Ascension, 4 D et 5 D

EH114_4e-chackra“Anahata”, le chakra du coeur (associé, selon certaines sources, à l’état de conscience 4 D).

 Je consacre, sur ce site, un important texte au thème de l’Ascension (individuelle et planétaire) : « Nouvel éclairage sur les divers types d’Ascension ».

Voici une autre contribution qui apporte un éclairage complémentaire.

 

 

 

 

 

I. Illusions sur l’Ascension :

Je présente ici un texte sur les illusions liées au thème de l’Ascension, ce texte ayant été rédigé par un auteur, prénommé Philippe, qui s’exprimait sur un site maintenant disparu du Web.

En seconde partie, je donne mon sentiment à propos d’un sujet évoqué par l’auteur. Une autre contribution de cet auteur se trouve dans mon texte : « New Age, maîtres spirituels et spiritualité ».

 

1. Le texte de Philippe :

« Plusieurs faux prophètes s’élèveront et ils séduiront beaucoup de gens. » (Matt 24/11)

L’Ascension représente l’évolution de la conscience sur Terre comme dans tout l’Univers et dans tous les plans de réalité. L‘évolution de conscience est une loi qui accompagne toutes les formes de vie et particulièrement la vie humaine. Dans l’Univers, tout est vibration et tout est évolution.

L’Ascension de l’humain est une évolution intérieure de l’être qui intègre son corps de Lumière et réalise son unification et son passage vers un état supra-conscient l’amenant à sa réalisation. C’est l’état que Jésus a atteint à la fin de sa vie et également un état qui a été manifesté par le Bouddha. C’est l’état à venir de tous ceux qui auront travaillé à résoudre leurs blessures et leur karma par un intense travail qui peut prendre un nombre incalculable de vies si l’on parle en nombre de vies incarnées, ou alors de nombreux siècles successifs tant en incarnations que désincarnations.

L’Ascension est reprise dans les principales religions monothéistes dont l’Islam, avec l’Ascension de Mahomet (voyage nocturne ou isrâ’ et échelle de l’Ascension avec l’ange Gabriel ou mi’râj) et le christianisme. La source historique de l’Ascension de Jésus est l’évangile de Saint Luc.

Mais plus récemment, l’Ascension a été abondamment reprise dans les thèses New Age, par le calendrier maya qui annonce une fin de cycle en 2012 (c’est-à-dire le passage de l’ère du Poisson à l’ère du Verseau, et rien d’autre ; tout autre thèse serait fantasmagorique) et par de nombreux spiritualistes dans le monde. Le thème « Ascension » représente seulement 64 millions d’occurrences sur Google et reste très loin derrière « 2012 » avec 2,2 milliards d’occurrences, ce qui signifie en termes analytiques que le monde est en attente passive de miracle externe sans concours actif individuel. 2012 est associé à l’apocalypse : 93 millions de liens.

Le développement des thèses New Age autour de 2012 a créé un véritable égrégore d’impostures produisant des effets contraires au but initial, par le biais de nouvelles superstitions basées sur des informations incorrectement interprétées des évangiles ou des canalisations erronées issues de l’astral.

La multiplication des canalisations, des livres, des films, et l’activisme de nombreux spiritualistes, nourrissent en permanence la confusion et l’égarement à des fins fourbes de profit personnel.

2011 (et non 2012) est en réalité une année charnière marquée par l’établissement de la Terre dans la nouvelle ère du Verseau, borne temporelle décisive tant pour l’Ascension individuelle que collective.

 

– La théorie du rêve :

La théorie du rêve ou la croyance que la réalité vécue n’est qu’illusion ou rêve est très usitée chez certains chefs de file et, de façon irresponsable, tend à maintenir certains groupes dans une indolence ou une ”astralité” de très basse fréquence.

La mécanique quantique et les théories New Age ont propagé l’idée que notre réalité n’était qu’une illusion ou un rêve. Partant de là, les théories véhiculées minimisent le travail réel à faire sur soi pour changer.

Nous vivons bien sur un plan de réalité, et chaque plan de réalité est lié à un niveau de conscience avec les filtres ou opacités qui lui correspondent.

La confusion avec le rêve ou l’illusion revient à dénier ce qui est, et comment prétendre à progresser au-delà si la base n’est pas appréhendée ? Ceci revient à sauter dans le vide.

Le risque est de fuir son propre plan de réalité et de ne pas aller à l’essentiel, c’est-à-dire le travail à faire sur soi pour évoluer en conscience.

L’illusion est mal comprise. Chaque plan de conscience a un sens en soi. La réalité d’un plan de conscience correspond à une pyramide à degrés et on ne monte qu’une marche à la fois.

Evoluer en conscience implique une présence forte dans la réalité initiale et non une fuite, un transfert ou une projection dans un plan de réalité factice créé par l’imagination. Ainsi, comme dans le film « Inception », le spiritualiste se perd dans un univers imaginaire et choisit de fuir la réalité vraie.

Le mensonge majeur est de se croire arrivé en haut de l’affiche et de se livrer « en pâture » ainsi à son propre démon. Beaucoup de spiritualistes “s’auto-persuadent” d’avoir franchi l’essentiel du chemin pour être, en se fiant à leur ressenti et au pouvoir qu’ils se confèrent. Or, un ressenti est toujours relatif à la maturité de la conscience et est en général surévalué selon leur orgueil. Ce leurre est le plus grand piège de l’orgueil qui soit et il se manifeste à la mesure de l’orgueil non résolu, donc aux blessures qui tendent à nourrir cet orgueil et à induire une confusion intérieure entre l’ego et l’âme. C’est une superstition nourrie par l’orgueil et la torpeur qu’il crée en occultant toute vision de l’esprit. L’aveuglement est d’autant plus fort que l’orgueil s’appuie sur des ressentis factices qui endorment et laissent croire qu’il y a un miracle. Le film « En toute bonne foi, êtes-vous prêt pour un miracle ? », démontre que le vrai miracle provient de l’authenticité et non des tours de passe-passe, pourtant spectaculaires, faits pour séduire un public déjà conquis à sa cause.

Beaucoup de spiritualistes, de médiums et de guérisseurs auto-valident leurs prétendus pouvoirs et les justifient par leur supposée ancienneté (« il étaient réalisés à leur naissance », « petits ils avaient déjà des dons de clairvoyance… », « des guides très élevés, des archanges ou des anges leurs parlent depuis de nombreuses années »), à des fins cachées de profit financier. Ce faisant, ils se montrent dans leurs faiblesses, leur orgueil et leur « terrestritude » (attachement au terrestre, vanité, fatuité…), car cet argument est typique d’une séduction qui plaît beaucoup à un auditoire qui se berce lui-même dans tous les affres de la trahison.

Le temps terrestre n’a aucune valeur pour le monde spirituel. Pour le monde spirituel, la vraie valeur n’attend pas le nombre des années ni le nombre des productions matérielles ou d’ouvrages, ni l’ancienneté du pignon sur rue, ni la richesse ostentatoire matérialiste.

Les véritables Maîtres sont les plus silencieux et les plus discrets et ne sont pas tapageurs, ils ne racolent pas les foules et évitent la propagande et le prosélytisme.

Méfions-nous de ceux qui usent d’arguments racoleurs et qui font beaucoup de bruit et jouent d’arguments-matière pour faire valoir leur niveau spirituel. C’est ainsi que de nombreux « faux-prophètes » seront dans les années à venir démasqués, comme cela a été annoncé dans les évangiles, et chuteront brutalement de leur branlant piédestal. Il leur est d’ailleurs réservé à leur passage dans l’Au-delà un accueil à la mesure de leur trahison.

Ainsi, l’ego arrive à se déguiser en l’âme et il manipule intérieurement ceux qui croient être guéris ou qui pensent avoir évolué, et qui drainent dans leur sillage des âmes faibles, fragiles et en détresse.

Sans guidance, beaucoup tomberont en illustrant la célèbre citation : « Les premiers seront les derniers », car aujourd’hui, sur la planète, seulement une vingtaine de personnes ont intégré leur JE SUIS et les autres en sont très loin, n’en déplaise aux diseurs de Bonne aventure… ! A ce propos, imaginer que ces vingt-là ne se trouvent qu’en France ou encore en Inde, ou chez des célébrités du paysage spirituel, est un leurre de plus. Ainsi, se croire arrivé est une fiction qui conduira beaucoup de spiritualistes à stagner ou à chuter dans les pièges de leur propre ego. Comme dans cette chanson : « Je me voyais déjà en haut de l’affiche », Aznavour http://www.youtube.com/watch?v=MCDMCLwosIc&feature=related

Les auto-starisés du spirituel constituent les faux prophètes, et par définition un faux prophète ne peut pas accepter ni comprendre qu’il est dans le mensonge, puisqu’il se croit au-dessus du lot, et ses principales problématiques sont le mensonge à lui-même, l’humiliation et la trahison. Beaucoup de ceux-là ont saisi la spiritualité comme un tremplin pour prendre une revanche sur leur vie, qui, au départ, se présentait misérable.

