texte : « Les dangers du New Age selon Laura Marie ».

Des intervenants sur diverses pages Facebook et à la suite de diverses vidéos YouTube font des commentaires « à l’emporte pièce » à propos de diverses informations et de divers concepts mis dans la rubrique fourre-tout du New Age. Voici un exemple parmi beaucoup d’autres, pris sur la page Facebook de Rachel Fortun (on a vu celle-ci, qui par ailleurs pratique « l’hypnose régressive », en octobre ou novembre 2016 dans une émission de témoignages – sorte de remake de « C’est mon choix », l’animatrice, Evelyne Thomas, étant la même – de la chaîne 25, le thème ayant été les Aliens) :

« Ashtar ou Maitreya sont tous des noms inventés dans les années 60, par les membres des Jésuites qui ont crée le New Age.

Les fameux Maitres ascensionnés n’existent que pour les croyants qui n’ont pas les clefs de la Connaissance.
Tout repose exclusivement sur des croyances comme pour la Bible et toutes les bases des religions.
Cette civilisation repose sur des mensonges et je ne vois pas comment elle pourra s’en sortir, collectivement sûrement pas, individuellement c’est possible. »

Je lui ainsi répondu :

« Vous écrivez là de grosses conneries. Vous n’y connaissez rien ! Je ne sais pas où vous sortez vos inepties, sûrement dans des textes ou sites débiles sur le Web dont se repaissent, à satiété, des gens comme vous. Ashtar est mentionné (et non inventé) pour la première fois dans les années 1950 et non 1960, puisque le contacté George van Tassel l’avait déjà mentionné au début des années 1950… Quant à Maitreya, il est mentionné, de longue date, en tant que Bodhisattva et futur Bouddha, dans le bouddhisme justement… Les Jésuites ont créé le New Age ? D’où tenez-vous cette absurdité ? Quant aux Maîtres ascensionnés, ils sont cités par une multitude de sources qui se recoupent. Beaucoup de contrevérités dans vos propos et un total manque de discernement. Si vous étiez le seul, hélas Internet pullule d’assertions fausses et grotesques de cet acabit. Et vous prétendez avoir la Connaissance ? Laissez-moi rire ! »

Réponse de « l’anti-New Age » :

« Mon pot, tu n’es pas de taille et ta rhétorique n’excite que ton petit EGO.

Crois en ce que tu ne connais pas et acceptes ton ignorance mais en seras-tu seulement capable ?

Je ne perds plus mon temps avec les Zombies et n’envisage même pas leur avenir dans ce que nous mettons en place.

Ce qui est perdu restera perdu. » (?)

On voit que ce type n’est pas « très net » (même s’il s’exprime sur le Net) dans ses propos… Son cas illustre en tout cas le caractère débile des commentaires primaires et insultants qui pullulent sur le Web (réseaux sociaux, commentaires de vidéos YouTube, etc.). Je lui ai répondu, lui conseillant de rester dans sa « débilité profonde » et rappelant que ses « infos » datées sont bidon, les références précises, qui existent, étant là pour le démontrer. Pour Maitreya, je suppose qu’il fait en fait référence aux informations initialement impulsées par Benjamin Creme. Mais il écrit une contrevérité lorsqu’il parle, à propos de Maitreya, de « nom inventé dans les années 60 ». En réalité, c’est dans les années 1970 que B. Creme a commencé à parler publiquement de l’information associée à l’émergence de Maitreya, avec son premier livre intitulé : « Le retour du Christ et des Maîtres de Sagesse ». (Il faudrait même remonter à Alice Bailey, 1880-1949.) Quant à prétendre que ce sont les Jésuites qui ont inventé Maitreya, il faut rire un bon coup, sachant que l’information véhiculée – et notamment l’information associée au retour du Christ – par B. Creme n’a strictement rien à voir avec les croyances des croyants orthodoxes, fussent-ils jésuites… (Par exemple, diverses sources, dont B. Creme, font état de la distinction entre le Maître Jésus et le Christ, le deuxième ayant « adombré » le premier.) De plus, qu’Ashtar puisse avoir été inventé par les Jésuites est totalement risible, sachant qu’Ashtar est une entité extraterrestre alléguée initialement évoquée, dans les années 1950, par le contacté américain George van Tassel, lequel n’avait rien d’un Jésuite… En fait, nous sommes là en plein surréalisme et dans l’anachronisme historique. Les commentaires du bonhomme faisaient suite, parmi bien d’autres, à la mise en lien, par Rachel Fortun (sur sa page Facebook), de la vidéo YouTube d’un type qui s’en prend au New Age (il en a, entre autres, après « les Pléiadiens » !)…

