A propos du projet Blue Beam

4602378_3_debf_la-video-se-reflete-sur-les-faces-de-la_f91f363f9a5306b2d63b503c59970a1d

Un hologramme

1. A propos de Serge Monast (1945-1996) :

Voici ce qu’on lit dans la fiche Wikipédia concernant Serge Monast (à l’origine des allégations relatives au « projet Blue Beam ») :

« Disciple de l’essayiste québécois René Bergeron et de l’ancien commandant de la marine canadienne William Guy Carr, Monast fut également proche des défenseurs du crédit social (Parti Crédit social du Canada).

Au début des années 1990, il se consacre à la rédaction d’ouvrages complotistes sur le thème du Nouvel Ordre Mondial et de conspirations ourdies par des sociétés secrètes, en particulier par les Illuminati. Il est particulièrement inspiré par les travaux de William Guy Carr.

Il fonde l’Agence Internationale de Presse libre (AIPL) où il publie la plupart de ses enquêtes. Durant cette période, il s’était fait remarquer au Québec lors d’une entrevue avec l’ésotériste et ufologiste Richard Glenn dans le cadre de son émission ‘Esotérisme expérimental’. Cet entretien révèle un homme obsédé par l’idée d’un Gouvernement Mondial à propos duquel il met en garde ses auditeurs et les incite à la méfiance.

En 1995, il fait paraître un document intitulé les ‘Protocoles de Toronto’, un livre fait selon le modèle des Protocoles des sages de Sion où il dévoile l’activité secrète d’un groupe maçonnique, les ‘666’, rassemblant tous les vingt ans les puissants de ce monde en vue de l’établissement du Nouvel Ordre Mondial et du contrôle mental des individus.

Monast se disait filé par les forces policières pour avoir trempé dans des ‘réseaux d’informations interdites’. Monast meurt d’une crise cardiaque le 5 décembre 1996.

Les thèses de Monast circulent beaucoup clandestinement sur Internet ; elles ont influencé notamment le pasteur protestant intégriste américain Texe Marrs. Certaines de ses enquêtes ont été rééditées par l’éditeur français Jacques Delacroix (éditeur) ( Châteauneuf, Éditions Delacroix), lui-même disciple de Monast. »

 

2. Le projet « Blue Beam » selon Serge Monast :

On parle souvent, dans les milieux conspirationnistes primaires, du « Projet Blue Beam », le projet du Rayon Bleu. Selon Serge Monast (décédé en 1996), il s’agit d’une stratégie de la NASA qui vise à imposer la religion du “Nouvel Âge” avec « l’Antéchrist » à sa tête et ce, en quatre phases. Il y aurait une mise en œuvre de « technologies spatiales high-tech », la « religion mondiale unique » étant la fondation du nouvel ordre !

La première phase consisterait à imposer « une sorte de religion unitaire absorbant toutes les disciplines et tous les courants de pensées dans un paradigme très large, et où tous y trouvent leur compte ».

La deuxième phase concernerait une gigantesque mise en scène à l’aide d’hologrammes optiques et sonores en trois dimensions, une projection laser d’images holographiques en divers endroits du monde. Chacun recevrait une image en accord avec la foi dominante de son pays. La projection d’images holographiques dans le ciel serait utilisée pour simuler la fin des temps parmi les nations. Les peuples seraient témoins de scènes représentant les prophéties et les événements que chacun a eu le désir de vérifier, et ces images, musiques et sons seraient projetés depuis un vaste réseau de satellites…

« Le but de ces représentations scéniques est de faire apparaître aux yeux du monde un ‘nouveau Christ, le nouveau messie Maitreya dont parlent lessutra’ bouddhistes. (…) Le projet Blue Beam – la venue du messie – prétendra être l’accomplissement des anciennes prophéties, l’événement majeur depuis 2000 ans. Et il sera sur fond de cinémascope céleste traduisant en simultané un message d’amour dans toutes les langues et dans tous les dialectes de la planète.

Avec cette animation virtuelle et le son provenant de la profondeur même de l’espace, les fidèles de diverses croyances, fortement impressionnés, seront témoins du retour de leur sauveur comme une réalité vivante.