La seule voie possible est celle de l’humilité, et celle-ci ne peut se feindre aux yeux des guides et du monde spirituel. L’humilité est la plus belle marque de la conscience supérieure sur Terre. Or, tous les signaux de notre société faussent sa reconnaissance car, actuellement, dans ce monde, les constructions, représentations, communications et échanges sont encore basés sur l’orgueil, la vanité, la suffisance, déguisés sous une forme de fausse sagesse et zénitude, et qui atteignent leur comble avec l’expression faussement angélique du New Age. Cette fausse certitude d’être avancé et évolué est à la base de la gigantesque duperie sur l’Ascension, car elle est très répandue voire très majoritaire.

Rares sont ceux aujourd’hui qui ont dépassé les pièges et atteint cette humilité que Jésus et ses apôtres ont incarné. L’orgueil est partout sous une forme travestie, où beaucoup de gogos se font arnaquer comme des abeilles attirées par le miel, et il transparaît dans les exemples fournis ici : marketing spirituel, éloge de l’apocalypse ou illusions 2012, sujétion psychologique, théorie du complot, décrets de pensées positives utilisés à tort et à travers en toute superficialité comme des recettes de pensée magique, apologie exclusive des Maîtres orientaux ou des mères orientales, et débordements du channeling

 

– Les mensonges véhiculés sur l’Ascension :

Alors que la loi de l’attraction fait les choux gras d’un marketing spirituel prêt à tous les stratagèmes pour séduire et se financer sur le dos des faibles en détresse, sous couvert d’un idéal factice et fallacieux d’Ascension, il en résulte paradoxalement des effets contraires, véritables freins et poisons à la progression de l’évolution de conscience, et de nouveaux attachements à la matière.

Comment s’explique ce paradoxe alors que beaucoup d’intentions émises sont louables au départ ?

Un premier point d’information, fourni par Arabelle, est important : la part de la population dotée d’un niveau d’ouverture de conscience sur Terre représente approximativement 5 %. Toutefois, la moitié de cette population crée, dans cette « pensée magique » faussement positive ou/et contestataire, des égrégores de négativité très importants qui retardent l’Ascension planétaire. Parmi ces égrégores, l’on peut citer de nombreuses superstitions autour de l’apocalypse, de 2012 et de la fin du monde. Une grande partie des égrégores est alimentée par la jalousie, la séduction, la médisance, le mépris, la perfidie et le mensonge.

Quand l’on évoque le mensonge, il s’agit en premier lieu du mensonge à soi-même (…).

Une surestimation des facultés, un orgueil sans bornes, un sens grandiose de leur propre importance, et un fonctionnement manipulateur par « subjugation », sont au centre du fonctionnement de la plupart de ces spiritualistes par « défaut » et qui exploitent leur auditoire en s’imposant sur le devant de la scène par des tours de passe-passe, de jeux d’apparences ou de mielleux chants de sirènes où le monde qu’ils proposent devient idéal, angélique, parfait, lisse et miraculeux, à l’exemple de leur vie privée prétendent-ils, et dont ils se gargarisent pour s’enrichir davantage, tant matériellement que dans le lustre de leur reconnaissance personnelle et pour étoffer leur prestige personnel. Ce qui est chose facile dans un monde où le marasme ambiant fait loi.

Souvent, d’ailleurs, ces individus ”égocentrés” drainent une fracture affective d’enfance très lourde, non résolue en profondeur, mais grossièrement compensée par la fascination qu’ils exercent sur leur public (à identiques blessures…) ; fascination facilement mise en place par le biais des thèmes variés de leurs petites réussites personnelles dont ils sont friands, ou encore par des emprunts théoriques indûment tétés à d’autres, intellectuellement compris et remaniés pour la circonstance, et pour leur but de profit personnel.

Grâce à leur talent de comédiens(nes), ils savent, avec grand art, monter en épingle le moindre de leur succès, aussi banal soit-il, pour envoûter un auditoire charmé et attirer le chaland, et le rallier à leur cause. Chaland, lui-même, en totale résonance et transfert. Cet orgueil, masqué derrière des apparences peace and love, voit le principal protagoniste piégé lui-même dans sa névrose et emprisonne le candidat postulant à l’évolution dans une prison dorée où lui seul est le geôlier.

Dans la catégorie des balivernes vendues par ces marchands de rêves :

Le fauteuil de l’ascension
(http://www.fauteuildelumiereAscensionnelle.com/web_acappella1/index.html), commercialisé auprès de spiritualistes pour ascensionner plus facilement sans aucun travail sur soi :

Le fauteuil en question crée une sensation énergétique d’évolution, y compris avec des ressentis forts amenant le client à se croire plus évolué, avec des témoignages détaillés sur une impression de sensations réalistes. Il est l’exemple même de la pensée magique, au même titre que de nombreux objets ou cristaux vendus à des prix prohibitifs.

En énergétique, ce phénomène peut être comparé à une overdose ou un shoot qui donne l’impression, à celui qui pratique, d’évoluer et de changer, alors qu’en réalité il est temporairement extrait de sa réalité 3D, vers une fuite dans l’astral, avec « désancrage », décentrage et perte d’alignement, allant même jusqu’à la possession par des entités négatives.

Ces shoots énergétiques, pris comme des doses de drogue et à des coûts comparables, sont bien connus, que ce soit avec l’ayahuasca, l’iboga, l’activation de l’ADN, le fauteuil de l’Ascension, y compris les formes de deeskhas, et perçus comme des outils d’accélération vibratoire. Il s’agit de sensations transitoires qui traduisent un déséquilibre dont l’origine et la cause sont des fuites en Astral.

L’effet peut être exactement l’inverse de celui qui était visé au départ car toute faiblesse non réglée agit en élastique comme un choc de retour, et le résultat peut être très désagréable à vivre et lourd de conséquences.

Loin d’élever les consciences, ces shoots énergétiques ont des effets négatifs en nourrissant l’orgueil par l’oubli temporaire des faiblesses non résolues, plutôt que d’élever l’humilité.

Le point commun de ces outils est la croyance que seule l’énergie permet d’évoluer : l’Ascension est perçue comme vibratoire et physique, et est interprétée par le mental suivant une évolution linéaire et accessible à ceux qui y mettent le prix (faire son marché pour l’Ascension coûterait ainsi, suivant quelques sites Internet connus, de 75 € jusqu’à 3500 €, avec voyages initiatiques vers d’autres continents).

En réalité, l’évolution de conscience est intérieure et elle dépend d’une triple action indissociable de la spiritualité, de la psychologie et de l’énergie. Cette action passe obligatoirement par une cohérence et une mise en pratique de la pensée, des paroles et des actes. Voir le triangle du chemin de l’éveil, extrait du dossier d’Arabelle sur le Chemin de l’Eveil. (…) Tirer l’évolution vers un ou même deux axes du triangle, amène donc un déséquilibre qui ne fait que retarder l’épanouissement de chacun.

Il n’est donc pas envisageable « d’ascensionner » si la base du travail n’a pas été effectuée dans d’autres vies incarnées, et a fortiori dans cette dernière avec un véritable travail sur soi et non pas des « recettes de cuisine ». L’Ascension est le résultat d’un travail permanent sur soi dans l’harmonie corps, âme et esprit, et non la conséquence d’une pensée magique.

 

– L’attente de vaisseaux de sauvetage et les peurs de l’apocalypse :

Le point commun d’une partie des concepts New Age se base sur une Ascension collective décisive sur l’Ascension individuelle. Cette thèse, reprise par beaucoup de spiritualistes, y compris ceux qui s’appuient sur 2012, apporte un soulagement à tous ceux qui s’évitent ou qui minimisent le travail sur soi.

Le thème des vaisseaux de l’Ascension est repris par la célèbre série « Stargate », avec les vaisseaux extraterrestres, les vaisseaux de l’Ashtar command, avec l’illusion que l’Ascension peut-être accompagnée par des vaisseaux extérieurs représentant une possibilité d’aide. Le thème constitue un égrégore d’illusion très important.