Mais qu’est-ce que le New Age ? Comme je le précise dans mon livre : « Prophéties pour les temps nouveaux » (éditions Le Temps Présent, 2014), il convient de distinguer, dans un premier temps, le mouvement du Nouvel Age (ou New Age) et l’ère du Verseau proprement dite. Le New Age constitue un network (« structure à réseau »), un réseau de groupes informels ayant des intérêts et des idées en commun, mais qui ne se reconnaissent pas comme liés par des hiérarchies et des structures… Ce mouvement a fait l’objet de critiques émanant d’auteurs et de courants de pensée qui pourtant s’opposent sur bien des points : rationalistes et Eglise catholique – ils défendent en fait leurs propres dogmes -, ésotéristes…

Le véritable nouvel âge, c’est l’ère du Verseau, l’ère zodiacale devant succéder à l’actuelle ère des Poissons finissante. Celle-ci est, rappelons-le, en rapport avec la précession des équinoxes, c’est-à-dire le mouvement de notre système solaire par rapport aux constellations du zodiaque. Le cycle complet de ce mouvement dure environ 26.000 ans, une ère zodiacale durant 2160 ans.

 

9. Il faut être riche pour prétendre avoir des « connaissances vraies » !

Je donne ci-après ce bien curieux commentaire de Sandalphon l’Archange immortel, lequel relie « les connaissances vraies » (sic) à la réussite (pécuniaire et matérielle) dans la vie :

« L’individu qui possède les connaissances vraies et qui est réellement au service de la lumière, qu’il en soit conscient ou pas puisque cela est possible qu’il agisse avec tout son cœur et toute la pureté de son âme sans spécifiquement être actif dans un domaine classé spirituel, ne connaît ni la maladie ni le manque d’argent. S’il vibre sur les fréquences pures et divines, il attire dans sa ligne de vie ces mêmes fréquences et l’abondance en fait partie, sous toutes ses formes, à savoir la santé parfaite, l’abondance financière et intellectuelle, le bonheur sous tous ses aspects. Cette information, aussi simple soit-elle, doit venir désamorcer votre conditionnement initial. En tout cas, j’espère qu’elle y participera. » (10)

En d’autres termes, si vous êtes pauvre et que vous n’avez donc pas « réussi dans la vie », c’est que vous n’avez pas accès aux « connaissances vraies » ! Je me sens un peu (et même beaucoup) visé (avec ma petite allocation)…Voilà des propos surprenants émanant d’un individu présumé immortel qui, ne connaissant qu’une alléguée unique vie terrestre de très longue durée, se permet de « tirer sur les pauvres »… Il est vrai que le bonhomme est censé ne pas avoir connu le terrible cycle d’incarnations successives, les notions de karma et de leçons de vie à apprendre dans le cadre du programme évolutif de l’âme-personnalité n’étant par ailleurs nullement évoquées. Si je comprends bien, pour avoir accès aux « connaissances vraies » (sic), il faut par exemple – prenons le cas des sportifs dits « de haut niveau » grassement rémunérés, mais je pourrais aussi prendre celui des « stars » hollywoodiennes, par exemple – faire partie de ceux et celles à qui on donne des sommes mirobolantes (et scandaleuses, y compris à cause des sponsors) pour donner, par exemple, des coups de pied dans un ballon, renvoyer une balle, mettre un ballon dans un panier, mettre une petite balle dans un trou, conduire une voiture le plus rapidement possible (au risque de se crasher) ou administrer des coups de poings dans la tronche de quelqu’un d’autre (pas très bon pour la santé)… Ceux-là et celles-là, c’est sûr, ils/elles ont des « connaissances vraies » !