Ensuite, les projections de Jésus, Mohammed, Bouddha, Krishna, etc., se fondront en une seule figure après que l’on aura expliqué le mystère des révélations religieuses et de leur dévoilement. En fait, cette divinité unique sera l’antéchrist qui expliquera que les différentes écritures sacrées ont été mal interprétées et incomprises, et que les vieilles religions sont responsables d’avoir dressé l’homme contre l’homme.

Cette grande mystification aura pour effet de générer un désordre social, politique, culturel et religieux. » (Serge Monast)

La troisième phase conjuguerait la télépathie avec l’électronique, et chaque personne serait persuadée que c’est son propre dieu qui lui parle au niveau de son âme.

La quatrième phase concernerait des manifestations « surnaturelles » produites grâce à des moyens électroniques. Un premier leurre consisterait à faire croire qu’une invasion extraterrestre va se produire dans chaque grande ville de la planète. Un deuxième leurre consisterait à faire croire aux chrétiens qu’un merveilleux événement va avoir lieu « sous la forme d’une intervention extraterrestre bénéfique dans le but de protéger les Terriens d’un démon impitoyable ». Le but de cette manœuvre serait de rassembler d’un seul coup tous les opposants à l’ordre mondial « juste avant le début du spectacle céleste ».

Les moyens de communication seraient ensuite utilisés pour « diffuser des ondes visant à déstabiliser psychiquement les populations au moyen d’hallucinations individuelles et collectives ».

La population mondiale sera alors prête « pour accueillir le nouveau messie en chair et en os, un cyber-‘Rockfeller’ faussement ‘extranéen’, qu’on suppliera de rétablir l’ordre et la paix à n’importe quel prix, mais surtout au prix de notre liberté individuelle ».

Le délire de l’auteur va s’amplifiant :

Une « unité artificielle des peuples permettra de régler les problèmes urgents, lesquels ont été, de toute façon, créés de toutes pièces ». Progressivement, cependant, « la face tyrannique de la nouvelle religion mondiale apparaîtra et nombre de personnes se réveilleront ». Le contrôle de la Terre « sera entre les mains d’une caste de ‘grands prêtres’ et de technocrates impitoyables agissant ‘au nom de Dieu’ ». Le but de cette dictature est censé être le contrôle de tous les habitants et l’exploitation globale des ressources de la planète.

« Selon les rapports que nous avons reçus » (sic), « nous croyons que cela commencera par une sorte de désastre économique mondial ». Pour prévenir toute velléité d’indépendance individuelle, « le nouvel ordre mondial a déjà implanté des micro puces dans les espèces animales sauvages, les oiseaux, les poissons, etc. ». Pourquoi ? Ils veulent s’assurer « que les résistants à l’ordre mondial ne pourront ni chasser ni pêcher dans n’importe quel endroit retiré du monde » et, si ces résistants essaient de chasser ou pécher, « ils seront vite repérés par les satellites, puis traqués, emprisonnés ou tués ». Ceux qui paraîtront « anormaux » ou peu fiables « seront envoyés dans des camps d’extermination où leurs organes seront prélevés et vendus aux plus offrants » ! Quant à ceux qui ne seront pas éliminés, ils « seront utilisés comme travailleurs esclaves ou serviront de cobayes pour les expériences médicales ».

Le but de cette dictature est censé être le contrôle des habitants de la planète. Pour ceux qui « n’accepteront pas le nouvel ordre mondial, on a prévu des camps de concentration et de rééducation où les détenus seront classés selon une nouvelle identification sur la base des couleurs de l’arc-en-ciel ». Les prisonniers de deuxième catégorie « seront utilisés pour les expériences scientifiques et médicales », les prisonniers de troisième catégorie (en bonne santé) « serviront à la banque internationale d’organes » (les organes étant retirés l’un après l’autre pendant qu’on « maintiendra en vie artificiellement » les corps), la quatrième catégorie étant constituée des prisonniers travaillant sous la terre. Les camps et les esclaves seraient cachés de la population. La cinquième catégorie serait celle des citoyens « non fiables » qui seraient rééduqués « pour se repentir à la télévision en faisant l’apologie du nouvel ordre mondial » ! Quant à la sixième catégorie, elle concerne « ceux qui seront exécutés ».