Les peurs de l’apocalypse forment des superstitions importantes qui agissent comme des justifications que le danger est extérieur et que l’on n’a pas le choix puisque les difficultés sont le résultat de l’action humaine. Ces peurs sont largement relayées par l’ensemble des médias, notamment par les films, les livres, la façon de traiter les informations dans les médias, les politiques, les religions et Internet. Cette fuite de responsabilité, nourrie par des croyances, crée un retard et nourrit une forme d’orgueil qui forme un piège difficile à éviter pour ceux qui baignent dans l’illusion. Les égrégores d’orgueil, liés à tous ceux qui sont en fuite face à eux-mêmes, sont des freins à l’Ascension collective.

 

– Le marketing spirituel :

Face au mal-être général, s’est installé un marketing spirituel, voire management spirituel, de grande envergure, qu’une recherche sur Google permet facilement de découvrir.

Le terme merchandising spirituel est même repris par certains avec comme exemples des sites utilisant des techniques de communication très marketing et basés sur l’affect des jeunes et des produits dérivés autour d’une activité spirituelle portant sur des lois divines, sur l’Ascension et 2012. Le marketing spirituel concerne également le courant « peace and love » qui semble, à première vue, inoffensif. Les thèmes de bien-être, relaxation, développement personnel, transformation intérieure, ont fait des émules et ont créé un véritable marché concurrentiel (un comble !) dans le monde.

(…)

L’autre facette du marketing est la recherche de crédibilité en citant quantité de diplômes terrestres et de titres, universitaires ou plus ou moins reconnus, et liés aux médecines douces. Cette crédibilité, à l’instar du commerce, puise des arguments dans les sciences, les pseudo-sciences, la métaphysique ou des connaissances non vérifiables. Les arguments, que l’on trouve également dans les bons ouvrages de marketing, y sont les mêmes :

– Choc de l’image (photos, présentation visuelle et charte graphique).

– Boutique de vente ou achats de livres et autres produits dérivés.

– Nouveauté sur des thèmes, ou idées le plus possible originales mais superficielles, à caractère de fond de pseudo « pensée positive ».

– Informations à caractère crédible et séducteur (théorie, concepts) .

– Style doux, accueillant, chaleureux, attrayant et sécurisant (textes, poésies…).

– Produits ou services variés et adaptés à toutes les bourses, comme au supermarché (produits d’appel, produits de prestige, vaches à lait, produits vedettes, produits tactiques et produits d’avenir pour garantir la pérennité de l’entreprise).

– Positionnement marketing comme Maître, Mère, expert, spécialiste, référence sur des thèmes novateurs.

– Spectacle public avec arguments de conviction, observation fine du public, contact physique créant des réactions d’extase, fascination et emprise psychologique.

On remarque ainsi que les Forces noires sont représentées ici par la séduction, l’avoir et l’orgueil. C’est le démon qui se fait passer pour un ange ou le loup dans la bergerie. L’analyse des mots-clés sur un simple site est toujours révélatrice de cette stratégie. L’ego et la manipulation s’appuient sur des égrégores noirs de l’Astral qui s’accrochent aux failles des participants.

Exemples de mots-clés lus sur les sites qui font plaisir à ceux qui les proposent tout en augmentant leurs bénéfices financiers : « les anges me parlent », « enseignée par les anges », « uni dans sa conscience », « réalisé », “de haute fréquence vibratoire”… et/ou liste de diplômes et de titres pompeux terrestres allant de certificats en médecine douce, pratiques des énergies et titres universitaires de doctorats, thèses d’Etat, cautions garantes de leur crédibilité.

Les défenseurs et abuseurs du marketing spirituel affirment s’appuyer sur des valeurs saines, alors que leur objectif mesquin est d’accroître leurs avoirs par n’importe quel moyen (y compris des dons ou souscriptions divers pour faire fleurir leur « petite entreprise »). Et leur assemblée est aveugle et se contente de se faire plumer en échange de quelques miettes de plaisir ponctuel, de discours “infantilisants”, de solutions de vie en kit (retrouvons notre enfant intérieur !…), ou autres pseudo miracles dont ils s’enorgueillissent et qu’ils s’attribuent ! Qui court-circuitent l’analyse rationnelle et le sens critique des individus, en ayant largement recours à l’émotionnel et au sensitif, et maintiennent son public dans l’ignorance et la bêtise, ou simplement le formatent à sa superficielle et sirupeuse image, car le spiritueux de cet acabit sait y faire pour vous donner l’impression du partage et exercer sa sournoise influence.

Le partage, cependant, est très superficiel et de très courte durée, et il ne se base que sur l’image externe renvoyée par l’émetteur et enjolivée selon les souffrances du récepteur et ses attentes non répondues, ses frustrations individuelles, et est donc un mirage. L’image, dans tous les sens du terme, est d’ailleurs minutieusement travaillée pour coller aux codes oniriques du sujet en quête de spirituel.

Ce qui est sûr, c’est que ces derniers(es) sont des hommes, des femmes d’affaires hors pair ! Et dont le sujet “spiritualité” et toutes ses garnitures artificielles et captivantes pour les plus ignorants, les plus faibles et souffrants, cautionnent leurs malfaçons contraires à l’éthique. N’y a-t-il pas là une contradiction et un contrôle tout-puissant lié à la blessure de trahison ?

La manipulation mentale ou sujétion psychologique, ou capture des âmes :

La stratégie communément utilisée par les experts en illusion spirituelle est la capture des âmes par des individus aux intentions malveillantes, en recherche de bénéfices de tout ordre : recherche de reconnaissance, fascination sur le nombre, voire suggestion de gourous, attirance du pouvoir et recherche de bénéfices matériels en utilisant des tarifs élevés.

La sujétion psychologique manipulatrice s’appuie sur le désir et le consentement de la victime (dépendance/ abandon). Il n’y a donc pas de pression psychique à proprement parler, mais juste une stratégie égotique basée sur l’attraction d’ego à ego par effet miroir, en lien avec un karma non résolu.

L’adepte se positionne dans un choix librement consenti, mais se place, malgré lui ou non, dans une manipulation extrêmement perverse difficile à percevoir car elle se nourrit de ses faiblesses.

La sujétion psychologique est courante chez les partisans des pratiques énergétiques (pour les enseignants n’ayant pas travaillé sur eux) et chez de nombreux spiritualistes. On la retrouve dans toutes les sectes et dans les pratiques qui mettent l’accent sur 2012 et toutes ses fantaisies. Elle s’appuie dans tous les cas sur la fragilité psychologique des personnes, y compris chez ceux qui ont une pratique énergétique et spirituelle.

Des psychologues reconnus ayant pignon sur rue, ou autres thérapeutes issus des domaines qui se disent proches de la spiritualité et abusant de leur succès, pratiquent eux aussi allègrement la séduction et la consommation sexuelle.

La manipulation mentale est très fréquente chez les spiritualistes qui ne se sont pas donnés les moyens de travailler sur eux en profondeur, c’est-à-dire la très grande majorité malgré les affirmations contraires. Il est toutefois très difficile, pour un néophyte ou un initié entrant, de discerner quel est le véritable niveau de conscience de l’enseignant. Il est notable de constater que les faux prophètes sont très majoritaires dans tous les domaines.

La manipulation mentale désigne l’ensemble des tentatives obscures ou occultes de fausser ou orienter la perception de la réalité d’un interlocuteur en usant d’un rapport de pouvoir, de séduction, de suggestion, de persuasion de soumission non volontaire ou consentie.

En psychothérapie, la forme de manipulation la plus courante est constituée des faux souvenirs induits. La manipulation s’appuie alors sur le manque d’estime de soi, la souffrance de l’abandon, la victimisation, la peur, la dévalorisation, le mal-être, et en général toutes les émotions négatives et le karma non résolu. Cette manipulation est d’autant plus facile qu’elle se fonde sur un mimétisme des nombreuses formes de manipulations sociales, ce qui induit en erreur les adeptes (…).

La compétitivité qui est au cœur des sociétés actuelles ne s’acquiert qu’au prix de l’aliénation des individus. Les outils de manipulation sont tellement nombreux (…) :

– La flatterie pour séduire, utilisée (…) par le spiritualiste mais aussi par le stagiaire qui cherche à progresser en estime de l’autre en flattant son enseignant.