Bref, il ne « manque pas d’aise » cet Archange immortel, lui qui n’a jamais connu la réincarnation (et ses vicissitudes)…

Un lecteur du texte ci-dessus, Kevin Milhamont, m’a « gratifié », ci-dessous dans la rubrique « Commentaires », de deux commentaires désagréables à propos de cet article. Je les ai enlevés quand j’en ai pris connaissance 24 heures environ après leur mise en ligne, car je ne tiens pas à ce que mon site soit pollué par des intervenants à la critique facile. Je lui ai répondu par mails, et j’ai aussi répondu aux mails qu’il a envoyés sur ma messagerie. Mes réponses à propos de ces derniers se trouvent dans un autre article du présent site.

Dans l’un des deux commentaires qui se trouvaient ci-dessous, il me disait que je cite « à de nombreuses reprises Sandalphon comme point de référence central ». Hors, ajoute-t-il, « il s’avère que cette source s’avère non fiable, étant donné que ce sont des informations émanant d’un channeler ayant canalisé un soi-disant archange qui, plus est, semble immortel, tout comme peut l’être l’âme et l’esprit de tout un chacun ».

« Comment pouvez-vous être certain que cet archange se présentant à cette personne en soit réellement un et non un usurpateur ? Ne soyez pas non plus totalement naïf au point de balayer d’un revers de la main l’idée que des entités négatives puissent revêtir l’apparence d’un soi-disant être de lumière pour mieux tromper l’individu. S’il existe des forces positives et altruistes, il existe également des entités négatives, et vous semblez totalement réfractaire à cette idée, et ceci en vue de maintenir votre zone de confort. Bref, vous semblez ne pas être très objectif. Pourquoi votre source serait plus crédible que d’autres ? Avez-vous le monopole de la vérité et surtout auriez-vous la prétention de tout savoir et de tout connaître ? Avez-vous envisagé la possibilité que toutes les personnes que vous citez dans votre article soient au final dans le vrai et que vos croyances vous empêchent de prendre en considération ce type d’information ? Il semblerait que vous preniez des références afin de vous conforter dans vos propres croyances. Auriez-vous peur d’une certaine vérité qui mettrait à mal vos croyances les plus fondamentales ? Je pense que vos jugements hâtifs et quelque peu péremptoires ne sont en rien convaincants. Vous êtes dans l’acharnement et surtout vous tentez de rallier à votre cause un certain nombre de gens afin qu’ils adoptent votre manière de penser. Donc, de grâce (…), soyez plus tolérant, et les gens vous écouteront plus facilement. »

Dans l’autre commentaire, il déclare que tous les channelings « sont sujets à la controverse », qu’ils n’ont rien de probant, et que ces soi-disant channels « peuvent mentir sciemment et inventer de belles histoires, tout comme ils peuvent être manipulés à leur insu ».

« Comment pouvez-vous vous fier à ces gens, tout en sachant qu’il y a pas mal d’arnaques dans ce milieu ? Il est évident, selon moi, que différentes sources canalisées sont polluées et donc non recevables. Sous prétexte qu’un canal vous dit que le complot n’existe pas, vous allez prendre pour argent comptant tout cela sans prendre la peine de faire vos propres recherches et analyses ? Vous manquez là cruellement de discernement et c’est peu dire. Votre article n’est en rien convaincant, et je tiens à le souligner. Toutes vos sources peuvent vous paraitre crédibles car cela coïncide en tout point avec les croyances que vous nourrissez. Donc SVP soyez un peu plus nuancé dans vos propos et moins dans le jugement. Merci. »

A noter, d’abord, que ces propos émanent d’un individu qui m’avait envoyé, le 10 mars 2017, un mail dans lequel il récusait l’origine extraterrestre des OVNIs, et donc la présence extraterrestre, au profit d’agissements émanant de démons, le tout en relation avec les « plans de Lucifer/Satan », sans oublier une tirade sur le « Nouvel Ordre Mondial » et contre la franc-maçonnerie. Les NDE sont aussi suspectées être l’oeuvre de démons… Cela situe le niveau. En 2015, il était pourtant opposé aux interprétations sataniques… (Je détaille tout cela dans un autre texte.)