« Nous attendons des renseignements sur la septième catégorie des prisonniers. » (1)

Que penser de ce « Projet Blue Beam » ? Il s’agit là d’affirmations fantaisistes qui ne relèvent que du conspirationnisme primaire. D’ailleurs, on ne trouve pas, dans l’article de Serge Monast, une seule information explicitant la source des allégations de l’auteur. On nous dit que c’est un projet de la NASA, c’est tout. Et ces inepties se retrouvent, bien sûr, sur Internet. Vous pouvez être sûr (e) que si vous demandez à la NASA ce qu’il en est, on ne va pas vous répondre par : « Comment savez-vous cela ? ». On imagine d’ailleurs mal la NASA se prêter à ce genre de mascarade mondiale. (On avait déjà imputé à la NASA les prétendus faux atterrissages lunaires, une autre théorie « conspirationniste » débile selon laquelle les astronautes ne sont pas allés sur la Lune.) Quelle était la motivation de l’auteur de ces fadaises (qui pourraient faire l’objet d’un film de science-fiction) ? Les « conspirationnistes » étant ce qu’ils sont, inutile de se perdre dans des conjectures invérifiables… (On lit aussi, dans l’article référencé, que le Pentagone est « entre les mains des Illuminatis ».) Tout cela n’a strictement rien à voir avec la véritable information sur l’émergence de Maitreya, ce dernier n’ayant rien à voir avec une projection holographique diffusée par satellite, ni avec un « cyber-‘‘Rockefeller’’ » ! (Voyez mon livre paru en 2012 : “Le retour du Christ : une réalité imminente ?”, éditions Le Temps Présent). 

Un prétendu « informateur », dont les interviews ont été publiées dans la revue “Top secret”, mentionne le Projet Blue Beam. Dans le numéro 58 de décembre 2011/janvier 2012 de la revue, cet « informateur » prétend que les instigateurs du Nouvel Ordre Mondial feront croire à une invasion extraterrestre multidimensionnelle et prétendront vouloir protéger les populations, des technologies de pointe inconnues du public devant être utilisées, dit-il, pour faire croire aux gens à certaines choses venues du ciel. L’« informateur » ajoute :

« Le Projet Blue Beam créé, dirigé et orchestré par la NASA est connu, mais ce qui est rendu public n’est en fait qu’une minuscule pointe de l’iceberg. Les populations sont à des années-lumière de s’imaginer l’ampleur et la puissance de tout ceci. »

On voit comment les “conspirationnsites” se copient les uns les autres… Bien sûr, je ne crois pas à cette ineptie de “Projet Blue Beam” concocté par la NASA. Que penser cependant de l’ensemble des « révélations » de “l’informateur” de “Top secret” ? Si certaines semblent correspondre à la réalité, d’autres, par contre, laissent pour le moins perplexe et montrent que tout n’est pas exact (comme le Projet Blue Beam). (Voyez, sur le présent site, mon texte : « Que penser des ‘révélations’ de l’informateur des ‘Black Programs’ ? ».) Ainsi, dans le numéro 56 d’août/septembre 2011 de “Top secret”, l’ « informateur » prétendait qu’il n’était pas permis de voir au-delà du 21/10/2012, donc du 21 octobre 2012. (Il s’agit probablement d’une erreur, car il doit s’agir du 21 décembre 2012.) Cet « informateur » a aussi prétendu que des contacts ont eu lieu avec des voyageurs du futur venant de la fin du trente-quatrième siècle ! Aucun de ces voyageurs, dit-il, n’a pu apporter de réponse à ce mystère relatif à la période postérieure au 21/10/2012… Or, évidemment, le temps passé a montré qu’il ne s’est rien passé de particulier après cette date ! A la fin de la conclusion de mon ouvrage : Le livre des prophéties” (éditions Le Temps Présent, 2011), j’ai brièvement évoqué les attentes « apocalyptiques » pour 2012, en déclarant qu’il n’allait pas y avoir, cette année-là, de catastrophes d’ampleur planétaire. Quant au projet Blue Beam, fréquemment évoqué par de nombreuses personnes sur Internet, je le répète : foutaises que tout cela !

Alain Moreau

 

Référence :

1. Serge Monast, « Le Projet du Rayon Bleu », dans « Top secret » n° 39, octobre/novembre 2008, p. 44-47.

Share This:

Les commentaires sont fermés.