– La séduction par les mots (approches peace and love avec des mots séducteurs répétitifs comme amour, ange, cœur, paix…), les compliments et une douceur d’apparence (le démon se cache sous la forme d’un ange).

– La séduction par les gestes : multiplication du toucher, accolades, embrassades, gestes de fusion, bisous…

– La séduction par les apparences : vêtements, décoration, multiplication des rituels, démonstration publiques…

– L’utilisation d’un jargon réservé aux initiés, pour séduire, créer volontairement un fossé avec l’auditoire, afin de générer une confiance basée sur les croyances (ex. : théories autour du calendrier maya).

– L’utilisation de termes pseudo-scientifiques pour rassurer et séduire un public naïf en pleine découverte (notamment autour de l’ADN, d’une pseudo connaissance de la sexualité sacrée, calendrier maya, magnétisme…).

 

– La théorie du complot :

Très en vogue dans le New Age et soutenue par Internet, le complot a été à la source de nombreux scandales liés en général au pouvoir (DSK, crises économiques, guerres, pollutions en tout genre, radioactivité, institutions financières ou organisation mondiale).

De nombreux mails circulent dans les milieux branchés en prétendant offrir une vérité qui dénonce des complots fomentés par des sources obscures.

Sur un plan ésotérique, le complot rejoint également les thèses apocalyptiques avec les invasions de Gris, de Reptiliens, en allant jusqu’à des catastrophes (ex. : Nibiru) où des méchants voudraient détruire la planète.

Le point commun de ces approches est de voir le mal à l’extérieur de soi et de communiquer sur des catastrophes imminentes pour asservir le public par la peur.

Les tenants de ces thèses sont à la fois emprunts de naïveté, de peurs et de colère non résolue. La théorie s’appuie donc sur les forces noires reliées. En se positionnant en victimes, elles laissent vacantes la place du bourreau pour poursuivre le jeu de dualité victime/bourreau, avec parfois l’intervention de sauveurs (ex. : Ashtar command).

Les sites ésotériques rattachés à cette théorie sont nombreux et contribuent à freiner l’Ascension. L’ésotérisme s’est peu à peu corrompu et a beaucoup perdu de crédibilité au cours des dernières années, jusqu’à perdre totalement ses lettres de noblesse d’origine et devenir totalement impur et souillé.

La sagesse authentique, symbolisée par le Maître Omraam Mikhael Aïvanhov en Occident, reste heureusement très éloignée de toutes ces thèses fantaisistes fortement influencées par les forces noires de l’Astral. Beaucoup de « spiritueux » tentent maladroitement de s’en inspirer, mais ils ne font pas le poids, du fait d’un travail insuffisant sur leur nature inférieure.

 

– La théorie du contre :

Proche de la théorie du complot ou associée à elle, la théorie du contre s’appuie sur le mode de réaction de l’enfant rebelle ou des colères non résolues en soi.

La théorie du contre s’arc-boute sur des blessures qui créent la révolte, provoquent la colère jusqu’à la haine. Comme les autres approches, ceux qui expriment cette attitude sont piégés dans l’illusion de leurs limitations non résolues.

Le contre est varié : contre la religion, contre la société, contre la politique, contre le capitalisme, contre le New Age, contre Dieu…

Le contre exprime la colère et conteste ; c’est l’enfant rebelle qui n’a pas lâché prise et qui se trouve des ennemis.

Le contre nourrit l’orgueil en se prévalant d’une supériorité sur l’autre, qui est jugé décadent ou limité.

Cette tendance est à relier aux approches alter-mondialistes, anticapitalistes, antilibérales et anarchistes. Elle exprime une lutte interne chez ceux qui défendent les thèses du contre, en projetant à l’extérieur leur combat intérieur, ce qui leur semble plus confortable (…). Elle participe au transfert du « contre soi » à celui de « contre l’autre » ou « contre le système ».

Cette tendance a marqué le mouvement spiritualiste en imputant aux conditionnements religieux tout le mal et en déclarant une apostasie ouverte, la négation totalitaire des textes sacrés de la Bible, du Coran et de la Torah (thèse reprise par un spiritualiste connu). (Note d’Alain Moreau : l’auteur fait manifestement ici une référence implicite à Claude Traks – dont j’ai le livre correspondant -, et aux conférences duquel j’ai assisté à deux reprises à Pau.)

La théorie du contre n’est donc que le reflet d’un conflit intérieur non résolu où la colère se dissimule en nourrissant un ego qui continue à garder le pouvoir loin du lâcher prise et du détachement. Elle déplace le problème plus que de le résoudre.

La théorie de l’Ascension sans avoir à travailler sur soi :

Le comble de l’absurde est atteint avec ceux qui affirment que la préparation à l’Ascension est devenue inutile. Cette théorie s’appuie sur le fait que les énergies en présence sont sources de transformation et suffisent à évoluer en conscience.

Affirmant que l’Ascension est en cours et imminente, les adeptes de ces concepts offrent en parallèle des outils ou des formations rapides pour mieux s’épanouir en se basant sur les énergies et une approche pseudo-spirituelle. La psychologie est soigneusement écartée de ces approches car jugée inutile par ces pratiquants.

Cette théorie est reliée en psychologie à la blessure de rejet : fuite de soi, évitement en refusant le travail sur soi qui est perçu comme inutile et à éviter. Proposée par certains spiritualistes connus, elle amène les personnes à stagner, voire à régresser. Elle ouvre la voie aux forces noires en créant une faille illusoire majeure. Les conséquences sont voisines des approches précédentes.

Maîtres orientaux et mères orientales :

Les emprunts aux traditions asiatiques constituent des stratégies courantes pour se crédibiliser en Occident, en s’étayant sur des traditions que l’on cherche à transposer en France.

La notion de Maître est un sujet difficile en Occident car le terme est utilisé avec des connotations ambiguës et contradictoires. Il est fréquemment utilisé par des occidentaux, plus prompts à l’orgueil.

On retrouve également l’approche orientale transposée en occident (avec des termes comme amma, ma, qui remplacent le terme de saintes en se rapprochant de la mère et de la mère divine). Ainsi, certaines spiritualistes se décrètent mères occidentales en s’appuyant sur un orgueil féminin non travaillé, tout comme Maître pour l’orgueil masculin.

Certains s’affirment Maîtres et le terme a été banalisé avec l’usage des pratiques énergétiques. Par exemple, en Reiki, dans une acceptation qui ne traduit pas le terme japonais correspondant « Sensei », plus proche d’enseignant mais avec une plus grande notion de respect. Même le terme anglais « master » n’a pas la même connotation qu’en français.

A l’opposé, les véritables Maîtres sont ignorés ou contestés par l’opinion occidentale. L’exemple du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov, qui a vécu en France au vingtième siècle, montre toute la difficulté d’un véritable Maître, digne de ce nom, à s’imposer dans un environnement hostile à cette notion. L’œuvre de O.M.A. indique sans aucun doute possible qu’il a été un Maître essentiel. C’est au retour d’un voyage en Inde en 1960 qu’il a été enfin reconnu après être passé par de grandes épreuves (prison de 1948 à 1951 sur de fausses accusations).

Faute de reconnaissance des Maîtres en France, beaucoup de spiritualistes se sont tournés vers des Maîtres orientaux ou des mères. En Inde, la reconnaissance du Maître est culturelle et les Maîtres et mères spirituelles abondent. Mais là aussi, les abus liés à l’ego sont fréquents, bien que de véritables Maîtres hommes ou femmes y soient incarnés.

Cette tendance est devenue un phénomène de mode lorsque des sages indiens se sont tournés vers l’occident. La notion de Maître a donc été assimilée à tort à des cultures extérieures et cet engouement a été également très fort dans le bouddhisme.

Il existe donc une forme de détournement des enseignements occidentaux au profit d’une spiritualité plus orientale, absolument peu transposable dans notre culture.

Les dérives par rapport à l’illusion de 2012 restent toutefois très inégales. La confusion instaurée par les forces noires fait que les véritables Maîtres sont généralement ignorés. Ces exceptionnels Maîtres sont présents en Occident, mais ils travaillent dans le silence et dans l’amour, et leurs forces sont la simplicité et l’humilité à l’image du Maître Aïvanhov.

Le Maître véritable n’est pas celui qui compte de nombreux disciples, mais celui qui révèle le plus de Maîtres, et cela se fait dans la plus grande discrétion.