Mais revenons aux commentaires. D’abord, la source Sandalphon, évoquée par Nathalie Chintanavitch, n’est pas présentée par cette auteure comme ayant été canalisée. Elle ne donne en fait pas d’info à propos du processus par lequel Sandalphon a fourni son récit. Il peut s’agir de channeling, mais aussi éventuellement d’une rencontre physique avec l’individu concerné. A noter en outre que Nathalie Chintanavitch est critique par rapport au channelingelle ne veut d’ailleurs pas qu’on la présente comme une channel -, et je donne d’ailleurs, dans mon texte ci-dessus, la citation concernée. C’est à croire que Milhamont n’a pas lu ce passage, ou qu’il retient, ou croit retenir, ce qu’il veut !

Ce qui est tout aussi grave, pour lui qui me fait la leçon, c’est qu’on dirait qu’il n’a pas non plus lu, dans le texte ci-dessus, ce que j’écris à propos des usurpations d’identités dans certains cas de channeling :

« Il est vrai que, dans le domaine de la médiumnité et du channeling, les sources sont plus ou moins fiables, certaines étant adaptées à un public particulier (comme dans le cas de messages fortement teintés de fondamentalisme religieux et faisant appel à des concepts éculés du genre : Satan, enfer, Fils unique de Dieu, etc.) et relevant d’une forme de désinformation, d’autant que ces cas impliquent une usurpation d’identités de la part des entités communicantes (ce qui est aussi vrai pour certains messages de type ‘New Age’, l’objectif recherché étant de faire passer les messages concernés à des gens réceptifs à ceux-ci). Ainsi, toutes les communications labellisées ‘Jésus‘, etc., n’émanent pas réellement des êtres allégués mais d’autres entités se faisant passer pour eux afin d’avoir l’impact nécessaire auprès des personnes ciblées. »

A noter que j’évoque des cas d’usurpation d’identités dans mon premier livre (« Communications interdimensionnelles »), que Milhamont n’a bien sûr pas lu, ainsi que dans mon texte, sur le présent site, consacré justement au « channeling : le problème de la fiabilité des sources ». (Il est vrai que mes écrits sont plutôt « étendus » et que les parcourir tous demande un intérêt pour ceux-ci qui fait complètement défaut à Milhamont.) On mesure donc l’absurdité, chez Milhamont, de m’accuser d’être « totalement naïf au point de balayer d’un revers de la main l’idée que des entités négatives puissent revêtir l’apparence d’un soi-disant être de lumière pour mieux tromper l’individu ». Comme si j’ignorais qu’il « existe également des entités négatives » et que je semble être « totalement réfractaire à cette idée, et ceci en vue de maintenir » ma zone de confort, la conclusion erronée de cet individu étant que je ne semble pas être très objectif ! Du grand n’importe quoi, puisque dans mon modèle théorique j’évoque toujours des entités (extraterrestres et autres) de nature « positive » et « négative »… (Voyez par exemple mes textes sur les OVNIs, les « abductions », etc.)

Maintenant, le problème réside dans le fait de jeter l’opprobre, comme le fait Milhamont et d’autres individus de son acabit, sur l’ensemble du channeling, alors qu’il existe en réalité de nombreux cas fiables de channeling. C’est comme avec le « New Age » : ces mêmes individus tirent sans discernement sur l’ensemble de ce mouvement comme ils tirent sur l’ensemble des channels. Des critiques comme Milhamont, qui fustigent sans discernement l’ensemble du channeling au prétexte qu’il y aurait des entités trompeuses ou des charlatans, seraient dans l’incapacité de donner des critères cohérents pour discerner ce qui serait faux et ce qui pourrait être vrai, les seuls éléments qui permettraient cette sélection ne pouvant être, chez eux, que de nature subjective et partiale, et donc dénués de fondement. Parler de façon très générale et « vaseuse », c’est une chose, cela permet de « noyer le poisson » et de jeter l’opprobre sur une pratique, mais le faire de façon objective et sensée, c’est autre chose. Ainsi, si Sandalphon était réellement une source canalisée (ce qui n’est pas affirmé dans le livre de Nathalie Chintanavitch), rien n’autoriserait à prétendre, contrairement à ce que fait Milhamont, que cette source n’est pas fiable au prétexte que ce serait du channeling. La question suivante de Milhamont : « Comment pouvez-vous être certain que cet archange se présentant à cette personne en soit réellement un et non un usurpateur ? », est nulle et non avenue dans la mesure où, si je me suis contenté de donner certains éléments d’information donnés par la source Sandalphon, je pars simplement d’un a priori positif quant à l’authenticité de l’identité alléguée, ce qui est mon droit, étant entendu que par ailleurs je n’affirme pas moi-même dans mon texte que Sandalphon est un réel archange. Milhamont demande pourquoi « ma source » serait plus crédible que d’autres, ce qui n’est pas approprié puisque je ne fais que rapporter les dires de ladite source, sans pour autant faire miens tous ses propos.