Ce ne sont donc pas ceux qui font du bruit ou qui sont les plus connus dans les médias qui sont les véritables Maîtres. L’expérience amènera les faux prophètes à se démasquer et les Maîtres authentiques à œuvrer pour la foi et la paix dans la simplicité et l’humilité.

 

– Les dérives des channels :

Les nombreuses ouvertures de portails vibratoires depuis 1998 ont accru les facilités de canalisation, laissant croire à beaucoup que ce qu’ils captaient était la vérité. Or, tant que l’ego n’est pas dissous, les canalisations s’accrochent sur les faiblesses des channels et déforment considérablement les réceptions de messages, tout en favorisant l’influence du mental du récepteur dont l’interférence peut être majoritaire.

Dans sa lettre n°20, Arabelle nous indique que : « Et c’est ainsi que toutes les canalisations, en vérité très polluées en négativités astrales (environ de 60 à 98% en général et 80% en moyenne pour la majorité) par leurs émetteurs et les récepteurs, ont séduit… que dis je… ont ensorcelé… et envoûtent encore un abondant lectorat en carence de berceuses et le maintient ainsi dans une narcose certaine. »

Avec une forte médiatisation (notamment livres et conférences), les channels ont contribué à nourrir des égrégores d’illusion en alimentant des informations inexactes et factices, et surtout en incitant les spiritualistes à s’éviter et à négliger le véritable travail en profondeur sur eux.

Les dégâts sont importants car l’ensemble des dérives décrites dans cet article ont été, peu ou prou, favorisées par l’influence des canalisations ou autres messages fantaisistes crus et issus, pour l’essentiel, de l’Astral pollué et du mental de leur auteur.

Les paroles, les musiques planantes et l’encens, voire les massages ou produits divers, ne suffisent pas pour évoluer en conscience. Tout cela crée l’illusion que l’Ascension est facile et accessible par la pensée magique. La société de consommation a donné l’impression que l’on pouvait réaliser les changements avec facilité et avec peu d’efforts. Or, le travail demandé à chacun est important et demande un engagement profond dans sa vie !

Rien ne peut changer tant que l’on n’a pas changé dans la vie de chaque jour dans ses pensées, ses paroles et ses actes. Cela ne se décrète pas mais se met en mouvement par l’action responsable et demande de grands changements dans sa vie.

 

– Le refus du principe d’éveil et d’Ascension :

Les multiples pièges dans lesquels sont tombés de nombreux spiritualistes et candidats à l’Ascension en croyant atteindre l’Eveil ont eu tendance à discréditer le véritable travail sur soi et les authentiques approches sur l’Eveil en général.

Les dégâts liés aux shoots énergétiques et aux délires et dérives ésotériques de tout bord ont fourni des arguments de poids à ceux qui s’opposent au principe même d’Eveil et qui remettent en cause l’ouverture de conscience du monde.

Ainsi, une revue s’est construite sur « la destruction des mythes de l’éveil et du supramental » : www.inconnaissance.com, en niant les travaux en psychologie, psychiatrie et métaphysique liés à l’Eveil. On retrouve encore dans cette approche le déni du travail sur soi (blessure de rejet, refoulement et recherche de reconnaissance par tous les moyens).

D’un point de vue psychologique, la posture d’opposition « contestataire » et « destructrice » nourrit l’orgueil en s’appuyant sur des émotions non résolues de colères et de rages. Les arguments intellectuels y abondent, servent à verrouiller un ego et à accentuer les fragilités psychiques, dans des justifications fleuries d’alibis qui ne font que servir le second maître.

Ainsi, le processus “d’autoverrouillage” de l’ego crée une nouvelle réalité pour l’individu qui s’enferme dans ses convictions, contre le principe même d’Eveil qui devient l’ennemi à abattre. Cette confusion obéit à un ego soumis à des troubles psychopathologiques qui peuvent aller de la perversité narcissique à des symptômes schizophréniques qui conduisent certains individus à créer une emprise sur les autres en affirmant leur négation, leur refus, leur colère et leur toute puissance. Cette emprise est finalement à rapprocher de celles des gourous et des spiritualistes en recherche de reconnaissance. Son dénominateur commun est toujours l’orgueil accompagné de ses peurs et d’une fragilité aux forces noires de l’Astral.

La psyché est sous influence de l’Astral de transition et donc d’entités négatives et d’égrégores qui s’accrochent à toutes les faiblesses des humains. La période actuelle et les prochaines années verront de plus en plus d’influences des forces ténébreuses sur les hommes, du fait des frictions vibratoires et d’un ego mis à l’épreuve sous la pression de la Lumière.

A défaut de faire le choix du changement, d’aucuns stagneront ou régresseront par “autoverrouillage” de l’ego (…).

On peut donc s’interroger sur les peurs profondes et inconscientes qui alimentent le refus de l’Eveil. La peur de la Lumière reste fondamentalement au centre de ces blocages.

 

– Les difficultés entre 2011 et 2018 :

La période vibratoire actuelle s’étend de 2008 à 2020 et au-delà, avec une instabilité maximale de 2011 à 2018, période au cours de laquelle des instabilités vibratoires sont prévisibles à tous les niveaux.

En effet, nous allons connaître de nombreuses ouvertures de portails vibratoires avec leurs conséquences prévisibles (…), avec des résistances de l’ego.

L’instabilité de l’ego, la peur de la folie et l’enfermement dans ses illusions de souffrances, sont illustrés par cette musique où le second maître, petit moi, prend le pouvoir en soi :

Les sept années qui viennent vont amener des instabilités liées aux dérèglements créés par l’Homme. En 2011, nous rentrons dans un véritable compte à rebours qui correspond à une période de sept années difficiles sur le plan vibratoire. Cette difficulté sera exacerbée par les frictions des énergies célestes et terrestres, pour atteindre en 2018 un point de rupture symbolisé vraisemblablement par les trois jours d’obscurité annoncés par les prophéties depuis 2000 ans.

Les instabilités vibratoires vont s’appuyer sur les fragilités de l’ego, avec un sentiment de mal-être pour tous ceux qui restent accrochés à la matière.

Les difficultés avec l’Astral de transition, où l’on rencontre les entités (âmes errantes), les égrégores et formes-pensées, seront d’autant plus marquées que l’ego sera en résistance. Il faut donc s’attendre à une augmentation des déséquilibres sur le plan psychique et mental qui culmineront lors des trois jours d’obscurité.

La borne du 21 décembre 2011 (et non 2012) correspond au passage dans l’ère du Verseau, passage précédé et suivi d’instabilités, notamment jusqu’en 2018, date probable pour les trois jours d’obscurité.

Les faux prophètes seront confrontés à la réalité des évènements planétaires et les hommes seront amenés à faire des choix de plus en plus décisifs pour leur évolution de conscience.

 

– Les sources de vérité :

L’Ascension est une évolution individuelle et collective faisant partie des lois de l’évolution universelle. Elle fait partie du travail que chacun fait pour évoluer dans sa vie, mais une vie ne suffit pas pour réaliser l’Eveil. Il est donc essentiel d’apprendre l’humilité pour évoluer et d’accepter son ignorance. Comme le dit cette chanson, que votre soleil éclaircisse l’ombre ! http://www.dailymotion.com/video/x1459_sinsemilia-tout-le-bonheur-du-monde_news

La période actuelle marque un changement, mais elle n’est qu’un passage préparatoire pour une ère qui va demander de 2 à 3 siècles pour s’installer, avec autant d’incarnations nécessaires pour ceux qui ne sont pas encore prêts à changer.

Beaucoup ont voulu s’éviter des efforts et du travail en pensant que l’Ascension était à leur portée immédiate ou qu’elle serait provoquée par l’extérieur. 2012 a été pour certains l’occasion de croire que l’extérieur allait leur fournir une transformation spontanée.

(…)

La Vérité fait peur car elle amène à devoir regarder en face toutes nos faiblesses et nos insuffisances, et cela n’est pas facile à vivre. La société d’aujourd’hui ne nous a pas préparé à travailler sur nous. Bien au contraire, elle entretient de nombreuses croyances qui s’opposent à la sagesse et à la foi, et induisent la paresse et la facilité. Il est donc essentiel de remettre les pendules à l’heure et d’aller à l’intérieur de soi pour rechercher la vérité essentielle à l’être et à l’évolution de conscience. C’est un engagement, une responsabilité et une volonté forte qui sont primordiaux pour avancer, et non des bêtises ineptes qui tendent à nous faire croire que le chemin est facile et accessible en faisant un minimum d’efforts. L’Ascension est le résultat d’un travail constant sans complaisance avec soi. Elle se vit au quotidien dans l’autonomie de l’être.

Au service de la Lumière

Philippe

 

2. Mon commentaire :

Si je partage l’essentiel du contenu de ce texte, je suis en désaccord avec un point particulier. L’auteur du texte, parlant des « dérives des channels » (sic), écrit en effet que « tant que l’ego n’est pas dissous, les canalisations s’accrochent sur les faiblesses des channels et déforment considérablement les réceptions de messages, tout en favorisant l’influence du mental du récepteur dont l’interférence peut être majoritaire ».

« Dans sa lettre n°20, Arabelle nous indique que : ‘Et c’est ainsi que toutes les canalisations, en vérité très polluées en négativités astrales (environ de 60 à 98% en général et 80% en moyenne pour la majorité) par leurs émetteurs et les récepteurs, ont séduit… que dis je… ont ensorcelé… et envoûtent encore un abondant lectorat en carence de berceuses et le maintient ainsi dans une narcose certaine.’

Avec une forte médiatisation (notamment livres et conférences), les channels ont contribué à nourrir des égrégores d’illusion en alimentant des informations inexactes et factices, et surtout en incitant les spiritualistes à s’éviter et à négliger le véritable travail en profondeur sur eux.

Les dégâts sont importants car l’ensemble des dérives décrites dans cet article ont été, peu ou prou, favorisées par l’influence des canalisations ou autres messages fantaisistes crus, issus, pour l’essentiel, de l’Astral pollué et du mental de leur auteur. » (Philippe)

Je ne crois pas que l’on puisse mettre tous les channelings au même niveau. Arabelle, qui a été une collaboratrice de Philippe, est le prénom d’une « enseignante spirituelle » qui s’est elle-même présentée comme « canal »… Il est vrai qu’elle disait faire partie de la catégorie supérieure, en quelque sorte, celle censée ne pas être « polluée par l’Astral », puisqu’elle se disait « médium céleste », avec, parmi ses sources alléguées, Saint Alexandre… Qu’un certain nombre de channels aient notamment contribué à nourrir « des égrégores d’illusion en alimentant des informations inexactes et factices », je n’en disconviens pas si l’on se réfère, dans ce type de communications, à quelques thèmes récurrents comme l’Ascension planétaire et l’annonce de catastrophes planétaires potentielles ou réellement annoncées. Mais les annonces de ce genre ne suffisent pas à caractériser l’ensemble des communications reçues en channeling, certaines de ces sources (voyez par exemple la source Kryeon) rejetant explicitement ce genre de prophéties « apocalyptiques » et cette conception de l’Ascension.

 

II. 2012, la 4 D et la 5 D :

Voici un commentaire de Philippe à propos de 2012 :

« La sortie, en novembre 2009, du film à grand spectacle ‘2012’, nourrit, une fois de plus, les illusions en déformant la réalité des prédictions mayas. Les deux illusions fondamentales concernent la date elle-même et le sens qui lui est donnée, en l’associant à une hypothétique apocalypse.

Les Mayas n’ont jamais annoncé de ‘fin du monde’, et la date du 21 décembre 2012, récupérée par le courant ‘new age’, repose davantage sur une interprétation fragile, très vite médiatisée (pour des motifs discutables…), que sur des éléments scientifiques fiables.

Les Mayas travaillaient, certes, sur un calendrier, tout à l’identique d’autres civilisations (Arabes, Chinois, Bouddhistes…).

Un calendrier ne s’achoppe pas sur une fin de monde mais sur le repère d’un terme de cycle, et pour en annoncer un nouveau.

Ce calendrier, donc, a un sens relatif au temps vécu par la civilisation maya elle-même. Or, cette civilisation a mystérieusement disparu il y a plus de mille ans (début du dixième siècle), alors que l’apogée de Palenque, où s’exercent les plus fortes compétences en sciences mathématiques et astronomiques, s’est révélée vers l’an 700.

Il est à noter cependant que les Mayas étaient particulièrement progressistes dans la connaissance de l’ADN et des plantes.

A ce jour, la date du 21 décembre 2012, espérée ou redoutée, commence à être controversée par de nombreux spécialistes du calendrier maya. Certains l’avancent au 28 octobre 2011 (Johan Calleman), et d’autres la retardent de 200 ans.

Une erreur de calcul, selon des sources récentes spécialistes en matière de calendrier maya, serait à l’origine de cette date finalement irrecevable, et la reporterait en 2220, ce qui coïncide, à peu d’années près, avec les prévisions de passage en 5 D que nous annonçons (au grand dam de nos détracteurs…) autour de 2250, depuis presque deux ans…

En effet, si 2012 représente bien ‘l’intégration’ en 5 D, nous avons toujours évoqué la période 2250 comme étant la plus probable pour une application définitive 5 D. »

Il s’agit évidemment, précise-t-il, « de probabilités de dates ». En matière calendaire, il n’existe que des probabilités et des fluctuations, et non des certitudes, compte tenu de la loi spirituelle du libre arbitre de l’humanité.

L’année 2012 a suscité de la curiosité, de la peur, de l’attente…

 

1. Les sources et l’interprétation du 21 décembre 2012 :

« Le pointage du 21 décembre 2012 repose sur des vraisemblances fragiles, s’appuyant sur le consensus d’une date du calendrier maya démarrant en – 3113 ou – 3114.

Toutefois, les spécialistes ne sont pas d’accord sur la date exacte qui, pour certains, est – 3313, et pour J. Calleman – 3115… !

Le calendrier s’étalerait sur 5125 ans (3113 + 2012 = 5125) correspondant à l’évolution culturelle historique de cette civilisation, soit 5124 ans selon Calleman.

La notion d’alignement galactique prévu le 12 décembre 2012 est également faillible ; des calculs, réalisés en 1997, montrent que la direction du solstice d’hiver se confondrait avec l’intersection entre les plans galactique et de l’écliptique de mai 1998.

Edgar Cayce, un des plus grands mystiques d’Amérique, eut beaucoup de rêves prophétiques sur des évènements survenus en 1998. Un peu plus tard, l’année 1999 a effectivement marqué des changements énergétiques significatifs (portail d’ouverture pour les transformations vibratoires).

Selon J. Calleman, l’inframonde galactique du calendrier maya correspond à la période 1999/2011. (…) En réalité, en raison du diamètre du Soleil, cette conjonction d’alignement est valable pendant 36 ans, de 1980 à 2016. Un alignement survenant exactement le 21 décembre 2012 n’est donc pas justifié sur un plan scientifique et s’échafaude sur trop peu d’éléments tangibles, au regard des incertitudes sur la datation, le calcul en lui-même et le sens attribué.

(…)

Les thèses ‘trendy’ de ‘fin du monde’, de certains milieux ésotériques, occultes et ‘new age’, n’ont, de fait, aucune valeur scientifique. Pour exemple, l’activité solaire serait plutôt en diminution dans les prochaines décennies. Quant à l’inversion des pôles (la dernière est datée à – 800.000 ans), la décroissance du champ magnétique observée depuis deux à trois mille ans pourrait s’achever vraisemblablement par une inversion, mais d’ici mille à deux mille ans, et avec une probabilité très incertaine.

De plus, le magnétisme terrestre est aussi imprévisible que la météo, et des rebonds sont potentiels. De nombreuses corrections ont été observées par le passé. (Laboratoire de physique et de chimie de l’environnement et de l’Espace à Orléans.) » (Philippe)

Les principales thèses parlent de fin du monde, d’apocalypse, de changement d’ère, de fin de l’ère des Poissons (deux mille ans symbolisés par Jésus-Christ), du passage dans une dimension appelée 4 D (pour d’autres : dimension 5 D)…

 

2. Interprétation du sens de 2012 :

2011/2012 représentent simplement un passage clé d’évolution vers une dimension de conscience plus élevée au sein de l’humanité.

« La date n’a, finalement, que peu d’importance, elle est simplement une étape parmi d’autres sur le difficile parcours initiatique du Retour.

Partant de l’observation d’une évolution relativement lente à l’échelle collective, nous estimons qu’il ne se produira rien de phénoménal le 21 décembre 2012, en dehors d’une ouverture de portail énergétique aussi significative qu’en 1998. » (Philippe)

La dimension vers laquelle nous nous dirigeons après 2012 est la 4 D. Selon l’auteur de l’article, nous l’atteindrions vers 2016 ou 2017 (pour la majorité de l’humanité), avec une installation exponentielle jusqu’en 2020 pour imprégner la totalité de la planète.