Puis Milhamont me demande si j’ai le monopole de la vérité et surtout si j’ai la prétention de tout savoir et de tout connaître, si j’ai envisagé la possibilité que toutes les personnes que je cite dans mon article sont au final dans le vrai et que mes croyances m’empêchent de prendre en considération ce type d’information, et il ajoute qu’il semblerait que je prenne des références afin de me conforter dans mes propres croyances. Et il pose la question de savoir si j’aurais peur d’une certaine vérité qui mettrait à mal mes croyances les plus fondamentales.

Ma réponse est que personne n’a l’apanage de la vérité et de l’erreur, pas plus qu’on ne peut tout savoir et tout connaître, mais que rien n’interdit de se positionner par rapport à certaines allégations, de procéder à l’étude comparative de nombreuses sources et d’arriver, sur la base de cette étude, à des convictions étayées par rapport à ces allégations ou sources. Cela fait partie du processus de recherche de la vérité. On peut ainsi arriver à la conclusion que certaines personnes sont dans l’erreur par rapport à certains sujets (l’allusion aux personnes que je cite dans mon article concernant probablement celles qui prônent certaines thèses complotistes), la non prise en considération de ce type d’information étant corrélée soit à des éléments rendant caduques ces allégations, soit à des assertions non sérieusement étayées (comme dans le cas de beaucoup de rumeurs de type complotiste). Ce ne sont pas « mes croyances » qui empêchent cette prise en considération, c’est un processus de réflexion étayé par le recours à des sources d’information négligées par les personnes qui vivent par exemple dans un univers complotiste primaire associé à des informateurs non fiables. Mes « références » sont là, justement, pour contrecarrer ces allégations, pas pour conforter ce que le critique appelle mes croyances. Agiter une éventuelle peur, chez moi, « d’une certaine vérité » (sic) – qui n’en est pas une – qui mettrait à mal mes « croyances les plus fondamentales » (sic) est, en conséquence, tout à fait ridicule et inapproprié. On notera que Milhamont ne donne pas d’exemple précis pour illustrer ses propos, ce qui m’empêche moi aussi d’être plus précis pour étayer mes dires. C’est un cercle vicieux, et c’est là d’ailleurs que réside le problème : donner dans les généralités brumeuses et les accusations à l’emporte-pièce pour porter un jugement négatif sur mon approche, sans pour autant argumenter sur des points précis.

Milhamont évoque, chez moi, des « jugements hâtifs et quelque peu péremptoires », lesquels ne sont, prétend-il, « en rien convaincants », alors que mes conclusions, et non des jugements hâtifs, sont en réalité le résultat d’une longue accumulation de données et d’un travail de synthèse poussé qui échappe à cet individu. Bien sûr, je ne suis point dans « l’acharnement » (sic), pas plus que je ne tente de rallier à « ma cause » (sic) des gens afin qu’ils adoptent ma « manière de penser » (sic), d’abord parce qu’il ne faut pas prendre pour de l’acharnement ce qui n’est que l’expression de conclusions assumées par rapport à des études argumentées, ensuite parce que je présente mes conclusions et convictions sans pour autant avoir la prétention de pouvoir rallier qui que ce soit à ma dite « cause » ou à ma « manière de penser » !