2012 est une étape intermédiaire avant la 5 D qui sera atteinte de manière progressive dans les trois siècles suivants.

L’auteur a distingué les périodes suivantes :

* La période 1999/2008 est présentée comme ayant été la période de préparation à l’intégration des énergies 4 D. Les années 1999/2008 ont permis, dit-il, d’intégrer les premières bases nécessaires à la dissolution de l’ego individuel par l’augmentation significative des fréquences vibratoires terrestres. 2008 aurait symbolisé le début de l’intégration « des lois 4 D ».

* La période 2009/2012 aurait agi de plein fouet sur la dissolution de l’ego en touchant ceux qui sont le plus avancés sur un plan spirituel et sur le plan de l’âme.

* La période 2008/2011 aurait été, pour les humains les plus élevés sur le plan de la conscience spirituelle, la période d’intégration de l‘énergie 4 D.

* La période 2011/2016 serait, pour l’essentiel de l’humanité, la période de l’intégration des énergies 4 D.

* La période 2016/2020 serait celle du passage dans une conscience collective 4 D. Pour une bonne partie de l’humanité, l’intégration 4 D se poursuivrait durant cette période.

* La période 2009/2250 serait celle de l’intégration croissante et beaucoup plus lente des énergies 5 D, ceci étant lié à la résistance de l’ego 3 D/4 D.

* La période 2250/2300 correspondrait au passage probable pour un début de conscience collective « supramentale » (Sri Aurobindo) ou conscience christique, avec l’apparition d’un début d’humanité « supraconsciente » ou androgyne. L’intégration 5 D se poursuivra après cette date et se diffusera progressivement à la totalité de la planète.

Ainsi, l’intégration des énergies 4 D aurait lieu essentiellement sur la période allant de 2008 à 2020. La 4 D ne s’installera à l’échelle planétaire qu’après 2020, même si 2016 (ou 2017) semble la date repère.

L’intégration de la 5 D se prolonge sur une durée beaucoup plus longue, allant jusqu’à 2250/2300 et plus, soit environ 300 ans.

Ces deux dates : 2016 (ou 2017) et 2250 ne correspondent qu’à un passage majoritaire (et non total) aux énergies 4 D et 5 D. Il faudra donc attendre que toute l’humanité ait évolué pour que les sociétés soient totalement structurées en 4 D et 5 D.

 

3. L’égrégore 2012 :

L’auteur du texte note que l’année 2012 a généré 200 millions d’occurrences sur Google, en alimentant un immense commerce de plusieurs milliards de dollars. L’on peut facilement imaginer l’égrégore qui en résulte…

L’égrégore 2012 s’accorde avec les égrégores des croyances chrétiennes et juives à propos de l’apocalypse. Ce dernier égrégore s’est formé, progressivement, à la suite de nombreuses thèses apocalyptiques, « et sous l’influence d’un déséquilibre croissant et flagrant sur un plan strictement psychologique ».

La mauvaise utilisation de dates comme celle de 2012 résulte, apparemment, d’un malaise spirituel profond, en lien évident avec le manque d’espérance en une société ordonnancée prioritairement sur « l’avoir et le faire », et elle est surtout en relation avec « l’attente passive et la pensée magique d’un changement externe miraculeux et salvateur ».

 

4. Les sources en faveur de la période proche de 2220 :

Wikipédia cite la revue hollandaise « Natuurwetenschap & Techniek » :

« La prophétie annonçant la fin du monde en 2012 est basée sur une faute de calcul. En réalité, la date annoncée est 2220 (208 ans après), ont déclaré des scientifiques dans le numéro de novembre de la revue NWT (‘Natuurwetenschap & Techniek’). En tapant la date 2012 sur Google, on obtient des millions de résultats dont la plupart traitent de la fin du monde ou de l’aube d’une nouvelle période spirituelle. Les alarmistes se sont basés sur le calendrier maya qui s’arrêterait le 21 décembre 2012, et en ont déduit qu’à cette date ce serait la fin du monde. Toujours selon NWT, une recherche récente d’archéologues, d’astronomes et de scientifiques a démontré que cette date est fantaisiste car le calendrier des Mayas se termine deux siècles plus tard. »

Selon Sri Aurobindo, cité par Kiara Windrider, l’individu « supramental » existera dans quelque 300 ans (250 à 300 ans), ce type d’individu devant représenter la dernière phase d’évolution de l’être humain dans la matière.

Une date précise n’indique pas un changement brutal. On peut tout au plus parler de date indicative d’une situation planétaire. La date donnée correspond à un changement collectif de conscience qui repose sur l’hypothèse de l’individu « supraconscient », de l’individu « supramental » ou « androgyne » – autrement dit, de type 5 D. L’homme de type 5 D apparaîtra sur la Terre bien avant cette date, mais cela se fera seulement sur le plan individuel (on parle d’individuation) grâce à une évolution de conscience. L’individu « supraconscient » se caractérise notamment par une dissolution de l’ego (moins de 5 %, selon l’auteur, contre une moyenne actuelle qui serait de 15 à 20 %) – et donc une grande stabilité de comportement -, une Kundalini élevée, un ADN spirituel activé (douze brins contre un à plusieurs), une ouverture du cœur élevée, un karma négatif dissous et résolu (et donc une résolution des blessures d’être).

Les années 2012 et 2250 symbolisent ainsi « les sas frontières d’une société d’Amour et de Paix, aux profondes valeurs morales, et articulée sur l’Unité ».

Les approches « New Age » s’accordent avec justesse sur le passage progressif d’un état 3 D à 4 D, puis 5 D. Mais une grande confusion demeure dans la caractérisation de ces états et dans la compréhension du processus complexe d’évolution.

 

5. Indicateurs majeurs d’évolution :

L’auteur se réfère à un certain nombre de « marqueurs d’évolution », parmi lesquels on peut citer :

* L’ego, caractérisé par un taux en diminution constante. Le niveau d’instabilité de l’ego est un critère important qui permet de mieux comprendre les crises d’ego qui ponctuent « le chemin » et qui sont indispensables pour la croissance.

* Le niveau des blessures non résolues mesurable par divers paramètres, dont le taux de résolution du karma ou le taux des blessures non résolues.

* L’ADN spirituel ou christique caractérisé par 6 brins actifs en 4 D et 12 brins actifs dans l’état d’être en 5 D.

* Le taux de Lumière lié à l’intégration progressive du corps de Lumière.

* L’activité de la Kundalini, elle-même liée à la glande pinéale (épiphyse) et à la glande pituitaire (hypophyse).

* Le taux d’ouverture du cœur lié au centrage dans l’espace sacré de son cœur.

Les fréquences vibratoires apportent de nombreuses indications d’évolution, le niveau de conscience étant mesurable par différents « taux vibratoires » et notamment par le « taux vibratoire céleste », indicateur de l’évolution de l’âme et de l’ouverture de conscience.

 

6. 2250, la date indicative d’un changement d’ère :

Philippe fait, à juste titre, l’hypothèse d’un changement progressif et essentiellement individuel, les écarts individuels étant d’une extrême importance lorsqu’on compare les repères d’évolution précédemment décrits.

L’évolution collective suit donc la transformation intérieure, mais évidemment ne la précède pas…

Nous changeons d’ère pour transiter de la dualité à l’Unité, avec une période intermédiaire que l’on peut estimer entre 250 et 300 ans. Ce laps de temps permet de comprendre que, pour certains individus, la traversée de toutes les étapes de l’évolution de l’âme nécessitera deux à sept incarnations. Ainsi, chacun est sur le Retour, mais chacun à son rythme… y compris ceux qui sont déjà partis de l’autre coté du voile :

« L’Ascension est un phénomène qui a débuté dès la première incarnation sur la Terre Mère et la première séparation. Ainsi, désincarnée, l’âme travaille tout autant à son évolution de conscience, à sa propre cadence et selon son propre karma à dissoudre.

Le développement individuel vers l’état 4 D permettra, pour les deux siècles à venir, de transformer le monde, pour parvenir vers 2250/2300 à un état d’Unité au plan collectif.

En réalité, l’ère nouvelle se construit peu à peu, et cette date ne sert que de jalon dans un mouvement continu et un renouvellement permanent au niveau de la planète.

L’on peut donc parler d’environ trois siècles pour l’instauration d’un monde où la dualité aurait disparu.