Quant à la tolérance, que Milhamont m’accuse de ne pas avoir, il ne faut pas la confondre avec l’acceptation de tout et n’importe quoi, comme si toutes les allégations se valaient (une chose et son contraire), ce qui ne peut que faire l’économie du processus de recherche de la vérité et nier le droit à assumer ses propres convictions tout en montrant le caractère erroné de certains propos.

Dans le second commentaire, Milhamont déclare que tous les channelings « sont sujets à la controverse », qu’ils n’ont rien de probant, et que les soi-disant channels « peuvent mentir sciemment et inventer de belles histoires, tout comme ils peuvent être manipulés à leur insu ». Certes, les channelings sont sujets à controverse, mais comme tous les phénomènes « extraordinaires », dirai-je, ce qui n’est pas un gage d’absence de réalité. Que les channels, dans leur ensemble, peuvent mentir sciemment et inventer de belles histoires, non, il suffit d’assister à certaines séances de channeling (trois pour ma part) pour se rendre compte que beaucoup d’entre eux sont authentiques, qu’ils ne feignent pas leur état modifié de conscience, leur expression vocale (pour les trois séances auxquelles j’ai assisté) étant fluide. Ce n’est pas quelqu’un qui réciterait un texte qu’il aurait appris… Quant à la « manipulation à leur insu », on retombe ici dans la paranoïa, probablement de type « contrôle mental » ; à moins qu’il ne s’agisse d’une allusion à des entités manipulatrices se faisant passer pour ce qu’elles ne sont pas, ce qui existe certes, sans pour autant pouvoir s’appliquer à l’ensemble des entités communicantes.

« Comment pouvez-vous vous fier à ces gens, tout en sachant qu’il y a pas mal d’arnaques dans ce milieu ? Il est évident, selon moi, que différentes sources canalisées sont polluées et donc non recevables. Sous prétexte qu’un canal vous dit que le complot n’existe pas, vous allez prendre pour argent comptant tout cela sans prendre la peine de faire vos propres recherches et analyses ? Vous manquez là cruellement de discernement et c’est peu dire. Votre article n’est en rien convaincant, et je tiens à le souligner. Toutes vos sources peuvent vous paraitre crédibles car cela coïncide en tout point avec les croyances que vous nourrissez. Donc SVP soyez un peu plus nuancé dans vos propos et moins dans le jugement. »

D’abord, sur quoi repose l’allégation selon laquelle « il y a pas mal d’arnaques dans ce milieu » ? Je connais beaucoup de sources canalisées, et, à vrai dire, très peu se sont avérées être l’objet d’arnaques. On cite quelques cas, mais ils ne constituent qu’une minorité, étant entendu que je ne me réfère qu’aux channels ayant publié (en laissant de côté Internet) et non à des channels plus ou moins inconnus qui peuvent oeuvrer comme de nombreux faux voyants ou médiums. A remarquer encore : Milhamont ne donne aucun exemple de ces prétendues nombreuses arnaques chez les channels ! C’est classique : faisons des généralités (à outrance) sans aucun cas factuel, la meilleure façon, bien sûr, de discréditer un phénomène ou une pratique sans jamais étayer sérieusement ses propos. Ainsi, il n’est pas possible d’évaluer la pertinence ou non de ces prétendues arnaques !

La réponse à la question : Comment pouvez-vous vous fier à ces gens ?, est simple : les arnaques (lesquelles ?) mises à part, c’est le contenu des communications qui permet d’évaluer la pertinence des infos véhiculées – tout au moins pour celui qui est familier avec ce type de communications -, sans oublier les recoupements que l’on peut faire, entre les différentes sources, par rapport aux divers thèmes abordés. C’est une question de « feeling » et de « ressenti », des vocables qui, je n’en doute pas, ne résonnent pas chez certains.

Pour Milhamont, « différentes sources canalisées sont polluées et donc non recevables ». Mais là encore, le critique ne donne aucun exemple, ce qui ne permet pas d’évaluer la pertinence ou non des critères utilisés pour dire que telle ou telle source est « polluée » et « non recevable ». Encore le domaine des formulations vagues et nébuleuses qui, en définitive, n’ont aucune valeur démonstrative.

« Sous prétexte qu’un canal vous dit que le complot n’existe pas, vous allez prendre pour argent comptant tout cela sans prendre la peine de faire vos propres recherches et analyses ? Vous manquez là cruellement de discernement et c’est peu dire. »

L’histoire du « canal » qui dit que le complot n’existe pas est une allusion manifeste au propos de Sandalphon que j’ai évoqué dans le texte. Sauf que, comme je l’ai précisé plus haut, je ne sais pas si l’enseignement de Sandalphon a été « canalisé » par Nathalie Chintanavitch, l’auteure n’ayant donné dans son livre aucune précision à ce sujet. Et l’auteure récuse plus le channeling (même s’il lui est arrivé d’en faire) qu’elle ne le défend ! Du coup, si cette déclaration n’a pas été « canalisée »… Néanmoins, cela va globalement dans le sens de ma conclusion sur ce sujet. Quant aux « recherches et analyses » que Milhamont m’accuse de ne pas faire, je lui répondrai qu’il y a des sources sérieuses qui démolissent les assertions complotistes. Mais pour les crédules qui croient à n’importe quoi, ces sources (médias, chercheurs…) sont bien sûr ignorées ou rejetées. Par exemple, une étude sur les chemtrails faite par des scientifiques a montré, en 2016, que les assertions sur ces dits épandages de produits chimiques n’avaient aucune réalité. Bien sûr, ce genre d’étude n’est pas répercuté par les complotistes de tout poil qui vivent en autarcie (sur leurs pages Facebook et leurs sites Web) et qui s’en prennent aux médias et aux chercheurs « officiels » inféodés, of course, au « Nouvel Ordre Mondial », sans oublier les Illuminati et les francs-maçons… Pour le coup, le manque cruel de discernement existe chez les complotistes du genre Kevin Milhamont, mais pas chez moi, contrairement à ce que ce dernier insinue !

En conclusion, que dit celui qui prétend (du haut de son incompétence) me faire la leçon ? Il écrit que mon article « n’est en rien convaincant », ce qu’il tient à « souligner ». Ce sont en réalité ses propos qui n’ont rien de convaincant, ce que je tiens à mon tour à « souligner ».

« Toutes vos sources peuvent vous paraitre crédibles car cela coïncide en tout point avec les croyances que vous nourrissez. Donc SVP soyez un peu plus nuancé dans vos propos et moins dans le jugement. »

Mes sources sont crédibles car elles se recoupent sur de nombreux points. De plus, il y a une « hiérarchie » dans la pertinence des sources consultées sur les divers sujets traités. La « hiérarchie » de cet individu ne correspond pas du tout à la mienne. Lui, il est friand (comme la plupart des « complotistes », satanistes ou non) de textes et de vidéos sur Internet, moi je privilégie, depuis des décennies, le recoupement d’informations et d’enseignements publiés dans des ouvrages et revues. Du coup, je préfère de loin mes sources livresques (qui nourrissent mes dites « croyances ») de longue date que les âneries que l’on peut lire et visionner sur beaucoup de sites Web, sur une pléthore de pages Facebook, etc. C’est un fait d’ailleurs que la grande majorité des jeunes internautes (et Milhamont en est un) souffre d’une ignorance crasseuse des fondamentaux de l’ésotérisme (du dix-neuvième siècle à nos jours) et qu’ils lisent très peu de livres. Eh bien, je préfère de très loin mes sources que celles, frelatées, de tous les complotistes donneurs de leçons qui pullulent à notre époque sur le Web. Quant au « jugement », qui n’est que l’expression d’un désaccord fondamental avec certains propos et certaines théories, il est parfois approprié. Et je sais « nuancer » quand cela est nécessaire, lorsque les informations contradictoires disponibles, qui existent sur un sujet, ne me permettent pas d’affirmer quelle est la bonne version. (Exemple : les diverses versions des événements ayant jalonné la vie de Jésus, l’authenticité ou non du suaire de Turin, etc.)

Share This:

Les commentaires sont fermés