Les traces de dualité mettront beaucoup de temps à disparaître totalement, du fait de l’importance des négativités sur Terre et de ses mémoires. » (Philippe)

 

7. L’importance du corps de Lumière dans l’évolution de l’Homme :

Pour atteindre l’état de conscience 4 D, puis 5 D, l’intégration du corps de Lumière est nécessaire.

Selon les estimations de l’auteur et de sa collègue, lesquelles auraient été validées par leurs « guides », le nombre d’humains qui ont intégré au minimum un quart de ce corps, sur la planète, reste limité mais en croissance rapide. En 2009, il n’y avait, selon cette source, qu’une dizaine de personnes ayant intégré la totalité du corps de Lumière…

En conclusion, on peut dire que 2012 n’est qu’une date dans la perspective d’une évolution continue et sans fin. L’auteur évoque ainsi un cycle d’évolution beaucoup plus long aboutissant à ce qui a été qualifié, par Sri Aurobindo, d’ère « supramentale ». L’humain futur serait alors un homme « supraconscient », avec une conscience christique… Pour atteindre cette évolution, les individus incarnés vont connaître une période de trois siècles au cours desquels ils pourront atteindre progressivement cet état, selon leur expérience d’âme et leur vitesse d’apprentissage.

 

8. Quelques précisions :

Philippe apporte notamment ces précisions :

* Le « Sceau de Salomon », une configuration exceptionnelle dans le ciel du 22 juin 2009, était censée annoncer la conscience christique (conscience 5 D).

* L’intégration 4 D 100 % correspondrait au « taux céleste 7,8 » minimum, avec un ego inférieur à 9/10 %. A ce taux, l’énergie 4 D commence à dominer, « mais avec une présence d’énergies 3 D ».

* Les âmes, suivant leurs expérience et choix, « auront entre 0 et 7 incarnations à vivre pour évoluer en 5 D ». Une faible minorité va ascensionner en 5 D dans cette vie, mais, même en 5 D, certaines personnes vont se réincarner suivant leur taux d’intégration 5 D et leur niveau de karma résiduel. La réincarnation sur Terre « ne va poser aucun problème, puisque la 5 D n’est pas avant 300 ans ».

* L’intégration de la 4 D se fait sur une période de référence qui va de 2008 à 2017. Cette intégration concerne une bonne partie de la population, avec des variations individuelles importantes. Elle se poursuivra après 2017 pour les retardataires. L’application de la 4 D se manifesterait en 2016, le passage probable en 4 D étant censé se produire en 2016 ou en 2017.

* La période d’intégration des énergies 5 D est prévue sur une durée beaucoup plus longue, évaluée à près de trois siècles. La variabilité vibratoire de la population reste en effet beaucoup plus élevée, et il reste beaucoup à faire avant que l’ego lâche prise.

« Il s’agit bien d’une évolution intérieure qui ne peut se manifester que dans une intégration suivie d’une application. Chaque âme évolue en fonction de son expérience et des moyens qu’elle se donne pour se transformer. Ainsi, toutes les âmes ne sont pas prêtes à évoluer à la même vitesse.

L’important est de savoir que nous avançons tous à notre rythme avec un objectif commun : retourner à la Source ! » (Philippe)

* La date de 2012, très populaire, nourrit un puissant égrégore d’illusions, à la manière de celui de l’an 2000…

« Ainsi, quand nous faisons état de passage en 4 D en 2017 ou 5 D en 2250, ceci dérange et bouscule des certitudes bien établies (de nouvelles croyances vraisemblablement ?). L’inédit de nos dates déstabilise, à l’opposé des espoirs et chimères véhiculés par 2012 qui curieusement… rassurent !!

Sur un plan méthodologique, ces dates nous ont été transmises sous diverses formes : radiesthésie (depuis 2008), médiumnité (clairaudience, écriture automatique), et combinaison de plusieurs approches et de plusieurs médiums (dont deux ‘médiums célestes’). » (Philippe)

Il convient de parler d’état d’être en 4 D ou en 5 D. La 4 D individuelle ou collective correspond à un état d’être caractérisé par une conscience plus élevée qui se situe cependant à un état intermédiaire entre la 3 D et la 5 D.

 

9. La 5D :

La 5 D signifie l’unité et le lien à l’espace sacré de son cœur.

« L’intégration de la 5 D ne peut se faire qu’avec une dissolution de l’ego et une ouverture suffisante du cœur. Elle apporte l’extase, la sensation d’unité avec l’univers, d’équilibre des deux polarités, et une onde de compassion.

Ce n’est pas une ouverture soudaine, mais une approche progressive qui peut nous permettre d’y accéder.

Ceux qui attendent ou se projettent sur des manifestations extérieures de la 5 D risquent d’être déçus par l’illusion ainsi générée. On nous demande de nous relier à l’espace sacré de notre cœur pour y intégrer l’inspiration, la créativité et l’amour.

C’est par le ‘lâcher-prise’, l’abandon, la présence et l’amour de soi et de l’autre, que nous pourrons être, simplement être. » (Philippe)

Peu à peu, l’accès à la 5 D sera rendu possible. L’Ascension n’est pas linéaire. Ce n’est ni demain, ni après demain… De la même façon que l’on n’accède pas à des études universitaires si l’on n’a qu’un certificat d’études, l’évolution est toute graduelle…

 

10. Des états d’être intérieurs :

La 4 D et la 5 D sont avant tout des états d’être intérieurs qui deviendront collectifs dès qu’ils seront majoritaires dans la société (plus de 60 %), alors qu’aujourd’hui ces états restent encore minoritaires (moins de 3 % d’individus, selon cette source).

« La 4 D est intégrée pour l’essentiel sur un cycle rapide de 2008 à 2017, à la suite d’un cycle de 2000 ans ouvert par la venue sur Terre de Jésus.

La 4 D est intermédiaire et nous prépare à intégrer la 5 D sur une durée plus longue, pour aboutir à l’ère d’Or ou Christique, ou ère de l’Unité. Ainsi, le passage aux états 4 D et 5 D est progressif et non pas brutal comme cela est affirmé. Il est essentiellement individuel et non pas collectif, car l’individu précède le collectif dans toute transformation.

Aujourd’hui, les consciences endormies se réveillent l’une après l’autre selon leur niveau de maturité, telles les chrysalides qui se transforment en papillons.

L’état 5 D n’est pas accessible à toutes les consciences, du fait des lois associées et du travail qu’il implique pour chacun. Ainsi, certaines âmes ont encore besoin de une à sept réincarnations dans les prochains siècles pour apprendre à vivre l’état 5 D. »(Philippe)

La borne 2017 indique une étape du processus d’unification collectif, sachant que cette date peut se décaler suivant les choix de l’humanité.

La deuxième date, 2250, est beaucoup plus incertaine, en terme de décalage, car plus lointaine que 2017.

« Quelques très rares âmes connaissent déjà l’état 5 D sur Terre, mais elles doivent l’expérimenter en étant reliées elles-mêmes aux états 3 D et 4 D, beaucoup moins confortables.

Ainsi, en réalité, nous vivons des états 3 D seuls, ou 3 D/4 D, et très rarement 3 D/4 D/5 D. Cela signifie que nous vivons dans plusieurs états de conscience, avec une prédominance selon les moments, les circonstances et les situations qui se présentent.

En 2017, la 3 D sera encore une réalité sur le plan de la densité, et nous vivrons donc des états 3 D/4 D avec quelques petites influences 5 D.

L’important est de comprendre que cette évolution n’est possible que si l’on entre en spiritualité dans sa vie avec des actes, paroles et pensées alignés avec le moi christique.

Ainsi, les deux dates annoncées ne sont que des probabilités qui viennent illustrer un ensemble de lois d’évolution complexes dont nous ne diffusons que des éléments simplifiés. Leur validité est relative, car les dates sont susceptibles d’évoluer en légère hausse ou en légère baisse. » (Philippe)

Les dates et les chiffres ont pour vocation d’illustrer une réalité spirituelle repérable et non de faire des effets d’annonce.

L’évolution et la transformation des consciences sont fondamentales. La clé réside dans le travail intérieur et non dans l’attente de chiffres ou de prophéties contradictoires qui viendraient nourrir l’ego et ses illusions.

Philippe

 

Textes complémentaires (même rubrique) :

* « Nouvel éclairage sur les divers types d’Ascension ».

* « New Age, maîtres spirituels et spiritualité ».

* « Les dangers du New Age. Un texte de Laura Marie ».

 

Share This:

Les commentaires sont fermés.